Archives du mot-clé nature writing

# 232 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

J’ai très peu lu la semaine dernière, je partage donc avec vous un second extrait de Les derniers grizzlys de Rick Bass. Roman que je li dans le cadre du #challengallmeister pour le thème #naturewriting .

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

– Ces montagnes sont vraiment spéciales, dit Peacock, la main toujours posée sur le coeur. Je sens bien des choses qui s’y passent.

Je prend scrupuleusement des notes dans mon petit carnet à spirales. Il me vient à l’esprit que lorsqu’on essaie ainsi de répertorier, de mesurer la magie d’un évènement on en perd toute la saveur. Le bruit des ailes de faucon est étouffé et le plongeon d’attaque perd son effet d’instantané. Peut-être ferais-je mieux de jeter stylo et carnet et de courir dans la forêt comme si j’étais moi-même un ours ? J’éventrerais de mes griffes un tronc creux, je mangerais des fourmis et des larves et le riche compost de la terre. Abandonner mon histoire me permettrait peut-être de voir, enfin.

On pourrait croire que l’écrivain, comme le prédateur, a le don de tout voir, de capter le moindre mouvement. Me frappe tout à coup, en présence de Peacock, de Big George et de Dennis, que la plus sûre façon de voir est peut-être celle, non du prédateur mais de la proie – avec les yeux grand ouverts et le coeur d’un cerf, plutôt qu’avec la vision limitée d’un loup, d’un ours, d’un renard, ou d’un journaliste.

De la vapeur monte de nos chaussures humides tandis que la journée se réchauffe. Doug et son équipe, eux aussi, ont trouvé une piste. Demain, ou le jour d’après, nous irons explorer les prairies des grizzlys, toujours en deux groupes.

Publicité

Le lac de nulle part

Auteur : Pete Fromm

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Le lac de nulle part

Quatrième de couverture :

Cela fait bientôt deux ans que Trig et Al, frère et sœur jumeaux, n’ont plus de contact avec leur père. Et voilà qu’il réapparaît dans leur vie et réclame « une dernière aventure » : un mois à sillonner ensemble en canoë les lacs du Canada. À la fois excités à l’idée de retrouver la complicité de leur enfance et intrigués par ces retrouvailles soudaines, les jumeaux acceptent le défi de partir au milieu de nulle part. Mais dès leur arrivée, quelque chose ne tourne pas rond, les tensions s’installent. Contrairement à ses habitudes, leur père paraît mal préparé à l’expédition, qui s’annonce pourtant périlleuse par ce mois de novembre froid et venteux. Tous les trois devront naviguer avec la plus grande prudence entre leurs souvenirs et la réalité qui semble de plus en plus leur échapper.

Quelques mots sur l’auteur :

Pete Fromm est né le 29 septembre 1958 à Milwaukee, dans le Wisconsin. Peu intéressé par les études, il s’inscrit un peu par hasard à l’université du Montana pour y suivre un cursus de biologie animale. 

Il vient d’avoir vingt ans lorsque, fasciné par les récits des vies de trappeurs, il accepte un emploi consistant à passer l’hiver à Indian Creek, au milieu de nulle part (dans les montagnes de l’Idaho), pour surveiller la réimplantation d’œufs de saumons dans la rivière. Cette saison passée en solitaire au cœur de la nature sauvage bouleversera sa vie.

À son retour à l’université, il supporte mal sa vie d’étudiant et part barouder en Australie. Poussé par ses parents à terminer ses études, il s’inscrit au cours de creative writing de Bill Kittredge – pour la simple et bonne raison que ce cours du soir est le seul compatible avec l’emploi du temps qui lui permettrait d’achever son cursus le plus tôt possible. 

C’est dans ce cadre qu’il rédige sa première nouvelle et découvre sa vocation. Son diplôme obtenu, il devient ranger et commence chacune de ses journées par plusieurs heures d’écriture. Après avoir jonglé entre son activité d’écrivain et les différents métiers qu’il cumule, il décide finalement de se consacrer à plein temps à la littérature.

Aujourd’hui, Pete Fromm a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Il est notamment le seul auteur à avoir remporté cinq fois le prix littéraire de la PNBA (l’association des libraires indépendants du Nord-Ouest Pacifique). Indian Creek, récit autobiographique qui raconte son hiver en solitaire dans les Rocheuses, a été son premier livre traduit en français et est devenu un classique du nature writing aux États-Unis comme en France.

