Archives du mot-clé chronique

# 1 – Ancienne chronique

chronique

Bonjour à tous,

Dorénavant sur le blog, vous retrouverez chaque vendredi, une mise en avant d’une ancienne chronique publiée sur celui-ci.

On commence donc l’année, forcément avec une des premières chroniques parues sur le blog. Mais pas pour n’importe quel livre … Le roman qui m’a redonné envie de lire … L’héritage des Rois-Passeurs. Un magnifique roman de fantasy, un gros coup de coeur et la découverte de la plume de Manon Fargetton qui depuis est vraiment devenue une de mes auteures chouchou.

rois passeurs

Retrouvez ma chronique juste ici

Belle journée à tous !

Publicités

# 6 – Un livre, une chronique …

Bonjour à tous,

Nous revoilà en ce mercredi pour vous présenter un nouveau livre, j’ai choisi pour vous un roman d’une auteur qui m’a captivé lors de mon adolescence, Mireille Calmel. Et j’ai décidé de vous présenter Lady Pirate que j’ai absolument adoré.

Un livre

lady Pirate

Elle se prénomme Mary Jane.
Dix-sept ans à peine et déjà un destin hors du commun : habillée en garçon depuis son plus jeune âge, maniant aussi bien le fleuret que l’alexandrin, elle a été élevée comme un lord, au nez et à la barbe de sa riche et puissante grand-mère. Mais en cette année 1696, il existe peu de place pour les histoires merveilleuses dans la capitale anglaise : devenue brusquement orpheline, elle-même menacée car détentrice d’un objet menant à un fabuleux trésor, l’intrépide Mary doit s’enfuir, direction Douvres.
Après une escale chez une sulfureuse espionne, elle embarque à bord de La Perle, majestueuse frégate corsaire qui va déterminer le reste de sa vie…

Une chronique

J’ai choisi une chronique bien construite de Erine6 du blog Inspirer et Partager, comme d’habitude, n’hésitez surtout pas à aller lui rendre visite sur son blog.

inspirererpartager

Les Valets du Roi, tome premier tome de cette duologie commence très fort par le récit des origines de cette jeune femme que deviendra Mary.

Mary sera un personnage totalement surprenante surtout pour l’époque celle de Louis XIV, époque où les guerres sont nombreuses et la question de la religion très importante.

Parallèlement, la quête rend ses aventures encore plus captivantes laissant le lecteur désemparé par ses tours du destin qui l’éloigne sans cesse de l’objet de ces convoitises.

Mireille Calmel manie la plume d’une main de maître, décrivant les intrigues et aventures avec allure dans une écriture fluide, au vocabulaire maîtrisé.

J’ai beaucoup apprécié ce roman historique très riche en aventures, qui ne nous ennuie pas avec des longueurs sur le contexte de l’époque même si l’on y reste très attaché et qu’on y découvre l’Europe et l’Amérique du XVIIème.

Une très bonne lecture que je conseille à chacun, s’appuyant de plus sur une personne ayant véritablement vécue à l’époque décrite, Mary Read.

Voilà pour aujourd’hui, connaissez-vous Mireille Calmel et ce roman Lady Pirate ?

Bonne journée à tous !

# 5 – Un livre, une chronique …

Bonjour à tous,

Nous revoilà aujourd’hui pour vous présenter un nouveau livre, j’ai choisi pour cette fois un classique d’un très grand auteur français, Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne. Il s’agit d’un des premiers romans que j’ai lu étant gamin, c’est mon père qui me l’avait offert en m’abonnant à la Bibliothèque de l’Aventure. Je me rappelle avoir adoré ce roman.

Un livre

le-tour-du-monde-en-80-jours

Le roman raconte la course autour du monde d’un gentleman anglais, Phileas Fogg, qui a fait le pari d’y parvenir en 80 jours. Il est accompagné par Jean Passepartout, son serviteur français. L’ensemble du roman est un habile mélange entre récit de voyage et données scientifiques comme celle utilisée pour le rebondissement de la chute du roman.

