Un jour viendra

Autrice : Giulia Caminito

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Un jour viendra

Quatrième de couverture :

À Serra de’ Conti, sur les collines des Marches italiennes, Lupo et Nicola vivent dans une famille pauvre et sans amour. Fils du boulanger Luigi Ceresa, le jeune Lupo, fier et rebelle, s’est donné pour mission de protéger son petit frère Nicola, trop fragile, trop délicat avec son visage de prince. Flanqués de leur loup apprivoisé, les deux frères survivent grâce à l’affection indestructible qui les unit. Leur destin est intimement lié à celui de Zari, dite Soeur Clara, née au lointain Soudan et abbesse respectée du couvent de Serra de’ Conti. Car un mensonge sépare les frères et un secret se cache derrière les murs du monastère. Alors que souffle le vent de l’Histoire, et que la Grande Guerre vient ébranler l’Italie, le jour viendra où il leur faudra affronter la vérité. 

Quelques mots sur l’autrice :

Giulia Caminito est née en 1988 à Rome. Elle est diplômée en philosophie politique. Son premier roman, La Grande A (2016, Giunti) a reçu plusieurs prix littéraires prestigieux. Un jour viendra, son deuxième roman et le premier traduit en France, se déroule dans le village d’origine de sa mère, à Serra de’ Conti dans les Marches italiennes, sur les hauteurs d’Ancône.

Ma chronique :

Première excursion en dehors des États-Unis pour les éditions Gallmeister avec ce roman de Giulia Caminito, autrice italienne qui nous propose ici son second roman, Un jour viendra. Je dois dire que j’ai été un peu surpris par ce pas de côté de ma maison d’éditions préférée, j’ai même eu un peu peur qu’elle perde son identité. Et bien je peux dire que je suis rassuré, c’est pour le moment une réussite.

Un jour viendra, est un roman très fort, poignant et passionnant. Une histoire de famille, de deux frères… Une histoire de secret de famille et de non-dits. C’est également l’histoire de l’Italie et de la région des Marches. Alors en ce qui concerne ce dernier point, j’avoue que par moment j’ai été un peu perdu, je ne connaissais absolument pas l’histoire de l’Italie. J’ai donc appris pas mal de choses ce qui est génial. Bon forcément, vous connaissez mon aversion pour tout ce qui touche aux deux guerres mondiales, alors les passages décrivant celle de 14-18 ont été assez laborieux à lire pour moi.

J’ai été happé par la plume de Giulia Caminito que j’ai trouvé très directe, elle va droit au but et touche en plein coeur. J’ai adoré la relation entre les deux frères tellement à l’opposé l’un de l’autre. Le plus âgé, Lupo, mon personnage préféré, un rebelle épris de liberté et de justice, capable de laisser de côté ses rêves pour s’occuper de son petit frère. Il est comme emprisonné dans cette relation, ce qui l’attache à son village et lui fait taire ses ambitions révolutionnaires. Le petit, Nicola, lui est intelligent, il sait lire, mais il est une petite chose fragile qui est lui emprisonné dans son corps et par cette fusion qu’il a avec son frère. Ce roman parle d’eux et c’est une vrai réussite, ils m’ont touché ces deux là.

Il y a également dans ce roman, une histoire en parallèle qui vient s’entortillée avec l’intrigue principale, c’est l’histoire de Soeur Clara, une abbesse dure comme la pierre de son monastère, aux premiers abords, mais qui au final a un coeur énorme et qui veille sur tout son petit monde en étant discrète et pleine d’humilité. Cela rajoute un thème à ce roman, avec la religion et le rôle de l’église, j’ai trouvé cela vraiment captivant.

Voilà donc un roman captivant pour lequel j’ai même été déçu de tourner la dernière page, j’aurais aimé continuer ma route avec Lupo et Nicola. Merci beaucoup à Gallmeister pour avoir pris le risque de sortir de leur zone de confort pour nous faire découvrir une pépite comme celle-ci. J’ai maintenant hâte de voir ce que vos autres excursions vont donner.

