Tous les articles par revanbane45

# 15 – Ancienne Chronique

chronique

Bonjour les amis,

Pour cette semaine, j’ai envie de mettre en avant la chronique que j’ai écrite du premier roman de Yann Déjaury, vu que la semaine dernière j’ai chronique son second roman.

quand les hirondelles me reviennent

Lien de ma chronique ici

Publicités

# 15 – Il n’y a pas que la lecture dans la vie

culture

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui dans ce nouveau numéro, j’ai envie de partager avec vous quelques morceaux de la playlist Deezer qui m’a permis la semaine dernière de me calmer et de finir la semaine correctement.

deezer

Qu’en pensez-vous ?

Alors, si comme moi, vous aimez la musique classique moderne, si vous aimez quand la musique pop se transforme en musique classique, n’hésitez pas à lancer la playlist Classical Goes Pop .

Est-ce que vous aussi vous aimez écouter de la musique en lisant ?

Je vous souhaite à tous une très belle journée.

# 2 – Journées Mondiales

calendrier

Bonjour à tous,

Le premier numéro vous a plu donc on va continuer chaque semaine.

Lundi 15 avril

logo-journee-mondiale-art

 

 

 

 

 

 

La première journée mondiale de l’art a été organisé en 2012, à l’initiative de L’International Association of Art (IAA) appuyé par l’UNESCO.

Mardi 16 avril

stop esclavage

 

 

 

 

 

 

Institué en 1995, la journée mondiale contre l’esclavage des enfants, après la mort d’un jeune pakistanais à l’âge de 12 ans qui avait tenté de dénoncer les mauvais traitements subis depuis qu’il avait été vendu pour rembourser une dette familiale.

Mercredi 17 avril

JFD19Bnniere

 

 

 

 

 

La journée de la femme digitale, la JFD, est un rendez-vous annuel célébrant l’innovation au féminin. Les organisateurs de cet événement ont l’ambition de donner envie aux femmes d’oser, d’innover et d’entreprendre grâce au digital.
Plus d’informations ici

Jeudi 18 avril

icomos

 

 

 

 

 

 

 

En 1982, l’ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites) a déclaré le 18 avril comme Journée internationale des monuments et des sites. L’UNESCO a approuvé cette création l’année suivante lors de sa 22e Conférence générale. Cette année le thème est Paysages Ruraux.
Plus d’informations ici

Vendredi 19 avril

secretaire

 

 

 

 

 

Créée en 1951 aux États-Unis, la Journée des Secrétaires et Assistant(e)s est célébrée en France et dans le monde le 3ème jeudi du mois d’Avril !

Dimanche 21 avril

cirque

 

 

 

 

 

 

La journée mondiale du cirque ou, selon son nom américain, « World Circus day » est célébrée chaque 3ème samedi d’avril depuis 2009 et est déjà relayée dans au moins 36 pays. C’est la très sérieuse et très officielle « fédération mondiale du cirque » qui en est à l’origine.

# 101 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

Comme chaque semaine, je partage avec vous un extrait de ma lecture du moment.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

la pierre et le bocal

Owen, lui, venait d’ailleurs : il observait silencieusement ses congénères en se posant une multitudes de questions, sur ce qui pouvait bien les animer, dans ce mimétisme grégaire, poussant certains à se mettre dans une colère noire lors d’un but manqué, à l’occasion d’une partie de foot improvisée à la récré. Comment pouvait-on se mettre dans un état pareil pour un simple ballon qui roule au mauvais endroit, alors qu’on a soi-même donné un coup de pied dedans ?  Se questionnait Owen, qui se sentait juste totalement étranger à cela, et à ceux-là.

# 126 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

Une nouvelle semaine commence ce matin. Je suis plutôt en forme aujourd’hui, au boulot, on commence les formations sur le nouvel outil informatique, ce qui va nous sortir un peu de la routine. Logiquement cette semaine, notre cellier devrait être fini et nous devrions avoir notre nouvelle voiture alors, belle semaine en perspective, surtout que le weekend prochain, les cousins sont là.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

whiskey

Whiskey de Bruce Holbert

Andre et Smoker ont grandi dans le Pacifique Nord-Ouest, près de la réserve indienne de Colville. Après le divorce de leurs parents, dont la passion désordonnée n’a résisté ni au temps ni à l’alcool, les deux frères deviennent inséparables. Adultes, ils restent farouchement loyaux l’un envers l’autre. Aussi, lorsque Smoker apprend que son ex-femme a confié leur fille à une communauté marginale nichée en pleine montagne, Andre n’hésite pas une seconde à tout lâcher pour se joindre à lui. Commence une quête qui, de bagarres en virées alcoolisées, repoussera les limites de l’amour fraternel.Whiskey est une fresque familiale où chacun semble s’acharner à causer son propre malheur en même temps que celui des autres. Avec un humour âpre, Bruce Holbert nous entraîne à travers les paysages insolites d’une Amérique désenchantée.

