Archives du mot-clé fantastique

MILA

mila

Auteur : Dominique Durand

Genre : Fantastique

Edition : Durand-Peyrolles

Titre : MILA

Quatrième de couverture :

« Ce matin du 5 mars 2015, j’émergeais d’une longue année de coma à l’hôpital Percy Clamart et prenais connaissance du diagnostic : l’accident avait provoqué une perte totale de ma mémoire.
Ce matin du 5 mars 2015, je serrais dans mes bras ma propre fille Camille en réalisant qu’elle n’était pour moi qu’une parfaite inconnue.
Pour me reconstruire, je devais reprendre une vie normale, suivre un traitement adapté, mais rien ne s’est passé comme prévu. Sans doute aurais-je dû me méfier ?
Comment aurais-je pu imaginer l’extraordinaire aventure que je venais de vivre des côtes australes jusqu’aux terres gelées du grand continent blanc ? Qui était celle qui m’attendait quelque part, cloîtrée dans une geôle, prisonnière de syndromes étonnants encore plus puissants que les miens.
De ma mémoire chancelante émergeait une seule certitude : je devais la retrouver pour connaître l’incroyable vérité, celle que les plus hautes instances internationales avaient tenté de dissimuler. Je disposais pour cela de très peu d’indices :
Juste quatre lettres qui dansaient jour et nuit dans ma tête, comme une musique entêtante,
Juste quatre lettres, d’une importance capitale pour ma survie :

M I L A »

Quelques mots sur l’auteur :

Dominique Durand est né en 1965 et réside à Treize-Septiers, avant de s’installer à Longèves, en Vendée. Auteur de textes de chansons, de nouvelles, il connaît son premier succès avec un roman surprenant : « Danse avec le temps ».

Ma chronique :

Encore un roman lu en partenariat avec l’auteur grâce à la plateforme Simplement.pro, donc un grand merci à Dominique Durand pour sa confiance. J’ai lu ce livre au format numérique mais je vais me le procurer au format papier rapidement.

Bon, je ne vais pas chipoter longtemps, j’ai vraiment bien aimé ce roman et cette histoire. J’ai adoré le style d’écriture et les personnages créés par Dominique Durand.

C’est un roman fantastique, mais ce côté ne prend pas trop de place et fait que ce roman garde un côté humain que j’ai vraiment aimé. Les personnages sont supers et les suivre fut un agréable plaisir. Je dois avouer que Mila est juste géniale et franchement trop craquante …

J’ai été happé par l’histoire et par le style d’écriture et j’ai donc lu ce roman très vite, je n’arrivais pas à le lâcher. Je ne vais pas vous raconter l’histoire ici, mais il y a du suspens, de l’action et pas mal de rebondissements ce qui rend la lecture vraiment passionnante. En plus l’histoire ce déroule en partie en France et plus précisément en Bretagne ce qui donne un côté très nature qui est bien mis en valeur par l’auteur.

J’ai beaucoup aimé l’humanité qui se dégage des deux personnages principaux et leur amour qui au fil des pages devient plus fort que tout. Juste un peu de déception côté personnage, car si nos deux protagonistes principaux sont super bien travaillés les personnages secondaires sont vraiment mis en retrait ce qui pour moi en un petit peu dommage, il y en a certain qui aurait mérités un meilleur traitement.

Autre petit bémol qui fait que je n’ai pas eu un coup de cœur est la dernière partie du roman qui vient un peu gâcher la fin et qui est selon moi juste là pour remplir les pages et qui n’apporte pas grand chose de plus.

En tout cas, cela n’empêche pas que c’est un super roman que je conseil vraiment. Quant à moi je vais me pencher un peu plus sur les autres ouvrages de Dominique Durand.

Ma note : 08/10

Codex Memoriae – Le sacrifice des âmes du purgatoire

codex memoriae

Auteur : Christophe Michaud

Genre : Fantastique

Edition : Auto-édition

Titre : Codex Memoriae – Le sacrifice des âmes du purgatoire

Quatrième de couverture :

« Papillon dans la nuit, tel un enfant, j’erre dans le vide qui m’entoure, attiré par des lumières qui se révèlent à moi. »

Un vagabond amnésique est conduit au sanitarium local spécialisé dans les troubles post-traumatiques de la Première Guerre mondiale. Il n’a aucune mémoire, ni présente ni passée. Pour ne pas sombrer, il essaye de se raccrocher comme il peut à tout ce qui l’entoure dans l’espoir de se construire une identité, mais c’est sans compter sur la rivalité de deux médecins qui se cristallise à son sujet.

