Archives du mot-clé littérature japonaise

Petits oiseaux

petits oiseaux

Autrice : Yôko Ogawa

Édition : BABEL

Genre : Contemporain

Titre : Petits oiseaux

Quatrième de couverture :

Il est le seul à pouvoir apprendre la langue pawpaw afin de communiquer avec son frère aîné, cet enfant rêveur qui ne parle que le langage des oiseaux, n’emploie que ces mots flûtés oubliés depuis longtemps par les humains. Après la mort de leurs parents, les deux hommes demeurent ensemble dans la maison familiale. D’une gentillesse extrême, l’aîné, qui ne travaille pas, se poste chaque jour tout contre le grillage de la volière de l’école maternelle.
Peu à peu, la directrice remarque son calme rassurant pour les oiseaux, sa façon subtile de les interpeler, et lui confie l’entretien de la cage. Quant au cadet, régisseur de l’ancienne résidence secondaire d’un riche propriétaire du pays, le jardin de roses, les boiseries des salons, la transparence des baies vitrées sont à la mesure de son attachement pour les lieux de mémoire. Parfois, les deux frères décident de « partir en voyage ».
Valises en main, ils font halte devant la volière. Ravis de palabrer avec les moineaux de Java, les bengalis ou les canaris citron, ils oublient dans l’instant tout projet de départ. Un jour pourtant le calme du quartier semble en danger, une enfant de l’école disparaît.

Quelques mots sur l’autrice :

Yoko Ogawa est une écrivaine japonaise.
Diplômée de la prestigieuse Université Waseda, elle est auteur de nombreux romans – courts jusqu’en 1996 – ainsi que de nouvelles et d’essais.
Elle a remporté le prestigieux Prix Akutagawa pour « La Grossesse » en 1991, et également les Prix Tanizaki, Prix Izumi, Prix Yomiuri, et le Prix Kaien pour son premier court roman, « La désagrégation du papillon ».

Ma chronique :

J’ai découvert il y a quelques mois la littérature japonaise et depuis, j’aime de temps à autres me plonger dans ces romans. Petits oiseaux, est le premier titre que je découvre de Yôko Ogawa.

Ce roman, très contemplatif, rempli de poésie m’a fait du bien. C’est exactement ce que j’aime dans ma passion pour la lecture, se faire du bien et également découvrir des univers inconnus. Avec ce roman, j’ai découvert le monde des oiseaux, à la base ce n’est pas des animaux par lesquels je suis très intéressé, mais ici j’ai appris à en connaître certain et c’est écrit d’une tellement belle manière que c’est juste agréable. Par moment, je me suis même surpris à tendre l’oreille et à essayer de percevoir ces « Tchii tchuru tchii tchuru tchitchiru … » . J’aurais aimé tout comme les deux frères connaître la langue PawPaw.

Ce roman fait l’éloge de la différence et de la simplicité. Tout en poésie, sans brusquerie et sans aucun jugement, Yôko Ogawa nous présente deux frères, deux hommes différents, deux hommes solitaires, deux hommes simples. Elle nous offre des moments de communion intense entre le frère cadet et des personnes qui ont eu la chance de croisé son chemin. C’est tellement beau, ce jardin d’enfants avec la volière, la boîte à sucette PawPaw, les broches, la roseraie et ce petit oiseau à lunette … Ce roman offre de la paix aux lecteurs. C’est un roman qui m’a fait du bien à moi le lecteur sensible que je suis.

Comment ne pas vous conseiller de lire ce roman ? Franchement allez y vous ne le regretterez surement pas.

Ma note : 10 / 10

 

 

Les années douces

les années douces

Autrice : Kawakami Hiromi

Édition : Picquier Poche

Genre : Contemporain

Titre : Les années douces

Quatrième de couverture :

Tsukiko croise par hasard, dans le café où elle va boire un verre tous les soirs après son travail, son ancien professeur de japonais. Et c’est insensiblement, presque à leur cœur défendant, qu’au fil des rencontres les liens se resserrent entre eux. La cueillette des champignons. Les poussins achetés au marché. La fête des fleurs. Les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne… Ces histoires sont tellement simples qu’il est difficile de dire pourquoi on ne peut les quitter. Peut-être est-ce l’air du bonheur qu’on y respire, celui des choses non pas ordinaires, mais si ténues qu’elles se volatilisent quand on essaie de les toucher. Ce livre agit comme un charme, il capte en plein vol la douceur de la vie avant qu’elle ne s’enfuie.

Quelques mots sur l’autrice :

KAWAKAMI Hiromi est née à Tokyo en 1958. Sa nouvelle Hebi o fumu est couronnée en 1996 par le prix Akutagawa, en 1999, Kamisama obtient le prix des Deux Magots et le premier prix Pascal des jeunes auteurs de nouvelles, en 2000 Oboreru reçut le prix de littérature féminine et c’est en 2001 que Sensei no kaban, « Les Années douces » fut couronné par le grand prix Tanizaki. Kawakami Hiromi a su s’imposer dans le monde littéraire japonais par la tonalité très particulière de son style, à la fois simple et subtil dont les thèmes privilégiés sont le charme de la métamorphose, l’amour et la sexualité.

Ma chronique :

J’ai découvert ce roman grâce à un conseil bien avisé donné sur Instagram et j’en suis bien content. Il n’y a pas très longtemps que j’ai commencé à lire de la littérature japonaise et je dois dire que j’apprécie plutôt bien.

Avec Les années douces, Kawakami Hiromi nous offre un roman contemplatif sur une relation entre une trentenaire solitaire et un vieux professeur de japonais. C’est un roman qui m’a fait du bien. C’est le genre de roman dans lequel il n’y a pas une action de dingue mais qui pour le coup m’a apaisé.

Tout n’est que douceur et poésie dans ce livre, il y a quelque chose de très tendre et reposant. La magie opère simplement. La narration à la première personne, c’est Tsukiko qui raconte, fait en sorte que l’on se sent très proche d’elle, j’ai beaucoup aimé. Et ce que j’apprécie énormément c’est le fait de rendre extraordinaire une situation ordinaire. C’est vraiment cela ce roman, une succession de moments de vie, un verre dans un bar, une promenade en forêt, une fête en extérieur … C’est simple mais tellement juste et beau.

C’est également un roman sur la solitude, sur les liens sociaux et sur l’amour inter générationnel. Il n’y a aucun cliché, tout est emmené en douceur avec délicatesse. Même le final qui n’a rien de surprenant est juste parfait.

Voilà, encore une belle découverte. Et vous l’avez-vous lu ?

Ma note : 10 / 10