Archives du mot-clé Zéro déchet

Umaï, un shampooing pour sauver la planète

umai-shampooing-solide-posipitch-une

Bonsoir les amis,

Petit article ce soir mais qui a une grand importance sur un sujet qui me tient particulièrement à coeur. Trois jeunes créatrices de ma région ont créé un shampoing solide, naturel et éco-conçu. Ce petit shampoing qui peut être utilisé autant par les femmes que par les hommes est fabriqué en France et n’a quasiment pas d’impact carbone. Même son étui est ensemencable.

Mais bon, pour en parler parfaitement, le mieux est de laisser l’équipe d’Umaï vous présenter leur shampoing.

NOS ENGAGEMENTS

On a choisi les meilleurs ingrédients naturels pour nos formules. Mais nous ne sommes pas allés les chercher au bout du monde. On est persuadé qu’on peut faire des merveilles avec les ingrédients qui viennent de chez nous.

On a pensé nos produits différemment, en retravaillant la galénique de nos cosmétiques pour qu’ils nécessitent le minimum d’emballage.

Et pour cet emballage minimum, nous avons fait le choix de n’utiliser que des matériaux innovants et durables.

Tout ça en prenant grand soin de créer des produits pratiques, efficaces et agréables à utiliser !

Alors maintenant qu’attendez-vous pour précommander ce shampoing, il est bon pour vous et il est bon pour notre planète, il n’y a plus à hésiter. Si vous êtes décidé, c’est par ici.

Pour en savoir plus :

COVERSITEOPENDANTULULE22

Publicités

# 25 – Il n’y a pas que la lecture dans la vie

culture

Bonjour les amis,

Hier, comme vous avez pu le lire dans l’article sur les journées mondiales, c’était la journée internationale sans sac plastique. Vous savez que c’est un thème qui me touche profondément et qu’avec ma femme nous sommes engagés dans une démarche zéro déchet qui passe forcément par la réduction du plastique. Je vais donc aujourd’hui vous proposer des alternatives aux objets en plastique à usage unique.

lutte-dechet-plastique

Les sacs plastique à usage unique 

Le 1er juillet 2016, les sacs plastiques fins, dits « à usage unique », disparaissaient des caisses. Le 1er janvier 2017, c’était au tour de ceux utilisés pour d’autres usages (fruits et légumes, poisson, produits en vrac…) d’être interdits.

Ils étaient jusqu’alors largement distribués et se retrouvaient jusque dans les océans, alors qu’ils mettent environ 400 ans à se décomposer. En France, avant l’interdiction, 5 milliards de sacs plastique fins étaient distribués annuellement en caisse et 12 milliards pour d’autres usages.

L’Union européenne a tranché en 2015 : les États membres doivent réduire le nombre de sacs plastiques fins à 90 par personne et par an d’ici 2019, puis 40 d’ici 2025.

La grande distribution a bien joué le jeu, mais il y a encore trop de petits commerçants ayant pignon sur rue ou sur les marchés distribuant nombre de sacs plastique. Mais maintenant pour que cela stop, c’est à nous consommateur de les refuser et du coup d’opter pour des alternatives.

Affiche_campagne_sacs_V2

Alors là, je trouve que c’est facile, sac en tissu, en papier, en fibre naturelle, le choix est grand. Vous pouvez aussi utiliser des boites en verre et des bocaux.

Pour notre part, quand nous faisons nos courses, nous avons nos sacs à sacs en tissus et après pour le fromager par exemple nous apportons notre boîte.

Les pailles en plastique

D’ici à 2050 il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans, au rythme de croissance actuel. Alors que des mouvements se lancent partout dans le monde, seule une mobilisation de masse pourra avoir un impact sur l’avenir des océans.

Pour siroter son jus de fruit ou son cocktail, la paille est devenue une vieille habitude bien plus qu’une nécessité. À tel point qu’en France 8,8 millions de pailles jetées par jour, uniquement dans l’industrie de fast food. Et aux Etats-Unis, chaque jour 500 millions de pailles sont consommées – assez pour faire deux fois et demi le tour de la planète.

