Archives du mot-clé dystopie

Dix jours avant la fin du monde

dix jours avant la fin du monde

Auteur : Manon Fargetton

Édition : Gallimard Jeunesse

Genre : Science-Fiction

Titre : Dix jours avant la fin du monde

Quatrième de couverture :

France, dans les années 2010. Des explosions d’origine inconnue frappent la terre. Toute vie est condamnée à disparaître d’ici dix jours. Six jeunes hommes et femmes s’unissent pour mettre fin à cette menace.

Quelques mots sur l’auteur :

Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo, entre la musique et les mots. Elle vit aujourd’hui à Paris où elle est régisseuse lumière, musicienne et écrivain, bien décidée à poursuivre son chemin d’encre à travers les genres avec la finesse et l’imagination qui caractérisent sa plume. Elle a remporté pas moins de vingt récompenses littéraires dont le prix Imaginales 2016 pour L’Héritage des Rois-Passeurs.

Ma chronique :

Voilà enfin ma chronique de ce dernier roman lu en 2018, en effet, j’ai eu besoin de le digérer et même d’entamer une nouvelle lecture pour pouvoir vous partagez mon ressenti sur ce roman de Manon Fargetton.

J’ai pris mon temps pour lire ce roman, j’ai été sous tension quasiment pendant toute ma lecture et je craignais autant que les différents personnages cette fin du monde annoncée dès le départ. J’ai du coup apprécié ce rythme soutenu, en effet dix jours, cela passe vite surtout quand on sais ce qu’il nous attend au bout.

J’ai adoré le roman dans le roman et je suis assez fier de moi d’avoir deviné lequel est venue dans la tête de Manon Fargetton en premier. Il faut dire que j’adore cette auteure et tous ses romans, dans chacun, il y a quelque chose qui en fait que je les aimes forcément, il y a une sorte de puissance dans l’écriture qui me plait, comme si les personnages ou les univers créés forçaient le passage entre l’esprit de Manon et sa plume, bref j’adore.

Ce roman en est encore une fois la preuve, j’adore tous les personnages, avec une préférence pour Lili-Ann et Gwenaël. Tous les personnages de ce roman sont différents les uns des autres avec des histoires de vie et des psychologies bien travaillées, ils ont forcément au final le même destin et le même but et une terrible envie de ne pas finir seul. Ce qui rend aussi ce roman très particulier c’est le fait que même s’ils sont différents, ils se ressemblent tous, comme si au final ils n’était qu’un.

Ce roman est un énorme coup de coeur, c’est assez difficile pour moi d’en parler, je suis passé par tellement d’émotions différentes. Je suis vraiment content d’avoir fini l’année 2018 avec cette histoire qui restera j’en suis certain dans ma tête très longtemps.

Ma note : 10 / 10

coup-de-coeur

Publicités

Aussi libres qu’un rêve

aussi libres qu un reve

Auteur : Manon Fargetton

Genre : Jeunesse dystopie

Edition : Castelmore

Titre : Aussi libres qu’un rêve

Quatrième de couverture :

En cette fin de XXIè siècle, la loi des Dates de naissances régit l’accès aux métiers. Né en janvier, vous avez accès au métier de vos rêves : acteur, chanteur, tout est possible. Né en décembre, préparez-vous à racler le fond de l’océan et à plonger les mains dans les algues gluantes !

Minöa et Silnëi sont soeurs jumelles, nées à quelques minutes d’intervalle la nuit du 31 décembre.  La première à 23h58 et la seconde à 0H17 ! La tyrannie des Dates de naissance leur promet des destins radicalement différents, mais cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre l’injustice et l’ordre établi, aidées par Kléano, le chanteur rebelle d’un groupe de rock.

Quelques mots sur l’auteur :

Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo, entre la musique et les mots. Elle vit aujourd’hui à Paris et exerce le métier de régisseur lumière. Elle est également musicienne et écrivain, aussi à l’aise en Fantasy qu’en thriller ou en littérature jeunesse. Manon est donc une auteure aux multiples talents, bien décidée à poursuivre son chemin d’encre à travers les genres avec la finesse et l’imagination qui caractérisent sa plume.

Ma chronique :

Ce roman, le premier de Manon Fargetton et le seul encore que je n’avais pas lu, je l’ai enfin trouvé dans sa nouvelle version, et encore mieux, lors du salon Le Chapiteau du livre de Saint-Cyr-sur-Loire où j’ai rencontré pour la première fois à mon plus grand plaisir, Manon. J’ai d’ailleurs eu la chance d’avoir une super dédicace :

Processed with MOLDIV
Processed with MOLDIV

Alors, concernant ce livre, nous avons un roman dystopique assez orienté jeunesse. Il se lit facilement, le style est fluide et il n’y a pas vraiment de temps morts.