Une chronique

J’ai choisi une chronique bien sympa de Justine du blog Salade de livres, n’hésitez pas à aller faire un tour sur le blog qu’elle tient avec Chanaël.

salade-de-livre

J’aime les livres où il y a de l’aventure, de la découverte

c’est selon moi un livre pour lequel il faut prendre son temps.

Philéas Fogg est très intelligent et toujours calme

J’ai été ravie en découvrant toutes ces contrées, à une époque différente de surcroît !

La fin est, à mon sens, parfaite.

e ne m’attendais pas à sortir de cette lecture aussi heureuse

Voilà, je vous encourage sincèrement à lire ce livre si ce n’est pas encore fait et sinon à venir me dire votre ressenti sur celui-ci.

Je vous souhaite à tous une belle journée !

# 4 – Un livre, une chronique …

Bonjour à tous,

J’espère que vous allez tous bien, moi j’écris cet article dans ma chambre d’hôtel et ce n’est que le début de ma période de déplacement et je trouve déjà le temps long … Mais bon c’est la vie dirons nous …

Je vais bientôt finir ma lecture en cours qui est le tome deux de Le secret de l’inventeur de Andrea Cremer, j’aime d’ailleurs  vraiment beaucoup cette série steampunk et vais donc enchainer avec un livre que j’attendais avec impatience, Les illusions de Sav-Loar de Manon Fargetton. Ce nouveau roman est dans le même univers que L’héritage des Rois Passeurs, donc autant vous dire que j’ai vraiment hâte de le commencer et de retrouver la plume de Manon que j’apprécie vraiment.

J’ai donc envie de vous présenter dans ce nouveau numéro de Un livre, Une chronique … le grand frère de ce nouveau roman. J’ai choisi une chronique tirée du blog Voyages Imaginaires qui est bien construite avec une super analyse en fin d’article.

Un livre

rois passeurs

La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

Une chronique

voyages-imaginaires

Rive, est le reflet du royaume d’Ombre, peuplé de magie, de dieux et de dragons.

Manon Fargetton met en place un univers que je trouve passionnant et complexe, avec une forme de magie particulière, basée sur la manipulation de l’ombre des objets.

La langue de l’auteur est très belle et les phrases s’enchaînent à merveille, de façon très poétique.

J’ai été conquise par la plume de Manon Fargetton, par l’univers qu’elle décrit et par ses personnages forts, courageux et déterminés. J’ai hâte de lire ses autres romans et je vous conseille de la découvrir !

Voilà pour aujourd’hui, je vous conseil d’aller lire l’analyse en fin de son article. Je vous souhaite à tous une bonne journée.

La Quête d’Amilenon – tome 1 – Ouest

la quete damilenon

Auteur :Vincent T. Morvan

Genre : Fantasy

Edition : Satinvaë

Titre : La Quête d’Amilenon 1 – Ouest

Quatrième de couverture :

Eniopor est en effervescence. Le prince Garim a décidé d’organiser le plus grand concours que le royaume ait jamais connu. Les Terres Limitées, lointaines et mystérieuses contrées d’Amilenon, doivent être conquises. Gloire et fortune seront les récompenses.

C’est ainsi que Salomon, Arténor et Ménélo, trois hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer partent en quête, bravant les montagnes, les déserts et les pirates.

Mais que trouveront-ils vraiment au bout de l’aventure ?

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1985 au Mans, Vincent T. Morvan a grandi en Loire-Atlantique puis dans le sud de la France, à coté de Marseille. Il commence à 18 ans des études de commerce qui l’amènent à séjourner aux Etats-Unis puis à Londres où il décide finalement de rester plusieurs années. C’est en Angleterre qu’il entame l’écriture de son premier livre. Maintenant installé à Paris, Vincent T. Morvan se consacre à sa passion de l’écriture, et achève le tome initial de La quête d’Amilenon en janvier 2014. Son intérêt pour les oeuvres de J.R.Tolkien, T.Pratchett et B.Werber ainsi que ses racines celtiques (Bretagne) constituent une grande partie de son inspiration pour la création de l’univers d’Amilenon.

