Archives du mot-clé edward abbey

Les sorties du mois de mai chez Gallmeister

2017acceuil00-587e28405e1df

Bonjour tout le monde,

Comme vous le savez, la crise liée au COVID-19 est venue perturber tout perturber, y compris les sorties littéraires. Donc après plusieurs semaines sans aucune sortie, les éditions Gallmeister nous font le plaisir de sortir quelques romans le 28 mai. Vous aurez donc la joie de pouvoir retrouver quatre nouveaux romans sur les étals de vos librairies dès ce jeudi.

Collection Americana

américana

le sang ne suffit pas

1748. Dans les montagnes enneigées de l’Ouest de la Virginie, un voyageur affamé arrive près d’une cabane isolée. Reathel erre depuis des mois, flanqué d’un dogue féroce. Mais l’entrée lui est refusée par un colon hostile qu’il n’hésite pas à tuer. Il découvre alors à l’intérieur une jeune femme, Della, sur le point d’accoucher. L’enfant naît dans cette solitude glaciale. Pourtant, le froid, la faim et l’ourse qui rôde dans les parages ne sont pas les seuls dangers pour la mère et le nouveau-né. Car ce dernier a été promis à la tribu Shawnee : c’est le prix à payer pour que Blacktooth, leur chef, laisse les Blancs du village environnant en paix. Alors que les Shawnees se font de plus en plus impatients, le village envoie deux frères à la poursuite de Della, désormais prête à tout pour sauver son bébé.

Le sang ne suffit pas de Alex Taylor, traduction de Anatole Pons-Reumaux

Collection Totem

totem

une maison parmis les arbres

Songeuse, Tommy arpente la vaste maison du Connecticut qui désormais lui appartient. Pendant vingt-cinq ans, elle l’a partagée avec Morty, son employeur et ami, célèbre auteur de livres pour enfants. Après la mort soudaine de l’artiste, la voilà héritière de tous ses biens avec la lourde responsabilité de gérer son patrimoine littéraire. C’est donc elle qui doit accueillir l’acteur engagé pour incarner Morty à l’écran, et l’aider à s’approprier son rôle en fouillant le passé. Et Tommy de s’interroger : connaissait-elle vraiment cet homme qu’elle a côtoyé si longtemps ?

Une maison parmi les arbres de Julia Glass, traduction de Josette Chicheportiche

calme plat

En lune de miel, Ingram et Rae naviguent sur l’océan Pacifique, mais un calme plat immobilise leur voilier. Un canot s’approche, mené à la rame par un jeune homme à bout de force. Il raconte que son équipage est mort d’une intoxication alimentaire et que son yacht est en train de couler. Méfiant, Ingram décide d’aller inspecter le bateau en détresse. Là, une très mauvaise surprise l’attend, surtout quand il s’aperçoit que son propre voilier a levé l’ancre. Sans radio et sans mazout, il ne peut compter que sur un miracle. Ou plutôt sur la ténacité de Rae. Mais celle-ci n’en mène pas large non plus.

Calme plat de Charles Williams, traduction de Laura Derajinski

le fe sur la montagne

Toute sa vie, John Vogelin a vécu sur son ranch, une étendue de terre desséchée par le soleil éclatant du Nouveau-Mexique et miraculeusement épargnée par la civilisation. Un pays ingrat mais somptueux, qui pour lui signifie bien davantage qu’une exploitation agricole. Comme chaque été, son petit-fils Billy, douze ans, traverse les États-Unis pour venir le rejoindre. Cette année-là, Billy découvre le ranch au bord de l’insurrection : l’US Air Force s’apprête à réquisitionner la propriété afin d’installer un champ de tir de missiles. Mais le vieil homme ne l’entend pas ainsi. Et Billy compte bien se battre à ses côtés.

Le feu sur la montagne de Edward Abbey, traduction de Jacques Mailhos

Voilà pour ce mois de mai, est-ce qu’il y a des titres qui vous tentent parmi ces sorties ?

