Archives du mot-clé franck bouysse

#167- C’est lundi, que lisez-vous?

th

Bonjour tout le monde,

Pour commencer cette nouvelle semaine, nous vous avons préparez ce rendez-vous en commun. En effet, Ann’Gaëlle a géré tout le contenu de cet article et il me reste donc à vous dire quelques mots. Alors, j’espère que vous avez tous passé un bon weekend et que vos lectures sont passionnantes, nous comme vous pourrez le constater c’est comme souvent très varié… Voilà, il est donc temps de découvrir nos lectures du moment.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’ Gaëlle :

couv53301667

Serre-moi fort de Claire Favan:

Méfiez-vous de qui vous tend les bras… » Serre-moi fort. » Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence…

mon chien stupide

Mon chien stupide de John Fante :

D’origine italienne, Henry Molise vit en Californie, mais garde au fond de lui son rêve de partir vivre à Rome pour retrouver ses origines. Mais ce rêve est également symptomatique du mal-être qui l’habite. Auteur de scénarii minables, père de quatre ados-adultes indignes, relations instables avec sa femme, Henry se demande où est sa vraie place. Jusqu’à l’arrivée de Stupide, un énorme chien errant qui a élu domicile chez cette famille -pas si- atypique.
Ce nouveau venu va faire remonter à la surface les rancœurs, les vraies personnalités, et les vérités de chacun. Henry doit alors faire des choix entre ses rêves et sa famille, pour trouver la stabilité qui calmera ce joyeux bordel à l’américaine.

Revanbane :

oxymort

Oxymort de Franck Bouysse :

Un homme se réveille enchaîné sur le sol de ce qui semble être une cave humide. La sensation d’être un animal piégé… Il est incapable de se rappeler pourquoi il est là. Il se souvient juste du coup sur la tête qu’il a reçu deux jours auparavant, alors qu’il entrait dans sa voiture. Il décide donc de remonter le temps jusqu’au grain sable qui l’a entraîné dans cette folie. Le lecteur navigue donc de piste de piste. Comment ce professeur, bien sous tout rapport, se retrouve séquestré ? Est-ce à cause de l’étudiante qu’il fréquente ? Est-ce son voisin, amoureux fou de sa collègue qui serait devenu jaloux de lui ? Chaque détail du quotidien devient suscpicieux.

Sa chronique ici.

souvenirs emanon

Souvenirs d’Emanon:

1967, dans le sud du Japon. Loin des événements qui agitent le monde, un étudiant prend le chemin du retour après un voyage d’errance. Une longue nuit en ferry s’annonce. Alors qu’il cherche à oublier une énième déception amoureuse en se plongeant dans ses romans de SF, une intrigante jeune femme s’installe à ses côtés.
Fumant cigarette sur cigarette, elle a pour unique bagage un sac à dos marqué des initiales “E. N.” Son nom ? Emanon, ou “no name” lu à l’envers… Elle aussi voyage seule et sans but apparent. D’abord peu bavarde, les yeux dans le vague, elle se rapproche du jeune homme, car il lui rappelle un ancien amour… datant de plusieurs siècles !
Au fil de la conversation, elle lui dévoile son secret : sous ses airs d’étudiante, elle cache une âme vieille de trois milliards d’années ! Ses souvenirs remontent au plus profond des âges, avant même l’apparition de l’humanité. Son récit dépasse toutes les histoires de SF. Cette nuit en compagnie d’Emanon va bouleverser à jamais la vision du monde du jeune voyageur…

Sa chronique ici

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

OIP1L610I1N

Sous le compost de Nicolas Maleski :

Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s’est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques soiffards, cyclistes tout-terrain ou misanthropes à mi-temps comme lui, Franck Van Penitas peut se targuer de mener une existence conforme à son tempérament : ritualisée et quasi solitaire. Son potager en est la preuve, où aucun nuisible susceptible d’entraver ce rêve d’autarcie ne survit bien longtemps. Franck traque la météo et transperce à coups de bêche les bestioles aventureuses.
Jusqu’à ce jour où une lettre anonyme lui parvient, révélant l’infidélité de sa femme.
Face à un événement aussi cataclysmique que banal, n’est pas Van Penitas qui veut. Accablement ? Coup de sang ? Répartition des blâmes ? Très peu pour lui. Franck a beau être un garçon régulier, il n’en est pas moins tout à fait surprenant et modifier son bel équilibre n’entre guère dans ses vues. Son immersion en territoire adultérin, le temps d’un été, prendra l’allure d’un étrange et drolatique roman noir conjugal.