Ma chronique :

Que dire après cette lecture, et après avoir fermé ce livre, et bien wahou, qu’est ce que j’étais bien dans cet univers. Voici mon premier énorme coup de coeur de l’année. Je suis tombé sur ce livre lors du Printemps des livres de Lamotte Beuvron. En naviguant à travers les allées de ce salon, j’ai été interpellé tout d’abord par une magnifique statuette de dragon posée à côté d’une pile de livre avec cette superbe couverture. Il faut bien avouer qu’elle est belle et que additionné au dragon, je me suis tout de suite dis qu’il s’agissait de fantasy. Et j’adore la fantasy … Puis j’ai discuté avec l’auteur, Vincent T. Morvan, il ma fait un petit pitch sur son roman et m’a expliqué ces inspirations comme  » Le Seigneur des Anneaux ». Sans plus attendre, le livre fut rapidement à moi.

Nous avons donc un pays qui est délimité d’un côté par une mer et de l’autre par Les Terres Limitées qui sont inconnues et entourées de mystère. Le prince de ce pays, lance un grand concours, le but, former une équipe de trois personnes, un mage, un homme avec de l’expérience militaire et un simple garçon. Une fois les équipes formées, toutes devront se lancer à l’aventure et parcourir toutes sortes d’épreuves rien que pour atteindre cette mystérieuse lointaine frontière.

J’ai adoré l’univers créé par l’auteur, nous avons plein d’éléments, des villages médiévaux, des forêts, des déserts, des mers et des montagnes. Tout ces différents décors sont bien décris et m’on fait voyager pendant toute ma lecture. En plus, il y a de la magie, des créatures fantastiques, bref tous les ingrédients pour une superbe épopée de fantasy.

Nous allons donc suivre tout au long du roman, une équipe composé de Salomon, un jeune garçon sans attache, de Arténor, un ancien soldat et de Ménélo, un mage puissant. Ils sont tous les trois très attachants, et ont chacun une part de mystère, nous ne savons pas grand chose d’eux quand l’histoire commence. Petit à petit, nous allons en savoir un peu plus sur chacun d’eux, mais il s’agit d’un premier tome, donc tous les secrets ne sont pas levés. Je trouve cela très bien car du coup, j’ai tout le temps eu envie de continuer ma lecture pour voir si je n’allais pas découvrir quelque chose de plus sur l’un ou sur l’autre. Une chose que j’ai trouvé vraiment agréable, c’est la touche d’humour et par moment sarcastique qu’il y a dans les dialogues tout au long du roman, mais surtout entre ces trois là. J’aurais juste un petit bémol, parce que je suis peut-être un peu tatillon, mais cela concerne Arténor, dans le livre, il est décrit comme un jeune homme, alors que la description qui en est faite et sa façon de parler et de penser, me fait plutôt imaginer un homme ayant déjà bien vécu et ayant une solide expérience de soldat, enfin bref un homme plus marqué pas quelqu’un dont l’on dirait « jeune homme ».

Dans tous les cas, les suivre tous les trois dans leurs aventures fut pour moi un superbe moment. Il n’y a pas de temps morts. Je conseil fortement ce roman à tous les fans de fantasy et même au autres. Pour moi le seul regret, c’est que le tome 2 n’est pas encore sortie …

Ma note : 10/10

coup-de-coeur

Kaleb – Saison 1

kaleb

Auteur : Myra Eljundir

Genre : Fantastique

Edition : Robert Laffont

Titre : Kaleb – Saison 1

Quatrième de couverture :

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

Quelques mots sur l’auteur :

Sous le mystérieux pseudonyme de Myra Eljundir se cache un auteur et scénariste francophone de talent, vivant en Islande.
À l’instar de Kaleb, sa trop grande empathie l’a conduite à s’isoler. Une façon de se protéger, ainsi que ceux qu’elle aime.

