Archives du mot-clé fantastique

Dans la vallée du soleil

Auteur : Andy Davidson

Édition : Gallmeister

Genre : Encore à déterminer

Titre : Dans la vallée du soleil

Quatrième de couverture :

Travis Stillwell sillonne les routes brûlantes du Texas, piégeant des femmes solitaires dans l’espoir toujours déçu d’apaiser les démons de son passé. Un soir, il croise dans un bar une fille mystérieuse au teint pâle. Le lendemain, il se réveille seul et couvert de sang. Dès lors, cette inconnue aux bottes rouges revient errer à ses côtés, et son emprise dévorante s’affirme sans pitié. Épuisé, Travis se fait héberger par une jeune veuve, Annabelle Gaskin. En échange, il l’aide à remettre d’aplomb son motel décrépi, et peu à peu, il prend de l’importance dans sa vie et celle de son fils. Mais Travis lutte contre des pulsions noires puissantes, et Annabelle finit par se douter que cet étrange cow-boy n’est pas ce qu’il prétend.

Quelques mots sur l’auteur :

Andy Davidson a grandi dans l’Arkansas, et vit avec sa femme et ses chats en Géorgie, où il enseigne l’anglais à l’université. Dans la vallée du soleil, son premier roman, a été finaliste du Bram Stoker Award aux États-Unis, et son écriture a été comparée à celle de Flannery O’Connor, Cormac McCarthy, Daniel Woodrell ou encore Neil Gaiman.

Ma chronique :

Voilà, je vous présente aujourd’hui le troisième titre phare de la rentrée littéraire de chez Gallmeister. Je les remercie encore une fois pour leur confiance et pour l’envoi de ce roman.

Alors… Comment vous dire ??? Ce roman… Je ne sais pas trop par où commencer. Déjà, comme vous avez pu le voir un peu plus haut dans la présentation, j’ai bien été embêté pour identifier son genre, du coup vu que je ne sais toujours pas j’ai préféré ne pas en mettre. Qu’il est étrange ce roman, le premier de Andy Davidson, ça promet pour les prochains… Dans la vallée du soleil est vraiment, mais vraiment particulier, c’est je trouve un peu un ovni dans le catalogue de Gallmeister. Mais ne vous y tromper pas, il est très bon et il y a toute sa place.

Avec Dans la vallée du soleil, nous flirtons avec différents genre, western, policier, surnaturel, fantastique, noir… et j’en passe. Je dois avouer que j’ai eu dû mal à rentrer dans cette histoire, j’étais perdu, le côté surnaturel m’a surpris et je n’osais y croire… Était-ce de la folie ? Ben certainement mais pas que… Du coup, une fois que j’ai eu accepté l’étrange, je me suis laissé embarquer dans ce roman qui au final tient vraiment la route et qui s’enchaine parfaitement.

Je trouve qu’il y a un petit côté Edgar Allan Poe dans la plume de Andy Davidson, j’ai vraiment hâte de lire d’autres avis sur ce roman. En tout cas pour ma part j’ai bien aimé, c’est noir comme j’aime. Le décor est planté au Texas, un motel qui a l’air paumé tout ce que j’aime. Des personnages peu nombreux mais des relations humaines fortes et une atmosphère oppressante font de ce roman une très belle lecture.

Ma note : 09 / 10

Maître des eaux

maitre des eaux

Auteur : Patrick Coudreau

Édition : La Manufacture de Livres

Genre : Contemporain

Titre : Maître des eaux

Quatrième de couverture :

Au village, on disait de cette famille qu’elle était étrange, que l’eau leur obéissait et que les catastrophes arrivaient par eux. Et puis, il y eut l’incendie et tout rentra dans l’ordre. Aujourd’hui, le fils est revenu avec l’envie de régler ses comptes. Il a amené avec lui la pluie qui ravage tout, car lui aussi, dit-on, sait converser avec l’eau. Maintenant il se cache au coeur de la nature, quelque part près du village, voulant se faire oublier et une gamine a décidé de lui venir en aide. Mais pour les hommes du village, la traque est ouverte et ne s’arrêtera que quand cette affaire sera définitivement réglée…
Avec ce premier roman qui se lit d’une traite, Patrick Coudreau nous invite dans un univers littéraire plein de suspense, de poésie et de magie.

