# 37 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour les amis,

Aujourd’hui, je vous propose un extrait d’un service presse que je suis en train de lire. Et il s’agit de fantasy, genre que j’apprécie tout particulièrement mais, cela faisait un moment que je n’en avais pas lu.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

terre de lest

– Le premier arrivé à l’auberge de l’Oie qui danse a gagné ! S’exclama Nissah tout en lançant sa monture dans un galop énergétique.

Neal ébaucha un sourire devant tant de liberté, mais ne tarda à s’élancer à la suite de la princesse. Si par malheur elle était désarçonnée et qu’elle se blessait, Neal pouvait dire adieu à sa tête. Il n’avait que dix-neuf ans et comptait encore bien profiter un peu de la vie. Il ne tarda pas à la rattraper, mais lui laissa néanmoins une courte avance. Ne pas laisser gagner un noble ou un membre de la famille royale serait mal venu. 

Pris de cours, les soldats qui composaient la garde royale, s’élancèrent en pestant contre la princesse, qui déjà s’éloignait au loin. 

 

Publicités

# 60 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Reprise du travail pour moi aujourd’hui après un peu plus de deux semaines de vacances. Avec l’automne qui est déjà bien arrivé, la motivation n’est pas facile ce matin. En tout cas cela ne va pas changer les bonnes habitudes, donc comme chaque lundi, faisons le point sur nos lectures.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

la femme tombée du ciel

La femme tombée du ciel de Thomas King

Une catastrophe écologique provoquée par la multinationale Domidion a éliminé toute forme de vie dans l’océan sur la côte de Colombie-Britannique, et fait des victimes parmi les habitants de la réserve voisine.
Deux personnes sont responsables de cette catastrophe. Le chercheur Gabriel Quinn, scientifique génial, a mis au point un défoliant mortel, puis tenté de lutter contre sa mise en vente. Alors que, dévoré de culpabilité, il vient s’installer dans la zone polluée avec l’intention de se suicider, des survivants étonnants vont lui redonner goût à la vie, dont Mara Reid, peintre à la sexualité décomplexée qui a grandi sur la réserve et en connaît les secrets.
Dorian Asher, le P-DG de Domidion, narcissique et attachant à la fois, tente d’oublier le scandale en se réfugiant dans de luxueux hôtels, savourant sa solitude, avec pour unique obsession le choix d’une nouvelle montre…
La femme tombée du ciel est un roman à l’humour dévastateur. Thomas King évoque les traditions amérindiennes pour faire ressortir la monstruosité de l’homme contemporain vis-à-vis de son environnement. Le lobby des armes, l’industrie chimique, l’agriculture à haut rendement et le capitalisme sont férocement critiqués dans ce texte foisonnant, engagé, mais aussi baigné d’une lumière poétique des origines, indispensable et guérissante.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

terre de lest

Maiesta – Les Terres de l’Est – Tome 1 de Megane Delsinne

Depuis quatre longues années, le royaume d’Atalis est en guerre avec le Khagan. Une guerre sanglante et meurtrière, qui semble vouloir s’éterniser depuis la mort de la princesse Nissah. Dans les couloirs du château, il se murmure que le roi Alric III aurait perdu la raison et qu’il voudrait continuer cette guerre coûte que coûte. Petit à petit, le pays s’englue dans le désespoir et la pauvreté. Mais la rumeur persistante de l’existence d’une rebelle qui s’apprêterait à renverser le pouvoir redonne de l’espoir aux Ataliens…

