Archives du mot-clé auto édition

# 135 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Je vous retrouve aujourd’hui après  une semaine sans poster sur le blog. Tout d’abord, j’étais malade une bonne partie de la semaine mais aussi assez fatigué et j’avais besoin d’une petite pause. En tout cas me voilà de retour en même temps que la canicule pour vous parler de mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

chatreuse

La Châtreuse se pâme de Carl Gengenwin

Castrer un gros pervers, c’est bien beau, mais quand ledit pervers s’avère être le roi, et quand le sadique prévoit justement une invasion des derniers territoires inconquis à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde, on se rend vite compte que c’est surtout inconscient. Dans ce cas-là, c’est la fuite ou la mort et ça, Lyanna l’a très bien compris. Mais peut-on vraiment fuir avec une armée collée au cul ?

Quand Marvin se voit téléporté dans un monde médiéval sans foi ni loi, il est forcé de faire ce qu’il méprise le plus au monde pour parvenir à rentrer chez lui : demander de l’aide. Pire ! Le malheureux doit s’acoquiner à un vieillard qui se prend pour un zombie, une pauvre loque malchanceuse, deux ivrognes sanguinaires et une jeune femme poursuivie par 80 000 trouffions.

Vous pouvez retrouver ma chronique ici

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

canyons

Canyons de Samuel Western

Idaho, 1970. Ward, sa petite amie Gwen, et Eric, le frère jumeau de cette dernière, partent chasser sous un ciel d’azur. La vie semble sourire à ces trois jeunes gens insouciants à peine sortis de l’adolescence. Mais par un coup cruel du destin Ward tue accidentellement Gwen et anéantit ainsi à tout jamais leur avenir. Vingt-cinq ans plus tard, Ward, abîmé par l’alcool et hanté par le passé, recroise la route d’Eric. Sa rage intérieure a consumé son talent de musicien et fait le vide autour de lui. Le moment est désormais venu pour chacun d’affronter ses démons, et Ward invite Eric à une partie de chasse dans son ranch au pied des Bighorn Mountains. Les deux hommes se préparent alors à une nouvelle expédition : Ward espère y trouver sa rédemption, Eric sa vengeance.

3. Que vais-je lire ensuite ?

Au nom du bien

Au nom du bien de Jake Hinkson

Pasteur respecté d’une petite ville de l’Arkansas, Richard Weatherford n’en est pas moins simple mortel, avec ses secrets et ses faiblesses. Car Richard a fauté avec un jeune homme, Gary. Alors le coup de fil qu’il reçoit à cinq heures du matin ne présage rien de bon : le silence de Gary lui coûtera 30 000$, sinon Richard devra dire adieu à sa réputation et – surtout – à sa femme Penny et à leurs cinq enfants qui jamais ne supporteront un tel scandale. Prêt à tout pour empêcher son monde de s’effondrer, le pasteur n’a que quelques heures pour tisser une immense toile de mensonges où piéger son entourage. Mais c’est tout le charme des petites villes : même si leurs habitants prennent des directions différentes, leurs chemins finissent toujours par se croiser… inéluctablement.

Voilà pour moi, je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque.

La Châtreuse se pâme

chatreuse

Auteur : Carl Gengenwin

Édition : Auto-édition

Genre : Fantasy

Titre : La Châtreuse se pâme

Quatrième de couverture :

Castrer un gros pervers, c’est bien beau, mais quand ledit pervers s’avère être le roi, et quand le sadique prévoit justement une invasion des derniers territoires inconquis à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde, on se rend vite compte que c’est surtout inconscient. Dans ce cas-là, c’est la fuite ou la mort et ça, Lyanna l’a très bien compris. Mais peut-on vraiment fuir avec une armée collée au cul ?

Quand Marvin se voit téléporté dans un monde médiéval sans foi ni loi, il est forcé de faire ce qu’il méprise le plus au monde pour parvenir à rentrer chez lui : demander de l’aide. Pire ! Le malheureux doit s’acoquiner à un vieillard qui se prend pour un zombie, une pauvre loque malchanceuse, deux ivrognes sanguinaires et une jeune femme poursuivie par 80 000 trouffions.

