Archives du mot-clé karine giebel

# 153 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Encore une fois le weekend est passé à une vitesse hallucinante et nous sommes déjà reparti pour cinq jours de travail. Je sais pas vous mais moi sur ces deux jours je n’ai pas arrêté de manger, pffff alors que j’avais commencé à perdre du poids, il va falloir que je mette les bouchées doubles au sport. Sinon, c’est le premier « C’est lundi … » que l’on fait en commun avec Ann’Gaëlle, vous lui avez déjà fait un super accueil et vous avez bien apprécié sa première chronique, merci beaucoup à tous.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

qautre racines blanches

Quatre racines blanches de Jacques Saussey

Daniel Magne, officier de police à Paris, est en voyage professionnel au Québec. A peine arrivé, il est le seul témoin du meurtre d’un de ses collègues canadiens et de l’enlèvement d’une femme. Il se retrouve aussitôt désigné par la police québécoise pour traquer les assassins.
Peu après, le corps supplicié de la belle inconnue est découvert à l’entrée de la réserve mohawk de Kanawaghe sur la rive du Saint-Laurent.
Avec sa coéquipière et amante Lisa Heslin qui l’a rejoint, Magne se lance dans une enquête hors juridiction particulièrement périlleuse.
Sans le savoir, ils s’apprêtent à mettre les pieds sur le territoire de l’un des criminels les plus dangereux du Canada.

Sa chronique ici

Au petit bonhur la chance

Au petit bonheur la chance de Aurélie Valognes

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d’amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s’aimer.

RevanBane :

ce que tu as fait de moi

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

Ma chronique ici

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

si je serais grande

Si je serais grande de Angélina Delcroix

Deux voisines de 6 ans disparues le même jour.
Une petite fille à l’imagination débordante qui vit dans la peur de déplaire à ses parents.
Des corps d’enfants découverts, et au milieu des cadavres, une survivante.
Pour l’adjudante Joy Morel, enceinte de quatre mois, c’est le début d’une enquête éprouvante aux frontières de l’inimaginable…

RevanBane :

écoute le chant du vent

Écoute le chant du vent suivi de Flipper, 1973 de Haruki Murakami

J’écrivais toujours sur la table de la cuisine, tard dans la nuit, jusqu’au petit matin. C’est la raison pour laquelle je nomme ces deux romans  » écrits sur la table de la cuisine « . Avec beaucoup d’amour et une certaine gêne… Pour rien au monde je ne voudrais les changer. Un peu comme de très vieux amis. Peut-être que je ne les rencontrerai plus, que je ne leur parlerai plus, mais il est certain que jamais je ne les oublierai. Ils sont précieux pour moi, irremplaçables. Ils m’encouragent, me réchauffent le cœur. Après trente-sept ans, Haruki Murakami autorise enfin la publication de ses deux premiers romans, Écoute le chant du vent, lauréat du prestigieux prix Gunzo 1979, suivi de Flipper, 1973, tous deux jusqu’ici inédits en France. Enfin traduits et réunis en un seul volume, précédés d’une préface de Murakami qui en explique la genèse, ils composent les deux premiers tomes de la  » trilogie du Rat « , que clôt La Course au mouton sauvage.

3. Que vais-je lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

un peu beaucoup

Un peu beaucoup … jusqu’à la mort de Angélina Delcroix

La révélation du thriller français confirme son statut avec ce troisième roman, sombre et surprenant ! Fragilisée par le décès de l’un de ses coéquipiers, l’adjudante Joy Morel doit aussi apprendre à composer avec sa récente maternité. Mais une étrange affaire la ramène sur le terrain : un homme, sobre depuis plusieurs années, est retrouvé mort après un coma éthylique. À ses côtés, le cadavre de son épouse, ligotée et mutilée…

RevanBane :

