Archives pour la catégorie Non classé

L’empathie

l'empathie

Auteur: Antoine Renand

Editions: La Bête Noire

Genre: Thriller psychologique

Titre: L’empathie

Quatrième de couverture:

Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfi n à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »
Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.
Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».
Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets.

L’auteur, en quelques mots:

Antoine Renand est un romancier, scénariste et réalisateur.

Après sa scolarité jusqu’au bac dans sa ville natale, il a poursuivi des études de cinéma à Paris.

Auteur et réalisateur de trois courts-métrages, primés en festivals et diffusés à la télévision, il a aussi travaillé comme scénariste de longs-métrages avec des sociétés de production.

Son premier roman, « L’Empathie » (2019), un thriller, finaliste du prix Maison de la presse 2019 et lauréat du Prix Sang d’Encre-Prix des lecteurs 2019, est suivi de « Fermer les yeux » (2020).

Twitter : https://twitter.com/antoinerenand?lang=fr

Ma chronique:

Bluffant et bluffée …. littéralement !

J’ai des frissons en écrivant ma chronique, imaginez l’état dans lequel j’étais pendant ma lecture ! Là encore, j’avais lu beaucoup de très bonnes critiques autour de ce roman, je me suis donc laissée tenter, et je ne regrette vraiment pas.

L’empathie, c’est l’histoire d’Alpha, un monstre, qui viole des femmes en toute impunité et que rien n’arrête, pas même une façade de plusieurs étages, et de deux flics, Marion et Antony, dit « la poire ».

L’intrigue, c’est l’enquête menée avec brio par la brigade des viols dont font partie Marion et Anthony, mais ce sont eux aussi, car chacun d’entre eux  a un lourd passé caché, que l’auteur nous révèle petit à petit.

C’est une chronique compliquée car si je vais trop loin, je vais tout vous …. »divulgâcher » ! Et ça ne se fait pas …

Tout est dans le titre: l’empathie. C’est un terme lourd de signification, mais je peux vous assurer qu’il prend tout son sens avec ce roman. L’auteur n’oublie personne, du violeur aux victimes, en passant par les enquêteurs. Antoine Renand signe là son premier thriller, et croyez-moi, il a mis la barre très, très haute.

Sa plume est d’une incroyable justesse, précise, ses mots sont choisis. C’est un roman addictif, qui nous malmène et qui nous plonge dans une ambiance malsaine a bien des égards. La casquette de metteur en scène/réalisateur de l’auteur ajoute à son talent d’écrivain.

Je n’ai pas eu l’impression d’avoir à faire à deux clans, à savoir les gentils d’un côté, et les méchants de l’autre.
Je ne pense pas que l’auteur ait voulu écrire un livre sur le viol, je pense plutôt qu’il a  voulu aborder les émotions de tout à  chacun dans cette épreuve terrible, et ce, quel que soit le rôle qu’il y ait joué.

D’où ce superbe titre, l’empathie.

Parce qu’au court de ma lecture, addictive, violente, noire, et malsaine, je n’ai pas arrêté de réfléchir à notre nature même en tant qu’être humain. Qu’est ce qui fait de nous les adultes que nous sommes aujourd’hui?

Ma réponse? Notre passé. Notre histoire. Avec son lot d’évènements heureux mais aussi avec de coups durs, voire très durs. Alors bien qu’Alpha soit véritablement un monstre, au fur et à mesure qu’on avance dans le roman, on apprend à le connaître et on « comprend » , même si ça n’excuse rien.
Et il en va de même avec Anthony, qui est très pudique, sur la réserve et qui s’empêche d’aller vers les femmes, parce qu’il ne peut pas…. Pourquoi? Une fois qu’on le sait, croyez-moi …. on continue de réfléchir.

Antoine Renand m’a fait sortir de mes aprioris, m’a poussée dans une réflexion sur le genre humain… Certaines choses sont moralement inacceptables, mais…  mais, il n’y a pas que le bien et le mal…

Deux choses pour terminer cette chronique:
Premièrement: wouahou !!!
Deuxièmement: lancez-vous corps et âmes dans ce roman qui ne peut que vous toucher en plein cœur.