Quelques mots sur l’auteur :

Né à Bourges, Patrick Coudreau devient journaliste, se spécialisant dans les questions d’écologie et de société, travaillant d’abord pour la presse écrite puis pour diverses institutions. Il commence à écrire quand il a 14 ans et publie trois recueils de poésie qui lui vaudront de recevoir deux prix littéraires. Il s’intéresse par la suite à la prose, ne cessant jamais de travailler et d’aller d’un projet à l’autre. Au total, près de vingt-cinq manuscrits s’accumuleront dans les tiroirs de son bureau sans être publiés. C’est en 2017 qu’il achève le projet de Maître des eaux et décide de l’envoyer à trois éditeurs. Passionné d’ornithologie, Patrick Coudreau vit aujourd’hui dans les Yvelines.

Ma chronique :

Un grand merci à Marie-Anne de La Manufacture de Livres qui m’a permits de découvrir ce roman qui sort en librairie cette semaine.

Maître des eaux est un roman que j’ai trouvé assez sombre. En effet tout part d’un drame que l’on peut qualifier d’horrible. Ce roman nous raconte l’histoire d’un petit village et de ses habitants, l’histoire d’une famille ayant décidé de s’installer dans ce village, mais n’ayant jamais été acceptée.

Patrick Coudreau nous montre dans son roman la noirceur et la méchanceté humaine envers l’inconnu et la différence. Sous fond d’insultes, de racisme, d’antisémitisme et d’une folie incroyable, il nous plonge dans cette histoire et dans la tête des différents protagonistes. C’est vraiment très bien écrit, par moment même très poétique, la plume est simple mais incisive, c’est un roman qui se lit d’une traite.

J’ai bien aimé le petit côté fantastique présent dans ce livre et le fait que l’on ne nous donne pas d’explications, il y a de ce fait un mystère planant tout au long de la lecture qui rend celle-ci attrayante. Ce côté fantastique justement, met en avant un personnage qui a toute son importance dans ce roman, il s’agit de la nature. Et c’est là également un point fort, cette nature est extrêmement bien décrite et c’est très beau à lire.

Par contre, il y a quelque chose qui m’a un peu dérangé dans ma lecture, c’est l’impossibilité de me situer au niveau de l’époque. En effet, il n’y a pas de marqueur de temps précis, au début de ma lecture, je pensais me situer dans la période d’après-guerre, puis ensuite un plus dans les années 70/80 et au final on me sort des téléphones portables … Cela m’a complètement paumé et ce n’est pas le plus agréable pour moi.

Voilà, en tout cas c’est un très bon roman, avec une belle morale et une merveilleuse nature. Je vous le recommande.

Ma note : 08 / 10

 

La course au mouton sauvage

la course au mouton sauvage

Auteur : Haruki Murakami

Édition : Belfond

Genre : Contemporain

Titre : La course au mouton sauvage

Quatrième de couverture :

A Tokyo, un jeune cadre publicitaire mène une existence tranquille. Il est amoureux d’une jeune fille par fascination pour ses oreilles, est l’ami d’un correspondant qui refuse de lui donner son adresse pour de confuses raisons, jusqu’au jour où cette routine confortable se brise. Pour avoir utilisé une photographie apparemment banale où figure un mouton, sa vie bascule. Menacé par une organisation d’extrême droite, il va se mettre en quête de cet animal particulier, censé conférer des pouvoirs supra-naturels…

Quelques mots sur l’auteur :

Né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, Haruki Murakami a étudié le théâtre et le cinéma, puis a dirigé un club de jazz, avant d’enseigner dans diverses universités aux États-Unis.
En 1995, suite au tremblement de terre de Kobe et à l’attentat du métro de Tokyo, il décide de rentrer au Japon. Plusieurs fois pressenti pour le Nobel d littérature, Haruki Murakami a reçu le prestigieux Yomiuri Literary Prize, le prix Franz Kafka 2006, le prix de Jérusalem pour la liberté de l’individu dans la société en 2009, le prix international de Catalogne 2011 et le prix Hans Christian Andersen en 2016.

Ma chronique :

Et voilà, deuxième roman du Maître Murakami que je li … Et encore une fois j’ai été transporté. Oui, transporté dans ce Japon des années fin 70 et transporté dans l’imagination de Haruki Murakami. Cet auteur a un talent indéniable pour faire de chaque phrases et de chaque mots de la poésie, j’ai eu l’impression de flotter dans un monde métaphysique pendant toute ma lecture.