3. Que vais-je lire ensuite ?

un dernier mot avant de partir

Un dernier mot avant de partir de Cédric Castagné

Alex a tout pour être heureux : une femme magnifique, une fille adorable, un travail passionnant. Son couple a bien traversé quelques périodes difficiles ces dernières années, mais avec sa femme, ils se sont accrochés à l’espoir de vivre des jours meilleurs? Alex regrette néanmoins d’être parfois trop distant. Engagé dans un appel d’offres crucial pour l’avenir de sa société, le jeune entrepreneur ne ménage pas ses efforts pour tenter de remporter les cinq millions d’euros mis en jeux. Mais alors que le dénouement approche, un maître chanteur va anéantir tous ses espoirs et faire planer au-dessus de sa tête une lourde menace… Un matin, Sacha croise la route de Sandra, une jeune femme à la beauté saisissante. Une jeune femme mystérieuse qui dissimule une indicible tristesse sous un sourire de façade. Une jeune femme que Sacha désire revoir à tout prix au risque de dévoiler son vrai visage : celui d’un père rongé par le remords, celui d’un homme en quête de renouveau. Le visage d’Alex, tout simplement.Alex… Sacha… Deux personnalités si différentes.Deux vies que tout oppose.Deux histoires pourtant liées par le destin.

Et vous alors quelles sont vos lectures, passées, en cours ou futures ?

Récapitulatif de la semaine

Je vous souhaite à tous une excellente semaine !

La femme tombée du ciel

la femme tombée du ciel

Auteur : Thomas King

Genre : Contemporain

Edition : Philippe Rey

Titre : La femme tombée du ciel

Quatrième de couverture :

Une catastrophe écologique provoquée par la multinationale Domidion a éliminé toute forme de vie dans l’océan sur la côte de Colombie-Britannique, et fait des victimes parmi les habitants de la réserve voisine.
Deux personnes sont responsables de cette catastrophe. Le chercheur Gabriel Quinn, scientifique génial, a mis au point un défoliant mortel, puis tenté de lutter contre sa mise en vente. Alors que, dévoré de culpabilité, il vient s’installer dans la zone polluée avec l’intention de se suicider, des survivants étonnants vont lui redonner goût à la vie, dont Mara Reid, peintre à la sexualité décomplexée qui a grandi sur la réserve et en connaît les secrets.
Dorian Asher, le P-DG de Domidion, narcissique et attachant à la fois, tente d’oublier le scandale en se réfugiant dans de luxueux hôtels, savourant sa solitude, avec pour unique obsession le choix d’une nouvelle montre…
La femme tombée du ciel est un roman à l’humour dévastateur. Thomas King évoque les traditions amérindiennes pour faire ressortir la monstruosité de l’homme contemporain vis-à-vis de son environnement. Le lobby des armes, l’industrie chimique, l’agriculture à haut rendement et le capitalisme sont férocement critiqués dans ce texte foisonnant, engagé, mais aussi baigné d’une lumière poétique des origines, indispensable et guérissante.

Quelques mots sur l’auteur :

Thomas King, né en 1943 en Californie, vit au Canada depuis les années 1980. Romancier, nouvelliste et scénariste, il est considéré comme l’un des plus grands écrivains des Premières Nations, les peuples autochtones canadiens. Il a publié une quinzaine d’ouvrages dont L’herbe verte, l’eau vive et La femme tombée du ciel, pour lequel il a reçu le prestigieux prix du Gouverneur général en 2014.

Ma chronique :

Quelle magnifique surprise que ce roman. Je l’ai acheté un peu par hasard lors d’une vadrouille à L’Espace Culturel Leclerc lorsque j’attendais ma femme partie faire je ne sais plus trop quoi, et voilà que je tombe sur une petite pépite. Il faut aussi dire que depuis quelques mois je deviens un grand amateur de la littérature Nord-Américaine et du style Nature Writing.

Ce roman parle d’un sujet d’actualité, l’écologie en partant d’une énorme catastrophe environnementale suite au déversement d’un défoliant. Suite à celle-ci, des morts et la destruction de la faune et de la flore sur une côte en Colombie-Britannique. Traiter de ce sujet en étant américain est d’un certain côté un coup de force surtout quand l’on connait le respect qu’on certaines grandes entreprises de ce pays avec l’environnement.

