Archives du mot-clé fantastique

Autre-Monde, Tome 3 – Le Coeur de la Terre

autremonde3

Auteur : Maxime Chattam

Genre : Fantastique

Édition : Le Livre de Poche

Titre : Autre-Monde, Tome 3 – Le Coeur de la Terre

Quatrième de couverture :

Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Matt et Ambre retournent à Eden, la cité des Pans, pour avertir le conseil de la ville de l’imminence d’une invasion des Cyniks, fomentée par la reine Malronce. Les Pans n’ont plus le choix, ils doivent se préparer à combattre, notamment en développant leur Altération, ce pouvoir surnaturel octroyé par le Cataclysme.
Avec L’Alliance des Trois, on découvrait un nouveau monde, avec Malronce son exploration. Le Coeur de la Terre montre les jeunes héros dans l’apprentissage de la vie en commun, de la politique, de la guerre et du rapport, nécessaire et salutaire, à la nature. Ainsi que la résolution des énigmes comme la vraie nature du Raupéroden et de la reine Malronce.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, Maxime Chattam fait au cours de son enfance de fréquents séjours aux États-Unis, à New York et surtout à Portland (Oregon), qui devient le cadre de L’Âme du mal. Après avoir écrit deux ouvrages (qu’il ne soumet à aucun éditeur), il s’inscrit à 23 ans aux cours de criminologie dispensés par l’université de Saint-Denis. Son premier thriller, Le 5è Règne, publié sous le pseudonyme Maxime Williams, paraît en 2003 aux Éditions Le Masque. Cet ouvrage a reçu le prix du Roman fantastique du festival de Gérardmer. Maxime Chattam se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Après une trilogie composée de L’Âme du mal, In tenebris et Maléfices, il écrit Le Sang du temps (Michel Lafon, 2005) puis Le Cycle de la vérité en trois volumes – Les Arcanes du chaos (2006), Prédateurs (2007) et la Théorie Gaïa (2008) – aux Éditions Albin Michel. Sa série Autre-Monde a paru chez le même éditeur, ainsi que Léviatemps (2010), Le Requiem des abysses (2011), La Conjuration primitive (2013), La Patience du diable (2014) et son dernier roman Que ta volonté soit faite (2015).

Ma chronique :

 

C’est toujours avec un grand plaisir que je retrouve cette saga fantastique de Maxime Chattam. Vous l’aurez compris, je prends vraiment tout mon temps pour lire cette merveilleuse série de l’auteur français. Effectivement, je l’ai entamé pendant l’été 2016.

Ce troisième tome est pour le moment celui que j’ai préféré par rapport aux deux autres. Nous retrouvons nos jeunes héros, les pans et toujours ce monde complètement changé par la Tempête. J’ai trouvé que l’Alliance des Trois évoluait dans leurs réflexions et leurs caractères. Les relations entre eux et avec les autres en sont du coup beaucoup plus intéressantes et approfondies.

C’est aussi le tome qui clôture le premier cycle et qui répond à plusieurs questions en levant le voile sur les mystères de cet Autre-Monde. Les révélations permettent de rentrer encore plus dans l’histoire et de s’imprégner de l’univers fantastique imaginé par Maxime Chattam.

La dernière partie de ce tome est juste époustouflante par ses scènes de batailles épiques, cela donnerais l’envie de voir cela sur grand écran. J’ai vraiment pris un plaisir fou à lire les dernières pages et à vibrer au rythme des rebondissements et des retournements de situations.

Depuis la lecture du premier tome, je trouve que Maxime Chattam essaye de nous délivrer des messages et des pistes de réflexions, l’écologie, l’entraide et l’amitié, la façon que l’on a de toujours plus puiser les ressources de la planète sans la respecter. Dans ce tome, il insiste sur la religion en imageant la situation dans laquelle sont les Cyniks et les pans comme une guerre de religion menée par le fanatisme de sois disant paroles d’un Dieu.

En tout cas encore un excellent tome pour cette saga qui aurait presque plus se terminer avec celui-ci. Je ne sais pas ce que nous réserve la suite, mais j’espère qu’elle continuera sur cette lignée.

Et vous, avez-vous lu la suite ?