Quelques mots sur l’auteur :

Carl Gengenwin est né en 1997 à Strasbourg et vient de finir sa première année de master de mathématiques et de passer le Capes. Il aime à penser que son côté matheux donne à son style d’écriture une certaine concision. Il est passionné par les arts-martiaux et préfère donc regarder le MMA plutôt que le foot. Parmi les auteurs l’ayant marqués, on retrouve Terry Pratchett, Jaworski, Howard, Hubbard (uniquement pour sa décalogie Mission Terre) et bien sûr Martin et Tolkien.

Ma chronique :

Tout d’abord, je tiens à remercier Carl Gengenwin, qui suite à ma demande a accepté de m’envoyer son premier roman.

Et pour un premier roman, on peut dire qu’il fait très fort, je n’avais jusqu’à présent jamais lu de livre de ce genre. D’ailleurs c’est un mélange de genres, de l’héroic-fantasy à la science-fiction, en passant par le comique. Pour le coup, c’est complètement déjanté, une fois refermé, je me suis dit, « mais ce n’est pas possible, Carl Gengenwin n’est pas tout seul dans sa tête »…

Dans ce roman, nous suivons plusieurs personnages, tous très charismatiques et plus fous les uns que les autres. Certains vont finir par former une sorte de communauté – pas de l’anneau … mais on en ai pas loin 😉 – et vont partir dans une quête très intéressante avec beaucoup de rebondissements assez loufoques.

Il y a beaucoup d’humour dans ce roman, mais de l’humour parfois noir, parfois gore cela fait vraiment parti du style de la plume de l’auteur. Il insère dans son récit des références cinématographiques, télévisuelles – J’en ai gros, comme dirait Perceval 😉 – littéraires et même historiques. Il y a des répliques ou des scènes qui peuvent perturbées les lecteurs mais dans l’ensemble que représente ce roman, au final tout est bien ficelé et le tout est efficace.

Ce fut pour moi une lecture super originale, très rafraîchissante et je dois dire surprenante jusqu’à la fin, malgré un dernier tiers qui fut pour moi un peu plus laborieux du fait que cela part un peu dans tous les sens. Au final, je suis content d’avoir découvert cette jeune plume originale et j’ai hâte de découvrir le tome 2 qui devrait paraître cet été.

Ma note : 07 / 10

# 130 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Voilà une nouvelle semaine commence et celle-ci sans aucun jour férié, il y avait longtemps. J’espère que le temps va se stabiliser car j’en ai marre de la pluie, on a même dû rallumer le poêle ce weekend. Aller il est dans de faire le point sur nos lectures.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

loin des apparences

Loin des apparences de Sandrine Defradat

Diane, mère d’une adolescente en pleine rébellion et mariée à un pilote de ligne, mène une vie bien rangée. Son bonheur est avant tout celui de sa famille. Mais un jour, un terrible accident d’avion va bouleverser son existence…Que s’est-il réellement passé ce jour-là ? Plusieurs doutes et questions se posent à travers une enquête des plus troublantes. Et si la vérité était ailleurs ? Des zones d’ombres se dessinent peu à peu qui obligeront Diane à affronter son passé pour enfin exister. Un thriller psychologique au suspense haletant qui nous plonge dans l’intimité d’une famille ordinaire. En apparence.

nos vies en l'air

Nos vies en l’air de Manon Fargetton

Mina et Océan.
Ces deux-là se rencontrent par hasard ce soir sur le toit d’un immeuble parisien. Ils ont choisi le même spot, ce soir, pour en finir. Mais leur rencontre bouleverse ce projet : ils décident de s’accorder la nuit pour faire, ensemble… Une nuit comme un sursis. Une nuit où tout peut arriver. Une nuit rythmée par les défis, les échos du passé et la liberté vibrante de l’inconnu. Jusqu’à l’aube, qui sera l’heure de la décision …

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

héloise

Héloïse, ouille ! de Jean Teulé

Jean Teulé revisite les amours tumultueuses d’Héloïse et Abélard dans une version d’une modernité ébouriffante.
À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse : « Tu sais à quelles abjections ma luxure d’alors a conduit nos corps au point qu’aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n’était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t’étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j’aurais honte aujourd’hui de nommer. »
Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ?
Jean Teulé s’y emploie avec gourmandise.