Il poursuit ainsi son cheminement mental dans une errance onirique teintée de mythologie grecque avant de se trouver confrontée à une réalité brutale qui prend corps au travers de l’étrange docteur Bonne.

Quelques mots sur l’auteur :

Passionné par le livre, il arrête ses études pour devenir libraire et accède à une richesse culturelle incroyable dans les rayons de la librairie dans laquelle il travaille. De quoi rassasier sa curiosité et lui permettre de découvrir et de rencontrer de nombreux auteurs.
Après avoir exercé d’autres métiers dont l’urbanisme, il décide de franchir le pas et de se lancer dans la littérature fantastique qu’il affectionne particulièrement. Il écrit « Le sacrifice des dieux » en empruntant l’univers de H.P. Lovecraft et nous emmène dans la vie d’un enquêteur à travers son journal.
Il illustre dans ce récit une descente aux enfers où le rêve et la réalité se confondent, où les mythes se croisent et où le lecteur suit un périple aux frontières de la folie.

Ma chronique :

J’ai lu ce livre grâce à la plateforme mettant en relation auteur et chroniqueur Simplement.pro , et je remercie donc Christophe Michaud pour l’envoi de son roman et sa confiance.

Je vais commencé par parlé de l’objet, du livre en lui même. Il faut avouer que nous avons droit à un magnifique objet, la couverture est sublime et il y a un gros travail de présentation tout au long du roman comme vous pouvez le voir sur ces photos :

C’est un roman illustré et en plus le choix de la police est vraiment top, il rentre parfaitement dans le thème et l’ambiance du roman.

Voilà, c’était donc pour présenter l’objet livre qui mérite vraiment que l’on en parle. Par contre, du côté de l’histoire, je dois avouer que je n’ai pas vraiment compris où l’auteur voulait m’emmener. Je m’explique, j’ai lu ce roman assez rapidement avec cette idée que l’on connais tous, « où cela va m’emmener ? Quel est le but de l’auteur ? »,  et bien, je ne sais pas. J’ai mis plusieurs jours avant de faire cette chronique car mon premier avis à la fin de ma lecture était de me dire, j’aime pas. Alors qu’en fin de compte, je crois pas que c’est cela, mais plus une sorte d’incompréhension. Car, oui, je n’ai pas aimé plus que cela ma lecture, mais je ne l’ai pas détesté non plus car je voulais toujours en savoir plus et j’ai vraiment apprécié le mélange entre mythologie et psychiatrie que l’on retrouve dans ce roman. En plus le mystère entourant le personnage principal m’intriguait vraiment.

Je pense que c’est comme cela que je vais pouvoir définir ce roman pour moi, intriguant. Ce n’est pas un roman bourré d’action, mais on ne s’ennui pas à sa lecture. Comme dit plus haut, le mélange entre la mythologie et la psychiatrie est très intéressant. Il y a quelque chose de mystérieux dans ce livre et en y réfléchissant bien, cela doit être cela le but de l’auteur. En tout cas, il est très bien écrit avec un langage assez complexe en utilisant les termes de l’époque décrite dans le roman. Je pense qu’il doit y avoir un énorme travail de recherche et d’écriture pour ce roman et pour cela je félicite vraiment l’auteur.

En bref, une lecture qui fut pour moi mystérieuse et intrigante  qui ne m’a pas laissé indifférent mais qui n’a pas trouvé en moi cette résonance que je recherche à la lecture de nouveau roman. Par contre je serais assez curieux de connaitre les avis de d’autres lecteurs, donc n’hésitez pas à venir partager avec moi  vos avis.

Ma note : 05/10

Et si c’était vrai …

et-si-cetait-vrai

Auteur : Marc Lévy

Genre : romance, fantastique

Edition : France Loisirs

Titre : Et si c’était vrai …

Quatrième de couverture :

Lauren est dans le coma, c’est indéniable. Mais elle est aussi dans le placard d’Arthur, un peu comme un fantôme, cela est tout aussi indéniable… Arthur, en tout cas, est bien obligé de l’admettre : il la voit, l’entend, la comprend et finit même par l’aimer. Mais que peut-on espérer d’un fantôme que l’on est le seul à distinguer ? On ne tombe pas amoureux d’un mirage, on ne force pas son meilleur ami à dérober une ambulance pour kidnapper un corps dans le coma, on ne ment pas à la police pour sauver une ombre, et pourtant…
Marc Lévy signe ici un premier roman particulièrement grisant, qui s’amuse du lecteur et de ses certitudes, toujours avec légèreté : comme Arthur, on se laisse prendre au jeu de Lauren, et comme lui, on finit par se dire, entre deux rebondissements : Et si c’était vrai….