Les pailles en plastique jetables, à utilisation unique, ne disparaissent pas dans la nature. Leur petite taille les rendant difficilement recyclables, elles font partie des 8 millions de tonnes de plastique déversées dans les océans chaque année – soit l’équivalent d’une benne à ordures de plastique déchargées chaque minute. Elles rejoignent ainsi le tristement célèbre 7ème continent de notre planète : le “Vortex” de déchets du Pacifique Nord.

Les pailles finissent sur les plages et dans les océans, le plastique se morcelle et les animaux marins/oiseaux les confondent avec de la nourriture. Et tout cela nous revient évidemment: ingéré par les animaux, ce plastique se retrouve la plupart du temps… dans nos assiettes.

pailles

Plusieurs alternatives connues existent, les pailles en inox et celles en bambou par exemple. Nous avons pour notre part des pailles en inox dont toujours deux dans le sac de Madame.

Les bouteilles en plastique

Les français sont les 5ème plus gros consommateurs de bouteilles en plastique à usage unique au monde – devançant les États-Unis – et cette surconsommation pose un véritable problème pour l’environnement dans une quasi-indifférence générale. Loin d’être toutes recyclées comme certains l’imagines, nombre de nos bouteilles terminent leur route dans les océans.

Chaque jour, ce sont 25 millions de bouteilles plastiques qui sont utilisées, rien qu’en France ! Seule la moitié sera recyclée – même si le recyclage est plus un symptôme qu’une solution à notre insatiable appétit de plastique – et le reste sera soit enfoui, soit incinéré, ou finira dans les océans. Résultat ? Entre autres, libération de toxines dans le sol et dans notre nourriture, ainsi qu’une pollution plastique qui mettra des centaines d’années à se dégrader en particules dans notre environnement.

Infographie_eau-1

Il y a plein d’alternatives, le charbon ou les billes de céramiques à mettre au fond de vos bouteilles en verre pour filtrer votre eau du robinet par exemple. Après pour les déplacements ou le sport il y a les gourdes en inox qui sont vraiment super.

Voilà, un petit article engagé mais je pense que cela est aussi notre rôle à nous bloggers de faire passer le message, car chaque pas comptes et il est vraiment temps de réagir pour notre planète.

 

J’ai fabriqué mon baume après-rasage

Bonjour les amis,

Ce matin, je vais vous parler de mon baume après-rasage, vous le savez certainement depuis quelques temps maintenant mais j’essaye de faire attention à ce que je consomme et à mes produits de toilette.

24ZFsFowT9yHG%8QDlZZZA

Ci-dessus, mon nécessaire de toilette : brosse à dent en bambou Smiloh, dentifrice solide Crystal, déodorant solide Fresh Up et shampooing solide Pure, le tout acheté chez Day By Day Orléans. Les savons proviennent de chez Biocoop et d’un fabriquant local Dessine moi un savon. Pour finir pour le visage du savon d’Alep liquide.

Mais bon aujourd’hui, c’est pour vous parler de mon baume après-rasage que je suis là. J’ai trouvé la recette sur le blog de Papa Hérisson.

 

Alors, pour le fabriquer de quoi ai-je besoin ?

  • 70mL de gel d’Aloe Vera
  • 20mL d’huile de Jojoba
  • 1 cuillère à café de beurre de Karité
  • 6 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée –Mentha piperita
  • 6 gouttes d’huile essentielle de lavande vrai –Lavendula angustifolia
  • 6 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé –Melaleuca alternifolia
  • 12mL de vodka

SAb9FD9DSGyY0Rz3C7zypQ

Et en terme de matériel :

mZ9y4PbYTriG4ERjFzniDw

  • Une balance de précision
  • Une cuillère à café
  • Un petit récipient
  • Un fouet
  • Une seringue graduée

Il est important de stériliser votre matériel en les plongeant dans l’eau bouillante.

