Archives du mot-clé les auteurs libres

J’ai cassé l’hologe du temps

Autrice : Nadia Baudouin Bekkari

Édition : Les Auteurs Libres

Genre : Contemporain

Titre : J’ai cassé l’horloge du temps

Quatrième de couverture :

 » Rassure-toi Alweel, ce que nous te demanderons, tu es maintenant capable de le faire. Sache tout de même que ta tâche ne sera pas simple. Tu viens d’un monde imprégné de mauvais choix, tu dois nous montrer que rien n’est perdu et que la confiance que Théa a en toi est légitime. – Et si je ne souhaite pas vous aider ? – Tu retourneras à ton sort. – Je serai de nouveau morte. « 

Quelques mots sur l’autrice :

Autrice de deux romans « Après tout, je ne fais de mal à personne » et « J’ai cassé l’horloge du temps ».Nadia Baudouin Bekkari travaille en psychiatrie. La maladie mentale fait partie de son univers professionnel, elle la côtoie quotidiennement. Pour son premier roman, elle nous donne à découvrir, à travers ce sujet tabou, un univers où la normalité n’existe pas

Ma chronique :

Il y a quelques semaines, j’ai été contacté par Nadia Baudouin Bekkari pour découvrir son deuxième roman. J’étais ravi surtout que j’avais adoré son premier, Après tout je ne fais de mal à personne.

Alors dans ce nouveau roman, nous sommes complètement à l’opposé du précédent. Nous sommes limite dans un roman de science fiction. Les thèmes abordés sont la conservation de notre planète, l’humanité et la vie après la mort. Il y a de très belles idées dans ce roman, j’ai trouvé que c’était très intéressant.

C’est assez compliqué pour moi de parler de ce roman, je l’ai lu hyper vite et dans l’ensemble j’ai bien aimé. Par contre je reste sur ma faim, j’ai envie de plus, cela est allé trop vite. J’ai trouvé que par moment ce n’était pas assez abouti et du coup c’est frustrant. C’est dommage car il y a tellement de belles choses dans ce roman et c’est vraiment très bien écrit.

J’ai aimé suivre les personnages dans cette histoire, et même si Alweel par moment m’a paru insupportable, ce qu’elle vit est juste dingue. Et ses acolytes sont juste excellents. J’ai vraiment passé un bon moment avec ce livre même si comme dit un peu plus haut j’aurais aimé en avoir plus.

Voilà donc un roman sympathique servi par une plume efficace. Nadia confirme son talent avec cette belle histoire.

Ma note : 07 / 10

# 217 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Nous entamons la dernière semaine du mois de février, j’espère vous annoncer une très belle nouvelle d’ici quelques jours. En attendant, je continu à avoir un très bon rythme de lecture comme vous pourrez le constater ci-dessous. Souhaitons également de belles vacances à Ann’Gaëlle qui les a bien méritées.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

Sauvage de Jamey Bradbury

À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »

Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »

Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

RevanBane : 

Seul l’oiseau moqueur de Walter Tevis

Sous la chape d’acier du XXVe siècle technologique, l’Amérique s’éteint, doucement mais sûrement. Automatisée, « tranquillisée », stérilisée. Et l’un de ses maîtres est un robot, Spofforth, splendide prototype de race noire, aux facultés intellectuelles inouïes. Mais les systèmes trop parfaits sont fragiles… Ainsi Spofforth, par la faute de son concepteur, a gardé un coupable souffle d’âme… Ainsi Paul, petit fonctionnaire soumis, découvre par hasard, soudain émerveillé, les secrets de la lecture depuis longtemps bannie. Il les partagera avec Mary Lou, la jolie rebelle qui refuse ce monde mécanisé. Un robot capable de souffrir, un couple qui redécouvre l’amour et les mots, est-ce l’ultime chance de l’humanité ?

J’ai cassé l’horloge du temps de Nadia Baudouin Bekkari

« Rassure-toi Alweel, ce que nous te demanderons, tu es maintenant capable de le faire. Sache tout de même que ta tâche ne sera pas simple. Tu viens d’un monde imprégné de mauvais choix, tu dois nous montrer que rien n’est perdu et que la confiance que Théa a en toi est légitime.
– Et si je ne souhaite pas vous aider ?
– Tu retourneras à ton sort.
– Je serai de nouveau morte. »

Montana 1948 de Larry Watson

De l’été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper. Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d’une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice. 