Quelques mots sur l’auteur :

Marc Levy est né le 16 octobre 1961 en France.
À 18 ans, il s’engage à la Croix Rouge Française où il passe 6 ans à divers postes. Parallèlement, il étudie la gestion et l’informatique à l’Université Paris Dauphine.
En 1983 il crée une société spécialisée dans les images de synthèses en France et aux États-Unis. En 1989 il perd le contrôle de son groupe et démissionne.
À 29 ans, repartant de zéro, il rentre à Paris et fonde avec deux amis une société de travaux de finitions qui deviendra l’un des premiers cabinets d’architecture de bureau en France.
À 37 ans, Marc Levy écrit une histoire à l’homme que deviendra son fils Louis. Encouragé par sa sœur scénariste (aujourd’hui réalisatrice), il envoie ce manuscrit aux Éditions Robert Laffont qui acceptent aussitôt de publier Et si c’était vrai. Peu avant la sortie du roman, Steven Spielberg (Dreamworks) en acquiert les droits d’adaptation cinématographique. Le film, intitulé Just Like Heaven, produit par Steven Spielberg, interprété par Reese Whitherspoon et Mark Ruffalo, s’est classé premier du box-office américain lors de sa sortie en 2005.
Après la publication de son premier roman, Et si c’était vrai, en 2000, Marc Levy se consacre exclusivement à l’écriture. Tous ses romans figurent dès leur parution en tête des ventes annuelles en France et connaissent un succès international.

Ma chronique :

Voilà donc ma chronique de mon deuxième Marc Lévy et du coup du premier roman écrit par cet auteur. J’ai pioché ce livre dans ma bookjar, et bien m’en a pris j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.

Une phrase simple que l’on découvre sur la quatrième de couverture de l’édition France Loisirs résume parfaitement mon ressenti à la fermeture de ce roman, alors je me permet de la citer :

« Vous apprécierez toute la magie de cette jolie histoire à condition d’avoir un cœur pur et une âme simple. »

Télé-Journal

Car oui cette jolie histoire, cette romance nous entraîne aux côtés d’Arthur et Lauren qui vont vivre une histoire d’amour complètement inédite et véritablement impossible.

Lauren est une jeune femme qui va tomber dans le coma suite à un accident de voiture. Arthur est lui un architecte qui va découvrir dans un des placards de son appartement Lauren. Il est le seul à la voir et à l’entendre. Elle peut lui parler, elle n’est plus seule … Voilà comment commence cette histoire.

J’ai bien aimé la relation entre les deux personnages principaux, les dialogues entre eux et les différentes joutes verbales qui donnent un peu d’humour.

J’ai un peu moins aimé l’entré en scène du policier, même si par la suite il s’est bien incorporé à l’histoire, au début j’ai eu l’impression d’être dans un autre roman, limite un roman noir à l’américaine.

A part ce point j’ai globalement bien aimé ce roman qui nous parle d’amour, qui nous fais réfléchir sur le moment présent et qui explore l’âme. C’est peu exploité dans le roman mais le sujet sur l’acharnement thérapeutique est aussi intéressant.

En tout cas, je conseil ce petit roman, et surtout si vous ne connaissez pas Marc Lévy commencez par celui-ci.

Ma note : 07/10

Harry Potter et l’enfant maudit

harry-potter-8

Auteurs : John Tiffany & Jack Thorne d’après une histoire de J.K. Rowling

Genre : Fantastique, jeunesse

Edition : Gallimard

Titre : Harry Potter et l’enfant maudit

Quatrième de couverture :

Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Quelques mots sur l’auteur :

John Tiffany : John Tiffany, né le 27 juin 1960, est un metteur en scène britannique. Il a notamment réalisé les pièces à succès Black Watch et Once. Le 25 juin 2015, il fut annoncé qu’il mettra en scène Harry Potter et l’Enfant maudit, pièce faisant suite à la saga littéraire de J. K. Rowling Harry Potter.