Ce que j’ai trouvé très intelligent dans la façon que Thomas King de construire son roman, c’est les différents points de vues qu’il a décidé de donner à son histoire. Il y a tout d’abord Dorian Asher, le P-DG de Domidion, une multinationale dans l’élaboration de produits chimiques et dans l’extraction du pétrole responsable de l’épandage du défoliant. Ensuite, il y a Gabriel, le chercheur à l’origine de la création de ce produit. Nous avons également le point de vue de Mara, une autochtone ayant vécue dans la zone touchée par La ruine. Pour finir, nous avons deux drôles de personnages, Sonny, un jeune garçon solitaire qui a quelques problèmes psychologiques et Nicholas Crisp qui est mon personnage préféré, je ne sais pas trop comment le décrire tellement il est charismatique et étrange. On alterne donc la lecture avec le point de vue de chacun d’eux ce qui nous rends les personnages tous très attachants, même ceux qui de premier abord pourrait nous paraître vraiment antipathique.

J’ai vraiment apprécié ma lecture, la plume de l’auteur est vraiment agréable, presque poétique. Ce roman se lit un peu comme on lirait une légende ou un conte moderne. On sais où l’auteur veut nous emmener, mais on ne sais pas vraiment de quelle manière il compte le faire. J’ai beaucoup aimé le mystère qui plane tout le long sur Nicholas Crisp et sur Le Chien, j’ai eu l’impression que ces deux là n’étaient pas à cet endroit par hasard et que c’était un peu le destin que la conclusion de ce roman et que c’est eux qui tiraient les ficelles en quelque sorte.

J’ai aimé le message que nous délivre Thomas King à travers son roman, le fait que la nature est et restera plus forte que l’homme et qu’elle reprend toujours ses droits et revis toujours de ses cendres. J’ai beaucoup aimé cette symbolique évoqué tout le long de l’histoire et mise en parallèle avec les tortues marines. Le titre original est d’ailleurs « The back of the turtle ». L’évocation également du capitalisme à outrance et du lobby pétrolier ainsi que la manière que les grandes entreprises et que la presse peuvent faire tourner l’opinion publique dans un sens ou dans l’autre est très intéressant dans ce roman.

Bref, une histoire captivante, un très joli roman, une très belle légende moderne que je vous conseille à tous.

tortue

Ma note : 09/10

# 52 – Instant Poésie

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, dans cet Instant Poésie, je vais vous partager pour la première fois un texte de ma composition. J’ai écris celui-ci, car le weekend dernier, ce fut le baptême de mon petit filleul, Gabin. Alors, soyez indulgents et n’hésitez pas à me donner vos avis et conseils cela me ferait vraiment plaisir.

IMG_4367

Gabin

Un soir d’été, il y a tout juste un an,

J’appris avec honneur, mon nouveau rôle, Parrain.

Avec fierté, j’acceptai la confiance de tes parents

A partir de ce jour, me voilà un de tes anges gardiens.

 

Alors quel ne fut pas mon bonheur,

Ce jour de novembre à la maternité

Quand je pris dans mes bras ce bébé sans pleur

Que j’accompagnerais et guiderais pour l’éternité.

 

Donc, en ce jour, devant Dieu, pour ton baptême,

Je te le répète à toi mon petit bonhomme,

Chaque jour, je serais là, car je t’aime,

Pour t’épauler et te conseiller toute ta vie d’homme.

bapteme

Des Aventures hors du commun

aventures hors du commun

Auteur : Yannick Giammona

Genre : Nouvelles

Edition : Auto-édition

Titre : Des Aventures hors du commun

Quatrième de couverture :

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

Quelques mots sur l’auteur :

Yannick Giammona, 32 ans, a été professeur des écoles pendant cinq ans. Il a aujourd’hui quitté cette fonction pour s’adonner à sa passion, l’écriture, « Des Aventures hors du commun » est son premier livre. Il écrit actuellement son premier roman.

Ma chronique :

Tout d’abord, merci à l’auteur et à la plateforme Simplement.pro pour la réception de ce service presse.

