Archives du mot-clé extrait de livre

# 98 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

Comme chaque mardi, je partage avec vous un extrait de ma lecture en cours. Aujourd’hui, il s’agit de Whiskey, le nouveau roman de Bruce Holbert. Vous le retrouverez en librairie le 4 avril.

whiskey

Lors des réunions de professeurs, Andre s’attardait jusqu’au moment où il voyait Claire entrer dans la salle, alors il cherchait un siège derrière elle ou en face d’elle. Pour prendre des notes, elle utilisait un crayon, mais elle ne gommait pas, elle barrait les mots, puis elle continuait à gribouiller. Elle murmurait en lisant les documents distribués – une habitude commune à ceux qui enseignent la lecture. Ses pommettes hautes et sa mâchoire étroite pinçaient sa bouche de manière ravissante quand elle parlait et elle ne mettait pas son nez partout, ce qui constitue le plus beau compliment qu’on puisse faire à un nez. Ses cheveux châtain lui tombaient jusqu’aux épaules. Ils étaient bouclés quand elle se levait assez tôt pour utiliser son fer à friser et raides les autres jours. Elle était jolie dans les deux cas ; Andre mourait d’envie de le lui dire pour qu’elle puisse s’épargner cette peine.

Publicités

# 91 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour les amis,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous partager un nouvel extrait du tome 2 de Edwenn. Effectivement n’ayant pas eu autant de temps que je l’aurais souhaité la semaine dernière, je ne l’ai pas encore fini.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

edwenn 2

C’est pour cela que le pouvoir de Duane n’avait pu être réellement défait. Il aurait fallu priver le monde féérique de la Nuit. Ce qui est impossible. Le condamner à un jour sans fin, détruire un équilibre immuable. Les peuples libres avaient, après bien des décennies, réussi à battre les Ténèbres. Bien qu’ils aient clamé leur innocence, les alliés de Duane furent mutilés et leurs corps brûlés sans aucune chance de rejoindre leurs Dieux. Duane Gareich, quant à elle, ne retrouva pas son ancien nom, Lughtierne la Scintillante. Elle mourut avec l’anéantissement de son oeuvre et se noya dans sa propre noirceur. Mais son regard était plus heureux que jamais, disait-on, et son sourire avait longtemps hanté la Nuit.

# 43 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour les amis,

Bon il faut se l’avouer, il commence à faire vraiment froid. Là clairement j’ai carrément envie de rester au chaud chez moi dans mon fauteuil à côté de mon poêle avec un bon thé et surtout continuer à lire Lucy in the sky qui est juste terrible. Mais bon, vu qu’il faut bien allé travailler, je viens ce matin, vous partager un extrait de cette petite merveille.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

lucy in the sky

– Lucy, cria Kenny, non !

Scott me regardait bouche bée, mais je pense qu’il ne voyait rien.

– Lucy, dit Kenny. Il va pas me tuer. On est amis.

À l’idée que Kenny avait dû faire cet aveu, que je l’y avais poussé, je fermai les yeux et mon visage se ferma comme si j’allais prendre une baffe, pas du tout comme Papa et Maman. Je m’élançai en avant à la vitesse d’un cobra. Ce fut plus un coup de boule qu’un baiser.

Scott se recula et sa tête heurta la barre transversale. Mais à présent je le détestais vraiment. Je levai la main et le saisis par les cheveux pour le rapprocher de moi. Je tentai d’opérer comme l’avaient fait Papa et Maman ce matin, sans leurs tortillements, sans leurs corps à corps. J’essayais de ne pas toucher Scott du tout, comme si nous étions revenus à la phase des petites filles qui ne veulent pas jouer avec les petits garçons. Je compris qu’en fait c’était le baiser incontestable numéro sept.

Voilà, je vous souhaite à tous une excellente journée !

# 15 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

Alors, comme vous avez pu le constater dans l’article d’hier, je n’ai pas beaucoup avancé dans ma lecture, je vais donc à nouveau vous proposer un extrait de mon livre actuel, tiré cette fois de la page 131.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

les-petites-filles

Mama Xian-Zi lui posa une main sur l’épaule.

– Ici, beaucoup de petites filles pleurent leur maman disparue. Alors je leur dis que même si leur mère n’est pas présente, elle continue de vivre à travers elles. Ce n’est pas une honte d’y penser, au contraire. En pratiquant l’autocensure, vous durcissez votre carapace. Mais en dessous votre cœur reste fragile.

– Vous ne me connaissez pas.

– Vous avez raison. Mais Maître Yao-Shi m’a parlé de vous. Et cet homme est capable de lire l’âme des gens comme dans un livre ouvert.

Lina jeta un regard sur le moine d’un air songeur. Se pouvait-il qu’un homme aussi austère ait percé le secret de sa personnalité ?

Bonne journée à tous !

# 9 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

J’ai fini tard cette nuit, Aquarium de David Vann, un roman qui ne vous laisse pas indifférent une fois terminé. Je vous propose donc aujourd’hui un extrait tiré de la page 31 de ce livre dont je devrais faire la chronique ce jour.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

aquarium

Shalini avait aussi le droit de mettre du parfum, ce que ma mère trouvait ridicule pour des enfants de douze ans.

Laisse-moi sentir tes poignets, dis-je.

Tu me demandes toujours ça.

J’aime bien.

Elle leva un poignet vers moi. Son joli bras lisse et brun, j’accrochai mon nez de son poignet, fermai les yeux, et inspirai  un autre monde. Des choses que je ne pouvais nommer, épicées et sucrées.

Voilà pour ce mardi, bonne journée à tous !

# 3 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonsoir à tous,

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

N’ayant pas fini ma lecture en cours qui est La prunelle de ses yeux de Ingrid Desjours, je vous propose un extrait de la page 31 de ma prochaine lecture. En espérant que cela me motive à avancer plus vite dans ma lecture. Bon surtout, il va falloir que je trouve un peu plus de temps pour lire que ces derniers jours …

Donc voici un extrait de Visions Nocturnes de Nathalie Siwek :

Lulubelle venait de s’installer sur un des bancs posés contre le mur du fond du préau et regardait d’un air distrait les nombreux enfants qui évoluaient autour d’elle dans la petite cour délimitée par un muret de pierre. Dans un coin, les institutrices et instituteurs se tenaient en cercle et discutaient tout en fumant leur cigarette. Seule Madame Arthur ne paraissait pas avoir ce vice. Tout en balançant ses pieds devant elle, la fillette observait Christelle qui riait à gorge déployée à une ânerie que venait de lui débiter le petit garçon blond, celui-là même qui l’avait menacée de représailles. 

visions-nocturnes

Voilà, je vous souhaite une bonne soirée et je vous dis à demain pour de nouvelles aventures …