Jack Thorne : Jack Thorne, né le 6 décembre 1978 à Bristol au Royaume-Uni, est un scénariste et dramaturge anglais. Il écrit pour la radio, le théâtre et le cinéma, et plus particulièrement encore pour les émissions de télévision comme Skins, Cast-offs, This is England ’86, This Is England ’88, This is England ’90, The Fades, Panthers et le film The scouting Book for boys. Il vit actuellement à Londres. Il est également connu pour avoir écrit en collaboration avec J.K. Rowling le huitième tome de la saga Harry Potter : la pièce de théâtre Harry Potter et l’Enfant maudit.

J.K. Rowling : Romancière, J. K. Rowling (Joanne Kathleen Rowling) est surtout connue comme l’auteur de la série « Harry Potter », dont les tomes sont considérés comme les livres les plus fréquemment vendus de nos jours et surtout, comme une référence de littérature qui a su plaire autant aux enfants qu’aux adultes.

Ma chronique :

Qu’est-ce que j’ai pu avoir peur avant de lire ce livre, peur car c’est une pièce de théâtre et donc écrit comme tel. Peur aussi de ne pas retrouver le Harry Potter que j’ai adoré dans mon enfance à la lecture de ses aventures. Peur aussi de passé complètement à côté parce que j’ai vieilli et que je ne savais pas si j’allais réussir à re-rentrer dans cet univers magique.

Je peux vous dire que toutes mes peurs ont été vite balayées, j’ai commencé ma lecture un dimanche en début d’après-midi et je l’ai fini en fin de la même après-midi. J’ai juste complètement adoré cette nouvelle histoire et j’ai vraiment eu la sensation de me retrouver quelques années plus tôt lors des lectures des tomes précédents avec la même envie de tourner les pages et de vivre l’histoire à fond.

Donc, oui c’est un énorme coup de coeur pour moi. Il y a tellement de choses de bien faites dans cette nouvelle histoire, d’abord Harry lui-même et Ginny j’ai apprécié de les découvrir plus vieux, ils ont vieillis en même temps que moi donc du coup je me sent proche d’eux. Il y a aussi Ron et Hermione et également Drago Malefoy. Cela fait réellement plaisir de les retrouver tous. Mais il y a aussi les petits nouveaux, leurs enfant, Albus et Scorpius qui sont vraiment mis en avant dans cette histoire, même si nous découvrons aussi Rose et James.

J’ai adoré le personnage de Scorpius, qui ne ressemble en aucun point à son père, il est cool je trouve et donne vraiment envie de l’avoir comme pote. Albus est lui plus complexe, il me fait pensé un peu à son père Harry lors de sa cinquième année à Poudlard, il est un peu paumé et se trouve vraiment alourdi par l’héritage familiale.

Le fait que cela soit une pièce de théâtre facilite aussi cela, mais le rythme est vraiment soutenu et l’on dévore les pages les unes après les autres pour connaitre la suite. J’ai bien aimé l’intrigue de cette aventure que j’ai trouvé assez originale.

Je ne vais pas vous spoiler, mais une scène est pour moi juste parfaite, le retour de toute la bande à Godric’s Hollow. C’est juste génial et m’a donné envie de me refaire toute la saga en film. D’ailleurs, en parlant de film, ce livre à vraiment un fort potentiel cinématographique, je pense que lorsque cette histoire sortira en film fera un véritable carton.

Vous l’aurez compris, un coup de coeur pour moi et un retour dans mes jeunes années de lecteur. Je recommande à tous, et n’ayez pas peur de la pièce de théâtre, cela se lit très bien.

Ma note : 09/10

coup-de-coeur

Autre-Monde, Tome 1 – L’Alliance des Trois

autre-monde-alliances-des-trois

Auteur : Maxime Chattam

Genre : Jeunesse, Fantastique

Edition : Le Livre de Poche

Titre : Autre-Monde, Tome 1 – L’Alliance des Trois

Quatrième de couverture :

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, Maxime Chattam fait au cours de son enfance de fréquents séjours aux États-Unis, à New York et surtout à Portland (Oregon), qui devient le cadre de L’Âme du mal. Après avoir écrit deux ouvrages (qu’il ne soumet à aucun éditeur), il s’inscrit à 23 ans aux cours de criminologie dispensés par l’université de Saint-Denis. Son premier thriller, Le 5è Règne, publié sous le pseudonyme Maxime Williams, paraît en 2003 aux Éditions Le Masque. Cet ouvrage a reçu le prix du Roman fantastique du festival de Gérardmer. Maxime Chattam se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Après une trilogie composée de L’Âme du mal, In tenebris et Maléfices, il écrit Le Sang du temps (Michel Lafon, 2005) puis Le Cycle de la vérité en trois volumes – Les Arcanes du chaos (2006), Prédateurs (2007) et la Théorie Gaïa (2008) – aux Éditions Albin Michel. Sa série Autre-Monde a paru chez le même éditeur, ainsi que Léviatemps (2010), Le Requiem des abysses (2011), La Conjuration primitive (2013), La Patience du diable (2014) et son dernier roman Que ta volonté soit faite (2015).

