Archives du mot-clé drame

Une histoire des loups

M02351781287-source

Auteure : Emily Fridlund

Editions : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : Une histoire des loups

Quatrième de couverture :

Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

L’auteure, en quelques mots :

Emily Fridlund a grandi dans le Minnesota, et vit dans la région des Finger Lakes dans l’État de New York.

Titulaire d’un doctorat en littérature de l’Université de Californie, professeur à Cornell, elle a remporté plusieurs prix pour ses écrits publiés dans diverses revues et journaux.

« Une histoire des loups » est son premier roman.

Ma chronique :

C’est vivement encouragée et conseillée par mon ami Anthony que je me suis lancée dans la lecture de ce premier roman d’Emily Fridlund.

J’ai débuté ma lecture, lu les premières pages, avide d’avancer et de comprendre ce qui clochait…
En toute franchise, quand j’ai eu terminé ma lecture, j’ai dit à Anthony que je n’avait pas accroché du tout avec l’histoitre et la construction qu’en a faite l’auteure. J’étais déçue, je n’y avait rien trouvé d’extraordinaire. J’avais trouvé ça lent, confus, fouillis…
J’ai en revanche été littéralement séduite par la description que fait l’auteure de la nature toute au lond de l’histoire. C’est tout simplement beau, sauvage et envoûtant.

Et puis j’avais malgré tout cette impression d’être passée à côté de quelque chose qui ne me quittait pas….

Alors j’ai décidé de me laisser du temps pour écrire ma chronique… et j’ai bien fait !
J’avais besoin de digérer tout ça, de faire mûrir ce que je n’avais fait qu’apercevoir au fil de ma lecture. J’ai  bien fait, mais je suis aujourd’hui contrariée de ne pas avoir apprécié ce roman à sa juste valeur.

J’ai donc fait la connaissance de Madeline /Linda, qui nous raconte une année de sa vie particulièrement éprouvante pour elle. Madeline, dont les parents sont très peu présents pour elle, est une jeune ado très solitaire, qui sait couper du bois, vider des poissons, s’occuper de ses chiens. Elle est débrouillarde, et préfère glisser sur l’eau dans son canoë plutôt que d’être à l’école.

Alors quand à travers ses jumelles elle voit s’installer une nouvelle famille de l’autre côté du lac, cela attise sa curiosité ; elle veut voir ! Et elle verra de près, de trop près même… Elle va entrer dans la vie de cette famille qui l’y aura invitée, et deviendra donc la baby-sitter du petit Paul, 4 ans.

Et c’est maintenant que débute l’histoire.
C’est maintenant qu’un trouble quasi obsessionnel s’installe dans notre esprit. On sent que quelque chose ne va pas, qu’un drame se profile dans le cours de leur histoire.
Mais quel drame ? Il va falloir être très patient, car l’auteure n’est pas décidée à tout nous dire comme ça, en quelques phrases.

Bien au contraire, Emily Fridlund va prendre tout son temps dans son écriture et dans la construction de son histoire avant de mettre fin au trouble !

Comme je vous l’ai dit un peu plus haut, quand j’ai refermé ce livre, je n’avais pas été séduite. Et dans ces cas là, je préfère attendre un peu avant de partager mes impressions de lecture, et je me permets même une deuxième lecture à ma manière.
Pour avoir échangé avec Anthony, je pense comme lui que certains livres doivent être lus en une seule fois; et c’est le cas d’Une histoire des loups.

Aujourd’hui, je peux vous assurer qu’en écrivant cette chronique, j’ai envie de le lire une deuxième, mais sans interruption cette fois !

Ma note :

7/10

Préférer l’hiver

préférer l'hiver

Titre : Préférer l’hiver

Auteur : Aurélie Jeannin

Editions : Harper Collins

Genre : Contemporain

Quatrième de couverture :

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

L’auteure en quelques mots :

Aurélie Jeannin est née en 1982. Elle vit avec son mari et ses enfants en forêt, quelque part en France.