Ma note : 09/10

Publicités

# 46 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour à tous,

Je vous partage aujourd’hui, un extrait de ma lecture en cours qui n’est autre que le tome 3 de la saga Autre-Monde de Maxime Chattam, Le Coeur de la Terre. J’aime vraiment beaucoup cette saga et comme vous avez pu le remarquer, je fais durer le plaisir, je li un tome tous les six mois un peu près …

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours

autremonde3

– Tu t’en es remise ?

Ambre haussa les épaules et jeta l’épi de maïs qu’elle venait de terminer.

– Je fais encore des cauchemars parfois.

– Ce sale type l’a payé. Jamais plus il ne pourra te faire du mal.

– Il y en a d’autres. Il y en aura toujours d’autres avec les Cyniks. C’est le problème du fanatisme, il nourrit des armées entières. Il surgit là où est l’ignorance. Et tant que nous ne pourrons pas la remplacer, ils seront ce qu’ils sont.

– Nous les éduquerons. S’il faut le faire, nous apprendrons à chaque Cyniks à ne plus nous détester.

– En leur faisant la guerre ?

Matt secoua la tête, embarrassé.

– Ce sont eux qui nous attaquent.

– Et nous allons riposter pour nous défendre, conclut Ambre avec amertume.

# 70 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Je commence cette nouvelle, de la pire des façons, après une nuit d’insomnie … Du coup elle va être très longue … Bref, cela ne m’empêche pas de faire le point avec vous sur mes lectures de la semaine passée.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

lhayden

L’Hayden Le secret d’Eli de Julie Muller Volb

Depuis le décès de son père, Mila vit sous la tutelle de sa sœur, Elisabeth, qui gère une maison d’hôtes. Alors que de mystérieux incendies ravagent plusieurs établissements de la ville, Mila fait connaissance avec un charmant pompier, Jeremiah, qui se trouve être leur pensionnaire. Troublée par ce jeune homme qui souffle avec elle le chaud et le froid, Mila voit aussi se multiplier autour d’elle des faits étranges. Une prétendue amie de sa sœur qui débarque blessée et en danger, des tatouages trop ressemblants pour que ce soit le fruit du hasard, et bientôt le départ précipité d’Eli, sans explications… Aidée par son ami Liam, Mila mène l’enquête et ses investigations la conduisent jusqu’à un saule rose, lieu de passage vers un monde surprenant et surnaturel. Confrontée à tous les dangers, Mila découvre alors d’inimaginables secrets à propos de sa famille.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

autremonde3

Autre-Monde – Tome 3 – Le Coeur de la Terre de Maxime Chattam

Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Matt et Ambre retournent à Eden, la cité des Pans, pour avertir le conseil de la ville de l’imminence d’une invasion des Cyniks, fomentée par la reine Malronce. Les Pans n’ont plus le choix, ils doivent se préparer à combattre, notamment en développant leur Altération, ce pouvoir surnaturel octroyé par le Cataclysme.
Avec L’Alliance des Trois, on découvrait un nouveau monde, avec Malronce son exploration. Le Coeur de la Terre montre les jeunes héros dans l’apprentissage de la vie en commun, de la politique, de la guerre et du rapport, nécessaire et salutaire, à la nature. Ainsi que la résolution des énigmes comme la vraie nature du Raupéroden et de la reine Malronce.

3. Que vais-je lire ensuite ?

Ayant fini L’Hayden Le secret d’Eli plus rapidement que prévu, j’ai commencé le tome 3 de Autre-Monde qui cette fois logiquement m’accompagnera jusqu’à la fin du mois. Je vous dévoilerais donc ma pile à lire pour le mois de décembre lors du bilan du mois de novembre.