Ma chronique :

Comment Kaleb m’est-il tombé dans les mains ? Cela faisait quelques temps que je le voyais tourner sur Livraddict et sur les forums, et je l’ai rajouté du coup sur ma Wish List. Ensuite, j’ai découvert que sous ce pseudonyme se cache Ingrid Desjours, une auteure de thriller psychologique. J’ai lu en fin d’année dernière plusieurs de ces romans que j’ai adorés. Sachant ça, à ma prochaine visite à la Fnac, je l’ai acheté.

Ce roman, nous place du côté du méchant ce qui est plutôt original. Nous avons donc Kaleb, un jeune homme se découvrant un don assez particulier. En effet, il est empathe. Il ressent donc toutes les émotions des personnes qui l’entoure. Et vu qu’il commence tout juste à comprendre ce qu’il lui arrive, il est un peu perdu.

Nous avons plein d’autre personnages, tous très intéressants et très travaillés par l’auteure.  J’adore tous le côté psychologique qui entoure tout le livre. Du coup, nous sommes par moment dans la tête soit de Kaleb, soit des autres protagonistes, ce qui apporte un vrai plus à ce roman.

Il n’y a du côté de l’intrigue rien de très originale, nous avons Kaleb qui possède donc son don et qui ne serais pas le seul à avoir ce type de « pouvoir ». Ils sont recherchés par une organisation secrète qui souhaite soit les embrigader, soit les tuer. Par contre, le côté sympa ce trouve dans le trio qui se forme petit à petit entre Kaleb, le Colonel et sa secrétaire. Cette relation prend forme dans ce tome, mais il y a encore beaucoup de mystère et de questions sur ces trois là.

Sur la couverture, il y a noté « Cette lecture est déconseillée au moins de quinze ans » et effectivement, c’est un livre, même si nous le trouvons dans les rayons jeunesse, qui peut-être par moment très violent, il y a aussi beaucoup de sang et de violence autant par les actes que par les mots.

En tout cas, j’ai bien aimé cette lecture, je lirais bien évidemment la suite de cette saga, mais je n’ai pas non plus été transcendé par ce livre. Je m’attendais à plusieurs évènements, même si pour être franc, sur la fin j’ai été surpris. Une chose particulière, il y a dans ce tome 1, une histoire parallèle qui elle limite m’intéressait plus que l’intrigue principale.

Ma note : 6/10

Rois et Sorciers – Livre 1 – Le Réveil des dragons

rois et sorciers

Auteur : Morgan Rice

Genre : Fantasy

Edition : Morgan Rice Books (E-book)

Titre : Rois et Sorciers – Livre 1 – Le Réveil des dragons

Quatrième de couverture :

Kyra a 15 ans et rêve de devenir une grande guerrière à l’image de son père, bien qu’elle soit l’unique fille vivant dans un fort rempli d’hommes. Elle a du mal à comprendre d’où lui viennent ses aptitudes particulières, son mystérieux pouvoir et elle finit par réaliser qu’elle est différente des autres. Elle apprend qu’on lui cache un secret depuis sa naissance et qu’il existe une prophétie à son sujet. Cela l’amène à se poser des questions sur qui elle est vraiment.
Lorsque Kyra atteint l’âge légal et que le seigneur local vient pour l’enlever, son père veut la marier pour la protéger. Mais Kyra refuse et décide de partir seule dans les bois dangereux où elle rencontre un dragon. Cette rencontre déclenchera une série d’événements qui changeront à jamais l’avenir du royaume.
Alec a 15 ans mais n’hésite pas à se sacrifier pour son frère et à prendre sa place en tant que recrue. Il est emmené pour servir Les Flammes, un mur de feu de dizaines de mètres de haut qui protège le royaume d’une armée de Trolls vivant à l’est. De l’autre côté du royaume, Merk est un mercenaire qui s’efforce de laisser son sombre passé derrière lui. Il s’élance dans une quête au travers des bois pour devenir un Guetteur dans l’une des Tours et défendre l’Épée de feu, une source magique à l’origine du pouvoir du royaume. Mais les Trolls veulent s’emparer de cette Épée et ils préparent une invasion massive qui anéantira à jamais le royaume.