Revanbane :

 

couv33718735

L’inconstance des souvenirs tropicaux de Nathalie Peyrebonne :

Son enfance, elle l’a passée dans un petit pays d’Amérique centrale. Seuls perdurent de ces lointaines années tropicales quelques souvenirs heureux. Jusqu’au jour où une image aperçue sur un écran de télévision fait tout tanguer. Au beau milieu d’un reportage sur les services secrets français, cet homme qu’elle reconnaît, qui « travaillait avec son père ». Ses parents auraient-ils pu être liés au service de renseignement à la fin de la guerre froide ? Son paradis enfantin baigné de soleil cacherait-il un arrière-fond plus trouble ? Ne lui reste plus qu’à fouiller sa mémoire et à remonter le temps, suivre les pistes des vieilles connaissances pour découvrir la vérité.
Nathalie Peyrebonne, dans ce roman sur la quête de l’enfance et de ses rêves étincelants, interroge les mystères de la mémoire, ses pièges et ses tours de force.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

 

cauchemar

Cauchemar de Paul Cleave :

Acacia Pine, Etats-Unis. Une petite fille, Alyssa Stone, disparaît. Noah, un policier du village, se rend chez le principal suspect, le séquestre et lui fait avouer, sous la torture, le lieu où Alyssa est retenue captive. Il la retrouve dans la ferme des Kelly, enchaînée et en vie. Mais, douze ans plus tard, Alyssa est à nouveau portée disparue.

Revanbane :

 

l'homme aux murmures

L’homme aux murmures de Alex North :

Si tu laisses la porte entrebâillée, les murmures viendront se glisser…
Un écrivain veuf, Tom, et son fils de 8 ans, Jake, emménagent dans une nouvelle ville.
Featherbank. Si charmante et calme en apparence.
Où vingt ans plus tôt, un serial killer a été arrêté après avoir tué plusieurs enfants.
On l’appelait l’Homme aux murmures.
Des murmures que Jake a entendus. A la porte de sa maison.
Et si tout recommençait ?

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures !

Oxymort

oxymort

Auteur : Franck Bouysse

Édition : J’ai Lu

Genre : Policier

Titre : Oxymort

Quatrième de couverture :

Un homme s’éveille, enchaîné sur la terre battue d’une cave où règne un effroyable silence. Engourdissement, incompréhension. Qui ? Pourquoi ? La seule façon de repousser son désespoir, de lutter, est de remonter le temps, errer dans les corridors de sa mémoire et chercher à comprendre, en allant de piste en piste, pour tenir en laisse la folie. Guetter l’apparition d’une femme, au moment où les ombres s’étirent dans le crépuscule. Jouer la musique de sa survie.

Quelques mots sur l’auteur :

Franck Bouysse, né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 et Glaise en 2017 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littéraires et imposent Franck Bouysse sur la scène littéraire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau en Corrèze.

Ma chronique :

Je tiens dans un premier temps à remercier les éditions J’ai Lu et BePolar qui m’ont permis de lire ce livre dans le cadre de mon statut d’enquêteur. Il s’agit pour moi du second roman que je li de Franck Bouysse après Né d’aucune femme qui fut une excellente lecture.

Malheureusement pour moi, ce roman, n’a pas du tout fonctionné avec moi. Pourtant l’idée était plutôt originale… Un homme enfermé dans une cave sans savoir pourquoi et se rappelant son  passé pour essayer de survivre. De quoi en faire frissonner plus d’un logiquement.

Mais voilà, j’ai trouvé ici qu’il n’y avait rien de vraiment sombre ou de glauque. Je n’ai pas compris où l’auteur voulait m’emmener, ce n’est pas pour moi, ni un roman noir, ni un roman policier et encore moins un thriller. Je pense que je suis passé complètement à côté de ce que l’auteur voulait partager.

Je me suis ennuyé tout du long de cette lecture, j’ai trouvé qu’il ne se passait rien. Les motivations du tortionnaires sont franchement limites, et une fois la révélation faite, nouvelle petite déception. À un moment, on a l’impression qu’une enquête va débuter, mais non, une nouvelle fois je me suis senti floué. Quant aux passages évoquants la collègue du personnage principal, pour moi, cela n’apporte rien.

Bref, vous l’aurez compris, malgré une écriture fluide et maitrisée par Franck Bouysse, ce roman est une déception pour moi.

