# 107 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Une nouvelle semaine commence et j’espère que j’aurais moins mal au dos que la semaine précédente car je commence vraiment à en avoir marre. J’espère que vous avez passé un bon weekend et que vous êtes en forme pour faire un petit point sur nos lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

fausse piste

Fausse piste de James Crumley

Quand on est pauvre avec un héritage bloqué par testament jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans et que l’on vient de perdre l’essentiel de son gagne-pain quotidien, on ne crache plus dans la soupe. Milo Milodragovitch, rejeton maudit de ce qui fut une famille importante de Meriwether (Montana), ne peut qu’accepter l’offre d’Helen Duffy. Retrouver un frère innocent, gentil garçon, raisonnablement de gauche et passionné d’armes à feu, disparu dans un incendie, n’est pas si compliqué. Surtout si la demande émane d’une femme à ce point démunie qu’elle en devient troublante. Le vice, la haine et la violence ne sont pourtant pas loin. La laideur cache son jeu et les morts s’amoncellent. Qui ment et pour quelles raisons ? À coucher avec ses clients, Milo ne verra que trop tard ce qu’il avait sous le nez…

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

absurditerre

Absurditerre de Azelma Sigaux

Dans un futur utopique, les humains vivent au sein d’un monde verdoyant, pacifique, généreux et altruiste. Pour éviter que les erreurs du passé ne se répètent, et afin de préserver cette vie idéale pour l’éternité, un programme scolaire est mis en place. Il s’agit de sensibiliser les élèves aux plus grands échecs de l’Histoire. Ainsi, un professeur va raconter, chapitre après chapitre, qu’il fut un temps où l’argent, la hiérarchie, le pouvoir, la maltraitance animale, la pollution, les frontières et bien d’autres inventions humaines, existaient. A travers les récits de l’enseignant, chaque sujet est poussé à son absurdité. Les enfants vont alors découvrir avec stupeur les passages les plus surréalistes du passé. Mais le futur s’avérera-t-il aussi parfait qu’il n’y paraît ?

3. Que vais-je lire ensuite ?

danse de l'ours

La danse de l’ours de James Crumley

L’ancien détective privé Milo Milodragovitch s’est assagi : délaissant les drogues, il limite désormais ses vices à l’alcool et s’est trouvé un job paisible d’agent de sécurité à Meriwether, Montana, en attendant de pouvoir toucher l’héritage parental le jour de ses cinquante-deux ans. Quand une riche vieille dame, ancienne maîtresse de son père, vient remuer de vieux souvenirs et lui confier une enquête si facile qu’elle ne semble pas justifier ses généreux émoluments, l’aubaine est trop alléchante pour pouvoir résister. Mais ce qui devait n’être qu’une mission de routine ne tarde pas à exploser en tous sens et se transforme en une course frénétique entre voitures en feu, lancers de grenades, tirs de mitrailleuses et rails de cocaïne.

Et vous alors, quelles sont vos lectures du moment ?

Récapitulatif de la semaine 

 

Voilà, je vous souhaite à tous une très belle semaine avec plein de belles lectures !

Publicités

Fausse piste

fausse piste

Auteur : James Crumley

Genre : Policier

Édition : Gallmeister

Titre : Fausse piste

Quatrième de couverture :

Quand on est pauvre avec un héritage bloqué par testament jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans et que l’on vient de perdre l’essentiel de son gagne-pain quotidien, on ne crache plus dans la soupe. Milo Milodragovitch, rejeton maudit de ce qui fut une famille importante de Meriwether (Montana), ne peut qu’accepter l’offre d’Helen Duffy. Retrouver un frère innocent, gentil garçon, raisonnablement de gauche et passionné d’armes à feu, disparu dans un incendie, n’est pas si compliqué. Surtout si la demande émane d’une femme à ce point démunie qu’elle en devient troublante. Le vice, la haine et la violence ne sont pourtant pas loin. La laideur cache son jeu et les morts s’amoncellent. Qui ment et pour quelles raisons ? À coucher avec ses clients, Milo ne verra que trop tard ce qu’il avait sous le nez…