Il vit aujourd’hui à Missoula, dans le Montana.

Ma chronique :

Un nouveau roman de Pete Fromm, c’est toujours un évènement. Et cette sortie au mois de janvier tombe complètement à pic pour le #challengegallmeister et le thème #cestlavie .

Quand j’ai vu cette sortie annoncée sur le site de Gallmeister, j’en ai parlé avec @chinouk35 sur Instagram et la première chose que l’on s’est dit c’est « Quoi ? Pete Fromm fait du David Vann !!! », effectivement, lorsqu’on lit la quatrième de couverture et que l’on connait Pete Fromm, on est en droit de se poser la question. Alors de quoi il en retourne avec ce roman.

Alors, c’est un Pete Fromm et forcément, j’ai adoré et je l’ai dévoré. Il y a quelque chose de magnétique à chaque fois avec les romans de cet auteur. Il arrive à m’accrocher dès les premières lignes et cela devient comme quelque chose de vital de devoir lire et tourner page après page pour arriver au bout.

Dans Le Lac de nulle part, Pete Fromm, nous embarque pour une expédition en canoë sur les lacs canadiens, avec un père et ses deux enfants, deux jumeaux, Al et Trig, une soeur et un frère. Bon par contre, nous sommes en plein hiver et il y a quelque chose qui cloche chez le père. Et là, Pete Fromm a réussi à réunir tout ce que j’aime dans la littérature américaine et plus précisément chez Gallmeister. Des relations familiales comme seul cet auteur est capable de les écrire, du Nature Writing visuel au possible, je m’y suis cru c’est dingue, et il a ajouté une touche de noirceur, ce roman est parfait.

Il y a beaucoup de mystères et de secrets dans cette famille qui vont petit à petit nous être dévoilés et qui vont faire en sorte de donner de la profondeur à l’histoire globale à nous faire prendre conscience des petits indices et des petits signes dont Pete Fromm a parsemé son roman. La relation entre les jumeaux est juste exceptionnelle, Al l’indépendante, et Trig le rêveur. Je les adore, il y a quelques passages sensationnels lorsqu’ils sont tous les deux.

Et cette fin… Qui moi m’a complètement scotchée, je me suis fait avoir comme un bleu, je ne m’y suis pas attendu, mais c’est juste la fin parfaite. Bref un énorme coup de coeur encore une fois pour Pete Fromm qui est vraiment un de mes auteurs préférés.

Ma note : 10 / 10

# 231 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Enfin, le mois de janvier est terminé, que je l’ai trouvé long. Nous voilà donc avec un nouveau thème pour le #challengegallmeister , ce sera le thème #naturewriting et je commence avec le roman de Rick Bass, Les derniers grizzlys dont voilà un extrait.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Sa mission, pensait-il alors, était de remettre les biens de l’État à la disposition des gens qui paient les impôts pour les entretenir. Aussi, à chaque fois qu’un promeneur s’aventurait jusqu’à sa tour de surveillance perdue au fond des bois se mettait-il en quatre pour lui rendre service – de façon à lui restituer ce qu’il considérait comme son dû. Si quelqu’un se trouvait en panne de voiture à vingt miles de là, Peacock lui fournissait une boîte à outils complète et peut-être même un sac de couchage, une boussole et des vivres, avant de renvoyer dans les bois le pèlerin ébahi. Cette générosité, il l’a toujours.

Une journée pourrie au paradis des truites

Auteur : John Gierach

Édition : Gallmeister

Genre : Nature Writing

Titre : Une journée pourrie au paradis des truites

Quatrième de couverture :

La contemplation des rivières inspire à John Gierach bien plus qu’une belle description de paysages émaillée de secrets de pêche à la mouche. À sa manière sensible et personnelle, il donne vie aux moments et aux choses. Il capture l’essence d’expériences anodines avec l’esprit, le détachement et l’humour d’un sage oriental. Pour un pêcheur, l’oeuvre de Gierach est un pur régal. Pour un non-pêcheur, elle est une réflexion sur notre place dans le monde, qu’on se trouve en pleine nature sauvage ou bien installé dans son fauteuil.