Ma note : 03 / 10

dc3a9ception

# 165 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

C’est parti pour la dernière semaine du mois de février, une semaine très importante pour moi au niveau professionnel, une semaine qui va être éprouvante, une semaine après un weekend très court et fatiguant et enfin une semaine qui j’espère va vite passée.  Cela ne va pas nous empêcher avec Ann’Gaëlle de partager avec vous nos lectures du moment.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

le gang des reves

Le Gang des Rêves de Luca Di Fulvio

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt… L’histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s’achève quelques heures plus tard sans qu’on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l’enfance volée, Le Gang des rêves brûle d’une ardeur rédemptrice : chacun s’y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l’illusion de la pureté.

RevanBane :

la science de l'esquive

La science de l’esquive de Nicolas Maleski

Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.
Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Ma chronique ici

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

le gang des reves

Le Gang des Rêves de Luca Di Fulvio

RevanBane :

oxymort

Oxymort de Franck Bouysse

Un homme se réveille enchaîné sur le sol de ce qui semble être une cave humide. La sensation d’être un animal piégé… Il est incapable de se rappeler pourquoi il est là. Il se souvient juste du coup sur la tête qu’il a reçu deux jours auparavant, alors qu’il entrait dans sa voiture. Il décide donc de remonter le temps jusqu’au grain sable qui l’a entraîné dans cette folie. Le lecteur navigue donc de piste de piste. Comment ce professeur, bien sous tout rapport, se retrouve séquestré ? Est-ce à cause de l’étudiante qu’il fréquente ? Est-ce son voisin, amoureux fou de sa collègue qui serait devenu jaloux de lui ? Chaque détail du quotidien devient suscpicieux.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

préférer l'hiver

Préférer l’hiver de Aurélie Jeannin

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

RevanBane :

la maison de l'abbaye

La maison de l’abbaye de Jean d’Aillon

Dans le Paris du XVe siècle, Edward Holmes et Gower Watson enquêtent sur la disparition de deux femmes…
À la fin de l’an de grâce 1424, le duc de Bourgogne donne de grandes fêtes dans son hôtel parisien à l’occasion du mariage de messire de la Trémoille. Ces réjouissances sont suivies d’autres festivités offertes par le duc de Bedford à l’hôtel de Bourbon pour fêter la victoire de Verneuil sur l’armée de Charles VII.
Mais alors que se poursuivent ces grands ébattements, un effroyable criminel rôde. Qu’est devenue Matilda Raleigh, demoiselle d’honneur d’Alice Chaucer, petite-fille du célèbre poète et comtesse de Salisbury ? Où est passée Nicole de Courcelle, ancienne femme de chambre de la duchesse de Bourgogne ? Le comte de Suffolk, qui connaissait ces deux femmes, demande à Edward Holmes d’enquêter sur une intrigante maison appartenant à l’abbaye de Saint-Magloire.

Voilà pour nos lectures … En avez-vous lu ? Quelles sont vos lectures du moment ? Nous vous souhaitons à tous une très belle semaine livresque !

 

# 164 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Voilà, le weekend est déjà terminé, celui-ci m’a fait du bien, du repos, de la lecture et des bons moments à la maison avec ma femme. De quoi bien préparer la dure semaine qui m’attend. Ann’Gaëlle, quant à elle est en vacances depuis vendredi soir, vacances bien méritées … Alors souhaitons lui justement d’en profiter pour se reposer et pour lire autant qu’elle en a envie.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

le gang des reves

Le Gang des Rêves de Luca Di Fulvio

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt… L’histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s’achève quelques heures plus tard sans qu’on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l’enfance volée, Le Gang des rêves brûle d’une ardeur rédemptrice : chacun s’y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l’illusion de la pureté.

RevanBane :

la fille tatouée

La fille tatouée de Joyce Carol Oates

Joshua Seigl, la quarantaine, écrivain estimé, riche et séduisant, se voit contraint, à cause d’une mystérieuse maladie, d’engager une assistante. Lorsqu’il rencontre par hasard Alma Busch, une jeune femme pauvre et illettrée, recouverte d’intrigants tatouages, Seigl ne peut résister à l’envie de jouer les Pygmalion. Convaincu de lui offrir la chance de sa vie, il lui propose le poste. Malheureusement pour lui, Alma Busch n’est pas la créature vulnérable qu’il croit… La Fille tatouée est un huis clos érotique qui réunit deux visages de l’Amérique : l’élite cultivée, européenne, urbaine, et les exclus du système, analphabètes, sans ressources ni perspectives.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