Ma note:

10/10

sans-titre

 

 

Sous le compost

OIP1L610I1N

Auteur : Nicolas Maleski

Titre : Sous le compost

Genre : Roman

Editions : Harper Collins Poche

Quatrième de couverture :

Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s’est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques soiffards, cyclistes tout-terrain ou misanthropes à mi-temps comme lui, Franck Van Penitas peut se targuer de mener une existence conforme à son tempérament : ritualisée et quasi solitaire. Son potager en est la preuve, où aucun nuisible susceptible d’entraver ce rêve d’autarcie ne survit bien longtemps. Franck traque la météo et transperce à coups de bêche les bestioles aventureuses.
Jusqu’à ce jour où une lettre anonyme lui parvient, révélant l’infidélité de sa femme.
Face à un événement aussi cataclysmique que banal, n’est pas Van Penitas qui veut. Accablement ? Coup de sang ? Répartition des blâmes ? Très peu pour lui. Franck a beau être un garçon régulier, il n’en est pas moins tout à fait surprenant et modifier son bel équilibre n’entre guère dans ses vues. Son immersion en territoire adultérin, le temps d’un été, prendra l’allure d’un étrange et drolatique roman noir conjugal.

L’auteur, en quelques mots :

Nicolas Maleski est auteur d’un premier roman, « Sous le compost » (2017), le 3e des 5 finalistes du Grand Prix RTL-Lire 2017.

Il signe avec « La science de l’esquive » (2020), un roman qui ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Ma chronique :

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Harper Collins et tout particulièrement Mélusine qui dans le cadre du partenariat qu’elle a proposé à Anthony, m’a non seulement permis de participer à l’aventure, mais m’a en plus offert ce premier roman de Nicolas Maleski, Sous le compost.

Anthony et moi avons déjà lu La science de l’esquive, et vous avions fait partager nos impressions via nos chroniques ici et là.

Me revoici donc parmi vous  avec le premier roman de cet auteur, Sous le compost.

Je souris à la première phrase qui me viens à l’esprit pour commencer ma chronique… « un prêter pour un rendu » … !! En effet, Franck Van Penitas, écrivain raté, apprend par le biais d’une lettre anonyme que sa femme Gisèle, qui travaille dans une clinique vétérinaire de campagne, lui est infidèle. Elle couche avec son associé ! Franck comprend mieux les heures supp, la paperasse en retard du samedi matin et les urgences du dimanche…

Bah oui hein… « si ma femme n’avait pas commencé à me tromper, je n’aurais probablement jamais versé dans l’extra-conjugalité » !!! Oui c’est sûr… entre le dialogue et un « y a pas de mal à se faire du bien », Franck n’a pas mis longtemps à faire son choix !

Ce que vous devez savoir, c’est que dans cette famille, les rôles sont inversés: Gisèle travaille, Franck est à la maison avec leurs trois filles à éduquer, les machines à laver hebdomadaires, les courses, et sont potager qu’il travaille avec patience et passion.

Autant vous dire donc que la lettre anonyme a eu l’effet d’un choc électrique pour lui… sa femme se paye du bon temps pendant que lui rame à la maison. La vilaine….

L’histoire ne tourne pas uniquement autour de parties de jambes en l’air même s’il y en a un peu trop à mon goût- et que l’auteur ma foi les écrit sacrément bien !  Non, l’histoire est écrite sur un fond de questionnement personnel de Franck: sa vie de couple, son travail raté, ses filles, sa vie à lui.

Comme d’habitude, je ne vous dirai rien de l’histoire, mais tout au long de ma lecture, j’ai suivi Franck dans sa vie de tous les jours et il m’a beaucoup plus. Son côté agora-claustrophobe et chiant, pas toujours drôle voire parfois limite rabas joie m’a séduit. Je me suis reconnue en lui (excepté l’adultère hein, je vous vois venir !!), avec ce côté chat sauvage, allergique aux soirées « politico-correctes ». Peu enclin aux mondanités, aux discussions de courtoisie, il se sent mieux chez lui dans son potager qu’il chéri autant qu’il chérirait sa femme, qu’en ville entouré de monde.

