Archives du mot-clé albin michel

# 196 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Voilà, toute bonne chose à une fin, mes vacances sont terminées. Je dois vous avouer que j’ai pas forcément envie de retourner au boulot. En plus avec un dimanche comme on vient de passer, froid, pluie du coup, premier feu dans le poêle, plaid et canapé. Bon je pense que mon rythme de lecture va certainement ralentir mais voyons voir ce que nous avons lu avec Ann’Gaëlle cette semaine.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

My Way de Sanji Divas

Je m’appelle Lucie, j’ai 40 ans, je suis française, célibataire et sans emploi. En résumé, rien ne va dans ma vie. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’en finir. Mais avant de mettre un point final à cette histoire, je veux d’abord vivre intensément. Je vais faire un tour du monde qui me mènera à ma destination finale, le lieu le plus au sud de la planète, la Patagonie. Et là, je serai prête à partir.

My Absolute Darling de Gabriel Tallent

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Revanbane :

De la forêt de Bibhouti Bhoushan Banerji

Jeune diplômé désargenté, Satyacharan accepte un poste de régisseur aux confins du Bihar, dans le nord est de l’Inde. Quittant Calcutta, ce Bengali raffiné et mondain est bientôt fasciné par l’exubérance de la faune et de la flore et par la diversité des habitants de ce vaste domaine forestier.

L’illustre roi des Santals garde ses vaches à l’ombre d’un banyan sacré, Yugalprasad embellit la jungle en y plantant de nouvelles espèces, Dhaturiya préfère danser sans manger plutôt que travailler aux champs…
Satyacharan sait qu’il est le dernier témoin d’un formidable écosystème ; il doit pourtant en orchestrer la disparition. Son rapport au monde en sera à jamais bouleversé.

Ma chronique ici

Les aérostats de Amélie Nothomb

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir ».

Ma chronique ici

Ici finit le monde occidental de Matthieu Gousseff

À Brest, Atlantest est un laboratoire pharmaceutique mystérieux. Au sein du bâtiment B2, des tests sont organisés en partenariat avec l’armée pour mettre au point un nouveau patch contre la fièvre et d’autres substances aux finalités moins louables. Mais la tête de cette entreprise, Thierry Lorentz a fui. Et avant de disparaître, il s’en est pris au ministre de l’Économie et au secrétaire général d’un grand syndicat. Maintenant nombreux sont ceux prêts à tout pour mettre la main sur lui.
Dans ce roman noir fantasque, Matthieu Gousseff orchestre une valse trépidante pour souris, médecins, marins russes, spécialistes animaliers, militaires et investisseurs de tous bords. Et c’est ainsi que vacille notre monde occidental.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

My Absolute Darling de Gabriel Tallent

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Revanbane :

Les refuges de Jérôme Loubry

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

Dans son silence de Alex Michaelides

Alice, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée,Alice ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alice. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alice s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…

Revanbane :

Trois Empires, tome 3, Le Sacre du Sanglier de Aurora Clerc

Deux peuples ennemis. Une femme ambitieuse. Un homme cherchant sa place. S’entendront-ils pour atteindre leur objectif commun ? Quel étrange sentiment pour Johann que de revenir au royaume de son enfance, ce monde dont il garde la vision cauchemardesque d’un bourreau aux cheveux roux. Le jeune homme sait qu’il devra faire de nombreuses concessions s’il veut soutenir du mieux possible l’accession au trône de sa sœur. 

Pourtant, bien des embuches se présentent sur sa route. Saura-t-il se rapprocher d’Hisha, sa sœur, celle qu’il n’a pas vue en quatorze ans ? Arrivera-t-il à se faire respecter des soldats de l’armée alcane qui le considèrent comme un ennemi ? 

 Le Sacre du Sanglier décrit la conquête du pouvoir par Hisha Enagor. Avec l’aide de Johann, deviendra-t-elle la première femme à monter sur le trône d’Alcatran ?

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

Les aérostats

Autrice : Amélie Nothomb

Édition : Albin Michel

Genre : Contemporain

Titre : Les aérostats

Quatrième de couverture :

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir ».

Quelques mots sur l’autrice :

Depuis 1992 et Hygiène de l’assassin, tous les livres d’Amélie Nothomb ont été publiés aux éditions Albin Michel. Elle a reçu, entre autres, le prix Chardonne, le Grand prix du roman de l’Académie française, le prix de Flore, et le Grand prix Jean Giono pour l’ensemble de son oeuvre. Ses oeuvres sont traduites dans 40 langues, des U.S.A. au Japon.

