Archives du mot-clé urbex

Urbex Sed Lex

urbex sed lex

Auteur : Christian Guillerme

Édition : Taurnada

Genre : Thriller

Titre : Urbex Sed Lex

Quatrième de couverture :

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

Quelques mots sur l’auteur :

Né à Clichy-la-Garenne, Christian Guillerme, ancien musicien de studio et bassiste de groupes de rock, vit en Seine-et-Marne. Il exerce aujourd’hui dans le monde du digital au sein d’une grande entreprise.
Son premier livre, La corde de Mi (éd. Art En Mots), a rencontré un franc succès. Urbex Sed Lex, son second roman, très visuel et haletant, s’inscrit d’emblée dans la pure tradition des thrillers mettant en scène des personnages ordinaires confrontés à quelque chose de terrifiant qui les dépasse.

Ma chronique :

Je tiens à remercier Joël des éditions Taurnada qui a la gentillesse de me proposer régulièrement des partenariats et donc de me donner la chance de découvrir les nouveautés de cette maison d’éditions toujours très surprenante.

Alors, ce roman, Urbex Sed Lex, je dois avouer que je ne savais pas du tout où je mettais les pieds… Je ne connaissais même pas le terme Urbex qui est l’abréviation de Urban Exploration en anglais ou en français l’exploration urbaine. C’est une activité qui consiste à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, des lieux qui sont parfois interdits d’accès. Me voilà donc au taquet pour me plonger dans ce livre. À la lecture du pitch et sachant ce qu’est l’urbex, de la tension, de l’action et du stress devaient être au programme.

Je commence donc ma lecture et fais la connaissance de quatre jeunes plutôt sympathiques et assez attachants. Il s’agit de deux couples passionnés d’urbex qui se connaissent depuis longtemps. J’ai vraiment apprécié ces quatre personnages qui je trouve se complètent parfaitement. Petit bémol par contre, les dialogues, j’ai trouvé que certains ne font pas vrai … J’ai eu par moment du mal à m’imaginer des jeunes discuter de cette façon. Les « bébé » et les « mon gros bêta » sont venus pour moi alourdir ma lecture. Concernant les autres personnes présentes dans le sanatorium, car vous avez bien compris que nos quatre amis ne sont pas seuls, j’ai malheureusement trouvé qu’ils n’étaient pas tous traités de manière égale et que cela nous fait donc passer à côté de certains points de vue. C’est dommage, d’autant plus que d’autres sont vraiment très intéressants avec des personnalités fortes qui apportent beaucoup.

Concernant l’intrigue, pour le coup, maintenant on sait à quoi s’attendre, une nuit dans un sanatorium à l’abandon on a de quoi frissonner. Il s’agit de celui de Dreux qui existe vraiment. Pour vous mettre dans l’ambiance je vous met une photo partagée sur la page Facebook de Christian Guillerme, je vous laisse imaginer de nuit …

sanatorium

Alors effectivement, on reconnait tout de suite que l’auteur sait de quoi il parle et les descriptions du lieu sont vraiment top, je n’aurais vraiment pas aimé me retrouver à la place des quatre jeunes. Il y a donc pas mal de tension liée à l’environnement et au lieu. Par contre, j’ai trouvé que l’ensemble manquait d’action et de vitesse ce qui vient faire perdre le stress que j’aurais pu ressentir. Pourtant les chapitres sont courts et bien écrits, mais cela, à mon sens, manque de dynamisme. C’est le point qui m’a le plus déçu pour le coup, je m’attendais vraiment à stresser et à ne plus pouvoir m’arrêter de tourner les pages pour connaître le dénouement, mais cela n’a pas fonctionné avec moi. Tous les chapitres avec les quatre jeunes m’ont vraiment tenus en haleine et je les ai trouvés géniaux, mais quand il s’agissait des chapitres avec les autres, le soufflet retombait, je pense que cela est lié aux retours dans le passé qui sont venus alourdir l’ensemble.

Voilà, une lecture qui malgré tout cela m’a plue et que j’ai trouvée intéressante. Christian Guillerme est selon moi un auteur à suivre et je ne me priverai pas de lire ses futurs romans. En ce qui concerne sa sortie elle est prévue le 18 juin.

Ma note : 07 / 10

# 151 -Le mardi sur son 31

mardi sur son 31

Bonjour tout le monde,

Alors vous le voyez beaucoup tourner sur les réseaux sociaux en ce moment, voici donc un extrait de ma lecture en cours … Urbex Sed Lex de Christian Guillerme qui paraîtra aux éditions Taurnada le 18 juin 2020.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

urbex sed lex

Au moment où Fabrice décida d’appuyer sur la touche <ENTER> afin d’envoyer sa réponse, quelque chose le retint. Il n’arrivait pas à se convaincre d’honorer la promesse faite à Carine. Il ne pouvait s’ôter de la tête que cela pourrait signifier de donner son accord à une énorme bêtise !

Il repensait de nouveau au film évoqué par Carine un peu plus tôt dans la soirée. Il se rappelait une scène en particulier, celle où le riche homme d’affaires proposait une dernière chance à la jeune femme. Elle finissait par accepter son marché après avoir perdu à pile ou face. Une fois la fin du film, on se rendait compte que la pièce possédait deux côtés identiques ! Et si là aussi, les dés se révélaient pipés dès le départ ? Il secoua la tête et relut une dernière fois son message lapidaire :

          Bonsoir, qu’avez-vous à proposer ?