le gang des reves

Le Gang des Rêves de Luca Di Fulvio

RevanBane :

la science de l'esquive

La science de l’esquive de Nicolas Maleski

Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.
Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

préférer l'hiver

Préférer l’hiver de Aurélie Jeannin

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

RevanBane :

oxymort

Oxymort de Franck Bouysse

Un homme se réveille enchaîné sur le sol de ce qui semble être une cave humide. La sensation d’être un animal piégé… Il est incapable de se rappeler pourquoi il est là. Il se souvient juste du coup sur la tête qu’il a reçu deux jours auparavant, alors qu’il entrait dans sa voiture. Il décide donc de remonter le temps jusqu’au grain sable qui l’a entraîné dans cette folie. Le lecteur navigue donc de piste de piste. Comment ce professeur, bien sous tout rapport, se retrouve séquestré ? Est-ce à cause de l’étudiante qu’il fréquente ? Est-ce son voisin, amoureux fou de sa collègue qui serait devenu jaloux de lui ? Chaque détail du quotidien devient suscpicieux.

Voilà pour nos lectures … En avez-vous lu ? Quelles sont vos lectures du moment ? Nous vous souhaitons à tous une très belle semaine livresque !

La Manufacture de Livres, leurs sorties du mois d’octobre

images

Bonjour tout le monde,

Ce matin, je vous propose de découvrir avec moi les titres publiés par La Manufacture de Livres sur ce mois d’octobre. Il n’y a plus qu’à foncer dans vos librairies préférées …

Sorties du 03 octobre

vocation médecin

Plus de deux cents médecins français partent chaque année en mission avec Médecins Sans Frontières. Jean-Claude Lefebvre est l’un d’entre eux. Après une carrière dans les Alpes, il découvre sur le tard l’aventure humanitaire en Syrie : une autre médecine qui lui fait plus que jamais renouer avec son serment d’Hippocrate. Vocation Médecin nous entraîne à ses côtés sur le terrain, là où les médecins des associations humanitaires et les médecins locaux ne cessent de lutter pour maintenir, en dépit des guerres, une présence auprès de populations civiles pour lesquelles tout s’effondre. Ce livre nous fait découvrir le quotidien de ces médecins pas comme les autres.

Vocation Médecin de Jean-Claude Lefebvre dans la collection La Manufacture des Légendes

glaise

Au cœur du Cantal, dans la chaleur d’août 1914, les hommes se résignent à partir, là-bas, au loin. Joseph, tout juste quinze ans, doit prendre en charge la ferme familiale avec sa mère, sa grand-mère et Léonard, vieux voisin devenu son ami. Dans la propriété d’à-côté, Valette, tenu éloigné de la guerre en raison d’une main atrophiée, ressasse ses rancœurs et sa rage. Et voilà qu’il doit recueillir la femme de son frère et sa fille venues se réfugier à la ferme. L’arrivée des deux femmes va bouleverser l’ordre immuable de la vie dans ces montagnes.
Roman d’amour et de fureur, Glaise confirme l’immense talent de son auteur à mettre en scène des êtres humains aux prises avec leurs démons et avec les fantômes du passé. De livre en livre, Franck Bouysse s’impose comme une voix incontournable de la littérature française contemporaine.

Glaise de Franck Bouysse, une réédition dans la collection Littérature

Sorties du 10 octobre

les hiérarchies invisibles

Berg s’est réfugié à Shanghaï depuis qu’un scandale a mis fin à sa vie politique. Mais nous sommes à l’heure de la course acharnée aux matières premières, de la surpopulation, du réchauffement climatique, des mouvements de populations incontrôlés. Et dans ce contexte, le retour de Berg pourrait devenir une option envisageable. Févril est envoyé à Shanghaï pour étudier la situation du politicien, la fiabilité de ses convictions écologiques, explorer ses limites, mesurer ses failles. Mais au fil de l’entretien, le jeune homme se trouve de plus en plus fasciné par son interlocuteur et comprend que les enjeux à l’œuvre ne sont probablement pas ce qu’il paraît.
Roman troublant et hypnotique, Les Hiérarchies invisibles met en scène le parcours d’un homme politique exilé et peut-être visionnaire.