La course au mouton sauvage est le troisième tome de La Trilogie du Rat, qui avait donc commencé par Écoute le chant du vent et Flipper, 1973 . J’ai appris il y a peu que dans « Danse, danse, danse » un autre roman de Murakami, nous retrouvons le narrateur présent dans cette trilogie. Donc, comme dans les premiers tomes, j’ai été happé par cette histoire et par ce héros, un mec lambda et qui se dit très seul alors qu’il est toujours en très bonne compagnie.

J’ai une fois de plus aimé voyager à travers la poésie ultra-moderne de Haruki Murakami. J’ai aimé ce voyage onirique dans son univers bien à lui, il y a de la magie qui flotte à travers toutes les pages, à travers toutes les phrases de cet auteur, c’est beau, cela fait du bien et franchement j’en redemande.

Dans ce dernier tome que je pourrais presque qualifier de thriller fantastique, voir fantasmagorique, nous partons à la recherche d’un mouton … Oui, d’un mouton avec une étoile sur le dos. Mais tout cela n’est que prétexte pour partir à la quête de soi-même, à la quête de son « moi », comprendre cette solitude, comprendre cette vie et de toute évidence, il n’y a que Murakami pour nous faire vivre cette expérience. Dans ce roman sont évoqués l’amitié, l’amour, le rêve et la vie.

Voilà, dernier roman du maître pour moi en 2019, mais je vous assure que l’année 2020 va être pour moi placée sous le signe de Murakami, je compte bien lire tous ses romans.

Ma note : 10 / 10

Autre-Monde, Tome 3 – Le Coeur de la Terre

autremonde3

Auteur : Maxime Chattam

Genre : Fantastique

Édition : Le Livre de Poche

Titre : Autre-Monde, Tome 3 – Le Coeur de la Terre

Quatrième de couverture :

Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Matt et Ambre retournent à Eden, la cité des Pans, pour avertir le conseil de la ville de l’imminence d’une invasion des Cyniks, fomentée par la reine Malronce. Les Pans n’ont plus le choix, ils doivent se préparer à combattre, notamment en développant leur Altération, ce pouvoir surnaturel octroyé par le Cataclysme.
Avec L’Alliance des Trois, on découvrait un nouveau monde, avec Malronce son exploration. Le Coeur de la Terre montre les jeunes héros dans l’apprentissage de la vie en commun, de la politique, de la guerre et du rapport, nécessaire et salutaire, à la nature. Ainsi que la résolution des énigmes comme la vraie nature du Raupéroden et de la reine Malronce.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, Maxime Chattam fait au cours de son enfance de fréquents séjours aux États-Unis, à New York et surtout à Portland (Oregon), qui devient le cadre de L’Âme du mal. Après avoir écrit deux ouvrages (qu’il ne soumet à aucun éditeur), il s’inscrit à 23 ans aux cours de criminologie dispensés par l’université de Saint-Denis. Son premier thriller, Le 5è Règne, publié sous le pseudonyme Maxime Williams, paraît en 2003 aux Éditions Le Masque. Cet ouvrage a reçu le prix du Roman fantastique du festival de Gérardmer. Maxime Chattam se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Après une trilogie composée de L’Âme du mal, In tenebris et Maléfices, il écrit Le Sang du temps (Michel Lafon, 2005) puis Le Cycle de la vérité en trois volumes – Les Arcanes du chaos (2006), Prédateurs (2007) et la Théorie Gaïa (2008) – aux Éditions Albin Michel. Sa série Autre-Monde a paru chez le même éditeur, ainsi que Léviatemps (2010), Le Requiem des abysses (2011), La Conjuration primitive (2013), La Patience du diable (2014) et son dernier roman Que ta volonté soit faite (2015).

Ma chronique :

 

C’est toujours avec un grand plaisir que je retrouve cette saga fantastique de Maxime Chattam. Vous l’aurez compris, je prends vraiment tout mon temps pour lire cette merveilleuse série de l’auteur français. Effectivement, je l’ai entamé pendant l’été 2016.

Ce troisième tome est pour le moment celui que j’ai préféré par rapport aux deux autres. Nous retrouvons nos jeunes héros, les pans et toujours ce monde complètement changé par la Tempête. J’ai trouvé que l’Alliance des Trois évoluait dans leurs réflexions et leurs caractères. Les relations entre eux et avec les autres en sont du coup beaucoup plus intéressantes et approfondies.