Quelques mots sur l’auteur :

James Crumley est né à Three Rivers au Texas en 1939. Au milieu des années 1960, il part vivre et enseigner dans le Montana, un État qu’il ne quittera plus. Peu après son arrivée à Missoula, en 1969, il écrit son premier roman, Un pour marquer la cadence, avec pour toile de fond la guerre du Vietnam. En 1975, il écrit Fausse piste, premier roman d’une saga mettant en scène Milo Milodragovitch, un privé mélancolique survivant de la guerre de Corée. James Crumley est aujourd’hui considéré par ses pairs comme un des plus grands auteurs de polar. Il décède en 2008.

Ma chronique :

Je remercie tout d’abord les Éditions Gallmeister, pour l’envoi de ce roman. Fausse piste de James Crumley est sorti au mois de novembre dans la collection Totem. Il s’agit d’une réédition en format poche après être paru en 2016 en grand format dans la collection « noire ».

James Crumley dans ce roman que l’on peut qualifier de policier voir de polar bien noir nous fais faire la connaissance avec un détective privé un peu spécial, Milo Milodragovitch qui va devenir son héros pendant quatre aventures et donc quatre romans.

J’ai vraiment bien aimé cette lecture et la plume de James Crumley, c’est noir, ça colle et ça pue l’alcool et la drogue. Le vrai plus de ce roman tient du fait que tout du long nous suivons les pensées de Milo, ce détective complètement désabusé par la vie et par ce qu’est devenue sa ville de Meriwether. C’est un homme bourré d’addiction, l’alcool, la drogue, les femmes, il est tellement sarcastique que cela en devient vraiment marrant et que l’on s’attache à lui malgré tout. Le côté sombre qu’il a en lui et la bataille qui se livre à lui même en permanence – c’est le genre de type qui a horreur de la violence mais qui ne peut pas s’empêcher d’être violent – rend ce roman et ce personnage super intéressant.

J’ai aimé l’humour noir ainsi que la grivoiserie présente tout au long de ce roman et je compte bien du coup me laisser tenter par les autres oeuvres de cet auteur américain car c’est totalement un style que j’adore. Je vais d’ailleurs bientôt lire La danse de l’ours qui est la deuxième aventure de Milo, roman sorti également chez Gallmeister au mois de novembre.

Ma note : 08/10

# 81 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour les amis,

J’espère que vous allez bien. Comme chaque mardi, nous nous retrouvons sur le blog pour que je vous partage un extrait de ma lecture en cours, et quel extrait …

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

fausse piste

« Et si je suis à la recherche d’un jeune gars qui est tombé dans les petits trafics de rue, je ne vais jamais bien loin. Même les piliers endurcis de la délinquance locale, ceux qui me connaissent depuis leur naissance, ceux qui me refilent ma came, refusent de m’aider à retrouver quelqu’un. Ils savent que personne n’a envie de rentrer à la maison – la maison qu’on vient de fuir -, alors ils ne me parlent pas, et quand les gens ne me parlent pas je suis authentiquement infoutu de retrouver mon trou du cul avec ma propre main gauche.
« Alors gardez votre argent. Si vous voulez que quelqu’un s’occupe de votre petit frère, allez voir la police. Ces enfoirés sont peut-être pourris mais ils ne coûte pas cher. Moi je suis pourri et je coûte cher. Je ne suis même pas un très bon détective. Je peux trouver une femme nue dans une chambre obscure, mais pas si elle court … Merde, dis-je en essayant d’imiter sa façon de soupirer et en découvrant que j’étais maintenant debout, lourdement appuyé sur le rebord de mon bureau, pris du léger tremblement typique de l’homme qui a plus besoin d’une rasade de whiskey qu’il n’a besoin de franchise. Alors j’ouvris le tiroir et je m’en offris une.

Bilan du mois d’octobre

octobre

Bonsoir les amis,

Me revoici aujourd’hui pour partager avec vous mon bilan du mois d’octobre. Et oui il ne reste déjà plus que à peine deux mois avant une nouvelle année, que le temps passe vite, vous trouvez pas ?