Ma chronique :

Enfin je découvre Amélie Nothomb. C’est une autrice qui m’a toujours fait peur… Peur, oui, sans trop savoir pourquoi. Mais la semaine dernière nous étions en vacances dans le Médoc et ma copine d’aventure Lucile m’en a parlé avec beaucoup de passion et elle m’a donc prêté son dernier roman, Les aérostats.

À quoi s’attendre avec cette mystérieuse quatrième de couverture ?

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir ».

Et bien à pas grand chose ma fois… J’ai donc ouvert ce roman avec une certaine appréhension. Mais voilà, dès les premières pages le talent de cette autrice a opéré sur moi. Comme beaucoup j’ai lu ce livre d’une traite en très peu de temps.

La plume d’Amélie Nothomb ? Incisive et profonde. Tout un univers qui donne envie de découvrir ses autres romans. Dans celui-ci il est question de jeunesse, de littérature de rapports parents-enfant. J’ai aimé ces thèmes. J’ai aimé ces personnages aux noms originaux, Ange, Pie, Donate… J’ai aimé la manière dont la littérature et la lecture est abordée, que cela soit une passerelle entre les gens. Sans lecture nous sommes renfermés sur nous même mais la lecture permet une ouverture vers le monde. Les oeuvres évoquées même si elles sont ultra-connues font leur effet.

Alors, oui j’ai bien aimé ce roman, mais, il y a un mais… C’est trop court. Et bien oui même pas 200 pages. Du coup certains personnages sont laissés de côté alors qu’ils auraient mérité meilleur traitement, notamment Donate. Et puis la fin, elle arrive trop vite, c’est vraiment dommage.

Voilà donc un roman qui m’a bien plu, une entrée en matière dans l’univers de cette autrice qu’est Amélie Nothomb et je ne compte pas m’arrêter là.

Ma note : 08 / 10

Nickel Boys

Auteur : Colson Whitehead

Édition : Albin Michel

Genre : Contemporain

Titre : Nickel Boys

Quatrième de couverture :

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à coeur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.

Quelques mots sur l’auteur :

Né à New York en 1969, Colson Whitehead est reconnu comme l’un des écrivains américains les plus talentueux et originaux de sa génération. Undergound Railroad, son premier roman publié aux éditions Albin Michel, a été élu meilleur roman de l’année par l’ensemble de la presse américaine, récompensé par le National Book Award 2016 et récemment distingué par la Médaille Carnegie, dans la catégorie « Fiction ».

Ma chronique :

Me voilà à vous parler d’un nouveau roman sorti récemment pour la rentrée littéraire. Un roman dont vous avez vu et revu des publications et des chroniques. Un roman qui a été assez largement encensé. Mais un roman qui a fait un peu ploc avec moi.

Nous suivons dans ce roman Elwood un jeune noir qui grâce aux discours de Martin Luther King et à l’éducation de sa grand-mère va vouloir faire des études et participer aux mouvements qui commencent à voir le jour pour les droits des noirs. Malheureusement un fâcheux concours de circonstances va venir chambouler ses plans et va l’envoyer dans une école de correction. La Nickel Academy, une école où les blancs et les noirs sont séparés et où les sévices corporels sont légions.

J’ai l’impression d’être resté en surface avec ce roman, d’avoir été tenu à l’écart par une sorte de froideur qui m’aura tenu tout du long. Même si dans la dernière partie la glace a commencée à se fissurer. Je n’ai pas réussi à m’accrocher aux personnages et à avoir de l’empathie pour eux. Alors oui c’est révoltant, c’est par moment horrible mais je ne sais pas si vous connaissez ce sentiment d’être un spectateur lointain d’une histoire… Et bien ce fut le cas pour moi avec ce roman.

Après je ne peux pas nier que c’est très bien écrit. Colson Whitehead nous offre une grande fin pour son roman qui pour le coup est bouleversante. Voilà, je suis assez déçu de ma lecture, j’aurais vraiment aimé que cela fonctionne, mais bon c’est des choses qui arrivent.

Ma note : 06 / 10

# 195 – C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Nous voici revenu de nos quelques jours dans le Médoc chez nos amis Lucile et Anthony. Cela nous a fait un bien fou, en plus nous avons eu super beau temps ce qui est juste top. Du coup, avec ma femme nous pensons sérieusement à partir par là-bas d’ici 5 à 10 ans, j’aime beaucoup ce coin près des lacs de Lacanau et d’Hourtin et également du Bassin d’Arcachon. Sinon, dernière semaine de vacances avec mercredi après-midi un passage chez mon tatoueur pour un petit tatouage, j’ai trop hâte. En attendant je vous souhaite à tous une très belle semaine.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?
2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?
3. Qu’allons nous lire ensuite ?