promesse

Ce n’était qu’une simple promesse de Yann Déjaury

1995, Bretagne, six amis passent leurs vacances ensemble. Grande insouciance, petits bonheurs, l’envie de ne jamais se séparer et une promesse scellée dans le granit : celle de se retrouver dans 20 ans, qu’importe les aléas.
2015, la vie les a rattrapés et le jour venu, un seul a tenu son engagement. Malgré cet acte manqué, il organise un séjour ludique dans une demeure somptueuse. Simple assouvissement de curiosité de ce que chacun est devenu ou douce envie de se retrouver leur connivence perdue ? De non-dits en secrets, sa véritable motivation bouleversera leur existence à jamais.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

la pierre et le bocal

La Pierre et le Bocal, Les mots d’Owen de Gilles Voirin

Katmandou, Garden of Dreams, 1er août 2018, Owen reçoit un mail inattendu de Juliette, son amie des années Lycée, ses pensées s’évadent et voltigent. Elles remontent le temps comme un funambule avance sur son fil. Né de « prénom inconnu », bringuebalé au gré des déménagements de sa mère volage, Owen s’est très tôt réfugié dans les « mots ».Des mots pour être heureux ou malheureux. Des mots pour penser et se panser à la fois. Des mots pour changer une vie. Des mots qu’Owen ne choisit pas toujours, mais avec lesquels il lui faut composer.Dans ce roman à la fois léger et profond, avec ses personnages attachants et colorés, et sa palette d’émotions largement déployée, Gilles Voirin joue avec les mots, comme Owen jongle avec ses souvenirs. Avec une dextérité singulière.C’est ainsi qu’en suivant le chemin de vie cabossé d’Owen, on découvre une version inédite d’un conte initiatique moderne, qui invite à se poser les vraies questions. Pour se trouver ou se retrouver.

3. Que vais-je lire ensuite ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardottir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

Très belle semaine de lecture à tous !

Semaine du 8 au 14 avril

93B9C129-7FEC-4185-9902-1B27DF03B549-524-00000018A366096A

Bonjour tout le monde,

Nous voilà déjà dimanche, donc en cet après-midi ensoleillé, je vous fais un petit point sur la semaine qui vient de s’écouler.

Quelques mots sur la semaine

Une semaine relativement calme mais pendant laquelle je me suis senti agacé sans trop savoir pourquoi ce qui m’agaçait encore plus… Mais bon, les travaux du cellier sont presque fini et il fait beau donc tout va bien. Aujourd’hui, je garde mon filleul toute la journée donc c’est plutôt cool.

Que s’est-il passé sur le blog ?

Les chroniques littéraires :

Les rendez-vous hebdomadaire :

L’autre article :

 

Mise en avant d’une sortie en librairie de la semaine

les fugitifs

Les furtifs d’Alain Damasio

Les Furtifs se déroule dans un futur proche, une vingtaine, une trentaine d’années, pas beaucoup plus. Nous sommes entrés de plain-pied dans la société de la traçabilité maximale : la France que nous connaissons est un pays transformé, dont les villes ont été privatisées. Le groupe télécom Orange s’est ainsi offert la ville du même nom, tandis que Paris appartient à LVMH.

Dans l’angle mort…

Au menu, Big Data et contrôle absolu : bienvenue dans le pays de l’accessibilité, où les riches disposent de droits spécifiques pour arpenter rues, squares et quartiers, quand les pauvres, eux, sont privés de circulation…

Dans cette société quadrillée poussée à son extrême se retrouvent les Furtifs. « Votre angle mort est leur lieu de vie », dit-on. Leur existence est d’ailleurs remise en cause : sont-ils des humains, des animaux — ou même des êtres vivants ? Ils semblent capables d’absorber la matière, mais, si l’on parvient à les voir, ils se pétrifient et meurent…

Bien entendu, un tel potentiel ne saurait rester inexploité pour l’homme et l’armée traque ces créatures, ayant formé des équipes de chasseurs avec des spécialités propres. Les liens s’opèrent définitivement entre les thèmes damasiens par excellence et les œuvres passées.