Il s’agit d’un recueil de trois nouvelles que j’ai trouvé malheureusement inégales les unes des autres. Je vais rapidement vous donner mon avis sur chacune d’elles.

Pour la première, celle que j’ai le moins appréciée du fait de l’écriture simple qui de premier abord correspond à ce que veux nous faire partager l’auteur, car le narrateur est une petite fille de huit ans. Le soucis est que pour moi je n’ai pas réussi à me dire que ce que raconte cette Zoé peut-être exprimé par une fille de cette âge là. Je parle bien sûr de la manière de parler et à la construction des phrases, pas de l’histoire en elle même. J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de lourdeurs. Cette nouvelle reste celle que j’ai le moins apprécié.

La seconde, quant à elle est raconté avec un regard extérieur à l’action et du coup me fut plus agréable à lire du fait du recul qu’a le narrateur par rapport aux protagonistes. J’ai vraiment apprécié cette petite nouvelle et son côté fantastique m’a beaucoup plus. Si j’ai un petit regret à formuler c’est que j’aurais aimé en savoir plus.

Pour la dernière nouvelle, alors là j’ai un avis plus mitigé, elle est racontée par le protagoniste principal ce qui dès le départ nous enlève une part du mystère final. J’ai bien aimé la construction de cette petite histoire malgré encore une fois des lourdeurs et des répétitions. Dernier point que je regrette est le fait de ne pas retrouver de côté fantastique dans cette nouvelle alors qu’il y en avait dans les deux autres. Je sais bien que l’on parle d' »Aventures hors du commun » et non d' »Aventures fantastiques » mais pour ma part je l’aurais plus tôt placée  en premier pour aller crescendo dans le « hors du commun ».

J’espère avoir la chance de lire prochainement le futur roman de Yannick Giammona, car même si mon avis n’est pas très enthousiaste sur ce recueil, j’aimerais voir la plume de cet auteur dans un autre genre que des nouvelles.

Ma note : 05/10

# 36 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

J’espère que vous allez tous bien. On se retrouve aujourd’hui pour partager un extrait de ma lecture en cours.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

la femme tombée du ciel

 Jouer. Mourir.
Pas de problème.
Sur la plage de Sonny, on n’a pas le droit de faire le mort. Ah ça, non! Il y a des règles à suivre. Où sont-ils, au fait, les vêtements du vieux ? Pourquoi est-il tout nu ? Quelqu’un d’autre que Sonny les aura ramassés. Ce n’est pas juste. Pas bien du tout.
Le marteau, la pince et le tournevis à pointes multiples que Sonny porte à la taille font clic-clac-clic-clac contre sa cuisse. C’est à moi que revenaient ces vêtements, se dit-il. On me le paiera.
Sonny regarde le ciel, puis l’océan. Un autre jour sur la plage. Un autre jour d’odeurs marines et de rumeurs océanes. Un autre jour à l’Ocean Star Motel. Avec l’étoile de néon bleue qui fait tic-tac-tic-tac tout le jour et toute la nuit.

 

# 59 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Dernière semaine de vacances pour moi. Mon rythme de lecture n’est pas au top en ce moment avec les petits travaux à la maison et ce weekend le baptême de mon filleul je n’ai pas eu trop de temps.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