1. Qu’avons-nous lu la semaine passée ?

Ann’Gaëlle :

La Tresse de Laetitia Colombani

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

My Way de Sanji Divas

Je m’appelle Lucie, j’ai 40 ans, je suis française, célibataire et sans emploi. En résumé, rien ne va dans ma vie. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’en finir. Mais avant de mettre un point final à cette histoire, je veux d’abord vivre intensément. Je vais faire un tour du monde qui me mènera à ma destination finale, le lieu le plus au sud de la planète, la Patagonie. Et là, je serai prête à partir.

My Absolute Darling de Gabriel Tallent

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Revanbane :

Dans la vallée du soleil de Andy Davidson

Travis Stillwell sillonne les routes brûlantes du Texas, piégeant des femmes solitaires dans l’espoir toujours déçu d’apaiser les démons de son passé. Un soir, il croise dans un bar une fille mystérieuse au teint pâle. Le lendemain, il se réveille seul et couvert de sang. Dès lors, cette inconnue aux bottes rouges revient errer à ses côtés, et son emprise dévorante s’affirme sans pitié. Épuisé, Travis se fait héberger par une jeune veuve, Annabelle Gaskin. En échange, il l’aide à remettre d’aplomb son motel décrépi, et peu à peu, il prend de l’importance dans sa vie et celle de son fils. Mais Travis lutte contre des pulsions noires puissantes, et Annabelle finit par se douter que cet étrange cow-boy n’est pas ce qu’il prétend.

Ma chronique ici

Goliat de Mehdi Brunet

La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux.
David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe.
Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme…
Et bien plus encore…

Ma chronique ici

La peine du bourreau de Estelle Tharreau

McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451.
Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale.
Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls.
Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions.
Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy.
Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.Un thriller psychologique aussi troublant que fascinant : une immersion sans concession dans le couloir de la mort et ses procédures d’exécution.

Ma chronique ici

Nickel Boys de Colson Whitehead

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à coeur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.

2. Que sommes-nous en train de lire en ce moment ?

Ann’Gaëlle :

My Way de Sanji Divas

Je m’appelle Lucie, j’ai 40 ans, je suis française, célibataire et sans emploi. En résumé, rien ne va dans ma vie. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’en finir. Mais avant de mettre un point final à cette histoire, je veux d’abord vivre intensément. Je vais faire un tour du monde qui me mènera à ma destination finale, le lieu le plus au sud de la planète, la Patagonie. Et là, je serai prête à partir.

My Absolute Darling de Gabriel Tallent

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Revanbane :

De la forêt de Bibhouti Bhoushan Banerji

Jeune diplômé désargenté, Satyacharan accepte un poste de régisseur aux confins du Bihar, dans le nord est de l’Inde. Quittant Calcutta, ce Bengali raffiné et mondain est bientôt fasciné par l’exubérance de la faune et de la flore et par la diversité des habitants de ce vaste domaine forestier.

L’illustre roi des Santals garde ses vaches à l’ombre d’un banyan sacré, Yugalprasad embellit la jungle en y plantant de nouvelles espèces, Dhaturiya préfère danser sans manger plutôt que travailler aux champs…
Satyacharan sait qu’il est le dernier témoin d’un formidable écosystème ; il doit pourtant en orchestrer la disparition. Son rapport au monde en sera à jamais bouleversé.

3. Qu’allons nous lire ensuite ?

Ann’Gaëlle :

Dans son silence de Alex Michaelides

Alice, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée,Alice ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alice. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alice s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…

Revanbane :

Les aérostats de Amélie Nothomb

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir ».

Et vous que lisez-vous ? Dites nous tout … Nous vous souhaitons une très belle semaine, riche en belles lectures ! Et surtout prenez-soin de vous !

Journal d’un amour perdu

journal d'un amour perdu

Auteur : Éric-Emmanuel Schmitt

Édition : Albin Michel

Genre : Récit

Titre : Journal d’un amour perdu

Quatrième de couverture :

« Maman est morte ce matin et c’est la première fois qu’elle me fait de la peine. » Pendant deux ans, Éric Emmanuel Schmitt tente d’apprivoiser l’inacceptable : la Disparition de la femme qui l’a mis au monde. C’est Pages raconte son « devoir de bonheur » : une longue lutte, acharnée est difficile, contre le chagrin. Demeurer inconsolable trahirait sa mère, dans cette femme lumineuse et tendre lui a donné le goût de la vie, la passion des arts, le sens de l’humour, le culte de la joie.