Place à la recette maintenant :

  1. Prélever 1 cuillère à café de beurre de karité, et la faire fondre au bain-marie dans un récipient propre.
  2. Mesurer 70mL de gel d’aloe vera et 20 mL d’huile de jojoba
  3. Mélanger le karité fondu, l’aloe vera et le jojoba (idéalement au fouet, stérilisé lui aussi)
  4. Ajouter les huiles essentielles
  5. Ajouter la vodka
  6. Agitez vigoureusement (le faire également avant chaque usage) et conserver au frais.

Et voici le résultat :

4hnww8anSzqEX0S+z4CXDw

Il faut le conserver au frais et bien le secouer avant chaque usage, il laisse un côté frais avec une bonne odeur de menthe, c’est très agréable.

Voici donc mon nécessaire pour le rasage :

a1kcea1AT5ebC6QcW6W8YA

 

 

Réduisons nos emails

mails

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, sur le blog, je partage avec vous un article un peu spécial. Comme certains le savent peut-être je suis depuis quelques temps dans une démarche minimalisme et zéro déchet. J’y vais à mon temps, change petit à petit mes habitudes, mais chaque pas compte c’est ce qui est le plus important et chacun de nos petits efforts personnels comptent pour notre planète. Donc c’est dans cette optique que je souhaitait faire un point avec vous sur nos boîtes mails.

deleted-juno-emails-800x800

Alors voici quelques informations utiles qui m’ont amenées à réfléchir :

  • Chaque heure, plus de 10 milliards d’emails sont envoyés
  • 1 mail stocké pendant 1 an consomme 10g de CO2
  • 30 emails stockés = 1 ampoule allumée pendant 24 heures
  • Les mails d’une personne chaque année représentent 13 Paris-NY en émissions de CO2
  • Les spams émettent autant de CO2 que 3 millions de voitures chaque année
  • Le stockage actuel des mails à besoin de l’électricité de 5 centrales nucléaires pour être fait
  • 2 % des émissions de carbone mondiales sont générées par la technologie digitale.

Voici donc ce que l’on appelle la pollution digitale.

Sources : @girl_go_green et @cleanfox_

thP81TN1K5

En sachant tout cela, j’ai eu avis d’agir… Il faut savoir qu’à la base je gardais quasiment tous mes emails, que je classais, il y avait de tout, des mails d’inscriptions, de commandes , de réservations … Les mails les plus vieux dataient de 2014. Autant vous dire que cela ne me servait absolument à rien et que je n’imagine pas une seconde avoir besoin de les lires maintenant ou dans un proche avenir. J’ai donc pris le taureau par les cornes et je me suis lancé à supprimer tous les mails que je stockais. Pffff, cela m’a pris un peu de temps, mais bon j’ai dorénavant une boîte mails toute propre. C’est déjà une petite victoire.

J’ai ensuite été un peu plus loin dans la démarche, depuis ce weekend, je regarde chaque mails que je reçois et je me pose les questions suivantes : est-ce que je les lis ? Quel intérêt ai-je à les recevoir ? Et du coup petit à petit je me désabonne à tous ces mails et spams qui envahissent ma boîte de réception. C’est tout simple, vous savez, il suffit de cliquer sur le lien tout en bas de votre mail, inscrit en tout tout petit … Heureusement pour vous simplifier la vie, il existe des sites comme par exemple Cleanfox .

Pour ceux qui sont sur WordPress, je ne sais pas si comme moi vous recevez des tonnes et des tonnes de mails, qu’il s’agisse de mails vous notifiant un « j’aime » ou un commentaire, ou encore vous prévenant des nouveaux articles publiés sur les blogs que l’on suis. Pour cela, il y a dans les options du site la possibilité de se désinscrire à l’ensemble de ces mails. Pour ma part, ayant l’application WordPress sur mon téléphone, je reçois déjà les notifications alors à quoi bon les recevoir également par mail. Pour mes abonnements, je fais défiler le lecteur WordPress et je lis les articles qui m’intéressent. Au final, tous ces mails ne me servaient absolument à rien.

Voilà c’est mon petit geste du moment pour notre planète … Et-vous vous faîtes quoi pour la planète ?

Unknown