Les Hiérarchies Invisibles de Cyril Torrès dans la collection Littérature

Albuquerque

Décembre 2001, Albuquerque, Nouveau-Mexique. Voici l’instant que Jamie Asheton redoute depuis qu’il a collaboré avec la police pour faire plonger un parrain de la mafia new-yorkaise. Il a eu beau troquer son passé pour une nouvelle identité, depuis 10 ans, il vit avec une peur sourde en lui. Et deux hommes s’approchent de la guérite du parking où il travaille, c’est pour lui qu’ils sont là. Il va falloir faire vite, sortir de ce traquenard, passer chercher sa femme et fuir vers Los Angeles où se trouve le service de protection des témoins. Mais la route est longue jusqu’à la cité des anges… longue pour un couple traqué, longue pour un homme que sa femme n’aime plus mais qui est condamnée à partager sa vie.

Albuquerque de Dominique Forma, une réédition dans la collection Littérature dans le cadre de l’opération 10 ans, 10 livres de La Manufacture de Livres

Sortie du 31 octobre

capitale du plaisir

Après la première guerre mondiale, Paris devient la ville où tous les plaisirs sont à portée de main. Place à la fête ! Les autorités ferment les yeux, encourageant la natalité qui doit repartir au secours du pays affaibli. De nombreux artistes des quatre coins du globe tentent l’aventure de la libéralisation des moeurs et deviennent les rois de Montparnasse. Les Années folles, « décade de l’illusion », vont donner lieu à dix ans de fêtes, d’orgies, de créations et d’inventions. L’autonomie féminine qui s’est révélée pendant l’absence des hommes mobilisés entre 1914 et 1918 a irrémédiablement perturbé les relations entre les sexes. Émancipation féminine, homosexualités qui s’affichent, banalisation du divorce, prostitution… C’est à cette époque que l’image du nu entre dans les moeurs. Photographes professionnels ou amateurs s’adonnent à l’érotisme. Plus que jamais Paris est la capitale de l’amour, du vice et des plaisirs.

Capitale du Plaisir d’Alexandre Dupouy dans la collection Beaux-Livres

Nouveau partenariat – La manufacture des livres

images

Bonjour tout le monde,

Je suis très heureux, ce matin de vous annoncer la mise en place d’un tout nouveau partenariat entre moi et mon blog et la maison d’éditions indépendante La Manufacture de Livres. Je suis vraiment ravi pour ce partenariat, j’en cherchais un second depuis quelque temps, avec une ligne éditoriale d’auteurs français mais toujours avec cette touche de noir que j’aime tant. Je pense être bien tombé avec La Manufacture de Livres, que j’ai d’ailleurs découvert grâce à né d’aucune femme de Franck Bouysse.

la manufacture de livre

Le catalogue de La Manufacture de Livres est réparti entre quatre collections, littérature, documents, la manufacture des légendes et beaux-livres, je vais vous présenter quelques livres pour chacune de ces collections.

Littérature

Clouer l'ouest

Clouer l’Ouest de Séverine Chevalier

Cela faisait vingt ans que Karl n’avait pas remis les pieds chez les siens. Amenant avec lui sa petite fille et ses dettes de jeux, il revient à la ferme familiale où nul ne l’attend plus. Ici, les secrets et les blessures du passé semblent avoir définitivement dressé des murs entre les hommes et les deux nouveaux arrivants vont remettre en question le fragile équilibre de ces vies. Et, pendant ce temps dans la forêt obscure et enneigée, une bête rôde.
Véritable bijou ciselé et poétique, Clouer l’Ouest révèle une voix unique et témoigne de l’infini talent de Séverine Chevalier à dire les drames et les rêves qui font le coeur de l’humain.

white spirit

White Spirit de Pierre-François Moreau

Elle est arrivée de Bénin City pour profiter de l’argent suisse et payer les dettes de sa famille. Elle vit sous la coupe d’une proxénète qui détient son passeport et son juju, cette figurine sacrée qui lui permet de la contrôler.
Il conçoit des jeux vidéo fun-gore qui ont fait de lui une star. Il voyage à travers le monde d’hôtel de luxe en festival de geeks, ivre de drogues et vivant dans un univers parallèle où la fiction prend le pas sur la réalité.
Le soir où elle s’asperge de White spirit et s’immole par le feu pour mettre fin à tout, c’est lui qui la sauve. Il devient à ses yeux l’homme qui peut l’arracher à ses démons. Les voici liés pour le meilleur et pour le pire, unis par leurs folies et leurs obsessions, associés pour se sortir du guêpier où ils se sont fourrés…