Les sorties du mois de novembre chez Gallmeister

2017acceuil00-587e28405e1df

Bonjour les amis,

Il y a quelques jours sont sortis dans vos librairies préférées les nouveautés de chez Gallmeister, alors voyons ensemble ce que nous a encore concocté de beau cette maison d’éditions que l’on aime tant.

Collection Americana

américana

le gang de la clef à molette

Révoltés de voir le somptueux désert de l’Ouest défiguré par les industriels, quatre insoumis décident d’entrer en lutte contre la “Machine”. Un vétéran du Vietnam accro à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette – et de quelques bâtons de dynamite –, ils doivent affronter les représentants de l’ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.

Édition cadeaux – Le Gang de la Clef à Molette de Edward Abbey, traduction de Jacques Mailhos, illustrations de Robert Crumb

le canard siffleur mexicain

Le privé C.W. Sughrue s’occupe désormais d’un bar à plein temps, ce qui ne l’empêche pas d’avoir de gros soucis d’argent. Assailli de procès, il se met au vert chez son vieil ami Solly, un avocat toxico qui lui trouve une mission insolite : récupérer des poissons tropicaux rares auprès d’un mauvais payeur, le chef d’un gang de bikers connu sous le nom de Norman l’Anormal. Après une confrontation musclée à coups de mitrailleuse, l’affaire prend un tour inattendu, et Norman engage Sughrue pour rechercher sa mère, kidnappée par son mari. C’est le début d’une course effrénée qui le mènera des montagnes du Montana aux immensités désertiques du Nouveau-Mexique.

Le canard siffleur mexicain de James Crumley, traduction de Jacques Mailhos, illustrations de Pascal Rabaté

Collection Totem

totem

Le dernier baiser

Lancé sur la piste d’un romancier en cavale, le privé C.W. Sughrue atterrit dans un bar décati de Californie, où l’écrivain se soûle à la bière, un bulldog alcoolique à ses pieds. Comme il devient disponible, la barmaid le charge d’une nouvelle enquête : retrouver sa fille Betty Sue, qui s’est volatilisée dix ans auparavant. Sughrue a envie d’un peu de compagnie ; il embarque donc romancier et bulldog dans son périple. Sans prévoir sa fascination grandissante pour la disparue ni les ramifications sans fin de cette affaire où tous semblent se jouer de lui.

Le dernier baiser de James Crumley, traduction de Jacques Mailhos

l'insigne rouge du courage

À la veille d’une bataille de la guerre de Sécession, Henry Fleming est un jeune soldat de l’armée nordiste fraîchement enrôlé et assailli par le doute. Pourquoi s’est-il engagé ? Sera-t-il capable, du haut de ses 17 ans, de faire face au danger ? Le lendemain, sous le feu ennemi, il réagit comme un lâche et s’en veut terriblement. Mais dans la confusion générale, Henry est frappé à la tête, recevant cet “insigne rouge du courage” qu’est une blessure de guerre. Son attitude au combat va s’en trouver radicalement modifiée.

L’insigne rouge du courage de Stephen Crane, traduction de Pierre Bondil et Johanne Le Ray

la cote barbare

Un jeune femme blonde qui rêvait d’Hollywood et de gloire a disparu sans laisser de trace. Engagé par son mari, le détective Lew Archer suit sa piste jusqu’à un club très select de Malibu où il se heurte à une élite rongée par le chantage, l’argent sale et le crime. En dépit des efforts de flics corrompus, Archer tombe sur les traces d’un mystère plus ancien : le meurtre d’une autre habituée du club, deux ans auparavant. Il s’empêtre alors dans les dessous d’un monde clinquant, où les nantis sont prêts à payer le prix fort pour échapper aux lois. Mais tout le monde n’est pas à vendre.

La Côte Barbare de Ross MacDonald, traduction de Jacques Mailhos.

Alors parmi tous ces titres, quels sont ceux que vous avez lus ou qui vous attirent ?