Récapitulatif de la semaine

 

L’Hayden Le secret d’Eli

lhayden

Auteur : Julie Muller Volb

Genre : Fantastique

Édition : Nouvelles Plumes

Titre : L’Hayden Le secret d’Eli

Quatrième de couverture :

Depuis le décès de son père, Mila vit sous la tutelle de sa sœur, Elisabeth, qui gère une maison d’hôtes. Alors que de mystérieux incendies ravagent plusieurs établissements de la ville, Mila fait connaissance avec un charmant pompier, Jeremiah, qui se trouve être leur pensionnaire. Troublée par ce jeune homme qui souffle avec elle le chaud et le froid, Mila voit aussi se multiplier autour d’elle des faits étranges. Une prétendue amie de sa sœur qui débarque blessée et en danger, des tatouages trop ressemblants pour que ce soit le fruit du hasard, et bientôt le départ précipité d’Eli, sans explications… Aidée par son ami Liam, Mila mène l’enquête et ses investigations la conduisent jusqu’à un saule rose, lieu de passage vers un monde surprenant et surnaturel. Confrontée à tous les dangers, Mila découvre alors d’inimaginables secrets à propos de sa famille.

Quelques mots sur l’auteur :

Julie Muller Volb est née en 1986 en Moselle. Prothésiste dentaire de métier, cette jeune maman comblée et débordée, passionnée de littérature fantastique depuis son plus jeune âge, s’est mise à l’écriture par plaisir et pour s’évader. Eternelle rêveuse dans l’âme, faire vivre ses personnages imaginaires sur papier et écrire leurs histoires est vite devenu un défi personnel et une addiction.

Ma chronique :

Voici un nouveau roman de lu cette année, j’apprécie vraiment mon rythme de lecture de ces dernières semaines. Pour cette nouvelle chronique, je vous parle donc du Prix de l’Imaginaire 2017 Nouvelles Plumes. Ceux qui me suive savent que j’ai lu en début d’année le lauréat de l’édition 2016 Edween Le monde des Faes pour lequel j’ai eu un énorme coup de coeur. Donc dès la sortie de ce roman chez France Loisirs, je l’ai acheté avec grand plaisir.

Bon autant le dire de suite, je n’ai pas eu de coup de coeur pour le lauréat 2017. J’ai un sentiment plutôt mitigé une fois le livre terminé.

Commençons par l’univers créé par l’auteur, je le trouve plutôt intéressant, mais sans grande originalité, même si quelques petits détails me plaisent pas mal comme les quelques espèces que l’on croise vers la fin du roman. Par contre je trouve qu’il y a beaucoup de facilités et de choses déjà vues ce qui est à mon sens dommage… Après je devient aussi certainement de plus en plus difficile.

Ensuite l’héroïne, et bien cela ne l’a pas fait avec moi, je l’ai trouvé totalement insupportable. Cette gène est d’autant plus renforcée que c’est elle qui raconte l’histoire. Bon ok c’est une adolescente mais quand même, par moment elle m’a carrément saoulée. D’autres personnages par contre m’on beaucoup plus comme Eli par exemple et d’autre tel que Wilbert et Liam.

Pour finir avec les points négatifs, ce qui m’a le plus déplu ce sont certains dialogues, je ne comprend pas tous ces fous rire et ces moqueries à quasiment tous les chapitres, c’est vraiment trop et cela m’a gâché ma lecture. Franchement dans les situations qui sont décrites je n’aurais aucunement envie de me fendre la poire autant que les protagonistes de ce roman.

Malgré tout, il y a quelques points positifs tout de même, d’abord le rythme qui est assez soutenu et qui rend la lecture plus facile. Ensuite et bien je suis assez surpris, je ne m’attendais à un one shot, mais non le roman se termine par une non-fin et je dois dire que malgré tout j’ai vraiment envie de connaître la suite et voir comment cela va se passer pour l’Hayden. Donc bravo à l’auteur qui a tout de même réussi à m’embarquer.

En fin de compte une lecture en demi-teinte qui peut certainement plaire à un public plus jeune.

Ma note : 06/10

La clé d’Oriane

clé oriane

Auteur : Leslie Héliade

Genre : Fantastique

Édition : Numérique auto-édition

Titre : La clé d’Oriane

Quatrième de couverture :

Elle s’appelle Oriane, elle est dessinatrice. Il se surnomme Serrure, c’est un voleur. Lorsqu’elle le trouve dans son appartement, il prétend sortir d’un jeu virtuel. Il a besoin de son aide, car elle seule peut le sauver ! Et s’il disait la vérité ? Si tout cela n’était qu’une quête ? Une invitation à chercher la clé ?