3. Que vais-je lire ensuite ?

cassandra

Cassandra de Todd Robinson

Boo et Junior ne se sont pas quittés depuis l’orphelinat. Aujourd’hui adultes, ils sont videurs dans un club de Boston. Avec leurs deux cent quinze kilos de muscles et leurs dix mille dollars de tatouages, ça leur va plutôt bien de jouer les durs. Mais quand on leur demande de rechercher la fille du procureur de Boston qui a disparu, ils vont devoir recourir à autre chose qu’à leurs biceps. Que la gamine fasse une fugue, soit. Il faut bien que jeunesse se passe. Mais quand elle se retrouve sous l’emprise de ses mauvaises fréquentations, c’est une autre histoire.

Voilà pour moi, je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

Loin des apparences

loin des apparences

Autrice : Sandrine Defradat

Genre : Thriller

Édition : Auto-édition

Titre : Loin des apparences

Quatrième de couverture :

Diane, mère d’une adolescente en pleine rébellion et mariée à un pilote de ligne, mène une vie bien rangée. Son bonheur est avant tout celui de sa famille. Mais un jour, un terrible accident d’avion va bouleverser son existence…Que s’est-il réellement passé ce jour-là ? Plusieurs doutes et questions se posent à travers une enquête des plus troublantes. Et si la vérité était ailleurs ? Des zones d’ombres se dessinent peu à peu qui obligeront Diane à affronter son passé pour enfin exister. Un thriller psychologique au suspense haletant qui nous plonge dans l’intimité d’une famille ordinaire. En apparence.

Quelques mots sur l’autrice :

Née à Paris, Sandrine Defradat est diplômée d’une école de commerce. Après avoir vécue 10 ans en Italie, elle vit désormais près du Lac Léman.

Ma chronique :

Chose assez rare pour moi, mais c’est lors d’une de mes pérégrinations sur Instagram que je suis tombé sur un post de Sandrine Defradat . Dans ce post, elle présentait son premier roman, Loin des apparences. Un crash d’avion, un thriller psychologique, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de découvrir ce roman. Après quelques échanges, Sandrine accepte de m’envoyer son roman pour que je puisse le lire et en faire une chronique, alors encore une fois un grand merci.

Loin des apparences, est donc un roman annoncé comme thriller psychologique. Je dois avouer que j’ai été un peu déçu par le côté thriller qui à mon goût n’est pas assez présent dans ce roman. Je trouve cela vraiment dommage car l’idée et le sujet est juste parfait pour justement faire un grand thriller. J’ai trouvé que hormis vers la fin, l’enquête en elle-même a trop été effacée au profit du drame familial.

J’ai bien aimé par contre les différents personnages et leurs psychologies qui sont assez bien travaillées. Le final, même s’il ne m’a pas surpris, je l’ai trouvé top, c’est totalement ce que j’attendais et ce qui est annoncé par le titre du roman.

Au final, même si je m’attendais à autre chose, j’ai passé un bon moment et je vais suivre avec attention les prochains romans de Sandrine Defradat.