aventures hors du commun

Des Aventures hors du commun de Yannick Giammona

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

la femme tombée du ciel

La femme tombée du ciel de Thomas King

Une catastrophe écologique provoquée par la multinationale Domidion a éliminé toute forme de vie dans l’océan sur la côte de Colombie-Britannique, et fait des victimes parmi les habitants de la réserve voisine.
Deux personnes sont responsables de cette catastrophe. Le chercheur Gabriel Quinn, scientifique génial, a mis au point un défoliant mortel, puis tenté de lutter contre sa mise en vente. Alors que, dévoré de culpabilité, il vient s’installer dans la zone polluée avec l’intention de se suicider, des survivants étonnants vont lui redonner goût à la vie, dont Mara Reid, peintre à la sexualité décomplexée qui a grandi sur la réserve et en connaît les secrets.
Dorian Asher, le P-DG de Domidion, narcissique et attachant à la fois, tente d’oublier le scandale en se réfugiant dans de luxueux hôtels, savourant sa solitude, avec pour unique obsession le choix d’une nouvelle montre…
La femme tombée du ciel est un roman à l’humour dévastateur. Thomas King évoque les traditions amérindiennes pour faire ressortir la monstruosité de l’homme contemporain vis-à-vis de son environnement. Le lobby des armes, l’industrie chimique, l’agriculture à haut rendement et le capitalisme sont férocement critiqués dans ce texte foisonnant, engagé, mais aussi baigné d’une lumière poétique des origines, indispensable et guérissante.

3. Que vais-je lire ensuite ?

terre de lest

Maiesta – Les Terres de l’Est – Tome 1 de Megane Delsinne

Depuis quatre longues années, le royaume d’Atalis est en guerre avec le Khagan. Une guerre sanglante et meurtrière, qui semble vouloir s’éterniser depuis la mort de la princesse Nissah. Dans les couloirs du château, il se murmure que le roi Alric III aurait perdu la raison et qu’il voudrait continuer cette guerre coûte que coûte. Petit à petit, le pays s’englue dans le désespoir et la pauvreté. Mais la rumeur persistante de l’existence d’une rebelle qui s’apprêterait à renverser le pouvoir redonne de l’espoir aux Ataliens…

Alors, et vous ? Que lisez-vous de beau en ce moment ?

Récapitulatif de la semaine

Voilà, je vous souhaites à tous une excellente semaine !

 

 

# 51 – Instant Poésie

Bonjour à tous,

Comme tous les jeudi, je viens vous présenter un nouveau poème. Cette semaine, il s’agit d’un texte de Paul Scarron qui fut le premier mari de Françoise d’Aubigné qui deviendra plus tard Madame de Maintenon.

scarron

Superbes monuments de l’orgueil des humains

Sonnet

Superbes monuments de l’orgueil des humains,
Pyramides, tombeaux dont la vaine structure
A témoigné que l’art, par l’adresse des mains
Et l’assidu travail, peut vaincre la nature :

Vieux palais ruinés, chefs-d’oeuvre des Romains
Et les derniers efforts de leur architecture,
Colisée, où souvent ces peuples inhumains
De s’entr’assassiner se donnaient tablature :

Par l’injure des ans vous êtes abolis,
Ou du moins, la plupart, vous êtes démolis ;
Il n’est point de ciment que le temps ne dissoude.

Si vos marbres si durs ont senti son pouvoir,
Dois-je trouver mauvais qu’un méchant pourpoint noir,
Qui m’a duré deux ans, soit percé par le coude ?

550px-Domus_augustana_-_stadium

# 35 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

Nous voici mardi et du coup comme chaque semaine, je viens vous proposer un extrait de ma lecture en cours.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

aventures hors du commun

C’est fou ce que le cerveau humain est capable de faire. J’ai réussi à créer une protection contre mon don uniquement grâce à mon imagination. Et aujourd’hui que ma protection semble menacée, je vais à nouveau essayer de faire jouer mon imaginaire. Puisque la fenêtre de ma grande pièce blanche s’ouvre toute seule depuis aujourd’hui, je dois trouver un moyen de la réparer. Comme si elle était cassée et que j’allais dans un magasin de bricolage pour acheter de quoi la remettre en bon état.

 

En lieu sûr

en lieu sur

Auteur : Wallace Stegner

Genre : Contemporain

Edition : Gallmeister

Titre : En lieu sûr

Quatrième de couverture :

Deux couples d’enseignants à l’âge de la retraite, amis de longue date, passent leurs vacances dans une maison isolée en pleine forêt. Les uns étaient modestes, les autres mondains, mais l’amour de la littérature, le partage des bonheurs et des épreuves de l’existence ont forgé entre eux un lien aussi indissoluble que nécessaire. Au fil des retours sur le passé, Stegner évoque avec force et émotion le flot de la vie et la puissance du souvenir, tandis que s’invite la promesse de la mort.