C’est aussi le tome qui clôture le premier cycle et qui répond à plusieurs questions en levant le voile sur les mystères de cet Autre-Monde. Les révélations permettent de rentrer encore plus dans l’histoire et de s’imprégner de l’univers fantastique imaginé par Maxime Chattam.

La dernière partie de ce tome est juste époustouflante par ses scènes de batailles épiques, cela donnerais l’envie de voir cela sur grand écran. J’ai vraiment pris un plaisir fou à lire les dernières pages et à vibrer au rythme des rebondissements et des retournements de situations.

Depuis la lecture du premier tome, je trouve que Maxime Chattam essaye de nous délivrer des messages et des pistes de réflexions, l’écologie, l’entraide et l’amitié, la façon que l’on a de toujours plus puiser les ressources de la planète sans la respecter. Dans ce tome, il insiste sur la religion en imageant la situation dans laquelle sont les Cyniks et les pans comme une guerre de religion menée par le fanatisme de sois disant paroles d’un Dieu.

En tout cas encore un excellent tome pour cette saga qui aurait presque plus se terminer avec celui-ci. Je ne sais pas ce que nous réserve la suite, mais j’espère qu’elle continuera sur cette lignée.

Et vous, avez-vous lu la suite ?

Ma note : 09/10

# 46 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

Je vous partage aujourd’hui, un extrait de ma lecture en cours qui n’est autre que le tome 3 de la saga Autre-Monde de Maxime Chattam, Le Coeur de la Terre. J’aime vraiment beaucoup cette saga et comme vous avez pu le remarquer, je fais durer le plaisir, je li un tome tous les six mois un peu près …

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours

autremonde3

– Tu t’en es remise ?

Ambre haussa les épaules et jeta l’épi de maïs qu’elle venait de terminer.

– Je fais encore des cauchemars parfois.

– Ce sale type l’a payé. Jamais plus il ne pourra te faire du mal.

– Il y en a d’autres. Il y en aura toujours d’autres avec les Cyniks. C’est le problème du fanatisme, il nourrit des armées entières. Il surgit là où est l’ignorance. Et tant que nous ne pourrons pas la remplacer, ils seront ce qu’ils sont.

– Nous les éduquerons. S’il faut le faire, nous apprendrons à chaque Cyniks à ne plus nous détester.

– En leur faisant la guerre ?

Matt secoua la tête, embarrassé.

– Ce sont eux qui nous attaquent.

– Et nous allons riposter pour nous défendre, conclut Ambre avec amertume.

# 70 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Je commence cette nouvelle, de la pire des façons, après une nuit d’insomnie … Du coup elle va être très longue … Bref, cela ne m’empêche pas de faire le point avec vous sur mes lectures de la semaine passée.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

lhayden

L’Hayden Le secret d’Eli de Julie Muller Volb

Depuis le décès de son père, Mila vit sous la tutelle de sa sœur, Elisabeth, qui gère une maison d’hôtes. Alors que de mystérieux incendies ravagent plusieurs établissements de la ville, Mila fait connaissance avec un charmant pompier, Jeremiah, qui se trouve être leur pensionnaire. Troublée par ce jeune homme qui souffle avec elle le chaud et le froid, Mila voit aussi se multiplier autour d’elle des faits étranges. Une prétendue amie de sa sœur qui débarque blessée et en danger, des tatouages trop ressemblants pour que ce soit le fruit du hasard, et bientôt le départ précipité d’Eli, sans explications… Aidée par son ami Liam, Mila mène l’enquête et ses investigations la conduisent jusqu’à un saule rose, lieu de passage vers un monde surprenant et surnaturel. Confrontée à tous les dangers, Mila découvre alors d’inimaginables secrets à propos de sa famille.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

autremonde3

Autre-Monde – Tome 3 – Le Coeur de la Terre de Maxime Chattam

Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Matt et Ambre retournent à Eden, la cité des Pans, pour avertir le conseil de la ville de l’imminence d’une invasion des Cyniks, fomentée par la reine Malronce. Les Pans n’ont plus le choix, ils doivent se préparer à combattre, notamment en développant leur Altération, ce pouvoir surnaturel octroyé par le Cataclysme.
Avec L’Alliance des Trois, on découvrait un nouveau monde, avec Malronce son exploration. Le Coeur de la Terre montre les jeunes héros dans l’apprentissage de la vie en commun, de la politique, de la guerre et du rapport, nécessaire et salutaire, à la nature. Ainsi que la résolution des énigmes comme la vraie nature du Raupéroden et de la reine Malronce.