Ma note : 06 / 10

# 104 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour,

Aujourd’hui, je partage avec vous un extrait de ma nouvelle lecture.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

loin des apparences

Nous étions heureux. Lui et moi, c’était une évidence. À la naissance de Victoire, j’avais arrêté de travailler. Un choix que nous avions décidé à deux, afin d’être plus présente auprès d’elle. Et puis, Vic avait grandi et les absences répétées d’Alex n’avaient fait qu’empirer la situation de solitude dans laquelle je me trouvais. Avec le temps, je m’étais renfermée sur moi-même avec un désir de maternité qui me rongeait de l’intérieur. Ma vie se résumait à accompagner Victoire à l’école le matin et allait à chercher le soir. Durant le reste de la journée, je ruminais. J’étais seule dans ma bulle avec ce sentiment d’ennui permanent qui ne me quittait plus, ce ventre désespérément vide. J’en étais même arrivée à jalouser nos amis autour de nous. J’étouffais à petit feu.

# 129 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Une nouvelle semaine s’annonce, avec elle un nouveau jour férié. D’ailleurs mercredi, nous allons enfin faire le cadeau de Noël que j’ai offert à ma femme. Elle va conduire près du circuit des 24 heures du Mans une Ferrari. Vu que l’on a rendez-vous à 8h20, nous allons passer un nuit à l’hôtel. J’aime bien de temps en temps quand l’on se retrouve tout les deux à l’extérieur de la maison, cela nous fait du bien je trouve.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardóttir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

amour propre

L’amour propre de Olivier Auroy

Au salon de massage de luxe de M. Victor, rue de Courcelles, entre les mains habiles de Waan, les hommes s’abandonnent. Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan est reconnaissante envers M. Victor, un ancien associé de son père, de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, que M. Victor n’oublie pas de réclamer entre deux symphonies. Et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse. Waan rêve alors de tout changer. Ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-on toujours le choix ? L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

loin des apparences

Loin des apparences de Sandrine Defradat

Diane, mère d’une adolescente en pleine rébellion et mariée à un pilote de ligne, mène une vie bien rangée. Son bonheur est avant tout celui de sa famille. Mais un jour, un terrible accident d’avion va bouleverser son existence…Que s’est-il réellement passé ce jour-là ? Plusieurs doutes et questions se posent à travers une enquête des plus troublantes. Et si la vérité était ailleurs ? Des zones d’ombres se dessinent peu à peu qui obligeront Diane à affronter son passé pour enfin exister. Un thriller psychologique au suspense haletant qui nous plonge dans l’intimité d’une famille ordinaire. En apparence.

3. Que vais-je lire ensuite ?

?

Pour le coup, et cela fait longtemps, mais je ne sais pas encore ce que je vais lire par la suite.

Je vous souhaite à tous une très belle semaine !

# 126 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour les amis,

Une nouvelle semaine commence ce matin. Je suis plutôt en forme aujourd’hui, au boulot, on commence les formations sur le nouvel outil informatique, ce qui va nous sortir un peu de la routine. Logiquement cette semaine, notre cellier devrait être fini et nous devrions avoir notre nouvelle voiture alors, belle semaine en perspective, surtout que le weekend prochain, les cousins sont là.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

whiskey

Whiskey de Bruce Holbert

Andre et Smoker ont grandi dans le Pacifique Nord-Ouest, près de la réserve indienne de Colville. Après le divorce de leurs parents, dont la passion désordonnée n’a résisté ni au temps ni à l’alcool, les deux frères deviennent inséparables. Adultes, ils restent farouchement loyaux l’un envers l’autre. Aussi, lorsque Smoker apprend que son ex-femme a confié leur fille à une communauté marginale nichée en pleine montagne, Andre n’hésite pas une seconde à tout lâcher pour se joindre à lui. Commence une quête qui, de bagarres en virées alcoolisées, repoussera les limites de l’amour fraternel.Whiskey est une fresque familiale où chacun semble s’acharner à causer son propre malheur en même temps que celui des autres. Avec un humour âpre, Bruce Holbert nous entraîne à travers les paysages insolites d’une Amérique désenchantée.