Ma chronique :

Je tiens dans un premier temps à remercier chaleureusement Mélusine et les Editions Harper Collins pour leur gentillesse et leur confiance. A travers cette collection nouvellement créée, ils m’ont permis de découvrir une nouvelle auteure, et ce fut un réel plaisir ! Préférer l’hiver partage d’ailleurs la scène avec un autre roman, La science de l’esquive, de Nicolas Maleski, qu’Anthony et moi vous avons récemment présenté; nos chroniques ici et .

Revenons à notre roman.                                                                                                               Une mère et sa fille, qui ont dû faire face à un drame qui n’est pas dans l’ordre des choses, à savoir la perte d’un enfant, ont pris la décision radicale d’aller vivre- survivre-  seules, recluses et isolées, dans une cabane quelque part- en France ?- en forêt.

Nous ne connaissons et ne connaîtrons rien d’elles, si ce n’est ces drames. Pas de prénom, pas d’âge, pas de description physique, rien de tout cela. Nous les suivons hors du temps dans leur survie et leur introspection. Je dis « hors du temps » en choisissant bien ces mots, car là aussi, nous n’en avons aucune notion : quand ont-elles vécu ces drames? Depuis combien de temps sont-elles parties? Combien de temps s’est-il écoulé entre le début et la fin de leur histoire?                                                                                                    Nous partageons leurs peines, leurs peurs, leurs angoisses avec la même pudeur qu’a la narratrice en nous racontant leurs vies. C’est un peu déroutant au début, mais on s’y fait très facilement, et ça n’a en rien gêné ma lecture.

Préférer l’hiver est un très beau roman: une histoire poignante, un thème brutal. La narratrice se livre à nous au travers de son introspection, dans un huit clos glacial.

Ne vous attendez pas à une histoire pleine de rebondissements ! Vous ne trouverez pas votre bonheur ! L’auteure a choisi l’analyse et la psychologie dans un soliloque livré par cette femme pour nous raconter une histoire très contemplative. Et j’ai adoré !

Ma note :

9/10

Idaho

idaho

Auteur: Emily Ruskovich

Editions: Gallmeister

Genre: Drame – Thriller

Titre: Idaho

Quatrième de couverture:

Idaho, 1995. Par une chaude et insouciante journée d’août, Wade, Jenny et leurs deux petites filles, June et May, se rendent dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. S’y produit soudain un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais. Neuf années plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l’Idaho. Mais tandis que la mémoire de son mari vacille, Ann devient obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu’elle n’a jamais connue, elle s’efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles.

L’auteure, en quelques mots:

Emily Ruskovich a grandi dans les montagnes Hoodoo, au nord de l’Idaho. Sa fiction est apparue dans Zoetrope, One Story et The Virginia Quarterly Review. Elle est la lauréate du prix O. Henry de 2015 et est diplômée de l’Iowa Writer’s Workshop. Elle enseigne maintenant l’écriture créative à l’Université du Colorado à Denver. Idaho est son premier roman.

Ma chronique:

Me revoilà enfin avec ma dernière lecture, et quelle lecture! Comme vous avez pu le constater, j’ai mis un peu de temps à lire ce roman, qui pour moi sort complètement de mes sentiers battus.

Une fois n’étant pas coutume, j’ai suivi les bons conseils de notre ami Anthony (qui au passage devient célèbre, vous le saviez? Non? jetez un œil à la page 251 du roman contemporain de Gilles Voirin, Les mots d’Owen, et vous comprendrez !).                               Une fois le livre en main, j’ai immédiatement été séduite par la quatrième de couverture, je n’ai donc pas hésité à l’acheter, évidemment.

Aujourd’hui, en toute franchise, je suis très mitigée après avoir refermé ce roman, frustrée de passer peut-être à côté de quelque chose de littérairement incroyable…

Je fais donc la connaissance de Wade Mitchell, de son épouse Jenny, et de leurs deux petites filles, June et May. Une vie de famille sans histoire, jusqu’au drame… Jenny tue sa fille cadette à coup de hachette et June disparaît…. Pourquoi un tel geste de la part d’une mère aimante?