L’histoire ce déroule donc dans une région en France bordant l’océan. L’Europe n’est plus divisée en pays cherchant à former une sorte de coalition, mais au contraire s’est complètement éclatée. Non pas en pays, mais en régions, et chacune d’elles à son propre dirigeant, ses propres lois et règles. Dans celle qui nous intéresse la loi fondamentale est la loi des Dates de naissance. La règle est simple, on vous désigne un métier en fonction du mois de votre naissance, en sachant que les premiers mois de l’année ont les meilleurs métiers tandis que pour les derniers, ne reste plus que les métiers ingrats ou ne faisant vraiment pas rêver.

Nous suivons donc Silnëi et Minöa, deux jumelles, la première est née le 1er janvier, tandis que la seconde est née le 31 décembre. Elles ont quinze ans lors de cette histoire, et ont toutes les deux du mal à exister pleinement. Silnëi, elle, est destinée à devenir actrice, mais dans cet univers, les acteurs se contentent de réciter et tout est ensuite robotisé, alors qu’elle a envie de s’exprimer, d’incarner pleinement les personnages qu’elle est sensée représenter. Minöa, elle a comme futur métier la charge de filtrer les eaux de l’océan pour récolter les algues, autant dire que cela ne l’enchante pas vraiment.

Ces jeunes filles, par leurs rêves de libertés, et accompagnée de Kléano, un jeune rockeur et de Nériss un janvier, vont déclencher tout un mouvement de révolte trop longtemps mis en sommeil.

J’ai plutôt apprécié les personnages créés par Manon Fargetton, ce n’est pas compliqué, il n’y a rien d’exceptionnel chez chacun d’eux. Ils ont tous un petit truc sympa je trouve. La description des choses  m’a pour le coup bien fait sourire, Manon nous a inventé quelques mots sympa comme par exemple : Lévi-liT ou encore monogliss-R mes préférés. C’est un univers énormément robotisé, il y a des robots policiers et des robots serveurs par exemple. Tout est controlé par le gouvernement en place, c’est à dire par un seul homme qui dirige d’une main de fer sa région.

Nous avons donc droit à un peuple opprimé par des lois qui régentent leurs vies et qui pour le coup ne sont pas aussi libres qu’ils le pensent, qui va grâce à l’impulsion de quelques jeunes, venir défier l’autorité et se rebeller pour faire tomber le pouvoir en place. Une scène m’a d’ailleurs fait penser au Printemps arabe que nous avons connu il y a quelques années. Forcément le chef du gouvernement ne va pas se laissé faire et cela ne va pas forcément bien tourner.

J’ai assez bien aimé l’histoire, même si je trouve que tout se passe trop vite, surtout la fin, quand le mouvement rebelle se met en place jusqu’à la conclusion. Je n’ai pas apprécié la fin plus que çà, je trouve vraiment que ça va trop vite.

En résumé, même si j’ai apprécié cette lecture, ce n’est pas mon roman préféré de Manon Fargetton, mais bon il en fallait bien un qui me plaise moins que les autres tout de même. Dans tous les cas, je reste fan de la plume de cette auteure et j’attend avec impatience ses futurs romans.

Ma note : 6/10

June

Auteur : Manon Fargetton

Genre : Fantasy

Edition : Rageot

Titre : June – Le Souffle ; Le Choix ; L’Invisible

Quatrième de couverture :

– Tu peux partir, June, tu peux refuser d’apprendre à te servir du Souffle.
Mais c’est ton héritage. Cela te rattrapera toujours. – Mon héritage ? Et si je n’en veux pas, moi, de cet héritage ? Il y a encore quelques mois, ma vie était simple. Mais depuis que j’ai découvert ce pouvoir qui pulse en moi, tout a basculé. On me dit que je suis la dernière héritière des Sylphes, et que je suis la seule à pouvoir rétablir l’harmonie dans le monde. Une quête dangereuse m’attend, vers des terres dont je n’ai jamais soupçonné l’existence…

Quelques mots sur l’auteur :

Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo, entre la musique et les mots. Elle vit aujourd’hui à Paris et exerce le métier de régisseuse lumière. Elle est également musicienne et écrivain, aussi à l’aise en fantasy qu’en thriller ou en littérature jeunesse. Manon est donc une auteure aux multiples talents, bien décidée à poursuivre son chemin d’encre à travers les genres avec la finesse et l’imagination qui caractérisent sa plume.