Ma chronique :

Voici enfin ma dernière chronique concernant mes lectures de cet été pour le Summer Holiday Challenge. J’ai enfin commencé la saga fantastique de Maxime Chattam, Autre-Monde. Comme vous avez pu le constater sur le blog, j’ai découvert cet auteur il y a quelques mois avec un très court thriller Carnages j’ai pour le coup bien aimé sa plume. J’ai donc grâce à ce challenge pu sortir le premier tome de cette saga de ma PAL.

J’ai dévoré ce premier tome, en même temps il y a très peu de temps mort et j’avais toujours envie d’en savoir plus donc je tournais les pages évidemment.

Maxime Chattam, nous immerge tout de suite dans son histoire, nous faisons la connaissance de deux des héros dès le premier chapitre. Il n’y a pas de fioritures, nous savons rapidement que nous allons être dans un roman avec une ambiance plutôt sombre et lourde. Cela m’a beaucoup plu.

L’auteur à choisi la ville de New-York comme point de départ de son histoire, mais rapidement nous entraîne dans son « Autre-Monde ». Dans celui-ci, la majorité des adultes a disparu, les autres sont devenus hostiles envers les enfants et adolescents. La nature a repris ces droits et plus rien ne ressemble à ce que l’on connaît, il n’y a plus de technologie, plus rien n’est normal, hormis les jeunes.

J’ai bien aimé le scénario catastrophe sous fond d’écologie, la planète s’auto-défend contre la race humaine qui ne pense qu’à elle, sans s’occuper de la nature et du mal qu’elle fait à la planète. Mais attention, ce parti pris écolo n’est pas pesant, nous n’avons pas une apologie de l’écologie et de l’anti-technologie.

En tout cas, j’ai adoré l’idée qu’il n’y ai plus que les enfants et adolescents, qui livrés à eux-mêmes doivent tout apprendre et mûrir très vite pour subvenir à leurs besoins et faire face aux nombreux dangers de cet Autre-Monde.

Malgré le fait que nous sommes sur un premier tome, nous sommes tout de suite à fond, il n’y a pas de temps morts et nous partageons le stress et les peurs de nos jeunes héros. J’ai vraiment eu une lecture fluide et agréable. J’ai maintenant vraiment hâte de lire la suite.

Je ne met pas de coup de cœur, car vu que c’est une saga je préfère la finir avant de décider si ce sera une saga coup de cœur ou non.

Ma note : 8/10

#13 – Mon top des sorties livresques de la semaine

Bonjour à tous,

J’espère que vous allez tous bien en ce dimanche.

Aujourd’hui, je vais vous présenter deux livres qui sortent la semaine prochaine et qui me tentent beaucoup.

Extinction Game de Gary Gibson

extinction game

Dans un univers de mondes parallèles à l’infini, la vie est une denrée fragile et l’humanité plus encore. Toutes les apocalypses sont possibles. Entre l’hiver volcanique, l’astéroïde dévastateur et l’épidémie ultime, qu’elle soit d’origine naturelle ou délibérément provoquée, le choix est sans limites.
Telle que racontée par lui-même, ce livre est l’aventure de Jerry Beche, le dernier homme d’une Terre ravagée où il sombrait dans la folie. Il est désormais un éclaireur des mondes éteints. Avec ses compagnons, tous survivants d’autres Terres agonisantes, il explore les ruines des civilisations disparues pour le compte d’une mystérieuse « Autorité » qui les tient sous son joug.

Par quels moyens ? Dans quel but ? Les éclaireurs l’ignorent. Mais ils cachent eux aussi à Jerry des vérités insupportables. Et des accidents inexplicables ne viennent-ils pas gangrener leurs missions ? Le voile devra se lever s’il faut continuer de vivre.

Pourquoi ce livre me tente :

Il me tente bien, car le thème abordé ici me parle. C’est de la science-fiction et j’aime beaucoup donc pourquoi pas ?