Documents

ce que ça fait de tuer

Ce que ça fait de tuer de Serena Gentilhomme

Rome, 2016. Deux trentenaires, Marco Prato et Manuel Joffo font la fête et au milieu de leurs excès, ont une nouvelle idée : torturer et tuer, pour voir ce que ça fait. Un jeune prostitué est attiré dans le guet-apens, drogué et soumis à ces pulsions macabres. Le lendemain, l’un des jeunes hommes tentera de se suicider, l’autre se rendra à la police…
Au-delà de la gratuité de ce sordide crime, la presse transalpine se passionne pour le profil des deux assassins, jeunes hommes de bonnes familles et sans histoire. Les témoignages des pères dans les émissions télévisées de grande audience, le silence des mères, les réactions des proches de la victime sont tout autant le sujet de ce texte qui nous parle d’une jeunesse nihiliste prête à toute pour se sentir exister.

lucky luciano

Lucky Luciano – Testament de Martin A. Gosch et Richard Hammer

Petit immigré sicilien dans le New York des années 1900, Luciano fait les quatre cents coups avec d’autres gamins du Lower East Side : Meyer Lansky, qui restera son ami, Frank Costello ou Bugsy Siegel. Viendront ensuite Al Capone, Vito Genovese, Joseph Bonanno, Dutch Schultz ou Nucky Johnson. C’est le temps du trafic d’alcool, des braquages et des règlements de comptes. Luciano veut bousculer les vieilles traditions de la mafia, et devient, après une guerre sanglante, le chef des cinq familles de Cosa Nostra. Lorsque les États-Unis s’engagent dans la Seconde Guerre mondiale, Lucky Luciano profite de la situation : c’est lui qui contrôle les ports américains, pièces maîtresses de l’effort de guerre. Les services secrets vont aussi l’utiliser pour faciliter le déroulement de l’invasion de la Sicile en 1943. Considérant les énormes bénéfices potentiels d’un marché en pleine expansion, il va, à la fin de sa vie, tisser des liens avec les mafias italiennes et organiser le trafic international de stupéfiants avec les Corses et la pègre marseillaise.  C’est à partir de ces mémoires que Mario Puzo et Francis Ford Coppola ont créé le personnage mythique de Don Corleone dans le Parrain.

La Manufacture des Légendes

coke à bord

Coke à bord de Yann Tassin

Yann Tassin a vingt ans et part à l’aventure en Amérique du Sud. Mais quand il pose son sac à dos sur une plage de Colombie, il est bien loin d’imaginer le tour que va prendre son destin. Car au gré de ses rencontres, ce jeune français va finir par mettre ses talents de navigateur au service des plus grands trafiquants de drogue d’Amérique latine et ouvrir les voies maritimes de ce commerce illégal. Voiliers, hors-bords puis sous-marins, du cannabis à la cocaïne, Yann Tassin va côtoyer Pablo Escobar, les dirigeants des FARC, les membres du cartel de Medellin…
Coke à bord retrace le parcours de cet aventurier hors-la-loi qui devint l’un des hommes les plus recherchés de la CIA avant de se rendre et de collaborer avec le gouvernement américain.

guillotine seche

Guillotine sèche de René Belbenoît

René Belbenoît a vingt-deux ans quand il est condamné pour vol aux travaux forcés en Guyane. Au bagne, il mutilplie les tentatives d’évasion. Traité de plus en plus durement, acharné dans sa quête de liberté, il parvient enfin à ses fins. Suivra une cavale de vingt-deux mois, en pirogue, à cheval, à pied, à travers mers, jungles, fleuves et montagnes, avant de réussir à gagner clandestinement les États-Unis.
Guillotine sèche est le récit de cette incroyable aventure qui a déjà séduit plus d’un million de lecteurs et inspira les célèbres roman et film Papillon.

Beaux-livres

capitale du plaisir

Capitale du Plaisir d’Alexandre Dupouy

Après la première guerre mondiale, Paris devient la ville où tous les plaisirs sont à portée de main. Place à la fête ! Les autorités ferment les yeux, encourageant la natalité qui doit repartir au secours du pays affaibli. De nombreux artistes des quatre coins du globe tentent l’aventure de la libéralisation des moeurs et deviennent les rois de Montparnasse. Les Années folles, « décade de l’illusion », vont donner lieu à dix ans de fêtes, d’orgies, de créations et d’inventions. L’autonomie féminine qui s’est révélée pendant l’absence des hommes mobilisés entre 1914 et 1918 a irrémédiablement perturbé les relations entre les sexes. Émancipation féminine, homosexualités qui s’affichent, banalisation du divorce, prostitution… C’est à cette époque que l’image du nu entre dans les moeurs. Photographes professionnels ou amateurs s’adonnent à l’érotisme. Plus que jamais Paris est la capitale de l’amour, du vice et des plaisirs.