Montana 1948 raconte la perte des illusions de l’enfance et la découverte du monde adulte dans une écriture superbe digne des plus grands classiques américains.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

Sauvage de Jamey Bradbury

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

RevanBane : 

À chacun sa mort de Ross MacDonald

Dans une maison décrépite de Santa Monica, une veuve glisse dans la main de Lew Archer 50 dollars pour qu’il retrouve sa fille Galatea, disparue depuis Noël. Ça n’est pas cher payé et les indices sont minces, mais une photo de la séduisante jeune femme achève de convaincre le détective. Galatea semble en danger : elle a été vue pour la dernière fois en compagnie d’un malfrat notoire. Des quartiers pauvres de San Francisco aux villas de Palm Springs, dans un monde gouverné par les commerces illicites, les cadavres s’accumulent et la ravissante disparue mène un jeu des plus troubles.

Pour arriver à ses fins, Lew Archer devra se mêler à la pègre et admettre que les visages d’anges dissimulent parfois les âmes les plus sombres.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

La neige, c’est surfait et autres nouvelles de Cécile Guéguen

« Nouvelle: sorte de roman très court; récit d’aventures intéressantes ou amusantes » (définition du dictionnaire Littré). Désormais aussi reconnues que les romans, les nouvelles couvrent les mêmes thèmes. Dans ce recueil, se mêlent des nouvelles policières de toutes tailles: qu’est-il arrivé à la pauvre Lola? Qui a tué cette « si Douce Enfant »? Êtes- vous le Docteur Jekyll ou Mister Hyde ? Comment un cadavre a-t-il participé malgré lui au Carnaval de Dunkerque?… Autant d’interrogations qui trouveront peut-être leurs réponses dans ces courts récits. Lorsqu’un tournage amateur à l’occasion d’une soirée d’Halloween tourne au cauchemar ou qu’un appartement en plein coeur de Tokyo s’anime, le lecteur entre de plain pied dans le monde des nouvelles fantastiques. Le Noël de Mickaël Crampton Junior nous entraîne dans le monde des contes de Noël si cher au célèbre C. Dickens.

RevanBane : 

Un jour viendra de Giulia Caminito

À Serra de’ Conti, sur les collines des Marches italiennes, Lupo et Nicola vivent dans une famille pauvre et sans amour. Fils du boulanger Luigi Ceresa, le jeune Lupo, fier et rebelle, s’est donné pour mission de protéger son petit frère Nicola, trop fragile, trop délicat avec son visage de prince. Flanqués de leur loup apprivoisé, les deux frères survivent grâce à l’affection indestructible qui les unit. Leur destin est intimement lié à celui de Zari, dite Soeur Clara, née au lointain Soudan et abbesse respectée du couvent de Serra de’ Conti. Car un mensonge sépare les frères et un secret se cache derrière les murs du monastère. Alors que souffle le vent de l’Histoire, et que la Grande Guerre vient ébranler l’Italie, le jour viendra où il leur faudra affronter la vérité.

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

# 216 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez tous bien. Il a fait encore bien froid ce weekend, mais ça va commencer à se réchauffer c’est cool. J’ai un peu moins lu cette semaine et vous ? On fait le point …

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

Sauvage de Jamey Bradbury

À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Les yeux bleus de Sébastien Didier

1986. Une famille est assassinée dans sa villa près de Saint-Paul de Vence. Le père, la mère et leurs jumeaux d’à peine trois ans. Comment oublier ce crime monstrueux ?

2018. À Nice, le petit Maxime est enlevé en pleine journée dans le jardin de la maison familiale. 

Aussitôt, les médias s’emballent, la police est sur les dents. Car l’enfant n’est pas n’importe qui : il est le petit-fils de Claude Cerutti, homme d’affaires à la réputation sulfureuse et puissante figure locale. 

Lorsque la tante de Maxime est soupçonnée d’avoir organisé l’enlèvement, le clan Cerruti est au bord de l’implosion. Pour le patriarche, cela ne fait aucun doute : à travers cet enlèvement, c’est lui qui est visé.