Eirenn – Tome 1 – Spes de Karine Vitelli

kv_eirenn_t1_recto

Hier, j’étais encore dans mon petit studio Aixois, un métier d’infirmière que j’adorais plus que tout dans une vie qui me convenait. Et j’étais encore humaine!
Aujourd’hui, jour de mes vingt-cinq ans, j’apprenais que j’étais un nouveau-né, j’évoluerai en une Élue et peut-être en une Élite. En résumé, j’étais une mutante.
Ma nouvelle espèce me laissait le choix : sauver le monde ou rester à ma vie paisible.
Comment se décider en si peu de temps face à un tel dilemme? Étais-je capable de fermer les yeux sur le chaos de l’humanité ou étais-je prête à affronter l’ennemi?

Pourquoi ce livre me tente ?

J’ai tout de suite été attiré par la couverture, il faut avouer qu’elle attire l’oeil et qu’elle est magnifique. Ensuite, j’ai lu la quatrième et je me suis tout de suite dis qu’il fallait que je le lise, c’est probablement un futur coup de coeur, je me suis balader sur le site de l’auteure, qui est française en plus, et j’ai lu la chronique faite par Mon Coin Lecture, sans aucun doute il faut que je lise ce livre.

Et vous alors, est-ce que ces deux livres vous tentent ? Il y a t’il d’autres sorties qui vous attirent ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Bon dimanche à tous

Kaleb – Saison 1

kaleb

Auteur : Myra Eljundir

Genre : Fantastique

Edition : Robert Laffont

Titre : Kaleb – Saison 1

Quatrième de couverture :

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

Quelques mots sur l’auteur :

Sous le mystérieux pseudonyme de Myra Eljundir se cache un auteur et scénariste francophone de talent, vivant en Islande.
À l’instar de Kaleb, sa trop grande empathie l’a conduite à s’isoler. Une façon de se protéger, ainsi que ceux qu’elle aime.

Ma chronique :

Comment Kaleb m’est-il tombé dans les mains ? Cela faisait quelques temps que je le voyais tourner sur Livraddict et sur les forums, et je l’ai rajouté du coup sur ma Wish List. Ensuite, j’ai découvert que sous ce pseudonyme se cache Ingrid Desjours, une auteure de thriller psychologique. J’ai lu en fin d’année dernière plusieurs de ces romans que j’ai adorés. Sachant ça, à ma prochaine visite à la Fnac, je l’ai acheté.

Ce roman, nous place du côté du méchant ce qui est plutôt original. Nous avons donc Kaleb, un jeune homme se découvrant un don assez particulier. En effet, il est empathe. Il ressent donc toutes les émotions des personnes qui l’entoure. Et vu qu’il commence tout juste à comprendre ce qu’il lui arrive, il est un peu perdu.

Nous avons plein d’autre personnages, tous très intéressants et très travaillés par l’auteure.  J’adore tous le côté psychologique qui entoure tout le livre. Du coup, nous sommes par moment dans la tête soit de Kaleb, soit des autres protagonistes, ce qui apporte un vrai plus à ce roman.

Il n’y a du côté de l’intrigue rien de très originale, nous avons Kaleb qui possède donc son don et qui ne serais pas le seul à avoir ce type de « pouvoir ». Ils sont recherchés par une organisation secrète qui souhaite soit les embrigader, soit les tuer. Par contre, le côté sympa ce trouve dans le trio qui se forme petit à petit entre Kaleb, le Colonel et sa secrétaire. Cette relation prend forme dans ce tome, mais il y a encore beaucoup de mystère et de questions sur ces trois là.

Sur la couverture, il y a noté « Cette lecture est déconseillée au moins de quinze ans » et effectivement, c’est un livre, même si nous le trouvons dans les rayons jeunesse, qui peut-être par moment très violent, il y a aussi beaucoup de sang et de violence autant par les actes que par les mots.

En tout cas, j’ai bien aimé cette lecture, je lirais bien évidemment la suite de cette saga, mais je n’ai pas non plus été transcendé par ce livre. Je m’attendais à plusieurs évènements, même si pour être franc, sur la fin j’ai été surpris. Une chose particulière, il y a dans ce tome 1, une histoire parallèle qui elle limite m’intéressait plus que l’intrigue principale.