Quelques mois seulement après le drame,  Wade épouse Ann, sa professeure de piano, qui le soutiendra corps et âme dans sa lente descente vers la sénilité précoce, une maladie mentale qui est à l’origine de la disparition de son défunt père. Ann est une femme douce, aimante, persévérante. Elle n’aura de cesse, tout au long du roman, de faire vivre les souvenirs des filles de Wade, que sa maladie efface cruellement petit à petit de sa mémoire; elle comprend très vite que les souvenirs de son mari ne peuvent plus survivre que dans sa propre mémoire à elle.                                                                         Au-delà des souvenirs, Ann veut comprendre ce qu’il s’est passé ce funeste jour d’août, dans la clairière, dans l’esprit de cette mère de famille. Pourquoi? Dans quel but?           Ses agissements sont des plus étranges, des plus malsains même parfois, puisqu’elle va jusqu’à envoyer le cahier de croquis de Jenny, qu’elle a retrouvé par hasard dans la grange, à la bibliothèque de la prison où est elle est incarcérée, allant jusqu’à appeler la prison pour savoir si quelqu’un -Jenny- a emprunté ledit cahier, allant jusqu’à l’attendre le jour de sa sortie de prison…. Curiosité? Pitié? Empathie? Grâce…?

Autant de questions qui ne m’ont jamais quittée tout au long de ma lecture, sans trouver de réponse. Frustration extrême….

Idaho est écrit de manière magistrale. Ellipses (mes non réponses?), flashbacks, je navigue entre le passé et le présent, d’une manière parfois aussi décousue que la mémoire de Wade.

Cependant, je me suis perdue dans cette écriture, dans ce nature writing omniprésent qui trop souvent domine l’histoire elle-même. Ça m’a gênée, perturbée, perdue. Trop de descriptions trop longues, parfois inutiles, qui parfois ont eu raison de mon addiction…. Je me suis surprise à me dire « pffff… trop long. Quel intérêt? Encore?? »

Cette chronique a été difficile à écrire, je ne vous le cache pas. Je la termine en me demandant si je n’ai pas raté un message que l’auteure aurait peut-être voulu faire passer au travers de son écriture….

Bref, vous l’aurez compris, lecture terminée, mais mon esprit y est encore….

Ma note:

7/10

 

La vie en chantier

la vie en chantier

Auteur : Pete Fromm

Édition : Gallmeister

Genre : Contemporain

Titre : La vie en chantier

Quatrième de couverture :

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et travaillent ensemble. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur vie s’en trouve bouleversée, mais le couple est prêt à relever le défi. Avec leurs modestes moyens, ils commencent à retaper leur petite maison de Missoula, dans le Montana, et l’avenir prend des contours plus précis. Mais lorsque Marnie meurt en couches, Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec sa fille nouvellement née sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Quelques mots sur l’auteur :

Pete Fromm est né en 1958 dans le Wisconsin et a d’abord été ranger avant de se consacrer à l’écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Son livre Indian Creek a rencontré un grand succès aux États-Unis avant d’être traduit en français en 2006. Il vit avec sa famille à Missoula, dans le Montana.

Ma chronique :

Oh là là, Pete Fromm, j’aime tellement cet auteur, c’est vraiment un pur génie. Ils sont rare les auteurs capable de me faire ressentir ce que Pete Fromm me fait ressentir à travers sa plume fantastique et à travers le regard qu’il porte sur la vie. J’ai dévoré ce roman en une journée, je ne pouvais plus le lâcher, c’était juste impensable pour moi. La plume de Pete Fromm est envoutante.

Tout comme dans Mon désir le plus ardent, Pete Fromm prend le parti de parler de la vie, il commence son histoire en nous parlant de Marnie et de Taz, c’est beau, mais rapidement arrive le drame annoncé, et à partir de ce moment, le talent de Pete Fromm est dévoilé. Rarement j’ai autant ressenti des montagnes russes dans mes émotions. J’ai juste eu un coup de coeur monumental pour ce roman, on va pas se mentir, mais j’ai également eu très mal, ce fut pour moi une lecture éprouvante.