Lui, son nom, sa famille. Et ses secrets.

RevanBane :

Sous le Soleil de la Lune de Sonja Kourakine

Great Lake City, Utah, 1861. À presque quatorze ans, Rébecca Brightman est une jeune fille intrépide et courageuse. Elle se rebelle contre la sévère éducation de son père, pasteur tyrannique et violent, qui nourrit en secret un terrible projet pour elle. Derrière les brimades et les coups, elle rêve de découvrir le monde au delà des barrières de sa communauté. Au détour d’une rencontre inespérée, elle voit sa vie prendre un nouveau tournant. Son avenir est sur le point de changer à jamais. Le long chemin semé d’embûches sur lequel elle s’engage la menera-t-il au bout de sa quête d’elle même et sur la voie de l’amour? Réussira-t-elle à percer les mystères du pouvoir qui sommeille en elle, cette étrange différence qui la pousse à vouloir trouver la liberté ?

Ma chronique ici

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

Sauvage de Jamey Bradbury

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »

Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »

Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

RevanBane : 

Seul l’oiseau moqueur de Walter Tevis

Sous la chape d’acier du XXVe siècle technologique, l’Amérique s’éteint, doucement mais sûrement. Automatisée, « tranquillisée », stérilisée. Et l’un de ses maîtres est un robot, Spofforth, splendide prototype de race noire, aux facultés intellectuelles inouïes. Mais les systèmes trop parfaits sont fragiles… Ainsi Spofforth, par la faute de son concepteur, a gardé un coupable souffle d’âme… Ainsi Paul, petit fonctionnaire soumis, découvre par hasard, soudain émerveillé, les secrets de la lecture depuis longtemps bannie. Il les partagera avec Mary Lou, la jolie rebelle qui refuse ce monde mécanisé. Un robot capable de souffrir, un couple qui redécouvre l’amour et les mots, est-ce l’ultime chance de l’humanité ?

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

La neige, c’est surfait et autres nouvelles de Cécile Guéguen

« Nouvelle: sorte de roman très court; récit d’aventures intéressantes ou amusantes » (définition du dictionnaire Littré). Désormais aussi reconnues que les romans, les nouvelles couvrent les mêmes thèmes. Dans ce recueil, se mêlent des nouvelles policières de toutes tailles: qu’est-il arrivé à la pauvre Lola? Qui a tué cette « si Douce Enfant »? Êtes- vous le Docteur Jekyll ou Mister Hyde ? Comment un cadavre a-t-il participé malgré lui au Carnaval de Dunkerque?… Autant d’interrogations qui trouveront peut-être leurs réponses dans ces courts récits. Lorsqu’un tournage amateur à l’occasion d’une soirée d’Halloween tourne au cauchemar ou qu’un appartement en plein coeur de Tokyo s’anime, le lecteur entre de plain pied dans le monde des nouvelles fantastiques. Le Noël de Mickaël Crampton Junior nous entraîne dans le monde des contes de Noël si cher au célèbre C. Dickens.

RevanBane : 

J’ai cassé l’horloge du temps de Nadia Baudouin Bekkari

« Rassure-toi Alweel, ce que nous te demanderons, tu es maintenant capable de le faire. Sache tout de même que ta tâche ne sera pas simple. Tu viens d’un monde imprégné de mauvais choix, tu dois nous montrer que rien n’est perdu et que la confiance que Théa a en toi est légitime.
– Et si je ne souhaite pas vous aider ?
– Tu retourneras à ton sort.
– Je serai de nouveau morte. »

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

Après tout, je ne fais de mal à personne

apres tout je ne fais de mal a personne

Auteur : Nadia Baudouin Bekkari

Genre : Contemporain

Édition : Les auteurs libres

Titre : Après tout, je ne fais de mal à personne

Quatrième de couverture :

Schizophrénie, hallucinations…

Il n’y a que Rebecca pour aimer à ce point sa maladie.
Mais s’intégrer à la société et y vivre de façon normale n’est pas facile. Elle doit faire face à ses craintes, ses peurs, ses doutes…
De son côté, Josselin, infirmier en hôpital psychiatrique, est empreint d’une représentation de la santé mentale formatée par son travail.
Pourtant, ces deux êtres que tout oppose vont se rencontrer.
Malgré leurs différences, un sentiment unique va naître, si intense qu’il abolit toute raison.