 

 

# 141 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Et voilà, nous sommes de retour en France … Je dois dire que c’est un peu compliqué de retrouver son quotidien, même si nous sommes toujours en vacances. Mais le plus dur, c’est la température, qu’est-ce que j’ai froid … Aller, la semaine dernière a été chargée en lecture, alors faisons le point.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

le chat noir

Le chat Noir et autres histoire d’Edgar Allan Poe 

Un double meurtre incompréhensible résolu brillamment par un détective qui annonce Sherlock Holmes et le roman policier. L’histoire gothique d’un prince enfermé dans une abbaye pour fuir une terrible pandémie. Un étrange message crypté qui déclenche une chasse au trésor pleine de rebondissements. Un chat au pouvoir maléfique et angoissant…

Ma chronique ici

né d'aucune femme

Né d’aucune femme de Franck Bouysse

» Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose. »
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Ma chronique ici

lanny

Lanny de Max Porter

Non loin de Londres, il y a un village. Ce village appartient à ceux qui vivent là aujourd’hui, et à ceux qui ont vécu là autrefois. Il appartient au passé mystérieux du pays comme à son présent criard et confus. Il appartient à Pete le Dingue, le peintre paria à la réputation sulfureuse; à la vieille Peggy, qui marmonne derrière son portail; à un petit garçon nommé Lanny, tendre et imprévisible, et à ses parents, qui jamais ne le trouvent lorsqu’il se cache au fond des bois ou de ses songes.
Mais ce village appartient aussi au Père Lathrée Morte, étrange créature protéiforme, croque-mitaine, légende folklorique et divinité païenne, qui veille sur les lieux – à moins qu’il ne fasse planer sur eux une sourde menace. Partout et nulle part à la fois, il s’immisce dans les maisons, dans la terre, dans les arbres. Et surtout, il écoute – sans cesse à l’affût de ces voix humaines qui affleurent, se heurtent, s’entremêlent, et dont le chaos lui est un festin. Et, parmi ces voix, il y a celle qu’il préfère entre toutes. Une voix différente. La voix d’un petit garçon. Lanny.

Ma chronique ici
taqawan

Taqawan d’Éric Plamondon

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. » Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort. Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source… Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Ma chronique ici

sombre apprenti

Star Wars – Sombre Apprenti de Christie Golden

AN – 22
La guerre entre les forces de la République et l’armée du Côté Obscur suit une inexorable escalade, envenimée par les tactiques agressives du Comte Dooku.
Celui-ci ayant ordonné le massacre d’une flottille de réfugiés sans défense, le Conseil Jedi décide alors de s’attaquer au Comte lui-même.
Mais le Seigneur Sith est une proie dangereuse et insaisissable. Pour le vaincre, le Conseil prend un risque inattendu : recourir aux deux côtés de la Force. Le Jedi Quinlan Vos devra s’allier à une Sith, Asajj Ventress. Si la haine entre les deux partenaires de circonstance brûle encore, celle qui anime Asajj envers son ancien Maître est plus vive encore.
Ensemble, Ventress et Vos sont le meilleur espoir de la République. Du moins, aussi longtemps qu’ils parviendront à maîtriser les sentiments mêlés et complexes qui s’embrasent entre eux…

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

anthony

Anthony à cinq minutes près de Manon Fargetton

Anthony est un Plieur de temps. Grâce à son horloge magique, il peut revenir 5 minutes en arrière. Mais un super-pouvoir peut-il rendre super-heureux ?

3. Que vais-je lire ensuite ?

Aucune idée pour le moment, je verrais bien selon mes envies et mon humeur !

Voilà, je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque.

Né d’aucune femme

né d'aucune femme

Auteur : Franck Bouysse

Édition : La Manufacture de livres

Genre : Roman Noir

Titre : Né d’aucune femme

Quatrième de couverture :

 » Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose. »
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Quelques mots sur l’auteur :

Franck Bouysse, né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 et Glaise en 2017 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littéraires et imposent Franck Bouysse sur la scène littéraire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau en Corrèze.

Ma chronique :

Ce livre, j’en ai entendu beaucoup de bien et je l’ai énormément vu passer sur les réseaux sociaux. Alors dès que j’ai eu l’occasion d’aller à ma librairie sur Orléans, je me le suis acheté. J’ai profité de mes vacances en Tunisie pour le lire et je dois dire que bien m’en a pris.