Quelques mots sur l’auteur :

John Gierach est sans conteste le plus célèbre des “écrivains-pêcheurs” américains.

Il grandit dans le Middle West où il suit un cursus de philosophie, avant de s’installer dans l’Ouest américain et d’y découvrir la pêche à la mouche, qui deviendra la grande passion de sa vie.

Installé depuis plus de trente ans à Lyons, dans le Colorado, il est l’auteur d’une vingtaine de livres et collabore régulièrement à divers magazines de pêche et d’activités de plein air. Il tient également une chronique mensuelle dans le New York Times.

Ses textes mêlent les récits plein d’humour de ses aventures de pêche à des réflexions inspirantes sur les grandes questions universelles de l’existence humaine. En 1994, il a reçu le prix Roderick Haig-Brown, décerné par la Fédération Américaine des Pêcheurs à la mouche, qui récompense une œuvre littéraire incarnant la philosophie de la pêche à la mouche et faisant montre d’un profond respect pour les rivières et leurs habitants.

Ma chronique :

Cela faisait longtemps que les romans de John Gierach me faisaient de l’œil. Il s’agit d’un des auteurs marquant chez Gallmeister. Mais voilà, la pèche à la mouche ne m’attirait pas plus que cela, peur de m’ennuyer pendant mes lectures. Malgré cela, j’ai acheté il n’y a pas longtemps, Une journée pourrie au paradis des truites et j’ai décidé de le lire pour #lemoisaméricain organisé sur Instagram.

Et maintenant, me direz-vous ? Et bien, j’aurais pu, j’aurais acheté un billet pour les États-Unis et me serais envolé pour aller pécher dans les rivières décrites par John Gierach. Mais pourquoi n’ai-je pas lu cet auteur plus tôt ? Mais quelle erreur, cette lecture a tellement été rafraichissante. Il y a tellement d’humour et d’intelligence dans la plume de cet auteur. Je n’y connaissais absolument rien en pèche à la mouche, mais cela n’a en rien gêné ma lecture, j’ai eu l’impression de découvrir plein de choses, c’est génial.

John Gierach est en plus plein d’auto-dérision, c’est un régal. Il nous offre plusieurs moments de pèche et plusieurs réflexion sur ce sport et sur la nature qu’il l’entoure chaque jour. J’ai lu quelque part que lire Gierach, c’est comme partager le café du bivouac, et c’est exactement cela. L’impression de partager un moment au bord de la rivière, avec son pote, la canne à la main ou en train de boire un verre, à partager des souvenirs et à refaire le monde.

Mais attention, ne nous y trompons pas derrière l’humour et la bonhomie du pécheur, il y a l’écrivain qui à travers sa plume dresse un magnifique portrait de son Amérique des rivières et des lacs. Il y a l’écrivain qui subtilement inculque à ses lecteurs l’amour de la nature sauvage et du respect que tous nous devons avoir envers celle-ci. Et bien Monsieur Gierach, pour moi, le message est passé et j’espère bien un jour avoir la chance de profiter d’une partie de pèche à la mouche sur une des rivières que vous décrivez si bien.

Voilà donc un roman nécessaire, un roman sur la pèche et sur la nature. Un roman à partager.

Ma note : 10/10

Indian Creek

Auteur : Pete Fromm

Édition : Gallmeister

Genre : Nature Writing

Titre : Indian Creek

Quatrième de couverture :

Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j’avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer.

— Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m’expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t’en constituer toute une réserve avant que la neige n’immobilise ton camion.

Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai :

— Heu… C’est quoi, une corde de bois ? 

Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s’apprête à vivre seul au cœur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages.

Quelques mots sur l’auteur :

Pete Fromm est né le 29 septembre 1958 à Milwaukee, dans le Wisconsin. Peu intéressé par les études, il s’inscrit un peu par hasard à l’université du Montana pour y suivre un cursus de biologie animale. 

Il vient d’avoir vingt ans lorsque, fasciné par les récits des vies de trappeurs, il accepte un emploi consistant à passer l’hiver à Indian Creek, au milieu de nulle part (dans les montagnes de l’Idaho), pour surveiller la réimplantation d’œufs de saumons dans la rivière. Cette saison passée en solitaire au cœur de la nature sauvage bouleversera sa vie.