L’écriture quant à elle est à la fois drôle mais fine, cynique, crue parfois. Pas de chichis, on va droit au but.

Ne vous attendez pas à un meurtre sanglant et à des suspects en pagaille, vous seriez déçus. Par contre, une histoire toute en finesse, avec une touche de cynisme, narrée par un personnage ronchon et atypique, je vous dis jackpot!!

Sous le compost, c’est un roman inclassable pour moi, je n’avais jamais rien lu de tel, mais je me suis laissée happée par les premières lignes, et j’en suis ravie ! En fait, j’ai eu comme l’impression de vivre moi-même l’histoire au fil de ma lecture !

Ma note :

8/10

 

Joyeux Noël

JOYEUX-NOEL-BATICA-CONSTRUCTION-1024x782

Bonsoir tout le monde,

Nous venons par ce petit article vous souhaiter un très beau Noël. Pour ma part, j’espère que vous avez été bien gâtés, que vous avez passé de bons moments avec vos familles et vos proches et que vous vous êtes bien amusés. Encore une fois très beau Noël à tous, paix et amour pour vous tous !

Anthony

Bonsoir à tous !

Je me joins à Anthony pour vous souhaiter un joyeux Noël. J’espère que vous avez passé de très beaux moments entourés de votre famille et de vos proches, placés sous le signe de l’amour, des rires, et des bulles !!!

Ann’ Gaëlle

joyeux noel

 

# 62 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Voilà une nouvelle semaine qui commence, et avec elle un nouveau mois, et il était temps, j’ai besoin de renouveau donc quoi de mieux que de prendre cette nouvelle semaine avec de l’entrain et de l’envie … Mais bon ce qui ne change pas, c’est que c’est le jour de faire le point sur nos lectures.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

un dernier mot avant de partir

Un dernier mot avant de partir de Cédric Castagné

Alex a tout pour être heureux : une femme magnifique, une fille adorable, un travail passionnant. Son couple a bien traversé quelques périodes difficiles ces dernières années, mais avec sa femme, ils se sont accrochés à l’espoir de vivre des jours meilleurs? Alex regrette néanmoins d’être parfois trop distant. Engagé dans un appel d’offres crucial pour l’avenir de sa société, le jeune entrepreneur ne ménage pas ses efforts pour tenter de remporter les cinq millions d’euros mis en jeux. Mais alors que le dénouement approche, un maître chanteur va anéantir tous ses espoirs et faire planer au-dessus de sa tête une lourde menace… Un matin, Sacha croise la route de Sandra, une jeune femme à la beauté saisissante. Une jeune femme mystérieuse qui dissimule une indicible tristesse sous un sourire de façade. Une jeune femme que Sacha désire revoir à tout prix au risque de dévoiler son vrai visage : celui d’un père rongé par le remords, celui d’un homme en quête de renouveau. Le visage d’Alex, tout simplement.Alex… Sacha… Deux personnalités si différentes.Deux vies que tout oppose. Deux histoires pourtant liées par le destin.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

endroit le plus dangereux du monde

L’endroit le plus dangereux du monde de Lindsey Lee Johnson

Dans une communauté californienne idyllique, au nord de San Francisco, une jeunesse privilégiée, cruelle et vulnérable est livrée à elle-même en l’absence de parents qui ont démissionné de leur rôle. Huit adolescents vivent dans un monde virtuel, coupés de la réalité par leur addiction à Facebook et autres réseaux sociaux. Ils évoluent dans un faux paradis ou tous les dangers sont en embuscade : l’alcool, la drogue, le sexe. Seule Molly, leur professeur d’anglais, s’efforce de les comprendre en les faisant travailler sur Gatsby le Magnifique pour les préparer à devenir enfin adultes. Ce premier roman ensorcelant, aux accents de Bret Easton Ellis, est d’une grande subtilité littéraire. Les faiblesses, les passions, les désarrois et les chagrins d’une adolescence sans repères habitent cette fiction à la fois émouvante et glaçante.