Dans ce groupe, il y a un héros, dont la fille a disparu : a-t-elle été enlevée par les Furtifs ?

Ce n’était qu’une simple promesse

promesse

Auteur : Yann Déjaury

Édition : Auto-édition

Genre : Contemporain

Titre : Ce n’était qu’une simple promesse

Quatrième de couverture :

1995, Bretagne, six amis passent leurs vacances ensemble. Grande insouciance, petits bonheurs, l’envie de ne jamais se séparer et une promesse scellée dans le granit: celle de se retrouver dans 20 ans, qu’importe les aléas.2015, la vie les a rattrapés et, le jour venu, un seul a tenu son engagement. Malgré cet acte manqué, il organise un séjour ludique dans une demeure somptueuse. Simple assouvissement de curiosité de ce que chacun est devenu ou douce envie de retrouver leur connivence perdue ? De non-dits en secrets, sa véritable motivation bouleversera leur existence à jamais.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1978 à Abbeville, Yann Déjaury vit actuellement dans la région Lilloise. Scientifique de formation, il aime quitter son esprit cartésien pour laisser place à l’imaginaire qu’il exprime à travers la pâtisserie, les objets décoratifs et l’écriture.  » Ce n’était qu’une simple promesse « est son deuxième roman.

Ma chronique :

Il y a un tout petit peu plus d’un an, j’ai découvert Yann Déjaury grâce à  » Quand les hirondelles me reviennent «  , un très bon premier roman, très efficace avec un beau fond. Alors quand l’auteur m’a recontacté cette année pour lire son deuxième roman, je n’ai pas hésité une seconde.

Ce que je peux dire c’est que encore une fois Yann Déjaury, a réussi à m’attraper avec son histoire et sa plume qui a gagnée en maturité mais qui reste malgré tout simple et terriblement efficace. J’ai dévoré ce livre en 2 / 3 jours.

Les thèmes de la compréhension et de la recherche de soi son encore au coeur de ce roman plein de mystères qui aura su me surprendre jusqu’au bout. Je dois avouer que cette fois j’ai été surpris par la fin, pas totalement je dois dire, mais il y a un élément que je n’ai pas vu arrivé, alors chapeau et merci.

J’ai aimé cette histoire d’amitié entre 6 personnes qui comme beaucoup d’entre nous ce sont fait une promesse du type « On se donne rendez-vous dans 10 ou 20 ans » en pensant que la vie ne viendra pas contrarier leur plan. Et combien d’entre nous se souviennent de l’avoir faite cette fameuse promesse, mais ne se souvienne plus quand et peut-être même avec qui ? Alors quand ce rendez-vous est forcez par l’un d’entre eux mais que justement aucun d’eux ne sais lequel en est à l’origine, cela devient intéressant et plein de suspens.

Dans ce roman, on navigue donc entre le présent et ce rendez-vous organisé mais également 20 ans avant lors de cette semaine pendant laquelle la promesse a été prononcée. Nous n’avons le point de vu que d’un seul des amis mais du coup cela permet une immersion facile dans cette bande de potes. Il y a beaucoup de non-dits, de faux semblants qui ne font que nous emmener sur une piste puis sur une autre, histoire de nous brouiller le jeu. C’est ce qui fait que ce roman est captivant et que l’on ne le lâche pas.

C’est un roman qui parle d’amitié, d’amour, de l’âme soeur, mais aussi de la vie et de l’espoir. C’est une belle leçon sur le regard que l’on devrait avoir sur nos vies. Encore une fois un grand merci à Yann Déjaury pour sa confiance renouvelée. Je ne peux que vous conseiller ce roman.