Oui, éprouvante, dans le sens où elle m’a épuisé psychologiquement. Mais il ne faut ici pas entendre le terme éprouvant comme du négatif. C’est tout le contraire, un roman capable de procurer les émotions que celui-ci m’a procuré, vous êtes tous des lecteurs, ça n’arrive pas tous les jours. J’ai ressenti beaucoup de tristesse pendant ma lecture, j’ai beaucoup pleuré aussi … Mais ce qui je crois m’a le plus épuisé, c’est le fait d’être à un moment au bord des larmes (voir plus au bord du tout) et à la phrase suivante d’avoir le sourire jusqu’aux oreilles, puis la fois d’après rebelote … Voilà toutes les émotions que m’a procuré ce livre.

Ce livre, est un grand roman, je n’ai pas encore lu tous les romans de Pete Fromm, c’est juste le troisième, mais pour moi c’est le meilleur, et pourtant qu’est ce que j’ai aimé les deux autres. Ce que je crois que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est l’amour avec un grand A. L’Amour entre Marnie et Taz, l’Amour entre Taz et Midge, l’Amour en Elmo et Taz, l’Amour entre Taz et Rudy … C’est une grande histoire d’amour, d’amitié, de tendresse, de force et de combat pour l’avenir. C’est touchant, tendre et tout simplement magique.

Alors comment ne pas avoir un coup de coeur monumental pour ce roman ? Vous voyez, rien qu’à en reparler, j’en ai des frissons et des larmes aux yeux 😉

Ma note : 10 / 10

coup-de-coeur

L’ours

l'ours

Autrice : Claire Cameron

Édition : Éditions 10 / 18

Genre : Drame

Titre : L’ours

Quatrième de couverture :

Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu’ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu’elle et Stick sont désormais seuls, et que c’est à elle, la « grande », qu’il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance…

Quelques mots sur l’autrice :

Claire Cameron est romancière et journaliste. Après l’écriture, la nature est sa grande passion et elle a travaillé en tant que monitrice en milieu sauvage. Aujourd’hui elle vit à Toronto avec son mari et leurs deux enfants.

Ma chronique :

Il y a des livres que l’on achète sur un coup de tête, comme ça à cause d’un titre, ou d’une couverture et qui après restent longtemps sur les étagères de nos bibliothèques. Ce fut le cas de ce roman. Et pourtant je l’en ai sorti et qu’est-ce que j’ai bien fait.

L’ours de Claire Cameron est basé sur un fait divers, un réel drame survenu en 1991. À partir de là, l’autrice est venu écrire une histoire, nous savons que c’est une fiction, mais c’est puissant, c’est dur et cela a fait mal à mon coeur de lecteur.

La particularité de ce roman, c’est qu’il est totalement construit d’après le point de vue d’une petite fille de cinq ans, c’est elle Anna, la narratrice. C’est vraiment un tour de force énorme de l’autrice, se placer à la place d’une gamine, se mettre entièrement dans sa tête et nous livrer avec toute son innocence, ses pensées, ses rêves et sa vision du drame.

J’ai été terrifié par cette lecture, je lisais cette histoire comme l’adulte que je suis mais à hauteur de l’enfant qui l’a raconte et c’est terrible. J’ai totalement été embarqué, j’ai eu l’impression de vivre ce drame en compagnie de ces frère et soeur. C’est un roman poignant, dur, mais il y a également beaucoup d’amour, d’innocence et de simplicité.

J’ai su lorsque j’ai tourné la dernière page et que j’étais en pleurs que c’était un coup de coeur. Quand un roman est capable de ce genre de prouesse c’est qu’il est bien et quel va te marquer longtemps.

Je ne veux pas trop vous en dévoiler car il ne faut pas gâcher la découverte de ce roman mais je ne peux que vous le conseiller.

Ma note : 10 / 10

coup-de-coeur

#3 – Mon top des sorties de livres de cette semaine

Bonjour à tous,

Alors, aujourd’hui, c’est lundi, et pour moi, ce fut la reprise du boulot, je l’avoue dur … Mais bon comme chaque début de semaine, je viens vous présenter les sorties livresques que j’attend le plus cette semaine. Et l’on peut dire que comparer à la semaine dernière, celle-ci ne va pas faire du bien à ma wish-list …

justiciers-638149

Justiciers – Histoires vraies de Bruno Fuligni, roman policier aux éditions Sonatine qui sort le 01/10.