À son retour à l’université, il supporte mal sa vie d’étudiant et part barouder en Australie. Poussé par ses parents à terminer ses études, il s’inscrit au cours de creative writing de Bill Kittredge – pour la simple et bonne raison que ce cours du soir est le seul compatible avec l’emploi du temps qui lui permettrait d’achever son cursus le plus tôt possible. 

C’est dans ce cadre qu’il rédige sa première nouvelle et découvre sa vocation. Son diplôme obtenu, il devient ranger et commence chacune de ses journées par plusieurs heures d’écriture. Après avoir jonglé entre son activité d’écrivain et les différents métiers qu’il cumule, il décide finalement de se consacrer à plein temps à la littérature.

Aujourd’hui, Pete Fromm a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Il est notamment le seul auteur à avoir remporté cinq fois le prix littéraire de la PNBA (l’association des libraires indépendants du Nord-Ouest Pacifique). Indian Creek, récit autobiographique qui raconte son hiver en solitaire dans les Rocheuses, a été son premier livre traduit en français et est devenu un classique du nature writing aux États-Unis comme en France.

Il vit aujourd’hui à Missoula, dans le Montana.

Ma chronique :

Oh que ce roman m’a été chaudement recommandé sur Instagram, à base de « C’est le meilleur roman de chez Gallmeister ! » de « Quoi ? Comment ça, tu as pas encore lu Indian Creek !!! » et j’en passe. Voilà les amis, je répare cet affront à ce grand auteur qu’est Pete Fromm en ayant enfin lu son premier roman, qui raconte ses sept mois passé dans les montagnes de l’Idaho.

Bon vous devez savoir à quel point j’aime cet auteur je n’ai eu que des coups de cœur avec les trois romans que j’ai déjà lu de lui, Lucy in the sky, Mon désir le plus ardent et La vie en chantier. Il me tardait donc de découvrir par quoi tout avait commencé, pourtant j’appréhendais un peu. Oui, sept mois passé à surveiller des œufs de saumon pendant un hiver seul dans les montagnes, je me suis dis que cela allait peut-être être long. Et bien pas du tout au contraire, j’ai dévoré ce livre, ce fut un régal du début jusqu’à la fin. Pete Fromm a un talent fou pour décrire les émotions et les ressentis, pour faire en sorte avec quelques mots que son lecteur se retrouve plongé au milieu des montagnes. Je n’ai absolument jamais mis les pieds aux États-Unis (à mon grand désespoir) du coup encore moins dans l’Idaho, mais j’ai eu l’impression d’y être, j’ai ressenti le froid de la neige, la difficulté de marcher dans les congères, l’excitation qu’a ressenti Pete Fromm lors de ses parties de chasse et de ses longues marches.

Je crois que ce qui m’a le plus captivé, c’est le changement qui s’est opéré insidieusement dans Pete Fromm, il est certainement le mieux placé pour le dire, mais je pense que c’est à ce moment là, grâce à cette expérience qu’il est devenu un homme. Je ne peux que le remercier pour avoir partager ses angoisses, ses doutes et surtout ses émerveillements et d’aussi bien les écrire. Il y a beaucoup de passages vraiment marquants, mais quelques uns sont pour moi exceptionnels, celui avec le puma par exemple est juste inoubliable. Comme toujours, j’ai ri et j’ai pleuré, il n’y a pas beaucoup d’auteur capable de me faire ressentir autant d’émotions lors de mes lectures, Pete Fromm en fait partie.

Il y a également la postface qui est pour moi essentielle pour comprendre l’homme et l’écrivain que Pete Fromm est aujourd’hui. Dans celle-ci, il se livre sans retenue, il nous explique ce que cette expérience à Indian Creek a eu sur lui. Il nous raconte comment il est devenu l’écrivain que l’on connait.

Alors, si comme moi vous aimé Pete Fromm mais que vous n’avez jamais lu Indian Creek, jetez-vous dessus sans plus attendre. C’est une lecture qui vous marquera pour longtemps.

Ma note : 10 / 10

# 209 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Enfin je li Indian Creek de Pete Fromm, un classique de chez Gallmeister qui m’a été chaudement recommandé par plusieurs d’entres-vous ici et sur Instagram. Je vous en partage donc un extrait ce matin.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Une double demi-clé, ce serait parfait.