promesse

Ce n’était qu’une simple promesse de Yann Déjaury

1995, Bretagne, six amis passent leurs vacances ensemble. Grande insouciance, petits bonheurs, l’envie de ne jamais se séparer et une promesse scellée dans le granit : celle de se retrouver dans 20 ans, qu’importe les aléas.
2015, la vie les a rattrapés et le jour venu, un seul a tenu son engagement. Malgré cet acte manqué, il organise un séjour ludique dans une demeure somptueuse. Simple assouvissement de curiosité de ce que chacun est devenu ou douce envie de se retrouver leur connivence perdue ? De non-dits en secrets, sa véritable motivation bouleversera leur existence à jamais.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

la pierre et le bocal

La Pierre et le Bocal, Les mots d’Owen de Gilles Voirin

Katmandou, Garden of Dreams, 1er août 2018, Owen reçoit un mail inattendu de Juliette, son amie des années Lycée, ses pensées s’évadent et voltigent. Elles remontent le temps comme un funambule avance sur son fil. Né de « prénom inconnu », bringuebalé au gré des déménagements de sa mère volage, Owen s’est très tôt réfugié dans les « mots ».Des mots pour être heureux ou malheureux. Des mots pour penser et se panser à la fois. Des mots pour changer une vie. Des mots qu’Owen ne choisit pas toujours, mais avec lesquels il lui faut composer.Dans ce roman à la fois léger et profond, avec ses personnages attachants et colorés, et sa palette d’émotions largement déployée, Gilles Voirin joue avec les mots, comme Owen jongle avec ses souvenirs. Avec une dextérité singulière.C’est ainsi qu’en suivant le chemin de vie cabossé d’Owen, on découvre une version inédite d’un conte initiatique moderne, qui invite à se poser les vraies questions. Pour se trouver ou se retrouver.

3. Que vais-je lire ensuite ?

succion

Succion de Yrsa Sigurdardottir

Douze ans après le viol et le meurtre d’une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient entre autres un message anonyme qui liste les initiales de personnes destinées à être tuées. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi en centre-ville.
Après l’inimitable ADN, le deuxième volet mettant en scène l’inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants Freyja est, si possible, plus addictif encore. Pour Yrsa Sigurðardóttir, rien n’est impensable. Et personne n’est à l’abri. La reine du polar islandais fait une nouvelle fois preuve d’une imprévisibilité déconcertante.

Très belle semaine de lecture à tous !

Ce n’était qu’une simple promesse

promesse

Auteur : Yann Déjaury

Édition : Auto-édition

Genre : Contemporain

Titre : Ce n’était qu’une simple promesse

Quatrième de couverture :

1995, Bretagne, six amis passent leurs vacances ensemble. Grande insouciance, petits bonheurs, l’envie de ne jamais se séparer et une promesse scellée dans le granit: celle de se retrouver dans 20 ans, qu’importe les aléas.2015, la vie les a rattrapés et, le jour venu, un seul a tenu son engagement. Malgré cet acte manqué, il organise un séjour ludique dans une demeure somptueuse. Simple assouvissement de curiosité de ce que chacun est devenu ou douce envie de retrouver leur connivence perdue ? De non-dits en secrets, sa véritable motivation bouleversera leur existence à jamais.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1978 à Abbeville, Yann Déjaury vit actuellement dans la région Lilloise. Scientifique de formation, il aime quitter son esprit cartésien pour laisser place à l’imaginaire qu’il exprime à travers la pâtisserie, les objets décoratifs et l’écriture.  » Ce n’était qu’une simple promesse « est son deuxième roman.

Ma chronique :

Il y a un tout petit peu plus d’un an, j’ai découvert Yann Déjaury grâce à  » Quand les hirondelles me reviennent «  , un très bon premier roman, très efficace avec un beau fond. Alors quand l’auteur m’a recontacté cette année pour lire son deuxième roman, je n’ai pas hésité une seconde.

Ce que je peux dire c’est que encore une fois Yann Déjaury, a réussi à m’attraper avec son histoire et sa plume qui a gagnée en maturité mais qui reste malgré tout simple et terriblement efficace. J’ai dévoré ce livre en 2 / 3 jours.