Le dernier baiser

Le dernier baiser de James Crumley

Sughrue, détective privé, doit retrouver Trahearne, un écrivain parti écluser les bars en délaissant ex-épouse, femme et mère. Il finit par le dégoter dans un bistrot. S’étant découvert le même penchant pour l’alcool, les deux hommes repartent à la recherche de Betty Sue, la fille de la patronne, qui n’a pas réapparu depuis dix ans. Ils emmènent dans leur périple Fireball, un bouledogue amateur de bières. Ils mènent la belle vie, mais toujours point de Betty Sue, qui semble avoir mal tourné…
À travers plusieurs états, au sens propre comme au figuré, le lecteur est convié à une road story où se croisent crapules minables et figures pittoresques. Si elle n’en est pas la trame, la nostalgie de l’Ouest, des grands espaces est l’essence même du Dernier baiser. L’inénarrable Sughrue semble promener sa carcasse d’ivrogne comme dans un éternel lendemain d’ivresse. Ce qui ne l’empêche pas d’être bourré… d’humour !

Voilà pour nous, nous vous souhaitons à tous une très belle semaine livresque !

 

Ce que tu as fait de moi

ce que tu as fait de moi

Autrice : Karine Giebel

Édition : Belfond

Genre : Thriller

Titre : Ce que tu as fait de moi

Quatrième de couverture :

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

Quelques mots sur l’autrice :

Grande collectionneuse de prix littéraires et maître ès thrillers psychologiques, Karine Giebel est née en 1971. Elle est l’auteur de Meurtres pour rédemption (collection « Rail noir », 2006), des Morsures de l’ombre (Fleuve noir, 2007) – prix Intramuros du festival de Cognac 2008 et prix SNCF du polar 2009 – et de Chiens de sang (Fleuve noir, 2008). Pour Juste une ombre (Fleuve noir, 2012), elle reçoit le prix Polar francophone du festival de Cognac et le Prix marseillais du polar en 2012. Purgatoire des innocents (Fleuve noir, 2013) confirme son talent et la consacre définitivement « reine du polar ». Après Satan était un ange (Fleuve noir, 2014), elle rejoint les éditions Belfond pour la parution de De force (2016), qui a rencontré un immense succès, de Terminus Elicius (2016) dans une nouvelle édition augmentée, puis de D’ombre et de silence (2017), un recueil de nouvelles où elle condense en quelques pages toute la force de ses romans. Les livres de Karine Giebel se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires à ce jour et sont traduits dans une douzaine de langues.

Ma chronique :

Je souhaite tout d’abord remercier les éditions Belfond ainsi que le site BePolar qui m’ont permis de découvrir ce livre dans le cadre de mon statut d’enquêteur.

C’est pour moi une totale découverte de cette autrice française pourtant méga-connue. J’en entendu et lu beaucoup de bien sur plusieurs de ses romans, mais je n’avais jusqu’à présent jamais eu l’occasion de la lire. Et bien voilà, c’est dorénavant chose faite, j’ai dévoré son dernier roman, j’en suis devenu addicte, j’ai adoré et j’ai couru m’en acheté d’autres. En cela on peut déjà dire que le pari est gagné.

Ce que tu as fait de moi … On peut dire que ce roman porte bien son nom. Tout commence par une catastrophe dans les locaux d’une brigade des stups, catastrophe qui ne nous sera dévoilée qu’à la toute fin. Ensuite et tout le long du roman nous accompagnons deux policier de l’IGPN qui vont interroger, ou plutôt écouter chacun dans leur salle d’interrogatoire leurs deux confrères qui sont suspectés dans cette affaire.

Comme j’ai pu le dire un peu plus haut, j’ai dévoré ce pavé d’un peu plus de 500 pages, mais en même temps tout est fait dans la construction pour que le lecteur ai une envie irrépressible de lire la suite, presque une envie malsaine … Oui, malsaine, comme l’histoire que vont raconter à tour de rôle Laëtitia et Richard. Une histoire qui aurait pu être une simple histoire d’amour mais qui en réalité est beaucoup plus que ça. Karine Giebel, nous raconte dans son roman une sorte d’amour complètement abject, terriblement obsessionnel et physiquement passionnel.

Qu’est-ce que c’est bien écrit, Karine Giebel nous fait totalement rentrer dans la tête et dans le corps de ses personnages. Psychologiquement ce livre est terrible, il rend à moitié fou (et vu ce qui arrive aux personnages, je suis content que ce n’est qu’à moitié 😉 ) à des moments, j’ai détesté les personnages, à d’autres j’ai eu pitié pour eux à d’autres encore je pouvais tout leur pardonner, même l’impardonnable et pour finir je n’ai eu d’autres choix que de les adorer.