Une double quoi ?

Il prit ma place, je pris la sienne et il stabilisa la tente en fixant le tendeur. Ensuite, il me prit à part pour me montrer ce qu’était une demi-clé.

– Tu t’es jamais frotté à des cordes ? me demanda-t-il.

Je fis non de la tête et vis les gardes se lancer des regards entendus. Je m’efforçais de ne pas leur sembler débile, mais je ne comprenais pas pourquoi quelqu’un passerait délibérément du temps à « se frotter à des cordes ». J’étais toujours dans un sale état à cause de la nuit précédente, qui avait été très amusante. Ce qui se jouait ici avec ces deux inconnus ne l’était pas.

Nous déchargeâmes mon matériel et mes provisions. Une immense pile se forma à l’intérieur de la tente. Le garde montra du doigt le canon de ma carabine .22 long rifle qui dépassait de la peau de mouton.

– T’es au courant que tu n’as pas de permis de chasse ?

Je fis oui de la tête.

Il donna un coup de pied dans l’un des sacs posés au sol. Un filet de haricots blancs commença à se répandre sur le contre-plaqué.

– J’imagine bien que tu vas tout de même pas manger ça tout l’hiver.

Il jeta un regard alentour, à la tente et à son collègue, puis fit un nouveau geste en direction de la carabine.

– Quand tu l’utiliseras, sois bien discret, surtout. Si le vieil Ironsides te chopait en train de tirer ne serait-ce qu’un lapin, il te clouerait la peau à un arbre.

– Qui ça ? Demandai-je.

Sur quoi repose le monde

Autrice : Kathleen Dean Moore

Édition : Gallmeister

Genre : Nature Writing

Titre : Sur quoi repose le monde

Quatrième de couverture :

“Je crois que la plus belle chose que l’on puisse dire à quelqu’un, c’est ‘Regarde’. Et la position la plus tendre, ce n’est pas une longue étreinte, mais deux personnes se tenant côte à côte, regardant ensemble le monde.” Regarder le monde, c’est regarder les êtres aussi bien que les lieux. Non seulement pour mieux les comprendre et mieux les préserver, mais surtout parce qu’il s’agit de l’un des besoins les plus fondamentaux de l’espèce humaine. Nous n’avons pas seulement besoin du milieu naturel pour notre survie, nous dépendons affectivement de lui. Nous sommes tous liés à lui de mille manières insoupçonnées.

Quelques mots sur l’autrice :

Kathleen Dean Moore est écrivain, philosophe et naturaliste. Elle a passé son enfance dans l’Ohio et enseigne aujourd’hui la philosophie à l’université de l’Oregon, où elle donne des cours sur l’éthique environnementaliste et la philosophie de la nature.

Activement engagée dans la défense de la nature sauvage, elle est l’auteur de nombreux essais et récits encore non traduits en français, notamment Riverwalking (1996) et The Pine Island Paradox (2004), unanimement salués par la critique et le public américains. Ses récentes publications portent sur le changement climatique.

Ma chronique :

Quel plaisir de lire du Nature Writing. J’adore ce style et j’adore les parutions Gallmeister qui font honneur à ce genre littéraire. Kathleen Dean Moore, bien connue pour son Petit traité de philosophie naturelle, livre que j’ai dans ma pal, revient avec ce livre dont la couverture est magnifique.

Kathleen Dean Moore, dans ce nouveau livre nous propose ses disgressions sur la nature qu’elle observe, sur l’impact de l’homme sur celle-ci, sur le fait que nous sommes infiniment petit dans ce grand tout mais que nos actions sont immensément bouleversantes.

Ce sont toujours les mêmes arguments que l’on nous sert à chaque fois pour tenter coûte que coûte de préserver aux seuls humains une place sur le piédestal. Voici celui qui revient tout le temps : il semblerait que les humains soient à part et au-dessus du reste de la création naturelle, car la Bible dit que Dieu a créé l’homme à son image, plusieurs jours après avoir créé les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, et qu’il a donné à l’homme le pouvoir de dominer toutes les créatures qui marchent, qui volent et qui nagent.