Ma Chronique :

Enfin, j’ai pu lire cette saga de Manon Fargetton … Plus que « Aussi libres qu’un rêve » et j’aurai lu tous les livres de cette auteure que j’apprécie beaucoup. Bien entendu, j’attend la suite de « L’héritage des Rois Passeurs » avec beaucoup d’envie.

J’ai donc choisi, de faire une chronique commune pour les trois tomes de cette saga, tout simplement car je les ai lu quasiment à la suite, et les deux derniers très rapidement.

June est donc une saga fantasy, qui mélange habilement la féérie à la dystopie. J’aime beaucoup tous ces genres donc à la base, il y avait peu de chance que cette saga ne me plaise pas. Et effectivement j’ai vraiment apprécié mes lectures avec un gros coup de coeur pour le tome 2 – Le Choix.

June est une jeune fille blonde, elle a perdue ses parents étant très jeune, et a été recueillie avec son frère Locki chez leur tante, dirigeante de maison close, dans La Ville. Cette dernière est entourée de remparts, et tout ce qui se trouve à l’extérieur est dangereux, il y a les rôdeurs et les bêtes sauvages. Il existe plusieurs villes éparpillées dans ce monde, ainsi que des îles qui sont elles aussi habitées. Toutes ces villes sont reliées les une au autre par une ligne de chemin de fer.

Dans cet univers, on apprend qu’il y a deux grandes forces qui régentent. D’un côté l’harmonie et son opposé, le chaos. Au moment ou débute l’histoire, c’est le chaos qui règne quasiment en maître sur tout ce monde.

Il y a donc June qui c’est vu confier sans qu’elle le sache , Le Souffle, le pouvoir entre autre de diriger les flux. Cet étrange pouvoir lui à été confié par la dernière sylphide juste avant de mourrir. Ce qui fait de June par cette occasion, la seule capable de ramener l’harmonie dans ce monde, et pour cela elle devra réactiver trois sources. Elle va être aider dans sa quête par les veilleurs, une petite communauté vivant enfermé dans une montagne, ils sont les garants du savoir et de la connaissance, et par les gardiens, des personnes travaillant pour le compte des veilleurs, mais qui eux sont intégrés à la population.

Nous la suivons donc à travers ces trois tomes à la poursuite de son destin accompagné de son frère et de plusieurs autres personnages tous très attachants. J’ai une petite mention spéciale, pour Aélis, Oddo et Petite qui m’on marqué par leurs caractères.

J’ai vraiment apprécié les descriptions qui sont faite de ce monde, c’est simple mais si bien écrit que l’on a pas de mal à s’imaginer au Port de la lune ou sur un des ponts de la ville lumière. Je tire d’ailleurs mon chapeau à Manon Fargetton, je trouve qu’il faut vraiment énormément d’imagination pour créer un monde comme le sien, un monde où l’on retrouve des hommes-oiseaux, des esprits, des trolls ou même des centaures, mais aussi un train, ce qui ne m’a pas étonné plus que nécessaire, mais là où j’ai trouvé cela génial et cela tombe à un moment où l’on ne s’y attend pas c’est, l’hélicoptère, pour le coup, j’ai souris, je ne m’y attendais pas du tout.

Sur les trois tomes, j’ai un énorme coup de coeur pour le second. Le premier est un tome de présentation, et même s’il est vraiment bien, il y a quelques petites longueurs, et des facilités, notamment pour réactiver la première source. Dans le second par contre, tout va à cent à l’heure, il y a beaucoup d’action, et la psychologie des personnages, est plus poussée, c’est un tome aussi un peu plus sombre que les deux autres et il y a la musique, j’ai adoré cette manière de l’avoir intégrée dans l’histoire. Le dernier tome quant à lui est vraiment très bien aussi, après il reste pour moi, un peu en dessous du deux, car la fin me plait mais me déplait, mais cela n’engage que moi, je suis sûr que des personnes adoreront cette fin et que d’autres n’aimeront pas du tout.

Je conseille évidemment cette saga aux jeunes et aux moins jeunes, c’est une aventure rafraîchissante, qui fais du bien au moral. C’est pour moi vous l’auriez donc compris, un coup de coeur.

Ma note : 9/10

coup-de-coeur