Ma note : 09 / 10

Whiskey

whiskey

Auteur : Bruce Holbert

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Whiskey

Quatrième de couverture :

Andre et Smoker ont grandi dans le Pacifique Nord-Ouest, près de la réserve indienne de Colville. Après le divorce de leurs parents, dont la passion désordonnée n’a résisté ni au temps ni à l’alcool, les deux frères deviennent inséparables. Adultes, ils restent farouchement loyaux l’un envers l’autre. Aussi, lorsque Smoker apprend que son ex-femme a confié leur fille à une communauté marginale nichée en pleine montagne, Andre n’hésite pas une seconde à tout lâcher pour se joindre à lui. Commence une quête qui, de bagarres en virées alcoolisées, repoussera les limites de l’amour fraternel.Whiskey est une fresque familiale où chacun semble s’acharner à causer son propre malheur en même temps que celui des autres. Avec un humour âpre, Bruce Holbert nous entraîne à travers les paysages insolites d’une Amérique désenchantée.

Quelques mots sur l’auteur :

Bruce Holbert a grandi au pied des Okanogan Mountains, dans l’État de Washington, bercé par les mythes de l’Ouest américain. Diplômé de l’université de l’Iowa, où il a enseigné l’écriture par la suite, il vit aujourd’hui à Nine Miles Fall, avec sa famille. Après Animaux solitaires et L’Heure de plomb, Whiskey est son troisième roman publié en France.

Ma chronique :

Encore une fois, je tiens à remercier Clotilde et les Éditions Gallmeister pour l’envoi de ce roman. Il était inenvisageable pour moi de ne pas lire ce roman de Bruce Holbert, ce géant, grâce auquel j’ai découvert avec son roman L’Heure de plomb, cette maison d’éditions et la littérature Nord Américaine. J’ai d’ailleurs eu la chance de le rencontrer sur Orléans lors d’une soirée organisée par Gallmeister, justement pour la présentation de son deuxième roman. J’ai adoré cette rencontre et les quelques mots échangés avec ce monsieur à la poigne de fer.

Alors, comme vous avez pu le constater, j’ai mis pas mal de temps à lire Whiskey, non pas qu’il ne m’a pas plu mais d’une part par manque de temps, mais surtout je dois vous dire que j’ai savouré. Bruce Holbert à un style bien à lui, il a une écriture lourde qui doit certainement en rebuter quelques uns mais qui moi me fascine. Le rythme est lent, les personnages, comme dans ses autres romans sont puissants et sombres.

Avec Whiskey, nous sommes dans une ambiance très alcoolisée, il y a une sorte de torpeur qui nous accompagne tout au long de la lecture. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’il n’y a pas une continuité dans l’histoire, nous naviguons du présent au passé, d’une époque à l’autre avec l’impression qu’il n’y a pas un fil conducteur bien défini. Les chapitres sont nommés comme dans l’ancien testament, on alterne avec Genèse, Exode et Lamentations.

Ce n’est clairement pas un roman joyeux, la vie racontée et menée par les personnages est clairement tristes, cela dépeint une Amérique dure, pauvre et sauvage qui n’espère pas grand chose de l’avenir au final. Mais il y a tout de même beaucoup d’humour dissimulé un peu partout, j’ai ri à certaines situations ou péripéties complètement farfelues, se trimbaler avec un ours dans la caravane faut avouer que cela n’est pas courant. Du coup à la fin on peut facilement se demander si le narrateur n’a pas bu autant de Whiskey que les personnages dont il raconte la vie.

Voilà, j’ai passé de super moments à la lecture de ce roman, maintenant il n’y a plus qu’à attendre le prochain de cet auteur qui me fascine.

Ma note : 08 / 10

 

Teaser de Star Wars épisode IX

rise of skywalker

Bonjour les amis,

Il est enfin arrivé, en direct de la Star Wars Célébration de Chicago, le premier teaser de l’épisode IX de notre saga préférée. Nous avons donc le titre du film qui va venir clôturer définitivement la saga de la famille Skywalker, il s’agit donc de The Rise of Skywalker, titre que l’on pourrait traduire par « L’ascension de Skywalker ».

Je vous laisse donc découvrir tout ça.

Alors, il faut avouer que cela déboite à fond, j’adore. Je l’ai déjà regardé une dizaine de fois mais je ne m’en lasse pas.

Rey est splendide, revoir ce cher Lando piloter le Faucon c’est juste énorme, apercevoir notre chère Princesse est terriblement émouvant et ce rire à la fin… Vous l’aurez reconnu ? Et oui c’est celui de Palpatine. D’ailleurs l’acteur Ian McDiarmind est apparu sur la scène juste à la fin de la diffusion du trailer.

Bon je sais pas vous, mais moi j’ai trop hâte d’être au mois de décembre pour découvrir tout ça.

Alors qu’en avez-vous pensez ?