Archives du mot-clé yann suerte

# 47 – Instant Poésie

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, dans cet Instant Poésie, je vais vous présenter deux textes d’un poète belge, Yann Suerte que je ne connaissais pas encore il y a quelques jours. C’est Guilhaine Chambon, auteur du roman Résultat des courses et dont je vous avais aussi proposé un texte lors d’un précédent numéro de ce rendez-vous qui me l’a fait découvrir et je l’en remercie.

Je n’ai jamais vécu sans passion…
Elle m’a conduit à mes premiers pas, mes premiers émois…
Mes premiers mots, mes premières larmes…
Elle m’a emmené aux sommets des cathédrales,
au cœur des cirques antiques…
Elle m’a fait embrasser la vie à pleines mains…
Et j’ai aimé la danser plus que tout…
Je m’y suis aveuglé aussi…brûlé et détruit…
On l’a enchaînée…
ensevelie sous des gravats de titres haineux…
On l’a jugée et condamnée pour ses errements…
Mais je n’ai jamais vécu sans passion…
Et je ne vivrai plus sans elle…
Elle est mon feu, ma flamme…
Mon souffle et mon âme…
Elle est mon cœur…
Une, unique et inaliénable.

passion

L’atelier

Assise dessous les combles,
Juchée dessus le temps,
Elle s’enlace de ses amis,
S’angoisse de ses amants…
Et du bout de ses velours
Froisse d’invisibles absences,
Murmure d’indicibles caresses…
Elle s’entoile de sombre,
S’assombrit de lune
Et « s’enpleure » d’étoiles
Pendue aux silences des petites mains…
Assise dessous les combles,
Juchée dessus le temps,
Elle s’effile au gré des notes,
Au fil des pas, aux vers des poètes…
Et du bord de ses dentelles,
Se fronce d’impassibles attentes,
S’emmaille d’impossibles étreintes…
Elle se ganse de triste,
« S’entisse » de vieux
Et s’empèse de galons effacés.
Perdue aux silences des petites mains…
Assise dessous les combles,
Juchée dessus le temps,
Pendue dessus les cintres…
Perdue dessous les autres…
Et du bout de ses heures,
L’atelier s’endort…

atelier

Publicités