Quelques mots sur l’auteur :

Leslie Héliade est professeur certifiée de Lettres Classiques. Après quelques années d’enseignement, elle s’expatrie en Inde, en Allemagne, puis en Australie.
Elle enseigne le français à différents publics et anime des ateliers d’écriture tout en se consacrant à ses propres projets littéraires.

Ma chronique :

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur qui m’a gentillement contacté sur la plateforme Simplement.pro pour me proposer de lire son roman.

Leslie Héliade nous propose dans son nouveau roman, une gentille histoire que l’on peut considérée comme fantastique avec un côté gaming et geek plutôt bien réussi. Disons le tout de suite, j’ai passé un agréable moment à la lecture de ce roman, rien de transcendant ou autre, mais une histoire plutôt originale, avec des personnages bien travaillés malgré quelques facilités par moment.

J’ai apprécié dans cette histoire tout le côté touchant au jeux vidéo, certainement à cause de mon côté geek. Il y a des passages où l’on vois bien que l’auteur s’est renseigné et n’a pas écrit des choses sans queue ni tête comme j’ai déjà pu en lire ailleurs.

En ce qui concerne l’intrigue, disons le, je n’ai eu aucune surprise, l’histoire s’est déroulée comme elle était sous-entendue tout le long. Il n’y a pas eu de moment où l’on se dit : « ah !!! Trop bien je ne m’y attendais pas à celle-là ! ».

Ce qui nous donne un roman accessible à tous public voulant passé un bon moment sans se prendre la tête. Encore une fois merci à Leslie Héliade pour m’avoir permis de lire son roman.

Ma note : 06/10

Des Aventures hors du commun

aventures hors du commun

Auteur : Yannick Giammona

Genre : Nouvelles

Edition : Auto-édition

Titre : Des Aventures hors du commun

Quatrième de couverture :

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

Quelques mots sur l’auteur :

Yannick Giammona, 32 ans, a été professeur des écoles pendant cinq ans. Il a aujourd’hui quitté cette fonction pour s’adonner à sa passion, l’écriture, « Des Aventures hors du commun » est son premier livre. Il écrit actuellement son premier roman.

Ma chronique :

Tout d’abord, merci à l’auteur et à la plateforme Simplement.pro pour la réception de ce service presse.

Il s’agit d’un recueil de trois nouvelles que j’ai trouvé malheureusement inégales les unes des autres. Je vais rapidement vous donner mon avis sur chacune d’elles.

Pour la première, celle que j’ai le moins appréciée du fait de l’écriture simple qui de premier abord correspond à ce que veux nous faire partager l’auteur, car le narrateur est une petite fille de huit ans. Le soucis est que pour moi je n’ai pas réussi à me dire que ce que raconte cette Zoé peut-être exprimé par une fille de cette âge là. Je parle bien sûr de la manière de parler et à la construction des phrases, pas de l’histoire en elle même. J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de lourdeurs. Cette nouvelle reste celle que j’ai le moins apprécié.

La seconde, quant à elle est raconté avec un regard extérieur à l’action et du coup me fut plus agréable à lire du fait du recul qu’a le narrateur par rapport aux protagonistes. J’ai vraiment apprécié cette petite nouvelle et son côté fantastique m’a beaucoup plus. Si j’ai un petit regret à formuler c’est que j’aurais aimé en savoir plus.

Pour la dernière nouvelle, alors là j’ai un avis plus mitigé, elle est racontée par le protagoniste principal ce qui dès le départ nous enlève une part du mystère final. J’ai bien aimé la construction de cette petite histoire malgré encore une fois des lourdeurs et des répétitions. Dernier point que je regrette est le fait de ne pas retrouver de côté fantastique dans cette nouvelle alors qu’il y en avait dans les deux autres. Je sais bien que l’on parle d' »Aventures hors du commun » et non d' »Aventures fantastiques » mais pour ma part je l’aurais plus tôt placée  en premier pour aller crescendo dans le « hors du commun ».

J’espère avoir la chance de lire prochainement le futur roman de Yannick Giammona, car même si mon avis n’est pas très enthousiaste sur ce recueil, j’aimerais voir la plume de cet auteur dans un autre genre que des nouvelles.