Un peu de racontage de vie

Voilà, cela fait maintenant un peu près un mois, depuis le 1er octobre, que nous sommes officiellement inscrits sur la liste des postulants pour l’adoption de notre département. Bon du coup mon téléphone n’est plus en silencieux et il y a une petite montée de stress à chaque appel inconnu le matin. Mais bon maintenant c’est l’attente, on continu à vivre et de temps à autres nous iront à des réunions de l’EFA pour continuer à être un minimum dans l’action. Sinon le mois d’octobre fut aussi signe d’entrainements, et oui, nous avons gardé pleins d’enfants ce mois-ci, et de différents âges, mon filleul et son grand frère, notre petit neveu de 1 mois et demi et les enfants de nos amis. Deux matinées avec le levé, le petit déjeuner et l’école et pas mal de petits moments. Je peux vous dire que l’on commence à être bien parés … Voilà, sinon pas grand chose d’extraordinaire sur ce mois d’octobre, mise à part une épreuve pas terrible pour une de nos chattes, nous avons été obligés de l’amputer d’une patte à cause d’une vilaine tumeur, elle se remet bien et se débrouille comme une chef, c’est une warrior.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes lectures d’octobre

J’ai lu ce mois-ci trois romans et une nouvelle. J’ai été assez déçu par Nulle part sur la terre, car je pense que j’en attendais beaucoup trop, par contre j’ai vraiment bien aimé le tome 1 de la saga de fantasy Trois Empires d’Aurora Clerc, que je conseille vraiment à tous les amateurs du genre. J’ai également été assez scotché par la noirceur de résilience et par son thème.

Les films et séries vus ce mois-ci 

Que s’est-il passé sur Instagram ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma PAL de novembre

Et voilà pour ce nouveau bilan !

hello-novembre

# 106 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Une nouvelle semaine commence après pour moi un weekend de quatre jours pendant lequel j’ai été malade et avec un mal de dos affreux. J’espère commencer cette semaine en meilleure forme. En tout cas, il est tout de même temps de partager avec vous mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

résilience

Résilience de Julia M. Tean

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

fausse piste

Fausse piste de James Crumley

Quand on est pauvre avec un héritage bloqué par testament jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans et que l’on vient de perdre l’essentiel de son gagne-pain quotidien, on ne crache plus dans la soupe. Milo Milodragovitch, rejeton maudit de ce qui fut une famille importante de Meriwether (Montana), ne peut qu’accepter l’offre d’Helen Duffy. Retrouver un frère innocent, gentil garçon, raisonnablement de gauche et passionné d’armes à feu, disparu dans un incendie, n’est pas si compliqué. Surtout si la demande émane d’une femme à ce point démunie qu’elle en devient troublante. Le vice, la haine et la violence ne sont pourtant pas loin. La laideur cache son jeu et les morts s’amoncellent. Qui ment et pour quelles raisons ? À coucher avec ses clients, Milo ne verra que trop tard ce qu’il avait sous le nez…

3. Que vais-je lire ensuite ?

absurditerre

Absurditerre de Azelma Sigaux

Dans un futur utopique, les humains vivent au sein d’un monde verdoyant, pacifique, généreux et altruiste. Pour éviter que les erreurs du passé ne se répètent, et afin de préserver cette vie idéale pour l’éternité, un programme scolaire est mis en place. Il s’agit de sensibiliser les élèves aux plus grands échecs de l’Histoire. Ainsi, un professeur va raconter, chapitre après chapitre, qu’il fut un temps où l’argent, la hiérarchie, le pouvoir, la maltraitance animale, la pollution, les frontières et bien d’autres inventions humaines, existaient. A travers les récits de l’enseignant, chaque sujet est poussé à son absurdité. Les enfants vont alors découvrir avec stupeur les passages les plus surréalistes du passé. Mais le futur s’avérera-t-il aussi parfait qu’il n’y paraît ?

Voilà pour moi ! Et vous que lisez-vous de beau en ce moment ?

Récapitulatif de la semaine

 

Voilà, je vous souhaite à tous une excellente semaine !