3. Que vais-je lire ensuite ?

Ayant fini L’Hayden Le secret d’Eli plus rapidement que prévu, j’ai commencé le tome 3 de Autre-Monde qui cette fois logiquement m’accompagnera jusqu’à la fin du mois. Je vous dévoilerais donc ma pile à lire pour le mois de décembre lors du bilan du mois de novembre.

Récapitulatif de la semaine

 

L’Hayden Le secret d’Eli

lhayden

Auteur : Julie Muller Volb

Genre : Fantastique

Édition : Nouvelles Plumes

Titre : L’Hayden Le secret d’Eli

Quatrième de couverture :

Depuis le décès de son père, Mila vit sous la tutelle de sa sœur, Elisabeth, qui gère une maison d’hôtes. Alors que de mystérieux incendies ravagent plusieurs établissements de la ville, Mila fait connaissance avec un charmant pompier, Jeremiah, qui se trouve être leur pensionnaire. Troublée par ce jeune homme qui souffle avec elle le chaud et le froid, Mila voit aussi se multiplier autour d’elle des faits étranges. Une prétendue amie de sa sœur qui débarque blessée et en danger, des tatouages trop ressemblants pour que ce soit le fruit du hasard, et bientôt le départ précipité d’Eli, sans explications… Aidée par son ami Liam, Mila mène l’enquête et ses investigations la conduisent jusqu’à un saule rose, lieu de passage vers un monde surprenant et surnaturel. Confrontée à tous les dangers, Mila découvre alors d’inimaginables secrets à propos de sa famille.

Quelques mots sur l’auteur :

Julie Muller Volb est née en 1986 en Moselle. Prothésiste dentaire de métier, cette jeune maman comblée et débordée, passionnée de littérature fantastique depuis son plus jeune âge, s’est mise à l’écriture par plaisir et pour s’évader. Eternelle rêveuse dans l’âme, faire vivre ses personnages imaginaires sur papier et écrire leurs histoires est vite devenu un défi personnel et une addiction.

Ma chronique :

Voici un nouveau roman de lu cette année, j’apprécie vraiment mon rythme de lecture de ces dernières semaines. Pour cette nouvelle chronique, je vous parle donc du Prix de l’Imaginaire 2017 Nouvelles Plumes. Ceux qui me suive savent que j’ai lu en début d’année le lauréat de l’édition 2016 Edween Le monde des Faes pour lequel j’ai eu un énorme coup de coeur. Donc dès la sortie de ce roman chez France Loisirs, je l’ai acheté avec grand plaisir.

Bon autant le dire de suite, je n’ai pas eu de coup de coeur pour le lauréat 2017. J’ai un sentiment plutôt mitigé une fois le livre terminé.

Commençons par l’univers créé par l’auteur, je le trouve plutôt intéressant, mais sans grande originalité, même si quelques petits détails me plaisent pas mal comme les quelques espèces que l’on croise vers la fin du roman. Par contre je trouve qu’il y a beaucoup de facilités et de choses déjà vues ce qui est à mon sens dommage… Après je devient aussi certainement de plus en plus difficile.

Ensuite l’héroïne, et bien cela ne l’a pas fait avec moi, je l’ai trouvé totalement insupportable. Cette gène est d’autant plus renforcée que c’est elle qui raconte l’histoire. Bon ok c’est une adolescente mais quand même, par moment elle m’a carrément saoulée. D’autres personnages par contre m’on beaucoup plus comme Eli par exemple et d’autre tel que Wilbert et Liam.

Pour finir avec les points négatifs, ce qui m’a le plus déplu ce sont certains dialogues, je ne comprend pas tous ces fous rire et ces moqueries à quasiment tous les chapitres, c’est vraiment trop et cela m’a gâché ma lecture. Franchement dans les situations qui sont décrites je n’aurais aucunement envie de me fendre la poire autant que les protagonistes de ce roman.

Malgré tout, il y a quelques points positifs tout de même, d’abord le rythme qui est assez soutenu et qui rend la lecture plus facile. Ensuite et bien je suis assez surpris, je ne m’attendais à un one shot, mais non le roman se termine par une non-fin et je dois dire que malgré tout j’ai vraiment envie de connaître la suite et voir comment cela va se passer pour l’Hayden. Donc bravo à l’auteur qui a tout de même réussi à m’embarquer.