3. Que vais-je lire ensuite ?

clé oriane

La clé d’Oriane de Leslie Héliade

Elle s’appelle Oriane, elle est dessinatrice. Il se surnomme Serrure, c’est un voleur. Lorsqu’elle le trouve dans son appartement, il prétend sortir d’un jeu virtuel. Il a besoin de son aide, car elle seule peut le sauver ! Et s’il disait la vérité ? Si tout cela n’était qu’une quête ? Une invitation à chercher la clé ?

Et vous alors que lisez-vous de beau ?

Récapitulatif de la semaine

Autre-Monde, tome 2 -Malronce

malronce

Auteur : Maxime Chattam

Genre : Jeunesse , Fantastique

Edition : Le Livre de Poche

Titre : Autre-Monde, tome 2 – Malronce

Quatrième de couverture :

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, Maxime Chattam fait au cours de son enfance de fréquents séjours aux États-Unis, à New York et surtout à Portland (Oregon), qui devient le cadre de L’Âme du mal. Après avoir écrit deux ouvrages (qu’il ne soumet à aucun éditeur), il s’inscrit à 23 ans aux cours de criminologie dispensés par l’université de Saint-Denis. Son premier thriller, Le 5è Règne, publié sous le pseudonyme Maxime Williams, paraît en 2003 aux Éditions Le Masque. Cet ouvrage a reçu le prix du Roman fantastique du festival de Gérardmer. Maxime Chattam se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Après une trilogie composée de L’Âme du mal, In tenebris et Maléfices, il écrit Le Sang du temps (Michel Lafon, 2005) puis Le Cycle de la vérité en trois volumes – Les Arcanes du chaos (2006), Prédateurs (2007) et la Théorie Gaïa (2008) – aux Éditions Albin Michel. Sa série Autre-Monde a paru chez le même éditeur, ainsi que Léviatemps (2010), Le Requiem des abysses (2011), La Conjuration primitive (2013), La Patience du diable (2014) et son dernier roman Que ta volonté soit faite (2015).

Ma chronique :

Me voici aujourd’hui, pour vous donner mon avis sur le second tome de la saga fantastique de Maxime Chattam, Autre-Monde. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ici celle du tome précédent.

J’ai mis quelques mois avant de me lancer dans la suite de cette sage, je n’avais pas envie d’enchaîner tome après tome même si j’ai beaucoup aimé le début de cette aventure. Il y a sept tomes, donc autant profiter et prendre son temps. Je ne compte d’ailleurs pas lire le tome trois tout de suite. De toute façon, je ne l’ai pas encore.

Donc, me voilà reparti dans Autre-Monde, j’ai dès le début de ma lecture été remis dans le bain et dans l’ambiance du monde tel qu’il est devenu après la Tempête. Comme pour le premier tome, Maxime Chattam nous plonge direct dans le vif du sujet, il n’y a pas un ou plusieurs chapitres pour nous résumer ce qu’il s’est passé avant et s’est très bien ainsi.

J’ai pris plaisir à retrouver les personnages principaux et aussi à en découvrir d’autres tout au long de ce tome. Il faut savoir, qu’il y a de l’action pendant tout le livre, nous découvrons d’autres parties de cet Autre-Monde, des endroits encore plus obscurs et plus mystérieux ce qui nous fait se poser encore plein de questions dont nous n’avons toujours pas de réponses, il va falloir être patient … En même temps c’est ce qui est appréciable avec cette saga.

Nous avons toujours l’idée écologique qui est reprise dans ce tome, mais pas que, Maxime Chattam nous parle également de religion et de différentes manières d’aborder nos croyances. Il y a aussi comme thèmes l’esclavage et la maltraitance. Tout est abordé avec finesse et ne vient pas plomber la lecture ce qui est plutôt agréable vu que cette saga est aussi destinée à un public plus jeune.

Bref, j’ai vraiment bien aimé la suite des aventures de Matt, Tobias et Ambre, et je devrais rapidement me replonger dans l’Autre-Monde.