Ma note : 05/10

MILA

mila

Auteur : Dominique Durand

Genre : Fantastique

Edition : Durand-Peyrolles

Titre : MILA

Quatrième de couverture :

« Ce matin du 5 mars 2015, j’émergeais d’une longue année de coma à l’hôpital Percy Clamart et prenais connaissance du diagnostic : l’accident avait provoqué une perte totale de ma mémoire.
Ce matin du 5 mars 2015, je serrais dans mes bras ma propre fille Camille en réalisant qu’elle n’était pour moi qu’une parfaite inconnue.
Pour me reconstruire, je devais reprendre une vie normale, suivre un traitement adapté, mais rien ne s’est passé comme prévu. Sans doute aurais-je dû me méfier ?
Comment aurais-je pu imaginer l’extraordinaire aventure que je venais de vivre des côtes australes jusqu’aux terres gelées du grand continent blanc ? Qui était celle qui m’attendait quelque part, cloîtrée dans une geôle, prisonnière de syndromes étonnants encore plus puissants que les miens.
De ma mémoire chancelante émergeait une seule certitude : je devais la retrouver pour connaître l’incroyable vérité, celle que les plus hautes instances internationales avaient tenté de dissimuler. Je disposais pour cela de très peu d’indices :
Juste quatre lettres qui dansaient jour et nuit dans ma tête, comme une musique entêtante,
Juste quatre lettres, d’une importance capitale pour ma survie :

M I L A »

Quelques mots sur l’auteur :

Dominique Durand est né en 1965 et réside à Treize-Septiers, avant de s’installer à Longèves, en Vendée. Auteur de textes de chansons, de nouvelles, il connaît son premier succès avec un roman surprenant : « Danse avec le temps ».

Ma chronique :

Encore un roman lu en partenariat avec l’auteur grâce à la plateforme Simplement.pro, donc un grand merci à Dominique Durand pour sa confiance. J’ai lu ce livre au format numérique mais je vais me le procurer au format papier rapidement.

Bon, je ne vais pas chipoter longtemps, j’ai vraiment bien aimé ce roman et cette histoire. J’ai adoré le style d’écriture et les personnages créés par Dominique Durand.

C’est un roman fantastique, mais ce côté ne prend pas trop de place et fait que ce roman garde un côté humain que j’ai vraiment aimé. Les personnages sont supers et les suivre fut un agréable plaisir. Je dois avouer que Mila est juste géniale et franchement trop craquante …

J’ai été happé par l’histoire et par le style d’écriture et j’ai donc lu ce roman très vite, je n’arrivais pas à le lâcher. Je ne vais pas vous raconter l’histoire ici, mais il y a du suspens, de l’action et pas mal de rebondissements ce qui rend la lecture vraiment passionnante. En plus l’histoire ce déroule en partie en France et plus précisément en Bretagne ce qui donne un côté très nature qui est bien mis en valeur par l’auteur.

J’ai beaucoup aimé l’humanité qui se dégage des deux personnages principaux et leur amour qui au fil des pages devient plus fort que tout. Juste un peu de déception côté personnage, car si nos deux protagonistes principaux sont super bien travaillés les personnages secondaires sont vraiment mis en retrait ce qui pour moi en un petit peu dommage, il y en a certain qui aurait mérités un meilleur traitement.

Autre petit bémol qui fait que je n’ai pas eu un coup de cœur est la dernière partie du roman qui vient un peu gâcher la fin et qui est selon moi juste là pour remplir les pages et qui n’apporte pas grand chose de plus.

En tout cas, cela n’empêche pas que c’est un super roman que je conseil vraiment. Quant à moi je vais me pencher un peu plus sur les autres ouvrages de Dominique Durand.

Ma note : 08/10

Codex Memoriae – Le sacrifice des âmes du purgatoire

codex memoriae

Auteur : Christophe Michaud

Genre : Fantastique

Edition : Auto-édition

Titre : Codex Memoriae – Le sacrifice des âmes du purgatoire

Quatrième de couverture :

« Papillon dans la nuit, tel un enfant, j’erre dans le vide qui m’entoure, attiré par des lumières qui se révèlent à moi. »

Un vagabond amnésique est conduit au sanitarium local spécialisé dans les troubles post-traumatiques de la Première Guerre mondiale. Il n’a aucune mémoire, ni présente ni passée. Pour ne pas sombrer, il essaye de se raccrocher comme il peut à tout ce qui l’entoure dans l’espoir de se construire une identité, mais c’est sans compter sur la rivalité de deux médecins qui se cristallise à son sujet.