En fin de compte une lecture en demi-teinte qui peut certainement plaire à un public plus jeune.

Ma note : 06/10

La clé d’Oriane

clé oriane

Auteur : Leslie Héliade

Genre : Fantastique

Édition : Numérique auto-édition

Titre : La clé d’Oriane

Quatrième de couverture :

Elle s’appelle Oriane, elle est dessinatrice. Il se surnomme Serrure, c’est un voleur. Lorsqu’elle le trouve dans son appartement, il prétend sortir d’un jeu virtuel. Il a besoin de son aide, car elle seule peut le sauver ! Et s’il disait la vérité ? Si tout cela n’était qu’une quête ? Une invitation à chercher la clé ?

Quelques mots sur l’auteur :

Leslie Héliade est professeur certifiée de Lettres Classiques. Après quelques années d’enseignement, elle s’expatrie en Inde, en Allemagne, puis en Australie.
Elle enseigne le français à différents publics et anime des ateliers d’écriture tout en se consacrant à ses propres projets littéraires.

Ma chronique :

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur qui m’a gentillement contacté sur la plateforme Simplement.pro pour me proposer de lire son roman.

Leslie Héliade nous propose dans son nouveau roman, une gentille histoire que l’on peut considérée comme fantastique avec un côté gaming et geek plutôt bien réussi. Disons le tout de suite, j’ai passé un agréable moment à la lecture de ce roman, rien de transcendant ou autre, mais une histoire plutôt originale, avec des personnages bien travaillés malgré quelques facilités par moment.

J’ai apprécié dans cette histoire tout le côté touchant au jeux vidéo, certainement à cause de mon côté geek. Il y a des passages où l’on vois bien que l’auteur s’est renseigné et n’a pas écrit des choses sans queue ni tête comme j’ai déjà pu en lire ailleurs.

En ce qui concerne l’intrigue, disons le, je n’ai eu aucune surprise, l’histoire s’est déroulée comme elle était sous-entendue tout le long. Il n’y a pas eu de moment où l’on se dit : « ah !!! Trop bien je ne m’y attendais pas à celle-là ! ».

Ce qui nous donne un roman accessible à tous public voulant passé un bon moment sans se prendre la tête. Encore une fois merci à Leslie Héliade pour m’avoir permis de lire son roman.

Ma note : 06/10

Des Aventures hors du commun

aventures hors du commun

Auteur : Yannick Giammona

Genre : Nouvelles

Edition : Auto-édition

Titre : Des Aventures hors du commun

Quatrième de couverture :

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

Quelques mots sur l’auteur :

Yannick Giammona, 32 ans, a été professeur des écoles pendant cinq ans. Il a aujourd’hui quitté cette fonction pour s’adonner à sa passion, l’écriture, « Des Aventures hors du commun » est son premier livre. Il écrit actuellement son premier roman.

Ma chronique :

Tout d’abord, merci à l’auteur et à la plateforme Simplement.pro pour la réception de ce service presse.

Il s’agit d’un recueil de trois nouvelles que j’ai trouvé malheureusement inégales les unes des autres. Je vais rapidement vous donner mon avis sur chacune d’elles.

Pour la première, celle que j’ai le moins appréciée du fait de l’écriture simple qui de premier abord correspond à ce que veux nous faire partager l’auteur, car le narrateur est une petite fille de huit ans. Le soucis est que pour moi je n’ai pas réussi à me dire que ce que raconte cette Zoé peut-être exprimé par une fille de cette âge là. Je parle bien sûr de la manière de parler et à la construction des phrases, pas de l’histoire en elle même. J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de lourdeurs. Cette nouvelle reste celle que j’ai le moins apprécié.

La seconde, quant à elle est raconté avec un regard extérieur à l’action et du coup me fut plus agréable à lire du fait du recul qu’a le narrateur par rapport aux protagonistes. J’ai vraiment apprécié cette petite nouvelle et son côté fantastique m’a beaucoup plus. Si j’ai un petit regret à formuler c’est que j’aurais aimé en savoir plus.