Ma note : 10 / 10

# 193 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Hier j’ai passé la journée allongé sur le canapé à cause d’un gros rhume, j’espère qu’aujourd’hui ça va aller mieux. Du coup, cela m’a permis de finir le roman de Christophe Royer, Une arête dans la gorge que j’ai bien aimé. Du coup, me voilà avec un nouveau Gallmeister, le premier roman de Rye Curtis, Kingdomtide.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Je m’approchai un peu. Terry n’allait pas bien du tout. Il avait recraché un segment de sa mâchoire qui contenait encore plusieurs dents et qui était tombé dans son col de chemise. Un de ses yeux bleus était complètement noir. À son comportement, il semblait incapable d’y voir quoi que ce fût avec aucun de ses yeux. Il continuait à pousser ses cris fous, et je faisait écho à chacun d’entre eux. Mes mains tremblaient et mon coeur bondissait comme un lièvre. Nous étions juste là, lui et moi, à nous hurler dessus l’un l’autre. Dans un monde meilleur, ce grand spectacle eût pu être comique.

# 222 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Retour du « C’est lundi que lisez-vous ? » après deux semaines d’absences. Effectivement, difficile de trouver du temps pour lire et pour être sur le blog avec mon fils qui réclame 100 % de notre temps. Ann’Gaëlle de son côté a été également bien occupé avec l’école à la maison pour son fils. Mais voilà, je commence à m’organiser et Chaton est de plus en plus calme, même s’il refuse la sieste depuis plusieurs jours et qu’il est épuisé le soir. J’arrive du coup à lire plus et franchement cela fait du bien. On m’a martelé « Tu verras quand tu auras ton fils tu ne pourras plus lire … », alors, oui ce n’est pas facile, mais la lecture fait partie de moi et j’ai besoin de lire pour être bien. Je pense qu’ici vous me comprenez 😉

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
Celle d’une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

RevanBane : 

Une arête dans la gorge de Christophe Royer

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l’écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place…
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises…
Un thriller haletant où vont s’entrechoquer assassinats violents, sociétés secrètes, Histoire et sciences dans un Lyon ésotérique…

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

RevanBane :

Une arête dans la gorge de Christophe Royer

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

À pas de loup de Isabelle Villain

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barbarie, un éco-hameau niché en plein coeur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien trop pesant. pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons. Mais l’équilibre de cette nouvelle vi va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve ça se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

RevanBane :

Kingdomtide de Rye Curtis

Seule rescapée d’un accident d’avion, Cloris Waldrip, soixante-douze ans, se retrouve piégée au fin fond des montagnes du Montana. Face à la nature impitoyable, elle ne peut compter que sur sa ténacité pour survivre. La ranger Debra Lewis, résolue à la secourir, se lance sur sa piste, suivie de quelques autres sauveteurs. Mais les jours passent, et l’espoir s’étiole. Quand, épuisée, Cloris se trouve confrontée à ce qu’elle prend pour un miracle, puis pour un fantôme, elle hésite à en croire ses sens. Mais s’il existe quelque part un royaume des spectres, ce pourrait bien être dans les forêts du Montana.

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

À chacun sa mort

Auteur : Ross MacDonald

Édition : Gallmeister

Genre : Polar

Titre : À chacun sa mort

Quatrième de couverture :

Dans une maison décrépite de Santa Monica, une veuve glisse dans la main de Lew Archer 50 dollars pour qu’il retrouve sa fille Galatea, disparue depuis Noël. Ça n’est pas cher payé et les indices sont minces, mais une photo de la séduisante jeune femme achève de convaincre le détective. Galatea semble en danger : elle a été vue pour la dernière fois en compagnie d’un malfrat notoire. Des quartiers pauvres de San Francisco aux villas de Palm Springs, dans un monde gouverné par les commerces illicites, les cadavres s’accumulent et la ravissante disparue mène un jeu des plus troubles.

Quelques mots sur l’auteur :

Ross Macdonald, de son vrai nom Kenneth Millar, naît en 1915 en Californie. Lorsqu’il est âgé de quatre ans, sa famille s’installe au Canada. Son père quitte alors le foyer familial et le jeune garçon grandit dans la pauvreté. Il connaît une adolescence violente, à la limite de la délinquance.

À la mort de son père, un petit héritage lui permet d’entrer à l’université. Sa mère meurt en 1935. Après deux années passées à voyager en Europe, il revient au Canada, où il reprend ses études et épouse en 1938 Margaret Sturm, qui s’illustrera elle aussi dans le monde du polar sous le nom de Margaret Millar.