Corps démembrés, familles dévastées : des crimes d’une spectaculaire sauvagerie terrorisent le pays quand le jeune Antoine intègre l’École de police. Un vieux professeur de criminalistique va lui donner les clefs du mystère à travers vingt histoires vraies, vingt crimes et enquêtes attestés historiquement, de l’Antiquité à nos jours, sur tous les continents. Une initiation au mal absolu. Un démonologue, un patron de Scotland Yard, un roi blanc du Pacifique, un « Sherlock Holmes russe », un policier de la jungle malaise ou un greffier de la Morgue épris de poésie : tels sont les justiciers d’hier qui viennent au secours du justicier d’aujourd’hui. Avec ce texte d’une grande originalité et d’une grande précision, Bruno Fuligni navigue entre fiction et réalité historique pour raconter la force d’un certain esprit de justice et la constitution d’un véritable savoir policier à travers les siècles.

le-train-des-orphelins-589689

Le train des orphelins de Christina Baker Line, roman historique qui sort le 01/10 chez Belfond.

De l’Irlande des années 1920 au Maine des années 2000, en passant par les plaines du Midwest meurtries par la Grande Dépression, un roman ample, lumineux, où s’entremêlent les voix de deux orphelines pour peindre un épisode méconnu de l’histoire américaine. Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d’orphelins. Au bout du voyage, la chance pour quelques-uns d’être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d’autres une vie de labeur, ou de servitude. Vivian Daly n’avait que neuf ans lorsqu’on l’a mise dans un de ces trains. Elle vit aujourd’hui ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier. Jusqu’à l’arrivée de Mollie, dix-sept ans, sommée par le juge de nettoyer le grenier de Mme Daly, en guise de travaux d’intérêt général. Et contre toute attente, entre l’ado rebelle et la vieille dame se noue une amitié improbable. C’est qu’au fond, ces deux-là ont beaucoup plus en commun qu’il n’y paraît, à commencer par une enfance dévastée…

l-origine-du-monde-683049

L’origine du monde, roman de Philip Le Roy qui sort le 01/10 aux éditions Le Cherche Midi.

Sabbah Shabi a fui la Syrie après avoir dérobé à une secte judéo-chrétienne millénaire trois preuves qui remettent en question 1 400 ans d’histoire. Traquée, la jeune franco-syrienne, enceinte de quatre mois, trouve refuge dans le Nagaland au sein de la confrérie du Serpent. Elle y fera une découverte exceptionnelle : la confrérie protège de précieux manuscrits menacés de destruction, dont un rouleau biblique de Qumrân qui rétablit la vérité sur les origines de l’humanité. Susceptible d’ébranler les fondements des trois religions monothéistes, ce texte révèle aussi l’existence d’un trésor inestimable qui peut sauver le monde. Mais Sabbah a entraîné le mal dans son sillage… Après La Porte du Messie, Philip Le Roy, grand prix de littérature policière pour Le Dernier Testament, poursuit son cycle romanesque dédié aux livres sacrés. Il remonte cette fois aux sources de l’humanité et s’attaque à sa plus grande menace : l’homme. Fondé sur des recherches historiques et archéologiques encore confidentielles, cet ouvrage spectaculaire, mystique et charnel, développe un suspense toujours plus intense qui aboutit à un dénouement pour le moins inédit.

la-dame-de-pierre-683155

La Dame de pierre de Xavier-Marie Bonnot qui sort le 01/10 aux éditions Belfond.

Tous les secrets finissent par ressortir… même ceux qu’on croyait enfouis à jamais au coeur des montagnes… De la famille Verdier, il ne reste plus qu’eux, Pierre et Claire, le frère et la soeur. Lui, a repris la ferme familiale, dans la vallée de Saint-Vincent, auprès de leur montagne. Elle, vit à Paris. De l’existence de sa soeur, il ne sait rien, ou si peu de choses. Simplement qu’elle lui rendra toujours visite, immanquablement, deux fois l’an, dans cette maison de famille où rien n’a changé. Mais cette fois-là, c’est différent. Claire a des cauchemars. Toutes les nuits, elle a peur pour une certaine Vicky, et prétend qu’elle-même sera bientôt morte. Pour Pierre, l’homme de la terre, les secrets et les névroses de sa soeur ne sont que des faiblesses. Un matin d’hiver pourtant, Claire part et ne revient pas. Lorsqu’on retrouve son corps sans vie, étrangement vêtu, c’est Pierre qui est désigné comme le coupable. Pierre est seul à présent. Lui, le taciturne qui vit reclus depuis le drame qui a brisé sa carrière d’alpiniste, aurait-il pu commettre l’irréparable ? Tant il est vrai que dans la famille Verdier les mystères et les secrets sont légions. Et qui est cette Vicky dont personne dans l’entourage de Claire ne semble connaître l’existence ? Pierre comprendra bien tard qu’elle était le secret le mieux caché de sa sœur…