Pour la dernière nouvelle, alors là j’ai un avis plus mitigé, elle est racontée par le protagoniste principal ce qui dès le départ nous enlève une part du mystère final. J’ai bien aimé la construction de cette petite histoire malgré encore une fois des lourdeurs et des répétitions. Dernier point que je regrette est le fait de ne pas retrouver de côté fantastique dans cette nouvelle alors qu’il y en avait dans les deux autres. Je sais bien que l’on parle d' »Aventures hors du commun » et non d' »Aventures fantastiques » mais pour ma part je l’aurais plus tôt placée  en premier pour aller crescendo dans le « hors du commun ».

J’espère avoir la chance de lire prochainement le futur roman de Yannick Giammona, car même si mon avis n’est pas très enthousiaste sur ce recueil, j’aimerais voir la plume de cet auteur dans un autre genre que des nouvelles.

Ma note : 05/10

MILA

mila

Auteur : Dominique Durand

Genre : Fantastique

Edition : Durand-Peyrolles

Titre : MILA

Quatrième de couverture :

« Ce matin du 5 mars 2015, j’émergeais d’une longue année de coma à l’hôpital Percy Clamart et prenais connaissance du diagnostic : l’accident avait provoqué une perte totale de ma mémoire.
Ce matin du 5 mars 2015, je serrais dans mes bras ma propre fille Camille en réalisant qu’elle n’était pour moi qu’une parfaite inconnue.
Pour me reconstruire, je devais reprendre une vie normale, suivre un traitement adapté, mais rien ne s’est passé comme prévu. Sans doute aurais-je dû me méfier ?
Comment aurais-je pu imaginer l’extraordinaire aventure que je venais de vivre des côtes australes jusqu’aux terres gelées du grand continent blanc ? Qui était celle qui m’attendait quelque part, cloîtrée dans une geôle, prisonnière de syndromes étonnants encore plus puissants que les miens.
De ma mémoire chancelante émergeait une seule certitude : je devais la retrouver pour connaître l’incroyable vérité, celle que les plus hautes instances internationales avaient tenté de dissimuler. Je disposais pour cela de très peu d’indices :
Juste quatre lettres qui dansaient jour et nuit dans ma tête, comme une musique entêtante,
Juste quatre lettres, d’une importance capitale pour ma survie :

M I L A »

Quelques mots sur l’auteur :

Dominique Durand est né en 1965 et réside à Treize-Septiers, avant de s’installer à Longèves, en Vendée. Auteur de textes de chansons, de nouvelles, il connaît son premier succès avec un roman surprenant : « Danse avec le temps ».

Ma chronique :

Encore un roman lu en partenariat avec l’auteur grâce à la plateforme Simplement.pro, donc un grand merci à Dominique Durand pour sa confiance. J’ai lu ce livre au format numérique mais je vais me le procurer au format papier rapidement.

Bon, je ne vais pas chipoter longtemps, j’ai vraiment bien aimé ce roman et cette histoire. J’ai adoré le style d’écriture et les personnages créés par Dominique Durand.

C’est un roman fantastique, mais ce côté ne prend pas trop de place et fait que ce roman garde un côté humain que j’ai vraiment aimé. Les personnages sont supers et les suivre fut un agréable plaisir. Je dois avouer que Mila est juste géniale et franchement trop craquante …

J’ai été happé par l’histoire et par le style d’écriture et j’ai donc lu ce roman très vite, je n’arrivais pas à le lâcher. Je ne vais pas vous raconter l’histoire ici, mais il y a du suspens, de l’action et pas mal de rebondissements ce qui rend la lecture vraiment passionnante. En plus l’histoire ce déroule en partie en France et plus précisément en Bretagne ce qui donne un côté très nature qui est bien mis en valeur par l’auteur.

J’ai beaucoup aimé l’humanité qui se dégage des deux personnages principaux et leur amour qui au fil des pages devient plus fort que tout. Juste un peu de déception côté personnage, car si nos deux protagonistes principaux sont super bien travaillés les personnages secondaires sont vraiment mis en retrait ce qui pour moi en un petit peu dommage, il y en a certain qui aurait mérités un meilleur traitement.

Autre petit bémol qui fait que je n’ai pas eu un coup de cœur est la dernière partie du roman qui vient un peu gâcher la fin et qui est selon moi juste là pour remplir les pages et qui n’apporte pas grand chose de plus.

En tout cas, cela n’empêche pas que c’est un super roman que je conseil vraiment. Quant à moi je vais me pencher un peu plus sur les autres ouvrages de Dominique Durand.

Ma note : 08/10