Il enseigne pendant quelques années avant de rejoindre l’US Navy dans le Pacifique. À son retour de la guerre, il s’installe en Californie et publie un premier roman, The Dark Tunnel, en 1944, sous son véritable nom. Trois autres romans suivront avant la publication, en 1949, de Cible mouvante. Celui-ci paraît sous le pseudonyme de « John Macdonald », que l’auteur ne tardera pas à remplacer par celui de « Ross Macdonald ». La série dont Lew Archer est le héros est née. 


Mais si la carrière de Ross Macdonald décolle à ce moment-là, sa vie privée le condamne traverse plusieurs épreuves. Son mariage bat de l’aile et il tente de se suicider. En 1956, sa fille unique Linda, alors âgée de dix-sept ans, est impliquée dans un homicide involontaire. Trois ans plus tard, alors qu’elle est en liberté conditionnelle et sous traitement psychiatrique, elle disparaît pendant une semaine avant d’être finalement retrouvée dans le Nevada.


Dès lors, l’œuvre de Ross Macdonald connaît un tournant. Les aspects les plus sombres et les plus troublants de son expérience personnelle entrent dans ses romans : enfants perdus, adultes aux prises avec les regrets, secrets de famille. Ses personnages gagnent en nuance et en profondeur. 


En 1969, une poignée de journalistes organisent ce que l’on appellera la “conspiration Ross Macdonald” : décidant de dépasser le présupposé selon lequel le polar est un sous-genre littéraire, ils s’accordent pour publier de concert des articles majeurs destinés à pousser l’auteur sur le devant de la scène littéraire. À partir de cette date, les romans de Ross Macdonald deviennent des best-sellers ; il fait même la une de Newsweek en 1971. Des millions d’exemplaires sont vendus et le roman policier acquiert grâce à lui ses lettres de noblesse.


Ross Macdonald meurt en 1983 à l’âge de soixante-sept ans. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands écrivains de romans noirs. James Crumley disait avoir relu dix fois son œuvre et James Ellroy lui a dédicacé le premier volume de sa trilogie Lloyd Hopkins.

Ma chronique :

Comme vous le savez, je me suis donné comme but de faire la collection de tous les Totems, la collection poche de chez Gallmeister. Et comme fin février je n’avais pas de lectures prioritaires dans le cadre de mes partenariats, j’ai donc pioché sur l’étagère dédiée à cette collection. Me voilà donc à découvrir Ross MacDonald avec, À chacun sa mort. En le commençant je comprend rapidement qu’il s’agit d’une série avec comme détective Lew Archer. Ce roman est le troisième de la série mais hormis ne pas trop en savoir sur l’histoire du détective cela ne gène pas la lecture.

Bon je vous le dis tout de suite, ce n’est pas ma meilleure lecture de l’année. En fait je crois que je m’attendais à retrouver du Crumley (si vous ne connaissez pas allez voir ici, ici, ici et ici) mais ici nous avons droit à un polar à mon sens moins noir. Par contre en lisant la biographie de Ross MacDonald, qui soit dit en passant n’a pas eu une vie très facile, j’ai cru comprendre que ce côté noir justement allait crescendo dans cette série. Du coup, je compte bien lire les trois premiers puis ensuite me les faire dans l’ordre. C’est une série qui compte treize enquêtes donc j’ai quoi faire.

Après, j’ai tout de même passé de bons moments avec ce roman, surtout grâce à Lew Archer, le narrateur et le détective. Il est je trouve super désabusé et met beaucoup d’ironie dans la manière de raconter ce qu’il se passe. J’ai apprécié les personnages, des laissés pour compte. Et cette ambiance de la côte Ouest des États-Unis avec le soleil qui tape sur la tête. Ross MacDonald à vraiment le sens de la tournure c’est excellent pour ça.

Concernant l’enquête, franchement il n’y a pas de quoi cassé trois pattes à un canard. J’ai d’ailleurs été un peu perdu et n’ai pas forcément tout compris. Ce qui est plutôt intéressant (et un un plus par rapport à Crumley) , c’est le côté procédurier avec la collaboration, ou non, avec la police locale, j’ai trouvé ce point vraiment sympa.

Vous l’aurez donc compris, ce n’est pas une lecture qui restera dans les annales mais c’est un roman qui m’aura permis de découvrir Ross MacDonald et son célèbre détective Lew Archer.