Ma note : 6/10

Le suivant sur la liste

le suivant sur la liste

Auteur : Manon Fargetton

Genre : Thriller Fantastique

Edition : Rageot Thriller

Titre : Le suivant sur la liste

Quatrième de couverture :

Izia bifurqua dans la rue du collège. Elle consulta sa montre. Parfait. Izia collectionnait les mots sur son carnet de liaison et se faisait un devoir de ne jamais arriver à l’heure. Elle leva un sourcil étonné en apercevant Nathan qui déboulait sur son vélo à l’autre bout de la rue. Elle s’apprêtait à traverser en snobant le passage clouté lorsqu’une Mercedes aux vitres teintées surgit du carrefour. Trop vite. Beaucoup trop vite.
Elle distingue sans peine le regard déterminé du conducteur qui enfonçait la pédale d’accélérateur.
La voiture était déjà sur Nathan.
Elle cria.

Quelques mots sur l’auteur :

Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo, entre la musique et les mots. Elle vit aujourd’hui à Paris et exerce le métier de régisseuse lumière. Elle est également musicienne et écrivain, aussi à l’aise en fantasy qu’en thriller ou en littérature jeunesse. Manon est donc une auteure aux multiples talents, bien décidée à poursuivre son chemin d’encre à travers les genres avec la finesse et l’imagination qui caractérisent sa plume.

Ma chronique :

Etant devenu un fan de la plume de Manon Fargetton, je ne pouvais passer à côté de cette petite saga et donc du premier tome, « Le suivant sur la liste ». Quel bien m’en a pris, j’ai tout simplement adoré et est avalé ce livre très très vite.

Manon Fargetton, nous entraîne à travers son roman, à la découverte de cinq adolescents tous plus attachants les uns que les autres, j’ai pour ma part un petit faible pour le caractère rebelle d’Izia. Grosse particularité de cette histoire, c’est que dès le début, l’un d’eux meurt dans des circonstances pas très claires. Pourtant, tout était fait pour s’attacher à ce personnage et tout allait dans le sens qu’il allait être important pour la suite… Et là, comme çà, chose surprenante, les autres jeunes reçoivent tous sur Facebook des messages post-mortem de ce dernier. Tous ces rebondissements, ont donnés comme résultat mon addiction à cette histoire et à ces jeunes héros.

Ces jeunes sont tous très différents, mais ils ont quand même un point important en commun qu’ils découvriront par la suite de leurs aventures. Car, nous allons les suivre à travers Saint-Malo – ville où l’auteure à passée sa jeunesse, et elle nous en offre de belles descriptions -, où ils vont devoir apprendre à se connaître et à se faire confiance pour affronter toutes les épreuves auxquelles ils vont être confrontés.

Ce livre possède tous ce que j’aime, une écriture fluide et efficace, un rythme mené tambour battant, un côté un peu sombre, des personnages auxquels on s’attache forcément, ce côté thriller qui nous tiens en alerte jusqu’au bout et en plus un petit peu de fantastique. En plus nous passons d’un point de vue à un autre, ce qui permet de vraiment apprécier cette histoire et ces personnages.

Je recommande vivement ce roman aux jeunes et aux moins jeunes, je pense que l’on ne peut passer qu’un agréable moment pendant sa lecture.

Ma note : 9/10

coup-de-coeur

#4 – Battle littéraire

Bonsoir à tous,

J’espère que tous le monde va bien. Moi ce fut la semaine de reprise du boulot, après trois semaines de vacances donc autant vous dire que c’est assez compliqué .
Mais bon, ce n’est pas tout, il y avait une petite battle cette semaine opposant deux genres littéraires assez proche, la fantasy et le fantastique. C’est donc le premier qui l’emporte d’une voie. Les avis sont donc très partagés.

Cette semaine, je vais vous mettre en opposition deux pièces de théâtre de Molière, Le Bourgeois gentilhomme et Les fourberies de Scapin. Je pense que tout le monde les a plus ou moins étudiées à un moment ou un autre de sa scolarité donc j’aimerais connaitre votre préférence.

Pour rappel :

Le Bourgeois gentilhomme : Maître de musique, maître à danser, maître d’armes, maître de philosophie, maître tailleur, soupers fins, billets doux, rendez-vous secrets… les plus folles extravagances sont entrées au logis : monsieur Jourdain s’est mis en tête des idées de noblesse et de galant homme. Hélas, pour avoir des idées notre homme n’en est pas moins bourgeois. Et sa bourgeoise, madame Jourdain, ne l’entend pas de cette oreille. Son mari décide de marier leur fille unique à un marquis ? Jamais ! Au fils du Grand Turc ? Il a perdu l’esprit ! Qu’il se ridiculise autant qu’il le souhaite, qu’il fasse de la prose autant que bon lui semble, monsieur Jourdain a, grâce au Ciel, valet moins sot que lui. La farce que le coquin lui prépare sera, celle-là, du meilleur goût !