Voilà, c’est exactement ce que je recherche quand je commence un thriller … Ne pas savoir m’arrêter de tourner les pages, être psychologiquement surpris et pour finir avoir une fin digne de ce nom. Et je peux vous dire que c’est le cas ici, la fin est d’une puissance absolue, c’est fort, c’est triste, c’est beau, c’est juste parfait.

Alors, surtout n’hésitez pas à lire ce fabuleux thriller, il est pour moi un super coup de coeur.

Ma note : 10 / 10

coup-de-coeur

# 127 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

Ce matin, comme chaque mardi, je viens partager avec vous un extrait de ma lecture en cours. Comme vous le savez, je suis sur le dernier Karine Giebel, c’est le premier roman de cette autrice que je li et je dois dire que pour le moment je suis vraiment fan, j’ai trop de mal à le lâcher. Je vous souhaite une belle journée.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

ce que tu as fait de moi

– Graminsky, c’est mon nom de jeune fille, expliqua Laëtitia. Je l’ai accolé à celui d’Amaury. Je m’appelle Laëtitia Graminsky-Duvivier.

– Ok, poursuivez.

– Mon arrière-grand-père et mon grand-père étaient ouvriers dans la fourrure. Mon père a suivi le même chemin et a décidé de se mettre à son compte. Il est parti de rien, mais il a réussi. Et je crois qu’il aurait voulu que je prenne la suite. Sauf que, le jour de mes 10 ans, je lui ai balancé que jamais je ne me rendrais complice de cet ignoble commerce ! Je lui ai dit qu’il était un assassin, un tueur. J’ai reçu une gifle mémorable et nous n’en avons plus jamais parlé …

– Je vois, fit Delaporte. Il vous en veut de ne pas avoir repris les rênes de l’entreprise, de dénigrer sa réussite, de vous êtres mariée trop jeune à un homme plus vieux que vous et trop pauvre …

– C’est à peu près ça.

# 152 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

Bonne nouvelle, je dors un peu mieux depuis quelques jours, j’ai encore pas mal de manque de sommeil, mais c’est plutôt encourageant, même si je suis pour le moment obligé de prendre mes cachets. Sinon, hier matin, j’ai fait un training spartan , et oui, un dimanche matin en ayant encore des courbatures de la séance de crossfit de vendredi soir. Mais bon, on était nombreux, avec une ambiance de folie, c’était génial, mais maintenant j’ai mal partout, c’est horrible, j’appréhende la séance de ce soir … Hormis ça, je suis enfin à jour dans mes chroniques ce qui est vraiment cool. J’ai entamé hier soir ma nouvelle lecture. Et vous alors que lisez-vous de beau en ce moment ?

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

les hiérarchies invisibles

Les Hiérarchies invisibles de Cyril Torrès

Berg s’est réfugié à Shanghaï depuis qu’un scandale a mis fin à sa vie politique. Mais nous sommes à l’heure de la course acharnée aux matières premières, de la surpopulation, du réchauffement climatique, des mouvements de populations incontrôlés. Et dans ce contexte, le retour de Berg pourrait devenir une option envisageable. Févril est envoyé à Shanghaï pour étudier la situation du politicien, la fiabilité de ses convictions écologiques, explorer ses limites, mesurer ses failles. Mais au fil de l’entretien, le jeune homme se trouve de plus en plus fasciné par son interlocuteur et comprend que les enjeux à l’œuvre ne sont probablement pas ce qu’il paraît.
Roman troublant et hypnotique, Les Hiérarchies invisibles met en scène le parcours d’un homme politique exilé et peut-être visionnaire.