C’est un livre très philosophique, l’autrice profite de ses souvenirs d’enfance, de vacances, de voyages et encore de sorties scolaires pour s’interroger sur son rôle vis à vis de la nature. Quelle est sa place en tant qu’être humain, en tant que femme, en tant que mère, en tant que professeur et en tant que naturaliste, voilà à quoi elle tente de répondre. Cela se lit facilement, j’ai beaucoup voyagé à ses côtés, à travers les pages de ce livre. J’ai pu m’imaginer en pleine nature à écouter les chants de la nature ou encore à regarder des pluies d’étoile dans le ciel.

De temps en temps cela peut-être un brin culpabilisateur et moralisateur, mais à un moment faut que nous ayons tous conscience que nous sommes en train de détruire notre planète que que nous allons laisser aux futures générations une Terre malade et fatiguée. Je trouve cela génial d’avoir des autrices et des auteurs qui s’engagent pour l’environnement, tout en ayant conscience que personne n’est irréprochable, pas même eux, mais que la prise de conscience est nécessaire pour passer à l’action.

Je me permet de vous partager un autre passage qui m’aura profondément marqué.

Il fut un temps peut-être où cela avait du sens de penser que la terre était un parent qui nous avait donné la vie, qui nous avait nourris, calmés, lavés, bercés, instruits et nous avait chanté des chansons. Mais la métaphore devient vite plus compliquée. Combien d’agressions un corps peut-il endurer avant que ses processus naturels de guérison s’épuisent et qu’il commence à changer ? La terre et la mer resteront, mais les grands systèmes qui nous maintiennent en vie – les cycles féconds de la nature, les cycles de réchauffement et de refroidissement, la respiration des plantes, les cycles des saisons, les grands courants des océans – changent sans que nous comprenions comment. Que devons-nous faire, nous, les enfants abandonnés, qui racontons des histoires la nuit ?

Il n’y a pas d’autre solution : nous devons devenir les gardiens des lieux que nous habitons. Nous devons être moralement responsables du bien-être de l’air, de l’eau, de la terre. Et si cela rend nos relations avec la terre compliquées et douloureuses, peut-être n’y a-t-il là rien de surprenant. « Un changement s’impose, écrivait Linda Hogan dans Dwellings ». Assumer le rôle de gardiens est la responsabilité la plus spirituelle et physique de notre temps.

Voilà un extrait qui pour moi à un véritable sens, en tout cas un extrait qui a eu une résonnance en moi

Je ne peux que vous encourager à lire ce livre, ne serait-ce que pour la nature qui y est décrite.

Ma note : 08/10

# 203 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Comme annoncé hier, j’ai très peu lu la semaine dernière, je vous partage donc un nouvel extrait de Sur quoi repose le monde de Kathleen Dean Moore.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Les espèces sont en voie de disparition, disons-nous. Mais la vérité, c’est que les espèces ne disparaissent pas toujours, comme les bananes qui s’abîment, ou les bombes qui s’égarent, ou les vieux oncles qui perdent la tête ou vaquent à leurs occupations. Ce sont parfois les décisions des humains qui sont à l’origine de l’extinction des animaux. Extinction : faire qu’un feu s’arrête. Toutes les petites étincelles de vie.

Ce sont des choses qui arrivent, disons-nous. Et parfois, c’est vrai. Mais la vérité, c’est que parfois, ce ne sont pas juste des choses qui arrivent. Parfois, les êtres humains créent délibérément les conditions dans lesquelles il est plus que probable que cela arrive.

# 202 – Le mardi sur son 31

Bonjour les amis,

Ce matin, je vous partage un extrait de Nature Writing avec le dernier roman de Kathleen Dean Moore, Sur quoi repose le monde. Et regardez moi cette couverture … Elle est juste sublime.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Doucement dans l’eau. Doucement dans la brume portée par le souffle des marées. Je pivotai sans bruit dans le courant, ma pagaie rangée. Des brins de varech flottaient à côté de moi. Le soleil se leva sur les îles, une lentille de lumière vive dans l’air vif. Je ne pouvais pas savoir avec certitude si je bougeais ; toute la baie s’inclinait peu à peu vers la mer, et je filais avec l’eau lisse comme du verre sur le glissement de la marée. Pendant une éternité, il n’y eut pas un bruit. Puis j’entendis l’eau zézayer contre l’île. Une odeur comme celle du poisson en décomposition se répandit à travers la brume. Au bout de quelques minutes, je vis une nappe d’huile sur l’eau. Je me rapprochai. J’entendis le reniflement mouillé, palpitant, d’un phoque.