Quelques mots sur l’auteur :

Wallace Stegner est né en 1909 dans l’Iowa et a grandi dans divers Etats de l’Ouest américain – Dakota du Nord, Washington, Montana, Idaho, Wyoming – avant de s’installer avec ses parents et son frère à Salt Lake City, Utah, en 1921. Enseignant à Stanford puis à Harvard, il a compté parmi ses étudiants des auteurs tels que Thomas McGuane, Raymond Carver, Edward Abbey ou Larry McMurtry. Un des plus grands écrivains du XXe siècle, il a été récompensé par les prix littéraires américains les plus prestigieux, le National Book Award et le Prix Pulitzer. Il est mort en 1993, laissant derrière lui une oeuvre vaste composée d’une trentaine de romans et d’essais sur la défense des espaces sauvages.

Ma chronique :

Voici donc ma troisième chronique dans le cadre de mon partenariat avec Gallmeister. En lieu sûr de Wallace Stegner qui paraît dans la collection Totem le 07 septembre.

Que dire de ce roman … Disons que c’est une histoire de vie, d’amitié à travers l’Amérique à travers le XXe siècle. C’est l’histoire d’une promesse que malgré des sentiments très fort tel que l’amour et l’amitié, la nature est et restera maître de nos destins.

Cette lecture fut pour moi longue et fastidieuse, du fait de l’écriture qui est très lourde et très recherchée j’ai eu souvent le besoin de lire et relire des passages pour bien comprendre ce que l’auteur souhaitait transmettre. Ce n’est pour ma part pas péjoratif de dire cela, mais disons que je n’ai pas l’habitude de ce genre d’écriture et des tournures complexes utilisées par l’auteur.

A un moment dans ma lecture, (environ vers la page 100) j’ai ressenti ce moment que chacun de nous connais, vous savez, le moment où l’on se sent attrapé, pris au piège, ce moment où l’on sait que l’on ne pourra plus lâcher le livre. Je me suis dit à ce moment là que cela avait valu le coup que je tienne, puis une centaine de pages plus loin, tout s’est essoufflé et je suis retombé dans les mêmes travers que au début du roman.

Mes sentiments après cette lecture sont vraiment mitigés, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais le contraire est aussi vrai. Disons clairement qu’il ne se passe rien dans ce roman. Ce qui est par contre formidable c’est que l’auteur nous le dit à un moment dans son livre, « vous ne trouverez pas de rebondissements, de sang, de drame … » et effectivement rien de tout cela. En gros c’est l’histoire de notre vie à tous en mettant l’accent sur l’amitié la plus importante qui à traversé la vie avec nous.

Alors, oui, l’histoire est belle, la fin est attendue dès le début, oui, il ne se passe rien, oui je peux dire que c’est plat, mais je pense que j’ai compris ce que voulais nous faire partager l’auteur. Il a voulu nous faire partager la vie et nous montrer qu’il n’y a pas besoin de grand chose pour vivre pleinement cette vie qui nous est offerte, juste un peu d’amour et d’amitié.

Par contre, encore une fois le côté « nature writing » qui est vraiment la marque de fabrique de Gallmeister est bien présent et cela rend tellement plaisant la lecture, depuis que j’ai découvert cette maison d’éditions, j’ai vraiment l’impression de voyager à travers l’Amérique alors que malheureusement je n’y ai encore jamais mis les pieds.

Je pense que j’essaierai plus tard de lire d’autres livres de Wallace Stegner, quant à En lieu sûr, je pense qu’il peut plaire à certains, alors n’hésitez surtout pas à venir me dire ce que vous en aurez pensé.

Ma note : 06/10

"Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière" Charles Baudelaire

%d blogueurs aiment cette page :