Ma note : 06 / 10

Mon bilan du mois de mars

Bonjour tout le monde,

Voilà, je pensais avoir un moment tranquille pour écrire cet article… Mais mon petit gars en a décidé autrement, « Papa je peux venir sur te genoux », « Tu fais quoi Papa ? », « Eh Papa !!! » … Du cou cela va être un peu plus ardu lol mais bon, je vais y arriver. Comme vous avez pu le remarquer, pas d’article sur le blog depuis deux semaines. Ceci s’explique car premièrement, je n’ai pas eu beaucoup de temps et que les seuls moments à moi je n’ai pas forcément eu l’envie de m’obliger à aller sur le blog. Du coup, j’ai deux chroniques en retard et je n’ai pas été voir vos blogs depuis quelques temps, je m’en excuse, j’y passerais prochainement. Je commence à m’organiser un peu mieux je vais donc peut-être trouvé du temps pour reprendre la lecture et le blog sérieusement. En attendant, place au bilan du mois de mars.

Un peu de racontage de vie

Bon, comme je vous l’annonçais le mois dernier lors de mon dernier bilan, nous avons rencontré notre fils en physique pour la première fois le 1er mars. Cela s’est fait dans une maison que nous avions louée dans le village où il habitait. Nous avions rendez-vous à 10h30 et ma femme avait préparé des crêpes pour faire un petit goûté avec notre petit bonhomme, son assistante familiale et les deux psychologues. Beaucoup de stress en attendant qu’il arrive, nous ne tenions pas en place. Quand tout d’un coup le voilà avec un dessin et un bouquet de jonquilles. Vous n’imaginez pas le bonheur d’enfin le rencontrer. Bon, au début il était très timide et il a fallut une crêpe avec de la pâte à tartiner pour le faire sourire mais cela s’est assez bien passé. À un moment nous nous sommes retrouvés tous les trois et nous lui avons annoncé son nouveau prénom, Mahlo. Alors au début c’était « non, non et non » mais dès l’après-midi il se présentait en tant que Mahlo. Nous avons passé quelques jours sur place avant de rentrer à la maison tous les trois le 4 mars. Franchement nous avons passés les deux premières semaines comme dans un rêve, il était super adorable, et a eu une capacité d’adaptation hors du commun absolument fou pour son âge. Ensuite cela s’est un peu compliqué avec une grosse phase de régression, des nuits très courtes, retour du biberon et des papis dans la couche la nuit. Nous passons par plusieurs phases, c’est un petit garçon qui a beaucoup de colère en lui. Pour nous c’est par moment assez dur mais dans ces moments là on se rappelle que notre loulou n’a des parents que depuis un mois et que pour lui cela doit être encore plus difficile. Nous avons également rencontré la famille et les amis avec Mahlo et franchement cela s’est super bien passé, c’est juste génial. Que du bonheur!

Mes lectures du mois de mars

  • À chacun sa mort de Ross MacDonald
  • Un jour viendra de Giulia Caminito

Ma PAL du mois d’avril

Je ne prévois pas plus pour le moment, on verra bien 😉

Voilà pour ce bilan, je vous souhaite à tous un très beau mois d’avril!

# 221 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous en ce nouveau lundi ? De mon côté, je suis épuisé lol, la semaine fut difficile, Mahlo, notre fils nous prouve vraiment que c’est un petit garçon avec des besoins spécifiques. Cela est dur car quand ton petit garçon que tu aimes plus que tout te dit les yeux plein de désespoir qu’il ne te croit pas quand tu lui dit que tu l’aimes, cela touche en plein coeur. Et ce petit monsieur, nous test beaucoup et commence à faire quelques crises. Mais ce n’est pas que cela, il y a beaucoup de bonheur aussi, c’est juste génial d’être parents. Bon par contre, niveau lecture c’est compliqué, j’ai très peu de temps. Alors faisons le point.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
Celle d’une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

RevanBane : 

Un jour viendra de Giulia Caminito

À Serra de’ Conti, sur les collines des Marches italiennes, Lupo et Nicola vivent dans une famille pauvre et sans amour. Fils du boulanger Luigi Ceresa, le jeune Lupo, fier et rebelle, s’est donné pour mission de protéger son petit frère Nicola, trop fragile, trop délicat avec son visage de prince. Flanqués de leur loup apprivoisé, les deux frères survivent grâce à l’affection indestructible qui les unit. Leur destin est intimement lié à celui de Zari, dite Soeur Clara, née au lointain Soudan et abbesse respectée du couvent de Serra de’ Conti. Car un mensonge sépare les frères et un secret se cache derrière les murs du monastère. Alors que souffle le vent de l’Histoire, et que la Grande Guerre vient ébranler l’Italie, le jour viendra où il leur faudra affronter la vérité.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