Ne dit-on pas que l’amour, le vrai, rend fou ?

Quelques mots sur l’auteur :

Nadia Baudouin Bekkari travaille en psychiatrie. La maladie mentale fait partie de son univers professionnel, elle la côtoie quotidiennement.

Pour son premier roman, elle nous donne à découvrir, à travers ce sujet tabou, un univers où la moralité n’existe pas.

Ma chronique :

J’ai découvert ce livre et cette auteure lors du Printemps du livre de Lamotte Beuvron, et je l’ai lu dans le cadre du Summer Holidays Challenge organisé par Élodie du blog La Citadelle de l’Imaginaire.

Tout d’abord, je tiens à signaler, qu’à la base, ce livre a été repéré par ma femme, et ayant lu après elle le résumé et aimant beaucoup la couverture, nous l’avons acheté après quelques gentils mots échangés avec l’auteure et un petit autographe.

Bon, je ne vais pas aller par quatre chemins, ce livre, je l’ai lu en une journée, et je me suis pris une grande claque, j’ai tout simplement adoré mais aussi détesté. Je m’explique, ce livre traite de la schizophrénie, une maladie mentale, mais aussi de l’enfermement en soins psychiatrique et de la façon dont cette maladie est traitée.

Il y a deux personnages, une femme, et un homme, chacun d’eux raconte son histoire à tour de rôle, Rebecca est atteinte de schizophrénie tandis que Josselin est infirmier en soin psychiatrique. Vous me direz, cela tombe bien, le lien est tout trouvé, mais vous vous trompez, la rencontre de ces deux êtres va se faire par petite touche sans que l’un ou l’autre ne s’en rende compte.

J’ai beaucoup aimé la façon dont ce roman est découpé, on alterne avec le point de vue de Rebecca et de celui de Josselin, chaque passage est précédé d’un signe de l’homme ou de la femme suivant celui qui nous raconte sa vie. Cela rend le récit vivant et du coup très rapide à lire.

Je ne travaille pas du tout dans la santé, et je ne connais pas du tout le côté psychiatrie, je me suis donc lancé dans cette lecture avec quelques appréhensions, mais celles-ci se sont vite effacées, tout est bien expliqué, l’auteure prend le temps de nous expliquer avant le commencement les termes assez compliqués pour un lecteur lambda comme moi.

J’ai donc, comme je le disais plus haut adoré ce roman, car j’ai appris énormément de chose, je n’aurais plus forcément les mêmes apprioris sur cette maladie, mon regard sur elle a changé, c’est juste super de fermer un livre en ayant l’impression d’avoir été grandi à la lecture de ces lignes.

Je l’ai aussi détesté, même si le terme n’est pas approprié, je dirais plus que j’ai été en colère. Oui, en colère contre les gens comme moi, qui n’y connaissons rien et qui se permettent de juger des personnes malades. En colère aussi contre le système et les médecins avec leurs traitements, ces malades, ne sont pas des animaux, ce sont des personnes comme nous. Ils ont le droit à un minimum de chose. Et surtout, je suis en colère contre la fin du livre, je ne m’y attendais quasiment pas, ou du moins pas comme cela. Après coup, et oui, j’ai attendus quasiment 24h pour écrire ma chronique tellement ce bouquin m’a bouleversé, il ne pouvait finir autrement, mais quand même …

J’ai vraiment un énorme coup de coeur pour ce roman, je le conseil à toutes et à tous, peu importe que l’on travaille dans la santé ou dans la psychiatrie, il est juste bouleversant et terriblement touchant. Il y a longtemps que je n’avais pas lu un livre qui me touche autant. Ce n’est pas compliqué, quand je l’ai refermé une fois terminé, ma femme me parlait, mais j’étais complètement bloqué, il m’a fallu cinq bonne minutes pour reprendre mes esprits.

Vous l’aurez compris, il n’y a rien à attendre, allez acheté ce super roman et venez me dire ce que vous en avez pensé.

Ma note : 10/10

coup-de-coeur