Il poursuit ainsi son cheminement mental dans une errance onirique teintée de mythologie grecque avant de se trouver confrontée à une réalité brutale qui prend corps au travers de l’étrange docteur Bonne.

Quelques mots sur l’auteur :

Passionné par le livre, il arrête ses études pour devenir libraire et accède à une richesse culturelle incroyable dans les rayons de la librairie dans laquelle il travaille. De quoi rassasier sa curiosité et lui permettre de découvrir et de rencontrer de nombreux auteurs.
Après avoir exercé d’autres métiers dont l’urbanisme, il décide de franchir le pas et de se lancer dans la littérature fantastique qu’il affectionne particulièrement. Il écrit « Le sacrifice des dieux » en empruntant l’univers de H.P. Lovecraft et nous emmène dans la vie d’un enquêteur à travers son journal.
Il illustre dans ce récit une descente aux enfers où le rêve et la réalité se confondent, où les mythes se croisent et où le lecteur suit un périple aux frontières de la folie.

Ma chronique :

J’ai lu ce livre grâce à la plateforme mettant en relation auteur et chroniqueur Simplement.pro , et je remercie donc Christophe Michaud pour l’envoi de son roman et sa confiance.

Je vais commencé par parlé de l’objet, du livre en lui même. Il faut avouer que nous avons droit à un magnifique objet, la couverture est sublime et il y a un gros travail de présentation tout au long du roman comme vous pouvez le voir sur ces photos :

C’est un roman illustré et en plus le choix de la police est vraiment top, il rentre parfaitement dans le thème et l’ambiance du roman.

Voilà, c’était donc pour présenter l’objet livre qui mérite vraiment que l’on en parle. Par contre, du côté de l’histoire, je dois avouer que je n’ai pas vraiment compris où l’auteur voulait m’emmener. Je m’explique, j’ai lu ce roman assez rapidement avec cette idée que l’on connais tous, « où cela va m’emmener ? Quel est le but de l’auteur ? »,  et bien, je ne sais pas. J’ai mis plusieurs jours avant de faire cette chronique car mon premier avis à la fin de ma lecture était de me dire, j’aime pas. Alors qu’en fin de compte, je crois pas que c’est cela, mais plus une sorte d’incompréhension. Car, oui, je n’ai pas aimé plus que cela ma lecture, mais je ne l’ai pas détesté non plus car je voulais toujours en savoir plus et j’ai vraiment apprécié le mélange entre mythologie et psychiatrie que l’on retrouve dans ce roman. En plus le mystère entourant le personnage principal m’intriguait vraiment.

Je pense que c’est comme cela que je vais pouvoir définir ce roman pour moi, intriguant. Ce n’est pas un roman bourré d’action, mais on ne s’ennui pas à sa lecture. Comme dit plus haut, le mélange entre la mythologie et la psychiatrie est très intéressant. Il y a quelque chose de mystérieux dans ce livre et en y réfléchissant bien, cela doit être cela le but de l’auteur. En tout cas, il est très bien écrit avec un langage assez complexe en utilisant les termes de l’époque décrite dans le roman. Je pense qu’il doit y avoir un énorme travail de recherche et d’écriture pour ce roman et pour cela je félicite vraiment l’auteur.

En bref, une lecture qui fut pour moi mystérieuse et intrigante  qui ne m’a pas laissé indifférent mais qui n’a pas trouvé en moi cette résonance que je recherche à la lecture de nouveau roman. Par contre je serais assez curieux de connaitre les avis de d’autres lecteurs, donc n’hésitez pas à venir partager avec moi  vos avis.