RevanBane : 

Un jour viendra de Giulia Caminito

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

À pas de loup de Isabelle Villain

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barbarie, un éco-hameau niché en plein coeur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien trop pesant. pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons. Mais l’équilibre de cette nouvelle vi va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve ça se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

RevanBane :

Une arête dans la gorge de Christophe Royer

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l’écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place…
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises…
Un thriller haletant où vont s’entrechoquer assassinats violents, sociétés secrètes, Histoire et sciences dans un Lyon ésotérique…

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

Montana 1948

Auteur : Larry Watson

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Montana 1948

Quatrième de couverture :

« De l’été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper. » Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d’une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.

Quelques mots sur l’auteur :

Larry Watson est né en 1947 à Rugby, dans le Dakota du Nord. Fils et petit-fils de shérif, il rompt la tradition familiale et se lance dans l’écriture. Auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles traduits en une dizaine de langues, il a été récompensé par de nombreux prix littéraires. Montana 1948 a, dès sa parution aux États-Unis en 1993, été reconnu comme un nouveau classique américain.

Aujourd’hui, Larry Watson vit et enseigne dans le Wisconsin.

Ma chronique :

Le Totem n° 1… Je l’ai trouvé sur Vinted il y a quelques temps et je n’ai pas résisté longtemps à l’envie de le lire.

Larry Watson nous offre avec ce roman un grand classique de la littérature américaine. Tout est parfait dans ce roman qui est relativement court. Tout d’abord, le narrateur, un jeune garçon. Cela donne une vision pleine d’innocence et surtout sans voyeurisme. Et puis les autres personnages sont complexes comme j’aime. Surtout le père qui est tiraillé entre son esprit de justice et ses liens familiaux. Surtout l’histoire en elle-même, c’est simple, efficace cela va droit au but, c’est noir, bref c’est du Gallmeister.

J’ai aimé la rudesse de cette histoire, la rudesse des descriptions, la rudesse du Montana, c’est tout ce que j’aime dans mes lectures américaines. Et il y a comme souvent dans ces romans, du racisme avec les indiens, une fois de plus parqués et presque non reconnus comme hommes en tant que tel. Et bien sûr, il y a les armes, éléments importants dans ce roman.

Voilà donc un grand roman que j’ai dévoré en une journée. Avec un passage dans le monde adulte par la violence et la toute puissance que peut avoir une famille sur une petite ville du Montana. Du coup, jusqu’où aller pour ne pas écorcher l’image de la famille, j’ai adoré la position du père et son choix final.

Bref, encore un Gallmeister que je vous invite à découvrir.

Ma note : 10 / 10

# 192 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Je suis content, j’ai enfin commencé le roman de Giulia Caminito, Un jour viendra. Il s’agit du premier roman de chez Gallmeister hors Amérique. J’ai vraiment hâte de découvrir ce qu’il m’attend car c’était une surprise d’apprendre que ma maison d’éditions préférée sorte de sa zone de confort. Voilà, je vous en reparle bientôt.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Où tu trouverais l’argent, hein ? Il y a pas beaucoup de travail à cette période, on n’aura rien jusqu’en septembre. On fait pas partie des gens qui peuvent se permettre de s’acheter de nouveaux vêtements à toutes les fêtes, et encore moins d’en acheter aux autres, dit Gaspare.

Qui peut se le permettre ? Demanda Lupo avec un air de défi.

Ceux qui ont tout, qui possèdent les champs, qui possèdent les maisons, expliqua Gaspare.

C’est qui ? le pressa Lupo.

Les propriétaires. Le champ de mon père n’est même à lui, tu sais comment ça marche, non ?

Ça se peut, répondit Lupo, et il se retourna à nouveau pour regarder le chapeau d’Ernesto qui flottait autour de sa petite tête.