Les fourberies de Scapin : Branle-bas de combat dans les ruelles napolitaines ! Octave a, en secret, épousé Hyacinthe, la jeune femme qu’il aime, mais voilà que son père a décidé à son tour de le marier à une inconnue ; quant à Léandre, c’est Zerbinette qu’il aime, mais son père en a lui aussi décidé autrement. Alors, que vont bien pouvoir faire ces deux jeunes gens sans le sou contre la puissance et l’autorité de leurs barbons de pères ? Faire appel à Scapin, bien sûr, le valet bondissant et malicieux, joueur et beau parleur : rien de tel que l’un de ses nombreux tours pour retourner la situation !

 

Comme vous en avez maintenant l’habitude, le sondage reste ouvert pour une semaine et j’attends également vos avis sur l’une ou l’autre de ces pièces de théâtre du Grand Molière.

Le livre de toutes les réponses sauf une

le-livre-de-toutes-les-reponses-sauf-une-661670

Auteur : Manon Fargetton

Genre : Jeunesse / fantastique

Edition : Rageot romans

Titre : Le livre de toutes les réponses sauf une

Quatrième de couverture :

On l’appelle le Livre des réponses.
Il vient de la nuit des temps.
S’il brûle, il renaît de ses cendres.
Il répond à toutes les questions.

Quelques mots sur l’auteure :

Née en 1987, Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo, entre rochers et tempêtes, les yeux fixés sur l’horizon. Son besoin d’écriture la pousse d’abord à composer poèmes et chansons. Puis au lycée, une histoire vient frapper à la porte de son imagination. Elle sera à l’origine de son premier roman, Aussi libres qu’un rêve (Mango, Prix Chronos 2008), qu’elle publie à dix-huit ans. Depuis les personnages s’alignent dans sa tête en une véritable file d’attente, et elle fait de son mieux pour entendre leurs voix afin de leur offrir l’existence d’encre, de papier et de pixels qu’ils méritent. Manon vit aujourd’hui à Paris où elle partage son temps entre ses deux métiers : régisseur lumière au théâtre et écrivain.

Mon avis :

Comme déjà évoqué ici et ailleurs, j’ai découvert Manon Fargetton grâce à L’héritage des rois passeurs et je suis littéralement tombé sous le charme de sa plume, de son style et de sa manière de raconter les histoires. J’étais donc super impatient d’attendre la sortie de son nouveau roman et ultra heureux une fois que je l’ai eu entre les mains. Mais, ayant déjà une lecture en-cours, il a fallut que je la finisse avant d’enfin pouvoir me plonger dans ses pages. 

Et une fois ouvert, la magie a encore opérée, impossible de le refermer, j’ai été complètement happé par cette histoire et ces personnages. C’est un petit roman, qui raconte la rentrée scolaire de Bérénice Lamort, et forcément avec un nom de famille comme le sien, on imagine bien que l’appel en début de cours n’aurait rien d’une partie de plaisirs. Lors des premières heures au collège elle rencontre deux personnes, Pandora Hurlevent et Lazare Vago. Ces trois là vont rapidement nouer de forts liens d’amitié.

J’ai énormément apprécié les personnages, on a envie de partager des moments avec eux et d’en savoir encore plus sur eux. L’histoire est racontée du point de vue de Bérénice, mais aussi de Pandora. C’est avec cette dernière que nous trouvons le petit côté fantastique qui donne vraiment un plus à cette histoire. Le livre des réponses appartient à sa famille. J’ai apprécié retrouver la légende du phénix sous la forme d’un livre. C’est très original, j’adore.

Dans ce roman, nous avons plein de références diverses, racine, la boîte de Pandore, la bible, et même pour mon plus grand plaisir une référence à Star Wars et à John Williams, le compositeur des bandes originales des films. Dans ce livre, sont évoqués, l’amitié, le deuil, l’homosexualité, la religion et d’autres sujets d’actualités.

Bref, vous l’aurez compris, c’est un énorme coup de cœur pour moi. Si je devrais mettre un petit point négatif, c’est que ce n’est pas assez long, j’aimerais savoir encore plein de chose sur le Livre et les personnages.

Ma note : 10/10

coup-de-coeur