Résilience

résilience

Auteur : Julia M. Tean

Genre : Contemporain

Édition : Rebelle

Titre : Résilience

Quatrième de couverture :

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

Quelques mots sur l’auteur :

Julia M Tean est une auteur alsacienne. Née à Mulhouse, elle grandit dans une famille composée de quatre enfants, avec ses deux frères et sa soeur jumelle. Très vite, elle découvre la passion de l’écriture. A douze ans, elle écrit son premier roman. Ses études de lettres lui ouvriront les portes de nombreuses librairies où elle exercera le métier de libraire, avant de se consacrer exclusivement à des cours de Lettres à domicile lui permettant d’écrire quand elle le souhaite. En septembre 2012 le premier tome de sa saga fantastique « Angela » est édité chez Rebelle éditions. La saga s’est achevée en mars 2015 avec « Mortelle Destinée ». A présent, Julia rêve à de nouvelles aventures fantastiques pour émerveiller ses lecteurs.

Ma chronique :

La résilience est la capacité pour un individu à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress.

Résilience est le premier roman lu dans le cadre d’un nouveau partenariat avec les éditions Rebelle, que je remercie sincèrement pour cet envoi et pour leur confiance.

Je me suis donc lancé dans cette lecture ce lundi et j’ai tellement été happé par cette histoire que je l’ai lu dans la journée. C’est un roman plutôt court, à peine 150 pages, mais c’est un roman suffoquant par l’intensité de ce que Julia M. Tean raconte.

C’est un roman poignant par le thème abordé et c’est écrit d’une manière brute, c’est choquant, c’est abject, bouleversant, par moment j’en aurai eu la nausée. Résilience incarne le roman noir psychologique parfait avec une histoire intemporelle et universelle nous contant les malheurs et les souffrances d’un enfant maltraité physiquement et mentalement.

C’est exactement le type de roman qui reste gravé dans nos esprits, qui laisse une marque indélébile dans notre vie de lecteur. Julia M. Tean a su raconter l’histoire de Vincent avec force absolue et passion en ayant conscience qu’il n’y a pas qu’un seul Vincent et qu’il est bien que chacun en ai conscience.

Voilà, c’est un roman coup de poing qui mérite d’être lu par le plus grand nombre.

Ma note : 09/10

# 80 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

Je vous propose aujourd’hui un extrait de Résilience, un roman entamé et fini hier et dont ma chronique ne devrait pas tarder à arriver sur le blog.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

résilience

– Tu n’as aucune idée de qui tu as affaire, rétorque Vincent lui envoyant son poing dans la figure.

Yassir l’esquive aussitôt avant de le frapper à l’estomac. Le souffle court, Vincent s’étale sur le sol en haletant. Yassir enjambe Vincent et s’accroupit sur lui. Il attrape ses longs cheveux blonds qui cachent des yeux gris et délavés. Un regard sans vie.

Vincent gémit, l’Arabe tire de toutes ses forces sur son cuir chevelu.

– Putain ! Lâche-moi !

– Je ne reçois d’ordres de personne, et encore moins d’un petit connard qui veut s’imposer dès son premier jour.

– Tu ne sais pas de quoi je suis capable …

# 105 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

Une nouvelle semaine commence et cette fois l’automne est vraiment arrivé. Le côté cool c’est quand même que l’on rallume le poêle à bois, j’adore entendre le bois crépiter et la chaleur qui s’en dégage. J’espère en tout cas que vous avez passé un bon weekend. Alors ne perdons pas de temps, voici un petit point sur mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