Ma note : 05/10

Et si c’était vrai …

et-si-cetait-vrai

Auteur : Marc Lévy

Genre : romance, fantastique

Edition : France Loisirs

Titre : Et si c’était vrai …

Quatrième de couverture :

Lauren est dans le coma, c’est indéniable. Mais elle est aussi dans le placard d’Arthur, un peu comme un fantôme, cela est tout aussi indéniable… Arthur, en tout cas, est bien obligé de l’admettre : il la voit, l’entend, la comprend et finit même par l’aimer. Mais que peut-on espérer d’un fantôme que l’on est le seul à distinguer ? On ne tombe pas amoureux d’un mirage, on ne force pas son meilleur ami à dérober une ambulance pour kidnapper un corps dans le coma, on ne ment pas à la police pour sauver une ombre, et pourtant…
Marc Lévy signe ici un premier roman particulièrement grisant, qui s’amuse du lecteur et de ses certitudes, toujours avec légèreté : comme Arthur, on se laisse prendre au jeu de Lauren, et comme lui, on finit par se dire, entre deux rebondissements : Et si c’était vrai….

Quelques mots sur l’auteur :

Marc Levy est né le 16 octobre 1961 en France.
À 18 ans, il s’engage à la Croix Rouge Française où il passe 6 ans à divers postes. Parallèlement, il étudie la gestion et l’informatique à l’Université Paris Dauphine.
En 1983 il crée une société spécialisée dans les images de synthèses en France et aux États-Unis. En 1989 il perd le contrôle de son groupe et démissionne.
À 29 ans, repartant de zéro, il rentre à Paris et fonde avec deux amis une société de travaux de finitions qui deviendra l’un des premiers cabinets d’architecture de bureau en France.
À 37 ans, Marc Levy écrit une histoire à l’homme que deviendra son fils Louis. Encouragé par sa sœur scénariste (aujourd’hui réalisatrice), il envoie ce manuscrit aux Éditions Robert Laffont qui acceptent aussitôt de publier Et si c’était vrai. Peu avant la sortie du roman, Steven Spielberg (Dreamworks) en acquiert les droits d’adaptation cinématographique. Le film, intitulé Just Like Heaven, produit par Steven Spielberg, interprété par Reese Whitherspoon et Mark Ruffalo, s’est classé premier du box-office américain lors de sa sortie en 2005.
Après la publication de son premier roman, Et si c’était vrai, en 2000, Marc Levy se consacre exclusivement à l’écriture. Tous ses romans figurent dès leur parution en tête des ventes annuelles en France et connaissent un succès international.

Ma chronique :

Voilà donc ma chronique de mon deuxième Marc Lévy et du coup du premier roman écrit par cet auteur. J’ai pioché ce livre dans ma bookjar, et bien m’en a pris j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.

Une phrase simple que l’on découvre sur la quatrième de couverture de l’édition France Loisirs résume parfaitement mon ressenti à la fermeture de ce roman, alors je me permet de la citer :

« Vous apprécierez toute la magie de cette jolie histoire à condition d’avoir un cœur pur et une âme simple. »

Télé-Journal

Car oui cette jolie histoire, cette romance nous entraîne aux côtés d’Arthur et Lauren qui vont vivre une histoire d’amour complètement inédite et véritablement impossible.

Lauren est une jeune femme qui va tomber dans le coma suite à un accident de voiture. Arthur est lui un architecte qui va découvrir dans un des placards de son appartement Lauren. Il est le seul à la voir et à l’entendre. Elle peut lui parler, elle n’est plus seule … Voilà comment commence cette histoire.

J’ai bien aimé la relation entre les deux personnages principaux, les dialogues entre eux et les différentes joutes verbales qui donnent un peu d’humour.

J’ai un peu moins aimé l’entré en scène du policier, même si par la suite il s’est bien incorporé à l’histoire, au début j’ai eu l’impression d’être dans un autre roman, limite un roman noir à l’américaine.

A part ce point j’ai globalement bien aimé ce roman qui nous parle d’amour, qui nous fais réfléchir sur le moment présent et qui explore l’âme. C’est peu exploité dans le roman mais le sujet sur l’acharnement thérapeutique est aussi intéressant.

En tout cas, je conseil ce petit roman, et surtout si vous ne connaissez pas Marc Lévy commencez par celui-ci.