Ce roman, c’est l’histoire de Rose, c’est l’histoire du combat d’une fille, d’une jeune femme, d’une femme et enfin d’une mère. C’est une histoire qui pourrait n’être que noire si nous nous laissons pas porter par les mots inscrits par Rose sur ses cahiers. C’est surtout une histoire d’une femme forte qui ne se laisse pas dicter sa vie par les autres ou par le destin et qui malgré les épreuves douloureuses qu’elle subit, croit toujours en elle et dans la vie.

J’ai vraiment bien aimé cette histoire, j’ai aimé la façon dont Franck Bouysse joue avec les mots à travers Rose. La manière dont il conte son histoire d’une vie violente et écorchée. C’est un roman qui m’a passionné par sa violence, ma secoué par sa froideur et m’a chamboulé quasiment à chaque pages tournées. Mais j’en retiens l’espoir qui transpire à travers l’histoire de Rose.

Je ne vais pas parler de coup de coeur pour ce roman, car il me manque ce petit quelque chose indescriptible qui fait qu’un livre a un effet magique sur moi. D’autant plus que j’ai trouvé la fin du roman un peu en dessous du reste.

Ma note : 09 / 10

# 115 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

Toujours en direct de Tunisie où nous nous reposons et en profitons vraiment bien. Bon par contre je vais prendre 10 kg, mais faut savoir en profiter, ce n’est pas tout le temps.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

né d'aucune femme

Un souffle d’air frais m’accueillit au-dehors. Charles m’attendait en caressant le cheval. Je lui fis signe que nous devions nous mettre en route aussitôt. Il me laissa monter le premier, m’observant avec insistance de son regard sombre, puis s’assit à côté de moi. Nous nous dirigeâmes vers la sortie. En traversant le monastère, j’eus l’inconfortable sensation d’être un voleur emportant un butin au nez et à la barbe de tous. Un butin dont je n’avais aucune idée de la valeur.

 

# 140 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Enfin me revoilà … Après plusieurs semaines sans publier un seul article et ayant peu lu, la faute à un épuisement général, l’envie et le plaisir de lire est revenu et avec l’envie de revenir sur mon blog. De plus je suis en vacances depuis le 28 août au soir, et en Tunisie à Djerba, avec ma femme depuis le 31 et pour une semaine. Au programme farniente, piscine, plage, thalasso, soleil et lecture … et accessoirement de la nourriture à profusion et de la bière à volonté. Je pense que la reprise du sport la semaine prochaine va faire du bien mais va être difficile.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

le chat noir

Le chat noir et autres histoires de Edgar Allan Poe

Un double meurtre incompréhensible résolu brillamment par un détective qui annonce Sherlock Holmes et le roman policier. L’histoire gothique d’un prince enfermé dans une abbaye pour fuir une terrible pandémie. Un étrange message crypté qui déclenche une chasse au trésor pleine de rebondissements. Un chat au pouvoir maléfique et angoissant…

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

né d'aucune femme

Né d’aucune femme de Franck Bouysse

 » Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose. »
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

3. Que vais-je lire ensuite ?

lanny

Lanny de Max Porter

Non loin de Londres, il y a un village. Ce village appartient à ceux qui vivent là aujourd’hui, et à ceux qui ont vécu là autrefois. Il appartient au passé mystérieux du pays comme à son présent criard et confus. Il appartient à Pete le Dingue, le peintre paria à la réputation sulfureuse; à la vieille Peggy, qui marmonne derrière son portail; à un petit garçon nommé Lanny, tendre et imprévisible, et à ses parents, qui jamais ne le trouvent lorsqu’il se cache au fond des bois ou de ses songes.
Mais ce village appartient aussi au Père Lathrée Morte, étrange créature protéiforme, croque-mitaine, légende folklorique et divinité païenne, qui veille sur les lieux – à moins qu’il ne fasse planer sur eux une sourde menace. Partout et nulle part à la fois, il s’immisce dans les maisons, dans la terre, dans les arbres. Et surtout, il écoute – sans cesse à l’affût de ces voix humaines qui affleurent, se heurtent, s’entremêlent, et dont le chaos lui est un festin. Et, parmi ces voix, il y a celle qu’il préfère entre toutes. Une voix différente. La voix d’un petit garçon. Lanny.

Voilà pour mes lectures du moment. Et vous que lisez-vous de beau ? Par avance je tiens à m’excuser, mais étant en vacances, il se peut que ne puisse aller faire un tour sur vos blogs cette semaine.

Très belle semaine à tous !