Les thèmes de la compréhension et de la recherche de soi son encore au coeur de ce roman plein de mystères qui aura su me surprendre jusqu’au bout. Je dois avouer que cette fois j’ai été surpris par la fin, pas totalement je dois dire, mais il y a un élément que je n’ai pas vu arrivé, alors chapeau et merci.

J’ai aimé cette histoire d’amitié entre 6 personnes qui comme beaucoup d’entre nous ce sont fait une promesse du type « On se donne rendez-vous dans 10 ou 20 ans » en pensant que la vie ne viendra pas contrarier leur plan. Et combien d’entre nous se souviennent de l’avoir faite cette fameuse promesse, mais ne se souvienne plus quand et peut-être même avec qui ? Alors quand ce rendez-vous est forcez par l’un d’entre eux mais que justement aucun d’eux ne sais lequel en est à l’origine, cela devient intéressant et plein de suspens.

Dans ce roman, on navigue donc entre le présent et ce rendez-vous organisé mais également 20 ans avant lors de cette semaine pendant laquelle la promesse a été prononcée. Nous n’avons le point de vu que d’un seul des amis mais du coup cela permet une immersion facile dans cette bande de potes. Il y a beaucoup de non-dits, de faux semblants qui ne font que nous emmener sur une piste puis sur une autre, histoire de nous brouiller le jeu. C’est ce qui fait que ce roman est captivant et que l’on ne le lâche pas.

C’est un roman qui parle d’amitié, d’amour, de l’âme soeur, mais aussi de la vie et de l’espoir. C’est une belle leçon sur le regard que l’on devrait avoir sur nos vies. Encore une fois un grand merci à Yann Déjaury pour sa confiance renouvelée. Je ne peux que vous conseiller ce roman.

Ma note : 09 / 10

# 125 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, pour ce nouveau « C’est lundi … », c’est un copié-collé de celui de la semaine dernière. En effet, même si j’ai retrouvé mon rythme de lecture sur ces derniers jours, je n’ai pas avancé plus que cela. En tout cas, je sais pas vous, mais moi j’ai passé un très bon week-end avec ma femme, la famille et les amis, cela fait du bien et permet de repartir du bon pied pour cette nouvelle semaine.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

whiskey

Whiskey de Bruce Holbert

Andre et Smoker ont grandi dans le Pacifique Nord-Ouest, près de la réserve indienne de Colville. Après le divorce de leurs parents, dont la passion désordonnée n’a résisté ni au temps ni à l’alcool, les deux frères deviennent inséparables. Adultes, ils restent farouchement loyaux l’un envers l’autre. Aussi, lorsque Smoker apprend que son ex-femme a confié leur fille à une communauté marginale nichée en pleine montagne, Andre n’hésite pas une seconde à tout lâcher pour se joindre à lui. Commence une quête qui, de bagarres en virées alcoolisées, repoussera les limites de l’amour fraternel.Whiskey est une fresque familiale où chacun semble s’acharner à causer son propre malheur en même temps que celui des autres. Avec un humour âpre, Bruce Holbert nous entraîne à travers les paysages insolites d’une Amérique désenchantée.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

whiskey

Whiskey de Bruce Holbert

3. Que vais-je lire ensuite ?

promesse

Ce n’était qu’une simple promesse de Yann Déjaury

1995, Bretagne, six amis passent leurs vacances ensemble. Grande insouciance, petits bonheurs, l’envie de ne jamais se séparer et une promesse scellée dans le granit : celle de se retrouver dans 20 ans, qu’importe les aléas.
2015, la vie les a rattrapés et le jour venu, un seul a tenu son engagement. Malgré cet acte manqué, il organise un séjour ludique dans une demeure somptueuse. Simple assouvissement de curiosité de ce que chacun est devenu ou douce envie de se retrouver leur connivence perdue ? De non-dits en secrets, sa véritable motivation bouleversera leur existence à jamais.

Je vous souhaite à tous une merveilleuse semaine avec plein de très belle lecture !