Trois-Empires-min

Trois Empire – Tome 1 – Éveil de Aurora Clerc

Les trois empires ont longtemps eu des relations difficiles. L’agressivité passée de l’empire des montagnes : Dâ Rash Valii, avait poussé ses voisins à appliquer une politique implacable et revencharde. Les deux empires démantelèrent le pays pièce par pièce. Notre histoire commence dans un monde où les hostilités sont à leurs prémices. Les trois empires, dont l’un d’entre eux a été divisé en quatre royaumes,  ne sont pas en guerre ouverte mais des frictions existent aux frontières. C’est également le cas du royaume d’Alcatran, là où débute notre histoire et celle du jeune Johann Enagor.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

résilience

Résilience de Julia M. Tean

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

3. Que vais-je lire ensuite ?

fausse piste

Fausse piste de James Crumley

Quand on est pauvre avec un héritage bloqué par testament jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans et que l’on vient de perdre l’essentiel de son gagne-pain quotidien, on ne crache plus dans la soupe. Milo Milodragovitch, rejeton maudit de ce qui fut une famille importante de Meriwether (Montana), ne peut qu’accepter l’offre d’Helen Duffy. Retrouver un frère innocent, gentil garçon, raisonnablement de gauche et passionné d’armes à feu, disparu dans un incendie, n’est pas si compliqué. Surtout si la demande émane d’une femme à ce point démunie qu’elle en devient troublante. Le vice, la haine et la violence ne sont pourtant pas loin. La laideur cache son jeu et les morts s’amoncellent. Qui ment et pour quelles raisons ? À coucher avec ses clients, Milo ne verra que trop tard ce qu’il avait sous le nez…

Voilà pour moi, et vous vous lisez quoi en ce moment ?

Récapitulatif de la semaine

 

Je vous souhaite une très belle semaine livresque à tous !

Trois Empires – Tome 1 – Éveil

Trois-Empires-min

Auteur : Aurora Clerc

Genre : Fantasy

Édition : Ebook

Titre : Trois Empires – Tome 1 – Éveil

Quatrième de couverture :

Les trois empires ont longtemps eu des relations difficiles. L’agressivité passée de l’empire des montagnes : Dâ Rash Valii, avait poussé ses voisins à appliquer une politique implacable et revencharde. Les deux empires démantelèrent le pays pièce par pièce. Notre histoire commence dans un monde où les hostilités sont à leurs prémices. Les trois empires, dont l’un d’entre eux a été divisé en quatre royaumes,  ne sont pas en guerre ouverte mais des frictions existent aux frontières. C’est également le cas du royaume d’Alcatran, là où débute notre histoire et celle du jeune Johann Enagor.

Quelques mots sur l’auteur :

Aurora Clerc est un nom d’ auteur. Elle a fait des études de lettres, puis des études de commerce. Ses premières expériences professionnelles furent dans l’hôtellerie puis dans la création web.  Pour se reconvertir ensuite dans le graphisme. Au fond, pourtant, sa passion a toujours été l’écriture. Aujourd’hui, elle est arrivée à un moment de sa vie où la confiance en elle est suffisante pour se lancer. Elle veut vivre de sa passion et partager ses histoires avec autrui.

Ma chronique :

Comme quoi les réseaux sociaux notamment Instagram peuvent être très positifs. Effectivement j’ai été contacté il y a quelques semaine sur Insta par Aurora Clerc me demandant si je serais intéressé pour lire son premier roman. Quelle belle idée j’ai eu d’accepter…

Éveil, est le premier tome de la saga Trois Empires, une saga de fantasy comme je les aimes. Tout d’abord l’univers créé par Aurora Clerc, à une époque moyenâgeuse, est juste intelligemment pensé, les courants politiques et les intrigues autours de diverses successions sont le fruits d’une imagination débordante et d’un travail approfondi. Je ne sais pas combien de temps il a fallu à l’auteur pour sortir ce roman, mais je pense qu’il y a un travail acharné derrière pour mettre en ordre toutes ces belles idées.

Ce roman se concentre sur Johann Enagor que l’on rencontre très jeune et que l’on va suivre jusqu’au début de l’âge adulte. Ce qui est intéressant, c’est les différents points de vues qui s’enchaîne à travers tout le roman. En effet, même si on nous raconte l’histoire de ce jeune garçon, nous passons d’un personnage à un autre, tous ayant bien entendu un lien avec Johann. C’est la seconde force de ce roman, les personnages, ils sont nombreux, mais les principaux sont bien mis en évidence tout en ayant une multitude de protagonistes secondaire gravitant autour d’eux. J’aime beaucoup les liens plus ou moins complexes reliants différents personnages. L’amitié et la famille sont des thèmes importants de ce roman.