Quelques mots sur l’auteur :

Morgan Rice est l’auteur de best-sellers classée N°1 par le USA Today et l’auteur de la série d’épopée fantastique L’ANNEAU DU SORCIER de dix-sept livres; de la série à succès  MEMOIRES D’UNE VAMPIRE comprenant onze livres (en cours); de la série à succès LA TRIOLOGIE DES RESCAPES, un thriller post-apocalyptique de deux livres (en cours) ainsi que de la nouvelle série d’épopée fantastique ROIS ET SORCIERS. Les livres de Morgan sont disponibles en format audio et papier; et ont été traduits dans plus de 25 langues.

Ma chronique :

Je ne sais plus trop comment, j’ai récupéré cet E-book, mais j’ai commencé à le lire en tout début d’année alors que j’attendais dans la salle d’attente des urgences quand mon grand-père s’est fait hospitaliser. Je l’ai choisi parmi mes autre livres sur mon téléphone, grâce à sa couverture que j’ai trouvée sympa, j’avais en plus besoin d’une lecture sans prise de tête, donc rien de mieux qu’un roman de fantasy.

Il s’agit ici, du premier tome d’une série de fantasy médiévale, avec comme monde créé par l’auteure, un mélange d’univers déjà connu comme par exemple Game Of Throne, Le Seigneur des anneaux, Eragorn … Nous avons tout un pays, avec plusieurs villages dirigés par des chefs de clans, par contre tous ce petit monde s’est fait envahir par un pays ennemis et est donc contraint de respecter les règles et lois de cet envahisseur. Chose importante et qui devrait par la suite je pense venir au centre de cette saga, il y a un pays voisin controlé par des trolls, et la seul frontière entre ces deux pays, est un grand mur de feu. Cela ne vous rappelle rien ? Bon ok, ici il s’agit de feu, mais bon, un mur protégeant contre des hordes de barbares on connait çà …

Nous avons une héroïne, Kira, qui a tout d’un garçon manqué, elle aime se battre, et s’entrainer avec les hommes de son père. A la base, ce personnage principal est vraiment prometteur, mais je trouve que plus l’on avance plus elle devient fade, l’on connais par avance ces choix, ce qui est dommage car c’est que le premier tome d’une saga.

Nous retrouvons en plus de Kira, deux autres personnages, Merk, un ancien assassin et Alec, un jeune fermier. Nous avons donc trois histoires distinctes, sans lien pour le moment, même si les trois sont liées au mur de feu. Ce premier tome suit en grande part Kira, et nous présente juste les deux autres personnages, ils restent vraiment au second plan de ce tome.

Il n’y a pas de grande originalité dans ce début de saga, j’espère que la suite ce démarquera par des intrigues et un style propre, car sinon je ne pense pas que Rois et Sorciers est beaucoup d’avenir. Par contre gros point noir, pour cet édition en e-book, il s’agit des fautes de traduction, il y a des oublis de mots, j’ai souvent du me débrouiller pour donner un sens à des phrases, je trouve ça vraiment moyen.

Je ne sais pas si je lirais la suite lorsqu’elle sortira, cela dépendra de mon humeur, mais je ne ressent pas comme d’autre saga de lire la suite coute que coute. Peut-être que cette saga est plus orientée très jeune public, je ne sais pas.

Ma note : 4/10

La marquise

marquise

Auteur : Mireille Calmel

Genre : Historique érotique

Edition : Pocket

Titre : La marquise

Quatrième de couverture :

En cet été 1763, Renée Pélagie de Montreuil est depuis quelques mois, la marquise de Sade. Une marquise très éprise mais très chaste qui reçoit une mystérieuse lettre l’informant de l’inconduite de son époux, et l’invitant à la constater par elle-même. Un premier billet anonyme qui ouvre à la belle des horizons merveilleusement interdits … Une plongée piquante et voluptueuse dans le Paris licencieux des Lumières.