Grizzly

Auteur : James Oliver Curwood

Édition : Gallmeister

Genre : Nature Writing

Titre : Grizzly

Quatrième de couverture :

Thor, le grand grizzly, arpente les montagnes du Grand Nord, un vaste et magnifique territoire, son royaume. Un royaume que deux êtres mystérieux, des créatures agressives à l’odeur étrange et accompagnées de pisteurs enragés à quatre pattes, s’apprêtent à lui disputer. Blessé comme s’il avait été foudroyé par le ciel, Thor parvient à s’enfuir dans la forêt. Là, il rencontre Muskwa, un ourson orphelin incapable de survivre par lui-même, qu’il adopte et auquel il s’attache chaque jour davantage. Mais leurs deux ennemis n’ont pas dit leur dernier mot, et la confrontation est inévitable. D’autant plus inévitable qu’ils parviennent à capturer Muskwa.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1878 dans le Michigan, James Oliver Curwood est d’abord journaliste avant de démissionner pour se consacrer à l’écriture. Il voyage dans le Grand Nord, où il vit comme un trappeur et qu’il explore même pour le compte du gouvernement canadien. Il publie près de trente romans d’aventure et de nature, dont Kazan (1914), Le Grizzly(1916) et Bari chien-loup (1917), qui rencontrent un immense succès et fait de Curwood l’un des auteurs les mieux payés de son temps. Il meurt stupidement en 1927, piqué (a priori par une araignée) à travers sa botte lors d’une expédition de pêche.

Ma chronique :

Encore une magnifique couverture pour ce Totem. Un grand merci à Gallmeister pour cet envoi et surtout pour avoir réédité avec une nouvelle traduction de François Happe, ce grand classique du Nature Writing.

Grizzly est le roman qui a servit d’inspiration à Jean-Jacques Annaud pour son film éponyme L’ours sorti en 1988.

Je n’avais jamais lu ce roman malgré les nombreuses éditions déjà existantes, ce fut donc une très belle découverte. Dans ce roman nous suivons un très grand grizzly dans les montagnes du Grand-Nord Américain. Un endroit qui n’a pas encore été marqué par l’homme. Une vaste étendue naturelle tellement bien décrite par James Oliver Curwood que rien que pour ça, c’est déjà une magnifique expérience de lecture. De plus avoir comme protagoniste un ours c’est super, cela change et permet de nouvelles perspectives.

Et tout d’un coup ce qui devait arriver arriva et les hommes pénétrèrent dans cet espace sauvage, ils virent ce magnifique grizzly et la première chose qu’ils se dirent c’est « allons le chasser, cela me fera un magnifique tapis ». Je résume, mais l’esprit est là. Nous voilà donc à suivre un ours qui est lui même pourchasser par des chasseurs et des chiens. J’ai adoré les mots trouvé par l’auteur pour décrire l’intrusion des hommes sur le territoire du grizzly, c’est nouveau pour ce dernier, de nouvelles odeurs, de nouveaux bruits et ces espèces de bâtons de feu qui blessent.

Ce géant de la montagne va tomber sur un ourson noir et va le prendre sous son aile. Le roman va donc mettre en avant les liens entre les animaux, la transmission également. J’ai adoré lire que ce petit ours courait derrière et puisait dans toute son énergie pour ne pas perdre son protecteur.

Bon, il faut également parler des hommes, ces chasseurs. Pour le coup, ici, ce ne sont pas des bêtes avides de sang, ils ont une forme de respect pour leurs proies, et également un respect et une reconnaissance pour la nature qui les entoure. J’ai adoré la scène du face en face entre l’homme et la bête. Et tout comme James Oliver Curwood, l’homme prend conscience de la puissance et de l’importance de l’animal, qu’ils sont égaux tous les deux et qu’il n’y en a pas un au-dessus de l’autre, il lui devient donc impossible de tuer un autre être vivant.

Quel magnifique roman de Nature Writing, une très belle histoire inspirée par le vécu de l’auteur comme il le précise en postface.

Ma note : 09 / 10