# 220 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

La troisième semaine avec notre fils commence aujourd’hui. Alors c’est un vrai bonheur d’être papa, je kiffe vraiment. Par contre notre petit Mahlo est un garçon à besoin spécifique et là nous sommes en pleine phase de régression. Il ne fait plus ses nuits correctement et du coup je me retrouve à passer une grande partie de la nuit avec lui pour le rassurer et je commence à être épuisé. À côté de cela j’arrive à trouver quelques moments pour lire, j’ai même réussi à finir un livre hier. Maintenant, il faut que je fasse mes chroniques, j’en ai deux en retard. Faisons donc le point sur nos lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »

Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »

Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

RevanBane : 

À chacun sa mort de Ross MacDonald

Dans une maison décrépite de Santa Monica, une veuve glisse dans la main de Lew Archer 50 dollars pour qu’il retrouve sa fille Galatea, disparue depuis Noël. Ça n’est pas cher payé et les indices sont minces, mais une photo de la séduisante jeune femme achève de convaincre le détective. Galatea semble en danger : elle a été vue pour la dernière fois en compagnie d’un malfrat notoire. Des quartiers pauvres de San Francisco aux villas de Palm Springs, dans un monde gouverné par les commerces illicites, les cadavres s’accumulent et la ravissante disparue mène un jeu des plus troubles.

Pour arriver à ses fins, Lew Archer devra se mêler à la pègre et admettre que les visages d’anges dissimulent parfois les âmes les plus sombres.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

Mon ombre assassine de Estelle Tharreau

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
Celle d’une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

RevanBane : 

Un jour viendra de Giulia Caminito

À Serra de’ Conti, sur les collines des Marches italiennes, Lupo et Nicola vivent dans une famille pauvre et sans amour. Fils du boulanger Luigi Ceresa, le jeune Lupo, fier et rebelle, s’est donné pour mission de protéger son petit frère Nicola, trop fragile, trop délicat avec son visage de prince. Flanqués de leur loup apprivoisé, les deux frères survivent grâce à l’affection indestructible qui les unit. Leur destin est intimement lié à celui de Zari, dite Soeur Clara, née au lointain Soudan et abbesse respectée du couvent de Serra de’ Conti. Car un mensonge sépare les frères et un secret se cache derrière les murs du monastère. Alors que souffle le vent de l’Histoire, et que la Grande Guerre vient ébranler l’Italie, le jour viendra où il leur faudra affronter la vérité.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

À pas de loup de Isabelle Villain

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barbarie, un éco-hameau niché en plein coeur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien trop pesant. pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons. Mais l’équilibre de cette nouvelle vi va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve ça se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

RevanBane :

Une arête dans la gorge de Christophe Royer

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l’écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place…
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises…
Un thriller haletant où vont s’entrechoquer assassinats violents, sociétés secrètes, Histoire et sciences dans un Lyon ésotérique…

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

Mon bilan du mois de février

Bonjour tout le monde,

Voilà, mon fils est au lit je trouve quelques instants pour faire cet article mensuel.

Un peu de racontage de vie

C’est un mois qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. C’est ce mois-ci que j’ai appris que j’étais papa d’un petit garçon de trois ans et demi. Un mois riche en émotion avec le conseil de famille qui a eu lieu le 8 février mais une réponse que le 23. Une attente longue et stressante. Puis la délivrance et la joie extrême. Ensuite, le 24 nous avons reçu une dizaine de photos de notre fils et là on a découvert un garçon trop trop mignon, trop craquant, notre fils à nous c’était magique. Impossible de décoller le sourire de nos visages. Il y a eu également le 26 février, jour où nous avons fait une visio avec notre fils. Qu’est-ce que j’appréhendais ce moment, comment allait-il réagir, et nous, allait-il nous parler ? Je n’ai pas beaucoup dormi la nuit précédente vous imaginez bien. Et au final ce fut absolument magique, il nous a parlé, souri, appelé Papa, Maman … Il a rit, fait des dessins et encore appelé Papa, Maman. Tellement de bonheur, c’était juste fou. Même les psychologues n’en revenaient pas. La vraie rencontre ce fut le 1er mars, mais cela je vous en parlerais le mois prochain.

Mes lectures du mois de février

Ma PAL du mois de mars

Très peu de temps pour lire du coup je ne prévois pas grand chose.

Voilà pour ce bilan, je vous souhaite à tous un très beau mois de mars !

"Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière" Charles Baudelaire

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :