Archives du mot-clé jennifer haigh

Les sorties du mois de septembre chez mes partenaires

Bonjour tout le monde,

Deuxième mois de la rentrée littéraire, cela s’annonce encore riche en belles sorties chez mes partenaires. Je vous invite à découvrir cela ensemble.

Commençons comme d’habitude avec Gallmeister qui nous propose dès le 2 septembre, deux titres en grand format ainsi que trois nouveaux Totems.

Le cercueil de Job de Lance Weller

Alors que la Guerre de Sécession fait rage, Bell Hood, jeune esclave noire en fuite, espère gagner le Nord en s’orientant grâce aux étoiles. Le périple vers la liberté est dangereux, entre chasseurs d’esclaves, combattants des deux armées et autres fugitifs affamés qui croisent sa route. Jeremiah Hoke, quant à lui, participe à l’horrible bataille de Shiloh dans les rangs confédérés, plus par hasard que par conviction. Il en sort mutilé et entame un parcours d’errance, à la recherche d’une improbable rédemption pour les crimes dont il a été le témoin. Deux destinées qui se révèlent liées par un drame originel commun, emblématique d’une Amérique en tumulte.

 
Doté d’un souffle épique qui emporte tout sur son passage, Le Cercueil de Job est un somptueux roman qui rend justice aux plus beaux espoirs humains. 

La Cité des Marges de William Boyle

Brooklyn, années 1990. Donnie Parascandolo, flic brutal et corrompu, rend des services à un truand local avec deux comparses. Décidé à donner une petite leçon à un joueur minable, il outrepasse quelque peu ses instructions et jette l’homme d’un pont. Malheureusement, le joueur minable ne savait pas nager. Ce qui n’empêchera jamais Donnie de dormir. Il sait bien que dans ce quartier les Italiens règlent leurs affaires entre eux, et que lui n’a rien à craindre de personne. Mais quelques années plus tard, un gamin que Donnie avait tabassé découvre une vérité qu’il n’avait jamais imaginée et prend une décision qui va changer sa vie. Et pas seulement la sienne, tant les destinées des habitants de ce quartier s’entremêlent de toutes les manières possibles.

 
Le nouveau roman de William Boyle, La Cité des marges, est une fresque enlevée et foisonnante, emplie d’une touchante humanité.

L’amitié est un cadeau à se faire de William Boyle

Veuve d’un célèbre mafioso de Brooklyn, Rena Ruggiero n’apprécie guère les lourdes avances de son voisin octogénaire, qu’elle finit par assommer à coup de cendrier. Persuadée de l’avoir tué, elle file chez sa fille Adrienne, mais cette dernière lui claque la porte au nez. En face, une voisine compatissante lui offre l’hospitalité : la pétillante Lacey Wolfstein, ancienne star du porno, est ravie d’avoir un peu de compagnie. Mais l’ambiance se tend quand Richie, amant d’Adrienne et tueur de la mafia, débarque avec un joli magot obtenu en massacrant une bande rivale. Rena et Lacey réussissent à s’emparer du pactole. Mieux vaut alors décamper rapidement.

Ma chronique ici

Jours de juin de Julia Glass

Juin 1995. Paul McLeod part voyager en Grèce pour surmonter le deuil de sa femme. Il fait la connaissance de Fern, une jeune artiste américaine dont il s’éprend. Cette rencontre le fait réfléchir sur son mariage ; une histoire d’amour qui fut à la fois belle et un peu bancale. Six ans plus tard, toujours en juin, la mort de Paul réunit ses trois fils et leurs familles dans la maison de leur enfance, en Ecosse. L’aîné, Fenno, revenu pour l’évènement de Manhattan où il est libraire, est bouleversé par ce qu’il apprend de leur passé familial. Quatre ans après, il rencontre par hasard Fern. La jeune femme est enceinte, et s’interroge sur le passé, l’avenir et le sens de la famille.

Le grand silence de Jennifer Haigh

“La plupart d’entre vous sont maintenant au courant de ce qui est arrivé à mon frère, ou du moins d’une version de l’histoire qui a ruiné sa vie.” Bien qu’éloignée de sa famille, Sheila McGann est demeurée proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire de la région de Boston. Quand il est accusé d’avoir abusé d’un jeune garçon, elle refuse d’y croire et décide de découvrir ce qu’il s’est passé. Mais leur autre frère, Mike, ancien policier, est persuadé qu’Art est coupable. Leurs enquêtes croisées vont ébranler toutes leurs certitudes.

Ma chronique ici

Chez La Manufacture de Livres, également le 2 septembre en librairie, nous retrouverons une autobiographie et un roman.

Hollywood, les hommes et moi de Barbara Payton

Des gamines envieuses de mon succès souvent me demandaient : « Comment avez-vous fait pour devenir une Star ? C’est le talent ? Une jolie frimousse ? Un beau corps ? Ou bien c’est d’avoir couché avec les gens qui comptent en ville ? » Vous voulez savoir la vérité ? La réussite tient un peu de tout ça, et ne croyez pas celles qui vous raconteront autre chose.

Barbara Payton, jeune femme libre et sulfureuse découvre le formidable tourbillon de la gloire hollywoodienne alors qu’elle n’a que dix-huit ans. Elle tourne avec les plus grands, est adulée par les médias, ses moindres faits et gestes sont racontés, commentés, copiés… Cela ne durera que quelques années. Car Barbara n’a pas le goût de baisser la tête pour faire ce qu’on l’attend d’elle, pas le courage de se soumettre. Elle trinque à la fausseté d’Hollywood, affirme son droit au plaisir et à la liberté. Sex-symbol bientôt déchu, elle sera bannie par ceux qui ont fait sa gloire. Mais Barbara gardera la tête haute, riant de la mécanique trompeuse du succès. Depuis la chambre d’hôtel où elle vendait son corps pour quelques dollars, elle nous révèle les coulisses d’un monde d’apparence et nous raconte son destin de femme.

Poudre blanche Sable d’or de Matthieu Luzak

Le premier est un journaliste sans passion qui travaille pour un média de seconde zone. Vie de couple pourrie. Une fille née d’un plan d’un soir. Perspective zéro. Un bon joint au petit-déj pour oublier que les journées n’annoncent rien de neuf. Le second sort de taule. Des combines et suffisamment de relations pour faire son trou dans la cité. De la coke pour égayer le quotidien, juste ce qu’il faut. Les voici partis pour quelques jours entre potes à Malaga, histoire de décompresser. Le cadre n’est pas au top, mais au moins, ils pourront parler entre hommes. Et justement à Malaga, il y a quelques années, Farid a monté un sacré coup. De ceux qui réussissent et qu’on ne raconte pas trop. De ceux que les journalistes ne traitent pas et qui pourtant en disent long.

Dans ce premier roman, Matthieu Luzak nous propose d’accompagner dans leur virée des types qui racontent une société sans avenir et résolument contemporaine. À la manière des lyrics d’un rap cru, il nous livre les rêves et les drames des désillusionnés du XXIème siècle.

Chez Dalva, pour leur troisième roman qui sortira lui le 9 septembre, Juliette Ponce a choisi une autrice espagnole avec un premier roman.

L’Étrangère de Olga Merino

Dans ce coin d’Espagne aux terres arides et brûlantes, Angie est revenue vivre en solitaire dans la maison de ses ancêtres, renouant avec leur histoire et leurs fantômes. Au village, elle reste l’étrangère. Celle qu’on regarde avec suspicion, qu’on évite de croiser. Et c’est elle, justement, qui découvre le corps de Don Julián, grand propriétaire de la région, pendu sur la colline. Bientôt, au village, arrivent les jumelles, ses héritières qui entendent exploiter cette terre d’une toute autre manière. Alors, derrière les portes closes, dans des chuchotements sourds, les langues commencent à se délier, racontant des histoires de malédictions et de familles qui se déchirent, de terres conquises et d’amours impossibles.

Avec cette héroïne qui lutte pour affirmer sa liberté, Olga Merino nous entraîne dans un roman aux accents de western contemporain. Entre le poids de la rumeur publique et celui d’indicibles secrets, elle donne voix à un monde d’ouvriers et de paysans qui refuse d’être condamné à l’oubli.

On fini avec les éditions Taurnada qui sort le 9 septembre également le nouveau roman d’un auteur déjà chroniqué sur le blog.

Transaction de Christian Guillerme

Un site de petites annonces en ligne comme il en existe des dizaines.
L’arnaque de trois amis, noyée parmi des milliers de bonnes affaires.
Un individu dangereux qui sommeille au milieu des acheteurs potentiels.
Quelle était la probabilité qu’ils se croisent ?
Transaction… l’engrenage fatal est enclenché !

Et voilà pour un mois de septembre encore bien riche avec tous ces romans. Est-ce qu’il y en a qui vous donne envie ? Comptez-vous en acheter certains ? Dites-moi tout !

# 133 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

On est reparti pour une semaine sans jour férié, ça devient rare en cette période. Vous avez vu cette météo de fou ce weekend ? Qu’est-ce que cela fait du bien, du soleil, de la chaleur et du coup on recommence les barbecues, les bières bien fraiches posé dans le jardin, c’est vraiment chouette. Mais bon, là nous sommes lundi matin et c’est pas tout mais faut repartir travailler. Avant toute chose, je fait le point avec vous de mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

le grand silence

Le grand silence de Jennifer Haigh

En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés. Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue. Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité. Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

Une lecture troublante, mais au final passionnante et puissante, vous pouvez retrouver ma chronique ici

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

lady pirate

Lady Pirate, Tome 1, Les valets du roi de Mireille Calmel

Elle se prénomme Mary Jane.
Dix-sept ans à peine et déjà un destin hors du commun : habillée en garçon depuis son plus jeune âge, maniant aussi bien le fleuret que l’alexandrin, elle a été élevée comme un lord, au nez et à la barbe de sa riche et puissante grand-mère. Mais en cette année 1696, il existe peu de place pour les histoires merveilleuses dans la capitale anglaise : devenue brusquement orpheline, elle-même menacée car détentrice d’un objet menant à un fabuleux trésor, l’intrépide Mary doit s’enfuir, direction Douvres.
Après une escale chez une sulfureuse espionne, elle embarque à bord de La Perle, majestueuse frégate corsaire qui va déterminer le reste de sa vie…

Lecture mise de côté pour le moment, car c’est une relecture et que j’ai des partenariats à lire avant.

femme

La femme sans ombre de Christine Féret-Fleury

Sa passion? L’opéra. Son métier? Tueuse à gages.
Elle n’a pas de nom. Se tient à distance, de tout et d’abord d’elle-même. Restauratrice le jour, elle se transforme, la nuit, en machine à tuer.
Quand elle n’obéit pas aux ordres de ses commanditaires, elle court le monde, d’opéra en salle de concerts, pour écouter les œuvres de son compositeur fétiche, Richard Strauss.
Son prochain contrat? Une cheffe d’orchestre à la célébrité naissante…
Elle s’appelle Hope Andriessen. D’origine rwandaise, elle a assisté au massacre d’une grande partie de sa famille. Depuis, la musique est son foyer et sa seule raison de vivre.
Après des années d’efforts acharnés, elle vient enfin d’être nommée à la tête d’un grand orchestre ; juste avant Noël, elle dirigera un opéra de Strauss, La Femme sans ombre.
Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique.
Et le fait que la première va devoir tuer la seconde…

Une lecture pour le moment très originale.

3. Que vais-je lire ensuite ?

cerro rico

Cerro Rico de Thierry Berlanda

Les principaux monopoles privés de la planète réalisent jour après jour leur projet d’emprise totale.
Les informations que Dupin publie dans les quelques médias qui échappent encore à leur contrôle, gênent à peine leur expansion… jusqu’au jour où il révèle un plan illicite d’acquisition de la plus importante réserve de lithium, en Bolivie.
Jane Kirpatrick, l’âme du cartel, déclenche alors son agent le plus redoutable, Jacques Salmon alias le Python, afin d’anéantir le journaliste et son réseau d’informateurs clandestins.
Seule Justine Barcella, qui formait autrefois avec Salmon un commando de liquidateurs, pourrait le contrer. Mais elle se voue désormais à sa vie d’institutrice dans un village toscan. Décidera-t-elle de revenir dans le jeu ? La réponse semble celée dans les entrailles du Cerro Rico.
Un techno-thriller implacable, mené de main de maître jusqu’à l’imprévisible dénouement.
Ma prochaine lecture à lire dans le cadre d’une opération avec BePolar.
mary kubica

À la tombée du jour de Mary Kubica

Après le décès de sa mère, Eden, Jessica Sloane essaye de reconstruire sa vie. Elle loue un nouvel appartement, s’inscrit à la fac. Mais lorsque l’université l’informe que son numéro de sécurité sociale n’est apparemment pas valide et correspond à une autre Jessie Sloane, toutes ses certitudes volent en éclats. Pire : lorsqu’elle fouille dans les papiers d’Eden, elle se rend compte que celle-ci ne l’a jamais déclarée à charge dans ses revenus…
Les jours passent et le mystère ne fait que s’épaissir, aggravé par l’insomnie chronique dont souffre Jessie. Entre l’épuisement et le deuil, sans carte d’identité ni compte en banque, elle commence à perdre pied. Pourquoi sa mère lui a-t-elle caché qui elle était ? Pourquoi a-t-elle toujours refusé de lui parler de son père ? Toute sa vie n’est-elle qu’un terrible mensonge ?

 

Un livre que je ne vais peut-être pas avoir à lire, c’est pour une opération également avec BePolar, mais celle-ci va peut-être être annulée.

chatreuse

La Châtreuse se pâme de Carl Gengenwin

Castrer un gros pervers, c’est bien beau, mais quand ledit pervers s’avère être le roi, et quand le sadique prévoit justement une invasion des derniers territoires inconquis à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde, on se rend vite compte que c’est surtout inconscient. Dans ce cas-là, c’est la fuite ou la mort et ça, Lyanna l’a très bien compris. Mais peut-on vraiment fuir avec une armée collée au cul ?

Quand Marvin se voit téléporté dans un monde médiéval sans foi ni loi, il est forcé de faire ce qu’il méprise le plus au monde pour parvenir à rentrer chez lui : demander de l’aide. Pire ! Le malheureux doit s’acoquiner à un vieillard qui se prend pour un zombie, une pauvre loque malchanceuse, deux ivrognes sanguinaires et une jeune femme poursuivie par 80 000 trouffions.

À lire prochainement dans le cadre d’un partenariat auteur.

Voilà, je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

Le grand silence

le grand silence

Autrice : Jennifer Haigh

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Le grand silence

Quatrième de couverture :

En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés. Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue. Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité. Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

Quelques mots sur l’autrice :

Jennifer Haigh est née en 1968 à Barnesboro, en Pennsylvanie. Elle étudie en France, se tourne d’abord vers le journalisme avant de tout quitter pour se consacrer à la littérature. Vivant de petits boulots, elle écrit son premier roman et devient élève du prestigieux programme de Creative Writing de l’Université de l’Iowa. Elle est publiée pour la première fois en 2003 et remporte le PEN/ Hemingway Award. Elle est l’auteur de six romans et d’un recueil de nouvelles. Depuis plus de dix ans, son succès aux États-Unis ne se dément pas. Elle vit à Boston.

Ma chronique :

Ce roman fait parti de la sélection que ma faite Clotilde de chez Gallmeister lors de son dernier envoi, je la remercie d’ailleurs encore une fois.

Je dois dire que ce roman m’a particulièrement troublé, mon histoire avec lui a pourtant mal débutée, j’ai eu un mal fou à rentrer dans cette histoire. J’ai trouvé le démarrage vraiment poussif et l’immersion dans le milieu de la religion catholique m’a en premier lieu dérangée.

Aujourd’hui étant un jeudi férié et ma femme ayant travaillée toute la journée, je me suis posé sur mon canapé dans le but de lire sérieusement ce roman … Et vous pouvez du coup le constater avec cet article, je ne l’ai pas lâché et je l’ai terminé en début de soirée.

Ce roman est construit à la manière d’un témoignage, la narratrice raconte la vie de sa famille et s’adresse à ses lecteurs qu’elle espère justement être cette même famille. Les derniers paragraphes où elle s’adresse directement à sa mère et à son petit frère sont vraiment forts en émotions. Mais, cela reste un roman, la narratrice n’est pas l’autrice mais un personnage fictionnel.

Du coup se roman raconte les scandales qui ont eu lieu à Boston impliquants des prêtres pédophiles. Pour le coup, Jennifer Haigh s’appuie ici sur des faits réels, au début de l’année 2002, le Boston Globe a révélé une série de poursuites pénales à l’encontre de cinq prêtres catholiques, mettant en lumière la question des abus sexuels sur mineurs commis au sein de l’Église Catholique. La couverture de ces affaires a encouragé d’autres victimes à s’exprimer sur des abus qu’elles ont subis, entrainant d’autres poursuites, et de nouvelles affaires judiciaires.

On est immergé à fond avec ce livre dans le milieu de l’église catholique, cela peut être à certains moments dérangeant, mais en fin de compte c’est super important pour la compréhension globale de l’histoire. On apprend et on comprend pas mal de chose sur le fonctionnement de l’église, sur la manière de devenir prêtres et sur le fait que jusqu’à cette époque l’Église Catholique se pensait être au-dessus de tout. Je le dis sans trop me tromper je pense, c’est un roman à charge contre cette Église Catholique et la manière dont elle a fermée les yeux et même protégée les prêtres.

Hormis cela, c’est également une histoire familiale, en effet Art, un des prêtres accusés, est l’ainé d’un premier mariage d’une fratrie de trois enfants. Alors quand Sheila et Mike, les plus jeunes découvre l’accusation, ils ont besoin, chacun à leur manière de connaître la vérité. Pour cela, Sheila remonte l’histoire de sa famille, elle navigue entre présent et passé nous invitant à être des témoins de cette histoire.

C’est un roman que j’ai trouvé vraiment très troublant mais également très puissant en émotion, à un moment il m’a attrapé et m’a tenu en apnée jusqu’à la fin. C’est une histoire touchante et bouleversante. Jennifer Haigh, à la manière d’une fiction, dévoile avec son roman les rouages nauséabonds du fonctionnement de l’Église Catholique, sur un thème qui reste malheureusement encore aujourd’hui d’actualité.

Ma note : 8,5 / 10

# 107 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

J’ai mis de côté pour le moment Lady Pirate, car j’ai reçu quelques livres de la part de Gallmeister, j’ai donc entamé Le grand silence de Jennifer Haigh, dont vous découvrez un extrait ci-dessous.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

le grand silence

Comme il me semblait vivant, alors, comme il semblait grisé par son premier baptême, son premier mariage, sa première messe de minuit. Mais ce sont de vieux souvenirs. Ces dernières années, il parlait à peine de son travail. Nos conversations autour des nouvelles de la famille, les maux et les maladies de nos parents vieillissants, le mariage de Mike et les naissances de ses trois fils. Art n’a jamais exprimé de regrets, pas explicitement ; mais bien sûr, il en avait. Montrez-moi un homme de cinquante ans qui ne regrette pas les vies qu’il n’a pas vécues.

# 132 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Bon le temps s’est amélioré la semaine dernière et devrait être plutôt clément en ce début de semaine pour finir par un beau weekend, cela fait quand même du bien. Au niveau lecture, je suis un peu paumé en ce moment, j’attend deux réceptions de BePolar que je dois chronique pour début juin, donc j’ai du mal à me lancer concrètement dans mes lectures. Par contre, j’ai reçu une belle sélection de chez Gallmeister et du coup, chose rare chez moi, j’ai deux livres en cours.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

lady pirate

Lady Pirate, Tome 1, Les valets du roi de Mireille Calmel

Elle se prénomme Mary Jane.
Dix-sept ans à peine et déjà un destin hors du commun : habillée en garçon depuis son plus jeune âge, maniant aussi bien le fleuret que l’alexandrin, elle a été élevée comme un lord, au nez et à la barbe de sa riche et puissante grand-mère. Mais en cette année 1696, il existe peu de place pour les histoires merveilleuses dans la capitale anglaise : devenue brusquement orpheline, elle-même menacée car détentrice d’un objet menant à un fabuleux trésor, l’intrépide Mary doit s’enfuir, direction Douvres.
Après une escale chez une sulfureuse espionne, elle embarque à bord de La Perle, majestueuse frégate corsaire qui va déterminer le reste de sa vie…

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

lady pirate

Lady Pirate, Tome 1, Les valets du roi de Mireille Calmel

le grand silence

Le grand silence de Jennifer Haigh

En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés. Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue. Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité. Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

3. Que vais-je lire ensuite ?

mary kubica

À la tombée du jour de Mary Kubica

Après le décès de sa mère, Eden, Jessica Sloane essaye de reconstruire sa vie. Elle loue un nouvel appartement, s’inscrit à la fac. Mais lorsque l’université l’informe que son numéro de sécurité sociale n’est apparemment pas valide et correspond à une autre Jessie Sloane, toutes ses certitudes volent en éclats. Pire : lorsqu’elle fouille dans les papiers d’Eden, elle se rend compte que celle-ci ne l’a jamais déclarée à charge dans ses revenus…
Les jours passent et le mystère ne fait que s’épaissir, aggravé par l’insomnie chronique dont souffre Jessie. Entre l’épuisement et le deuil, sans carte d’identité ni compte en banque, elle commence à perdre pied. Pourquoi sa mère lui a-t-elle caché qui elle était ? Pourquoi a-t-elle toujours refusé de lui parler de son père ? Toute sa vie n’est-elle qu’un terrible mensonge ?

cerro rico

Cerro Rico de Thierry Berlanda

Les principaux monopoles privés de la planète réalisent jour après jour leur projet d’emprise totale.
Les informations que Dupin publie dans les quelques médias qui échappent encore à leur contrôle, gênent à peine leur expansion… jusqu’au jour où il révèle un plan illicite d’acquisition de la plus importante réserve de lithium, en Bolivie.
Jane Kirpatrick, l’âme du cartel, déclenche alors son agent le plus redoutable, Jacques Salmon alias le Python, afin d’anéantir le journaliste et son réseau d’informateurs clandestins.
Seule Justine Barcella, qui formait autrefois avec Salmon un commando de liquidateurs, pourrait le contrer. Mais elle se voue désormais à sa vie d’institutrice dans un village toscan. Décidera-t-elle de revenir dans le jeu ? La réponse semble celée dans les entrailles du Cerro Rico.
Un techno-thriller implacable, mené de main de maître jusqu’à l’imprévisible dénouement.
chatreuse
La Châtreuse se pâme de Carl Gengenwin

Castrer un gros pervers, c’est bien beau, mais quand ledit pervers s’avère être le roi, et quand le sadique prévoit justement une invasion des derniers territoires inconquis à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde, on se rend vite compte que c’est surtout inconscient. Dans ce cas-là, c’est la fuite ou la mort et ça, Lyanna l’a très bien compris. Mais peut-on vraiment fuir avec une armée collée au cul ?

Quand Marvin se voit téléporté dans un monde médiéval sans foi ni loi, il est forcé de faire ce qu’il méprise le plus au monde pour parvenir à rentrer chez lui : demander de l’aide. Pire ! Le malheureux doit s’acoquiner à un vieillard qui se prend pour un zombie, une pauvre loque malchanceuse, deux ivrognes sanguinaires et une jeune femme poursuivie par 80 000 trouffions.

 

Je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

 

Les sorties du mois de mai chez Gallmeister

2017acceuil00-587e28405e1df

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour partager avec vous les nouveautés de chez Gallmeister que l’on peut retrouver aujourd’hui dans nos librairies.

Collection Americana

américana

le grand silence

En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés. Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue. Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité. Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

Le grand silence de Jennifer Haigh, traduction de Janique Jouin-de Laurens

Au nom du bien

Pasteur respecté d’une petite ville de l’Arkansas, Richard Weatherford n’en est pas moins simple mortel, avec ses secrets et ses faiblesses. Car Richard a fauté avec un jeune homme, Gary. Alors le coup de fil qu’il reçoit à cinq heures du matin ne présage rien de bon : le silence de Gary lui coûtera 30 000$, sinon Richard devra dire adieu à sa réputation et – surtout – à sa femme Penny et à leurs cinq enfants qui jamais ne supporteront un tel scandale. Prêt à tout pour empêcher son monde de s’effondrer, le pasteur n’a que quelques heures pour tisser une immense toile de mensonges où piéger son entourage. Mais c’est tout le charme des petites villes : même si leurs habitants prennent des directions différentes, leurs chemins finissent toujours par se croiser… inéluctablement.

Au nom du bien de Jake Hinkson, traduction de Sophie Aslanides

Collection Totem

totem

mon désir le plus ardent

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting  dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur cœur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence

Mon désir le plus ardent de Pete Fromm, traduction de Juliane Nivelt

Lien de ma chronique ici

satan dans le désert

1995. Aux confins du désert californien, Gabi, quatorze ans, est kidnappée par un psychopathe ultra-violent et sa secte satanique. L’insondable scène de carnage laissée par les ravisseurs ne livre aucun indice, la police patine, le sort de la jeune fille semble scellé. Fou de désespoir, son père, Bob Hightower, le flic local, se voit obligé de faire confiance à une ancienne adepte du culte : Case Hardin, une ex-junkie avec des comptes à régler. Leur quête commune ne tarde pas à se transformer en une traque sauvage marquée par la drogue et la violence, qui les oblige inexorablement à regarder le diable dans les yeux.

Satan dans le désert de Boston Teran, traduction de Éric Holweck

frank sinatra dans le mixeur

Il faut une certaine dose de courage pour braquer une banque au volant d’une camionnette de boulangerie. Ou une certaine dose de bêtise. En tout cas, ça ne passe pas inaperçu. Et quand il s’agit de remettre la main sur le butin, flics et voyous se lancent dans la course. Pour Nick Valentine, ex-policier devenu détective privé, c’est l’occasion rêvée de se refaire. À chaque loi qu’il transgresse, à chaque bourbon qu’il descend, à chaque cachet d’Oxycontin qu’il avale, il s’approche un peu plus du jackpot. Ou de la noyade dans le Missouri.

Frank Sinatra dans le mixeur de Matthew McBride, traduction de Laurent Bury