Ma note : 08/10

# 9 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

J’ai fini tard cette nuit, Aquarium de David Vann, un roman qui ne vous laisse pas indifférent une fois terminé. Je vous propose donc aujourd’hui un extrait tiré de la page 31 de ce livre dont je devrais faire la chronique ce jour.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

aquarium

Shalini avait aussi le droit de mettre du parfum, ce que ma mère trouvait ridicule pour des enfants de douze ans.

Laisse-moi sentir tes poignets, dis-je.

Tu me demandes toujours ça.

J’aime bien.

Elle leva un poignet vers moi. Son joli bras lisse et brun, j’accrochai mon nez de son poignet, fermai les yeux, et inspirai  un autre monde. Des choses que je ne pouvais nommer, épicées et sucrées.

Voilà pour ce mardi, bonne journée à tous !

# 3 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonsoir à tous,

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

N’ayant pas fini ma lecture en cours qui est La prunelle de ses yeux de Ingrid Desjours, je vous propose un extrait de la page 31 de ma prochaine lecture. En espérant que cela me motive à avancer plus vite dans ma lecture. Bon surtout, il va falloir que je trouve un peu plus de temps pour lire que ces derniers jours …

Donc voici un extrait de Visions Nocturnes de Nathalie Siwek :

Lulubelle venait de s’installer sur un des bancs posés contre le mur du fond du préau et regardait d’un air distrait les nombreux enfants qui évoluaient autour d’elle dans la petite cour délimitée par un muret de pierre. Dans un coin, les institutrices et instituteurs se tenaient en cercle et discutaient tout en fumant leur cigarette. Seule Madame Arthur ne paraissait pas avoir ce vice. Tout en balançant ses pieds devant elle, la fillette observait Christelle qui riait à gorge déployée à une ânerie que venait de lui débiter le petit garçon blond, celui-là même qui l’avait menacée de représailles. 

visions-nocturnes

Voilà, je vous souhaite une bonne soirée et je vous dis à demain pour de nouvelles aventures …

#2 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonsoir à tous,

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

Voici une citation tirée de ma nouvelle lecture : La prunelle de ses yeux de Ingrid Desjours

« Le visage de l’aveugle s’éclaire, ses pupilles sombres se dilatent sous l’effet du plaisir et ses yeux d’un noir profond donnent à la jeune femme l’impression qu’ils seraient bien capables de l’aspirer. Elle se sent complètement hypnotisée, mesmérisée. Elle n’avait jamais ressenti cela de sa vie, se sent particulièrement déstabilisée. Elle boit plusieurs gorgées du Bulmers que la serveuse vient de déposer sur sa table pour se donner une contenance et laisse courir un instant son regard dans la rue aux façades multicolores. »

laprunelledesesyeux

Voilà pour ce soir, j’espère que ce rendez-vous vous plais et je vous souhaite une bonne soirée.

9# Top Ten Tuesday

Bonsoir à tous,

Cette semaine le thème de ce rendez-vous hebdomadaire me parlant bien, voici un nouveau Top Ten Tuesday.

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris anciennement en français par Iani – Carnet de Lectures. Depuis peu, c’est Frogzine qui héberge le Top Ten Tuesday en français! Voilà une belle manière de partager notre passion de la lecture et du monde livresque avec d’autres passionnées comme nous. Vous trouverez donc différents Top 10 que ce soit en lien avec les livres eux-mêmes, les auteurs, les maisons d’éditions, les adaptations, etc… Beaucoup de plaisir en perspective.

Le thème de cette semaine : Les dix livres qui ont marqués votre enfance / jeunesse.

Voici les dix livres qui ont marqués mon début de vie de lecteurs, l’ordre n’est pas exhaustif et il y en a certainement d’autres, mais voici mon top à moi.

  • Le Cycle de Pendragon – tome 1 – Taliésin de Stephen R. Lawhead
  • Les malheurs de Sophie de La Comtesse de Ségur
  • Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry
  • Jane Eyre de Charlotte Brontë
  • Le chien des Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle
  • Le lit d’Aliénor de Mireille Calmel
  • Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling
  • Le crime de l’Orient-Express de Agatha Christie
  • Le chant du Grand Nord de Nicolas Vanier
  • Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain

Et voilà pour moi, et vous quel est votre Top Ten pour cette semaine ?