Quelques mots sur l’auteur :

Née en 1964, Mireille Calmel écrit depuis l’âge de huit ans. Ses romans aux héroïnes entières, fières et courageuses connaissent un immense succès : rappelons Le Lit d’Aliénor, Le Bal des Louves, Lady Pirate, Le Chant des sorcières, La Reine de lumière et Aliéner, vendus à plus de deux millions d’exemplaires et traduits dans quinze pays. Les deux volumes de sa dernière série, Richard Coeur de Lion, ont paru en 2013 et 2014. Tous ses ouvrages sont publiés chez XO et son repris chez Pocket. La marquise de Sade, un roman épistolaire, paraît en 2014 chez le même éditeur. Mireille Calmel vit en Aquitaine avec son mari et ses enfants.

Ma chronique :

Je vais avec cet article, faire ma première chronique d’un roman de Mireille Calmel, chose étrange car cet auteure est une de mes préférées, j’ai lu quasiment tous ces ouvrages, je suis un fan de toutes ces héroïnes et de sa façon de méler l’historique au fantastique, tout en ajoutant un brin d’érotisme. Je l’ai découvert très tôt lors de mon adolescence avec Le Lit d’Aliénor  que j’ai lu plusieurs fois tellement que j’ai adoré. Il y a eu aussi Lady Pirate, que je conseil à tous.

Passons donc au roman qui nous intéresse, La marquise, sous entendu, La marquise de Sade. Il s’agit d’un roman historique nous racontant la vie de Renée Pélagie de Montreuil. Mais ce n’est pas juste un roman historique, nous avons le droit ici à un vrai roman érotique, et franchement, cette lecture donne chaud. Je ne connaissais pas du tout l’histoire du marquis de Sade, mais avec ce roman, j’ai découvert un personnage de l’histoire française très intéressant dans sa complexité et par la vie qu’il a mené.

J’ai vraiment bien aimé cette lecture, la difficulté des rapports entre les deux époux et l’évolution de leur relation intime. Il y a beaucoup de respect entre eux. Renée Pélagie est très amoureuse de son mari et malgré les frasques de son mari reste très éprise de lui. Dans ce roman, la marquise va découvrir grâce à la correspondance d’un mystérieux inconnu les infidélités du marquis.

Plus la correspondance entre l’inconnu et la marquise évolue, plus l’on découvre la vie dépravée du marquis de Sade, et l’on peut dire que ce monsieur est comme ont dit de nos jour « un chaud lapin », cela va des servantes, au prostituées en passant par des garçons, et je ne vous raconte pas les actes, il y a de quoi choqué les âmes les plus sensibles. Ce qui va devenir intéressant, c’est que la marquise qui à la base est très frigide et à beaucoup de principes moraux, va petit à petit avec les billets qu’elle reçoit et les actes que ces derniers lui commande, se libérer de ces principes et devenir de plus en plus libertine. Sans vous raconter l’histoire, je me suis douté du dénouement assez rapidement, ce qui ne m’a pas du tout dérangé.

J’ai beaucoup apprécié la façon dont Mireille Calmel à écrit son livre, en gardant les expressions et les mots de l’époque. Il y a aussi ce qui est génial, plein d’annotations en fin de pages nous expliquant plein de chose. C’est un livre qui malgré qu’il soit érotique, nous apprend plein de chose.

Ce livre, n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais je le conseil quand même aux personnes ayant bien conscience de ce qu’ils vont lire. Encore une fois, un roman de Mireille Calmel qui m’a plut, c’est vraiment une habitude avec cette auteure.

Ma note : 7/10

Une diva amoureuse

divaamoureuse

Auteur : Jacques Mercier

Genre : Roman contemporain

Edition : Ikor Editions

Titre : Une diva amoureuse

Quatrième de couverture :

L’histoire débute sur l’image idyllique d’un couple lié « à la vie comme à la scène ». Lui est un auteur de pièces de théâtre à succès. Elle est son actrice fétiche, sa femme, son grand amour.
L’auteur nous emmène dans les coulisses, avec ses intrigues, ses jalousies, sa générosité ; mais aussi avec l’écriture, les répétitions, les mises en scène, sur fond de stress et du bonheur d’être applaudi, écouté et aimé.