la-porte-de-la-salle-de-bain-682694

La porte de la salle de bain, roman jeunesse de Sandrine Beau aux éditions Talents Hauts qui sort le 01/10.

Ce matin, Mia pourrait le jurer, ses seins ont commencé à pousser. La joie qu’elle éprouve devant sa métamorphose ne dure pas : le regard des autres change, en particulier celui de son beau-père qui prend l’habitude de franchir la porte de la salle de bain lorsqu’elle se douche.

je-voyage-seule-683134

Je voyage seul, un thriller best-seller de Samuel Bjork qui sort le 30/09 chez JC Lattès.

La Norvège tout entière est sous le choc : un promeneur a découvert dans la forêt une petite fille assassinée, pendue à un arbre avec une corde à sauter et portant autour du cou un panonceau où figure la mention : Je voyage seule. Chargée de l’affaire, le commissaire Holger Munch décide de s’assurer l’aide de son ancienne collègue, Mia Krüger, douée d’une intuition imparable. Il part la chercher sur l’île de Hitra où elle vit recluse. Ce qu’il ignore au sujet de Mia c’est qu’elle s’y est retranchée pour se suicider. Or, quand elle regarde les photos de la fillette, elle remarque un détail qui avait jusque-là échappé à tout le monde et comprend qu’il y aura d’autres victimes…

MOS_LESPROFONDEURS_LIV_COUV.indd

Les profondeurs, un thriller de James Grippando qui sort le 30/09 aux éditions Mosaïc.

« Grippando vous agrippe dès la première page » — Harlan Coben

Les marais des Everglades sont troubles, ce matin. On vient de trouver le corps d’une femme. Une femme noire. Abe est procureur, réputé irréprochable et sans tache et, pour lui, cette scène de crime n’est pas différente d’une autre. Mais quand on identifie le corps, et que l’agent Victoria Santos lui demande s’il connaît cette femme, Abe hésite à répondre… Une seconde d’hésitation qui le propulse du côté des suspects. Et l’entraîne dans les profondeurs d’une spirale infernale le jour où sa propre femme, Angelina, disparaît à son tour.

Meurtres en série. Infidélités conjugales. Secrets inquiétants. Machination.
Qu’y a-t-il vraiment sous la surface des êtres et des choses ?

sweet-mama-s-cafe-660846

Sweet Mama’s Café de Elaine Hussey, un drame qui sort le 30/09 aux éditions Mosaïc.

Un magnifique roman sur les femmes, leur générosité et leur solidarité face à la violence de la vie.

1969, Biloxi.
Le Sweet Mama’s Café. C’est là qu’on peut déguster le meilleur Amen cobbler du Mississippi, cette délicieuse pâtisserie que Sweet Mama, soixante-quinze ans, confectionne depuis cinq décennies. C’est là aussi que vit Sis Blake, auprès de la figure lumineuse et protectrice de sa grand-mère. Un endroit où la jeune femme peut oublier la dureté de la vie, et les responsabilités qui pèsent sur ses épaules depuis ses quatorze ans, depuis la mort de ses parents.
Mais un jour Sis fait une découverte qui bouleverse son monde : de vieux ossements humains, enterrés dans le jardin de Sweet Mama. Pour percer ce mystère et découvrir ce qui est arrivé bien des années plus tôt, elle va devoir plonger dans le passé de sa famille, et arracher au silence les secrets qu’on lui a cachés.

Cela s’annonce comme une bonne semaine. Et vous ces livres vous tentent-ils ? Quelles sont les sorties que vous attendez le plus cette semaine ?