Dans ce roman, nous retrouvons donc comme thème principal la famille qui est un peu le fil conducteur. Mais il y a une grande part du roman mettant en avant l’enfance, les relations plus ou moins compliquées dans les fratries ainsi que le travail sur soi et les chemins à parcourir pour atteindre son but, son émancipation, sa liberté de choix et de pensées. Après il y a une multitude d’autres thèmes, la relation avec la nature, les préjugés envers l’inconnu, le racisme et le métissage. Tout cela vient se conjuguer avec les luttes de pouvoirs, les multiples scènes de batailles et tellement de choses que l’on ne s’ennui à aucun moment.

Voilà, un magnifique premier tome qui nous entraîne dans une saga qui mérite d’être lue, connue et partagée que je conseille à tous les amateurs de fantasy et s’il vous plaît Aurora Clerc, vite, j’ai trop hâte de lire la suite.

Ma note : 9,5 / 10

Nulle part sur la terre

nulle part sur terre

Auteur : Michael Farris Smith

Genre : Contemporain

Édition : 10/18

Titre : Nulle part sur la terre

Quatrième de couverture :

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.
Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.
Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.

Quelques mots sur l’auteur :

Michael Farris Smith est un écrivain américain originaire du Mississippi dont le travail et la personnalité sont fortement marqués par son ancrage territorial dans le sud des États-Unis. Si ses voyages en France et en Suisse inspirent son premier roman, The Hands of Strangers (2011), son second récit, Une pluie sans fin, fresque postapocalyptique qui dépeint un Mississippi dévasté par des intempéries diluviennes, a été salué pour l’originalité et l’intensité de sa langue. Avec son nouveau roman Nulle part sur la terre, Michael Farris Smith continue de construire une vision littéraire unique, dépositaire de l’aridité, la poésie et l’humanité qui rythment l’existence sudiste. Michael Farris Smith vit aujourd’hui à Oxford dans le Mississippi.

Ma chronique :

Quelle fut pas ma surprise lorsque j’ai appris que j’ai eu la chance de gagner le concours organisé par LéaTouchBook qui gère le Picabo river Book Club et donc de recevoir ce roman qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie en France.

Après avoir lu plusieurs chroniques et vu beaucoup d’avis très positifs, j’attendais pas mal de chose de cette lecture… Je dois dire que malheureusement j’ai été un peu déçu. Je vous explique tout cela.

Alors, l’histoire en elle même est bien menée, deux fils différends qui en toute logique doivent à un moment où un autre se rencontrer, j’ai d’ailleurs eu le plaisir d’être surpris par cette rencontre. C’est assez marrant, je m’attendais à un roman assez sombre mais ce fut tout le contraire et c’est un gros point fort de ce roman et de la plume de Michael Farris Smith, il y a énormément d’humanité dans ces pages. Je ne m’y attendais pas trop donc c’est plutôt un bon point. J’ai également ressenti le soleil et la chaleur du Mississippi à travers les mots de l’auteur, c’est en quelque sorte très poétique. Il a un style assez particulier, j’ai aimé les répétitions et les insistances disséminées un peu partout, cela renforce le côté humain et donne encore plus de force aux émotions que souhaite provoquer l’auteur.

J’ai une sensation et une relation assez bizarre avec ce roman, je n’ai pas vraiment de point négatif à mettre en avant, hormis peut-être quelques facilités et au final pas de grandes surprises ni de rebondissements faisant penser que l’on a un roman sortant du lot pouvant devenir un gros coup de coeur. Non j’ai passé de bons moments, j’ai bien aimé mais je suis certain que je ne vais pas garder un énorme souvenir de ce roman.

Voilà, c’est dommage, j’en attendais certainement trop, mais ce qui est certain c’est que j’ai aimé la plume de Michael Farris Smith donc je vais guetter ses futurs romans et surtout essayer de les lires dès leurs sorties pour éviter d’être de nouveau dans cette situation.

Ma note : 7,5 / 10

"Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière" Charles Baudelaire

%d blogueurs aiment cette page :