Il nous dirige dans le monde des apparences, de la création ou amour rime avec passion et émotion, et nous aide à découvrir la profondeur des sentiments d’une Diva amoureuse.

Quelques mots sur l’auteur :

Né à Mouscron le 17 octobre, Jacques Mercier a suivi des cours de journalisme à l’IHECS. Sa première interview est celle de Jacques Brel, alors qu’il n’a que 14 ans ! Il ne quittera plus jamais la presse écrite (aujourd’hui encore une rubrique autour des mots dans Plus Magazine et Une chronique dans SoirMag). Dans l’édition,il écrira plus de cinquante livres. Des romans («Maître Gustave», « Gus »), des essais sur la langue, sur le patrimoine, des nouvelles et des poèmes («Proche des larmes». Les déjeuners sur l’herbe). C’est la poésie qui le fait monter récemment sur scène en compagnie de l’artiste arménienne Nara Noïan pour «Mon jardin secret», ainsi que pour «Mercier : Go Home», six semaines de triomphe à la Toison d’or, avec Geluck, Bibot, Fonck, Kroll, d’Oultremont, etc. Signalons encore qu’il fit partie du Conseil supérieur de la langue française et de la Maison de la Poésie-Arthur Haulot. Un prix «Jacques Mercier» est décerné depuis une dizaine d’années à l’ICHEC pour la rédaction dans la plus belle langue d’un mémoire de fin d’études.
Aujourd’hui, il entreprend une tournée d’un an, avec son fils, sax, dans la « Boîte de Jazz », un club itinérant reconstitué où se raconte l’histoire du jazz en multi-média.

Ma Chronique :

Je tiens tout d’abord à remercier Ikor Edition qui m’a gentillement envoyé ce roman en .PDF, pour que je puisse le lire et le chroniquer dans le cadre d’un partenariat.

Une diva amoureuse, est un petit roman qui m’a assez intrigué par son thème, le théâtre et le fait que le personnage principal, l’auteur soit en couple avec son actrice fétiche, sa muse …

Nous avons donc, un auteur de pièce de théâtre, qui au début du livre écrit une nouvelle pièce autour de la future personnage principale, sa muse, son amante, sa femme. Mais nous allons vite comprendre, que ces deux-là ne sont plus en couple, mais qu’ils font semblant pour les besoins de la pièce. Nous rentrons donc dans un jeu d’apparence, où le roman en lui-même pourrait être une pièce de théâtre.

D’un côté, il y a l’auteur, très épris de son actrice, essayant de passer à autre chose sans vraiment essayer. Mais, de toute manière, il ne le peut pas, car il faut montrer à tout le monde, le public, les journalistes et même l’entourage qu’ils sont en couple. Alors lorsqu’il est seul, son sentiment de solitude, et de manque d’elle, est très bien décrit et a un côté très touchant.

Quant à elle, jouer sur les apparences, c’est son métier, elle aime çà et sait en jouer. En plus par rapport à lui, elle a un amant qui l’attend en fin de journée et sur qui se reposer après une dure journée de répétition et de faire semblant.

J’ai bien aimé la description des sentiments de l’auteur, j’en suis arrivé à avoir de la peine pour lui, à avoir envie qu’il refasse sa vie et qu’il soit heureux. Par contre, je n’ai pas accroché au personnage de la diva, en même temps c’est un peu le rôle qui veut ça, mais je l’ai vraiment trouvé trop centrée sur elle même.

Un point très négatif du roman, au point de m’avoir gâché cette lecture, est que je n’ai trouvé aucune structure, pendant ma lecture, je n’arrêtais pas de me dire que ça partait dans tous les sens et qu’au final c’est très fouillis. Je trouve ce point vraiment dommage, car j’ai apprécié découvrir, la vie d’une pièce de théâtre, de son écriture à la première, en passant par les répétitions et la promotion de la pièce. Mais cette façon d’avoir construit ce roman fait que je ressors de cette lecture plutôt déçus.

Par contre, je me dis que si ce roman était une pièce de théâtre, celle-ci pourrait être franchement bien.