Ma note : 07/10

Harry Potter et l’enfant maudit

harry-potter-8

Auteurs : John Tiffany & Jack Thorne d’après une histoire de J.K. Rowling

Genre : Fantastique, jeunesse

Edition : Gallimard

Titre : Harry Potter et l’enfant maudit

Quatrième de couverture :

Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Quelques mots sur l’auteur :

John Tiffany : John Tiffany, né le 27 juin 1960, est un metteur en scène britannique. Il a notamment réalisé les pièces à succès Black Watch et Once. Le 25 juin 2015, il fut annoncé qu’il mettra en scène Harry Potter et l’Enfant maudit, pièce faisant suite à la saga littéraire de J. K. Rowling Harry Potter.

Jack Thorne : Jack Thorne, né le 6 décembre 1978 à Bristol au Royaume-Uni, est un scénariste et dramaturge anglais. Il écrit pour la radio, le théâtre et le cinéma, et plus particulièrement encore pour les émissions de télévision comme Skins, Cast-offs, This is England ’86, This Is England ’88, This is England ’90, The Fades, Panthers et le film The scouting Book for boys. Il vit actuellement à Londres. Il est également connu pour avoir écrit en collaboration avec J.K. Rowling le huitième tome de la saga Harry Potter : la pièce de théâtre Harry Potter et l’Enfant maudit.

J.K. Rowling : Romancière, J. K. Rowling (Joanne Kathleen Rowling) est surtout connue comme l’auteur de la série « Harry Potter », dont les tomes sont considérés comme les livres les plus fréquemment vendus de nos jours et surtout, comme une référence de littérature qui a su plaire autant aux enfants qu’aux adultes.

Ma chronique :

Qu’est-ce que j’ai pu avoir peur avant de lire ce livre, peur car c’est une pièce de théâtre et donc écrit comme tel. Peur aussi de ne pas retrouver le Harry Potter que j’ai adoré dans mon enfance à la lecture de ses aventures. Peur aussi de passé complètement à côté parce que j’ai vieilli et que je ne savais pas si j’allais réussir à re-rentrer dans cet univers magique.

Je peux vous dire que toutes mes peurs ont été vite balayées, j’ai commencé ma lecture un dimanche en début d’après-midi et je l’ai fini en fin de la même après-midi. J’ai juste complètement adoré cette nouvelle histoire et j’ai vraiment eu la sensation de me retrouver quelques années plus tôt lors des lectures des tomes précédents avec la même envie de tourner les pages et de vivre l’histoire à fond.

Donc, oui c’est un énorme coup de coeur pour moi. Il y a tellement de choses de bien faites dans cette nouvelle histoire, d’abord Harry lui-même et Ginny j’ai apprécié de les découvrir plus vieux, ils ont vieillis en même temps que moi donc du coup je me sent proche d’eux. Il y a aussi Ron et Hermione et également Drago Malefoy. Cela fait réellement plaisir de les retrouver tous. Mais il y a aussi les petits nouveaux, leurs enfant, Albus et Scorpius qui sont vraiment mis en avant dans cette histoire, même si nous découvrons aussi Rose et James.

J’ai adoré le personnage de Scorpius, qui ne ressemble en aucun point à son père, il est cool je trouve et donne vraiment envie de l’avoir comme pote. Albus est lui plus complexe, il me fait pensé un peu à son père Harry lors de sa cinquième année à Poudlard, il est un peu paumé et se trouve vraiment alourdi par l’héritage familiale.

Le fait que cela soit une pièce de théâtre facilite aussi cela, mais le rythme est vraiment soutenu et l’on dévore les pages les unes après les autres pour connaitre la suite. J’ai bien aimé l’intrigue de cette aventure que j’ai trouvé assez originale.

Je ne vais pas vous spoiler, mais une scène est pour moi juste parfaite, le retour de toute la bande à Godric’s Hollow. C’est juste génial et m’a donné envie de me refaire toute la saga en film. D’ailleurs, en parlant de film, ce livre à vraiment un fort potentiel cinématographique, je pense que lorsque cette histoire sortira en film fera un véritable carton.

Vous l’aurez compris, un coup de coeur pour moi et un retour dans mes jeunes années de lecteur. Je recommande à tous, et n’ayez pas peur de la pièce de théâtre, cela se lit très bien.

Ma note : 09/10

coup-de-coeur