Archives du mot-clé olivier auroy

# 129 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Une nouvelle semaine s’annonce, avec elle un nouveau jour férié. D’ailleurs mercredi, nous allons enfin faire le cadeau de Noël que j’ai offert à ma femme. Elle va conduire près du circuit des 24 heures du Mans une Ferrari. Vu que l’on a rendez-vous à 8h20, nous allons passer un nuit à l’hôtel. J’aime bien de temps en temps quand l’on se retrouve tout les deux à l’extérieur de la maison, cela nous fait du bien je trouve.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardóttir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

amour propre

L’amour propre de Olivier Auroy

Au salon de massage de luxe de M. Victor, rue de Courcelles, entre les mains habiles de Waan, les hommes s’abandonnent. Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan est reconnaissante envers M. Victor, un ancien associé de son père, de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, que M. Victor n’oublie pas de réclamer entre deux symphonies. Et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse. Waan rêve alors de tout changer. Ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-on toujours le choix ? L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

loin des apparences

Loin des apparences de Sandrine Defradat

Diane, mère d’une adolescente en pleine rébellion et mariée à un pilote de ligne, mène une vie bien rangée. Son bonheur est avant tout celui de sa famille. Mais un jour, un terrible accident d’avion va bouleverser son existence…Que s’est-il réellement passé ce jour-là ? Plusieurs doutes et questions se posent à travers une enquête des plus troublantes. Et si la vérité était ailleurs ? Des zones d’ombres se dessinent peu à peu qui obligeront Diane à affronter son passé pour enfin exister. Un thriller psychologique au suspense haletant qui nous plonge dans l’intimité d’une famille ordinaire. En apparence.

3. Que vais-je lire ensuite ?

?

Pour le coup, et cela fait longtemps, mais je ne sais pas encore ce que je vais lire par la suite.

Je vous souhaite à tous une très belle semaine !

L’amour propre

amour propre

Auteur : Olivier Auroy

Éditions : Éditions Intervalles

Genre : Thriller

Titre : L’amour propre

Quatrième de couverture :

Au salon de massage de luxe de M. Victor, rue de Courcelles, entre les mains habiles de Waan, les hommes s’abandonnent. Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan est reconnaissante envers M. Victor, un ancien associé de son père, de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, que M. Victor n’oublie pas de réclamer entre deux symphonies. Et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse. Waan rêve alors de tout changer. Ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-on toujours le choix ? L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

Quelques mots sur l’auteur :

Olivier Auroy, né le 25 avril 1969 à Orléans, est un professionnel de la communication et écrivain français. Il a également publié sous le nom de plume Gabriel Malika.

Ma chronique :

Je tiens à remercier Olivier Auroy, qui m’a contacté sur Instagram pour me proposer de lire son roman, L’amour propre.

Ce roman, L’amour propre, est annoncé comme un thriller, ce qu’il est à mon avis, mais ce qui le rend également très intéressant c’est qu’il n’est pas que cela, il peut être aussi le portrait d’une femme ou même le portrait de notre société. C’est un livre complet qui nous dépeint l’univers des salons de massages, c’est un roman noir, addictif que j’ai dévoré en deux petits jours.

Dans son roman, Olivier Auroy, nous raconte la vie de Waan, jeune femme thaïlandaise travaillant dans le salon de massage de Monsieur Victor. Il nous explique avec des mots choisis, sans mettre de côté la noirceur des hommes comment elle et ses amies en sont arrivées à être obligées de faire ce métier. C’est superbement écris, il y a un vrai travail de recherche derrière cette histoire, cela m’a fait penser au roman de Julie Ewa, Les petites filles sur un thème assez proche.

Le rythme est entrainant, comme je le disais plus haut c’est addictif, les personnages, peu nombreux mais tous plein de mystères sont parfaits. C’est ce côté mystérieux qui fait également la force de ce roman, chaque personnage a des choses à cacher et du coup on se méfie de tout le monde et on est toujours dans l’attente d’un retournement de situation ou d’une révélation fracassante.

Dans tous les cas, j’ai beaucoup aimé ce roman, j’aime ce style documenté ce voulant être un plaidoyer pour une cause, en l’occurence ici pour le respect des femmes et contre ces institutions créées pour assouvir le désir et le pouvoir des hommes.

Ma note : 10 / 10

# 128 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

On enchaine la deuxième semaine consécutive avec un jour férié, et celle-ci aucune formation, alors même si il y a un jour en moins, j’espère pouvoir être un peu plus productif. J’espère que vous avez passé un bon weekend en tout cas, de mon côté, mise à part qu’il est passé encore trop vite à mon goût, j’ai pris rendez-vous pour mon prochain tatouage, maintenant j’ai trop hâte.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardottir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

succion

3. Que vais-je lire ensuite ?

amour propre

L’amour propre de Olivier Auroy

Au salon de massage de luxe de M. Victor, rue de Courcelles, entre les mains habiles de Waan, les hommes s’abandonnent. Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan est reconnaissante envers M. Victor, un ancien associé de son père, de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, que M. Victor n’oublie pas de réclamer entre deux symphonies. Et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse. Waan rêve alors de tout changer. Ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-on toujours le choix ? L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

Je vous souhaite une très jolie semaine livresque !

# 127 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Cela se voit que nous sommes un jour férié au vu de l’heure à laquelle je publie cet article. J’espère que vous avez passé un bon weekend de Pâques et que avez participé à de joyeuses chasses aux oeufs. Pour moi le weekend s’est super bien passé, nous avions nos cousins à la maison et nous en avons bien profité. Ballade sur Orléans, restaurants, escape game et franches parties de rigolade. Un weekend qui fait du bien.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

la pierre et le bocal

La Pierre et le Bocal, Les mots d’Owen de Gilles Voirin

Katmandou, Garden of Dreams, 1er août 2018, Owen reçoit un mail inattendu de Juliette, son amie des années Lycée, ses pensées s’évadent et voltigent. Elles remontent le temps comme un funambule avance sur son fil. Né de « prénom inconnu », bringuebalé au gré des déménagements de sa mère volage, Owen s’est très tôt réfugié dans les « mots ».Des mots pour être heureux ou malheureux. Des mots pour penser et se panser à la fois. Des mots pour changer une vie. Des mots qu’Owen ne choisit pas toujours, mais avec lesquels il lui faut composer.Dans ce roman à la fois léger et profond, avec ses personnages attachants et colorés, et sa palette d’émotions largement déployée, Gilles Voirin joue avec les mots, comme Owen jongle avec ses souvenirs. Avec une dextérité singulière.C’est ainsi qu’en suivant le chemin de vie cabossé d’Owen, on découvre une version inédite d’un conte initiatique moderne, qui invite à se poser les vraies questions. Pour se trouver ou se retrouver.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardottir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

3. Que vais-je lire ensuite ?

amour propre

L’amour propre de Olivier Auroy

Au salon de massage de luxe de M. Victor, rue de Courcelles, entre les mains habiles de Waan, les hommes s’abandonnent. Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan est reconnaissante envers M. Victor, un ancien associé de son père, de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, que M. Victor n’oublie pas de réclamer entre deux symphonies. Et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse. Waan rêve alors de tout changer. Ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-on toujours le choix ? L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

Je vous souhaite à tous une très belle semaine de lecture !