Ma note : 4/10

déception

Cavalier vert

20150528_140141

Auteur : Kristen Britain

Genre : Fantasy

Edition : Bragelonne

Titre : Cavalier Vert

Quatrième de couverture du tome 1 :

Karigan G’ladheon, jeune fille éprise d’aventure, s’enfuit après avoir été exclue de son école pour avoir défié en duel le fils d’un gouverneur de province. Elle croise alors un Cavalier Vert, l’un des légendaires messagers du roi qui lui demande dans un dernier souffle de porter un message à son souverain. Sans même prendre connaissance de la missive, elle fait le serment de la remettre en mains propres, scellant ainsi son destin, car elle est soudain magiquement investie de la mission qu’elle vient d’accepter : devenir un Cavalier Vert. Dès lors, traquée par des assassins au service d’un mystérieux sorcier, Karigan ne peut compter que sur sa fidèle monture et les mystérieux pouvoirs qu’elle va se découvrir…

Quelques mots sur l’auteur :

Kristain Britain a été garde forestier pour les parcs nationaux avant de s’installer dans le Maine (Etats-Unis). Elle vit dans une cabane en rondins où elle se livre à ses activités favorites : l’écriture, la lecture, l’illustration, la guitare, l’équitation, la rêverie …

Ma chronique :

 J’ai découvert cette saga alors que je cherchais à changer un peu mon style de lecture et surtout à m’y remettre un peu, j’étais donc à la Fnac et en fouinant du côté fantasy, je suis tombé sur le tome 1 de cette série qui m’a rapidement plu, le fait qu’il y ai plusieurs tomes derrières fut aussi un plus dans ma prise de décision.

Je me suis donc lancé dans la lecture de ce premier tome. J’avoue avoir eu un peu de mal avec le premier chapitre et j’ai du m’y reprendre à plusieurs fois pour vraiment me lancer dans cette lecture. Mais passé ces premières pages, j’ai été complètement emporté dans cette histoire et j’ai enchainé les quatre premiers tomes très rapidement.

Kristin Britain, nous fais découvrir un monde moyenâgeux où la magie est présente, mais peu appréciée et peu de personnes sont réceptives à cette magie. Nous découvrons par la suite que ce ne fut pas toujours le cas et qu’à une autre époque, la magie avait une part entière dans la société. Le monde crée par l’auteur possède plusieurs caractéristiques différentes ce qui nous donne un monde très riche en paysages et donc descriptions. Il y a la forêt, la mer, la montagne, des villages, des villes, j’ai vraiment eu l’impression de voyager, ce qui est toujours agréable.

Nous suivons donc Karigan, qui est au début de l’histoire, une jeune étudiante s’enfuyant de son école. Tout au long de ces différents tomes, nous allons la voir évoluer de jeune fille un peu paumée à devenir un membre précieux de la caste des Cavaliers Verts. Ces derniers sont les messagers du rois, ce sont des cavaliers émérites et ils possèdent tous un pouvoir magique plus ou moins important. C’est une grande famille toujours prêt à défendre ou à secourir l’un des leurs et surtout protéger le roi et la famille royale.

Les aventures que va vivre Karigan, vont l’emmener à affronter beaucoup de danger et d’ennemis. J’ai vraiment apprécier le renouvellement voulu par l’auteure, je n’ai jamais ressenti de lassitude ou de déjà vu au fil de mes lectures.

Les personnages sont bien travaillés, que ce soit les méchants ou les gentils. Nous nous attachons forcément à Karigan et à d’autres Cavaliers Verts. Il y a même en fil conducteur, une histoire d’amour impossible qui nous fais espérer que l’impossible devienne possible.

En tout cas, j’ai vraiment apprécié cette saga, j’ai appris en plus que Kristen Britain a écrit un tome 6 et est en cours d’écriture du tome 7. Vivement leurs sorties en France. Je recommande forcément cette saga au amateurs de fantasy, je pense que vous n’allez pas être déçus.

Ma note : 10/10

coup-de-coeur