Ma chronique ici

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

ce que tu as fait de moi

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

3. Que vais-je lire ensuite ?

écoute le chant du vent

Écoute le chant du vent suivi de Flipper, 1973 de Haruki Murakami

J’écrivais toujours sur la table de la cuisine, tard dans la nuit, jusqu’au petit matin. C’est la raison pour laquelle je nomme ces deux romans  » écrits sur la table de la cuisine « . Avec beaucoup d’amour et une certaine gêne… Pour rien au monde je ne voudrais les changer. Un peu comme de très vieux amis. Peut-être que je ne les rencontrerai plus, que je ne leur parlerai plus, mais il est certain que jamais je ne les oublierai. Ils sont précieux pour moi, irremplaçables. Ils m’encouragent, me réchauffent le cœur. Après trente-sept ans, Haruki Murakami autorise enfin la publication de ses deux premiers romans, Écoute le chant du vent, lauréat du prestigieux prix Gunzo 1979, suivi de Flipper, 1973, tous deux jusqu’ici inédits en France. Enfin traduits et réunis en un seul volume, précédés d’une préface de Murakami qui en explique la genèse, ils composent les deux premiers tomes de la  » trilogie du Rat « , que clôt La Course au mouton sauvage.

Voilà, je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

# 151 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

Encore un weekend de terminé, et malheureusement celui-ci ne m’a pas permis de me reposer, j’ai encore très très mal dormi. Pourtant cela s’annonçait bien, suite à une visite chez mon médecin, elle me prescrit des cachets et grâce à ça, j’ai passé la semaine dernière deux nuits de huit heures, cela ne m’était pas arrivé depuis très longtemps. Et là depuis vendredi soir, sans trop savoir pourquoi et malgré le cachet, rien à faire, encore des nuits de merde. Je commence vraiment à en avoir marre. Mais bon je ne suis pas là ce matin pour m’étendre sur ma petite vie mais pour vous présenter mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

benzos

Benzos de Noël Boudou

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

les hiérarchies invisibles

Les Hiérarchies invisibles de Cyril Torrès

Berg s’est réfugié à Shanghaï depuis qu’un scandale a mis fin à sa vie politique. Mais nous sommes à l’heure de la course acharnée aux matières premières, de la surpopulation, du réchauffement climatique, des mouvements de populations incontrôlés. Et dans ce contexte, le retour de Berg pourrait devenir une option envisageable. Févril est envoyé à Shanghaï pour étudier la situation du politicien, la fiabilité de ses convictions écologiques, explorer ses limites, mesurer ses failles. Mais au fil de l’entretien, le jeune homme se trouve de plus en plus fasciné par son interlocuteur et comprend que les enjeux à l’œuvre ne sont probablement pas ce qu’il paraît.
Roman troublant et hypnotique, Les Hiérarchies invisibles met en scène le parcours d’un homme politique exilé et peut-être visionnaire.

3. Que vais-je lire ensuite ?

ce que tu as fait de moi

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

Voilà pour mes lectures, et vous que lisez-vous de beau ?

Je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

 

# 150 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Je reprend petit à petit le dessus, je dors un peu mieux et ce weekend de trois jours me fait du bien. J’ai par contre pas mal d’articles à publier, mais je vais prendre mon temps et vous les partager au fil de l’eau. J’ai également une folle envie de lire, et de lire plein de chose, je n’en aurait jamais assez le temps, mais quand l’envie de lire est aussi présente c’est plutôt bon signe. J’espère que de votre côté tout vas pour le mieux, n’hésitez pas à partager avec moi vos lectures du moment. Aller c’est parti pour les miennes …

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

mon père ce tueur

Mon père, ce tueur de Thierry Crouzet

«J’ai toujours eu peur de mon père. Je savais qu’il avait déjà tué au cours de la guerre d’Algérie. J’étais persuadé qu’il pouvait recommencer.»
Thierry grandit dans l’ombre glaçante de Jim, élaborant des scénarios de fuite et se barricadant toutes les nuits dans sa chambre. Quelques années après la mort de ce père menaçant, le fils se plonge dans les photographies et les carnets où Jim ne parle que de la guerre. Il décide de partir à la recherche du fantôme, de retouver par les mots celui qui avait été un jeune garçon à qui l’on avait appris à être un tueur. Car pour se garder de transmettre l’héritage de la violence, il faut en connaître la source.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

benzos

Benzos de Noël Boudou

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

3. Que vais-je lire ensuite ?

ce que tu as fait de moi

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

Voilà pour moi. Je vous souhaite une très belle semaine livresque !