Quelques mots sur l’auteur :

Né en 1960, normalien et docteur en philosophie, Eric-Emmanuel Schmitt s’est d’abord fait connaître en tant que dramaturge avec Le Visiteur, devenu un classique du répertoire théâtral international. Plébiscitées tant par le public que par la critique, ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand prix du théâtre de l’Académie française. Son théâtre, qu’il met parfois en scène lui-même, est traduit dans plus de quarante langues et désormais joué dans le monde entier. Sa carrière de romancier, initiée par La Secte des Égoïstes, s’est poursuivie avec L’Évangile selon Pilate, La Part de l’autre, Lorsque j’étais une œuvre d’art, Ulysse from Bagdad, La Femme au miroir, Les Perroquets de la place d’Arezzo. Il pratique l’art de la nouvelle avec bonheur : Odette Toulemonde, La Rêveuse d’Ostende, Concerto à la mémoire d’un ange (prix Goncourt de la nouvelle 2010), Les Deux Messieurs de Bruxelles. Son Cycle de l’invisible (Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, L’Enfant de Noé, Le sumo qui ne pouvait pas grossir, Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus) a remporté un immense succès en France et à l’étranger. En 2006, il écrit et réalise son premier film, Odette Toulemonde, suivi, en 2009, de sa propre adaptation d’Oscar et la dame rose. Mélomane, Eric-Emmanuel Schmitt est aussi l’auteur de Ma vie avec Mozartet Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent. En 2015, il publie un récit autobiographique, La Nuit de feu. Il a été élu à l’académie Goncourt en janvier 2016.

Ma chronique :

J’ai découvert ce livre lors du passage d’Éric-Emmanuel Schmitt sur le plateau de La Grande Librairie. Puis j’ai eu la chance de le gagner lors d’un concours sur Instagram. Du coup, ni une ni deux, une fois ma lecture précédente terminée, je me suis lancé dans ce livre d’un auteur énormément connu mais que je n’avais encore jamais lu.

Ce livre n’est pas un roman, c’est clairement le journal d’Éric-Emmanuel Schmitt, journal qu’il a écrit à partir du jour pendant lequel il apprend le décès de sa maman. Je savais grâce à l’émission de France 5 quel sujet ce livre abordait et même si j’étais très curieux, j’étais également sur la réserve, d’après ce que j’ai pu entendre lors de l’émission, je n’ai pas, mais vraiment pas la relation avec ma mère que l’auteur a eu avec la sienne, j’ai donc eu peur que ce livre me laisse de marbre et de passer carrément à côté.

Et bien ce fut totalement le contraire, ce livre est bouleversant. Bouleversant par la mise à nu que nous offre Éric-Emmanuel Schmitt, je n’ai jamais vu un auteur se livrer autant à ses lecteurs, il nous fait entrer dans sa tête, dans son coeur et dans l’intimité de sa famille, c’est tellement touchant. Mais bouleversant, car ce qu’il a vécu est venu ricocher avec pas mal de chose que j’ai également malheureusement vécu lors du décès de mon père puis celui de mon grand-père. J’ai compris parfaitement toutes les émotions décrites à la perfection.

C’est un récit sur le deuil et l’on comprend à sa lecture que ce fut un chemin extrêmement compliqué pour Éric-Emmanuel Schmitt et qu’il n’est certainement pas terminé. Je ne peux qu’approuver ce fait, mon père est parti il y a presque dix ans et il a suffit de cette lecture pour me replonger dans la noirceur de mon esprit. Cette lecture ma complètement remuée, peut-être un peu trop d’ailleurs, mais même si cela fit un peu sadique, j’aime ça et je pense que malgré tout ce livre va m’aider à avancer.

Je ne dirais pas que ce livre est un coup de coeur, car je peux imaginer la douleur de l’auteur et je trouverais cela dépassé, mais je vous le conseil, si vous êtes tout de même solide psychologiquement.

Ma note : 10 / 10

# 146 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

Après un weekend assez fatiguant, une nouvelle semaine commence. J’espère que celle-ci sera un peu meilleure que celle qui vient de se terminer, comme j’ai pu vous en parler ici  hier soir. Mais bon avant d’affronter ces cinq jours de travail, prenant un peu de temps pour échanger sur nos lectures du moment

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

journal d'un amour perdu

Journal d’un amour perdu de Éric-Emmanuel Schmitt

« Maman est morte ce matin et c’est la première fois qu’elle me fait de la peine. » Pendant deux ans, Éric Emmanuel Schmitt tente d’apprivoiser l’inacceptable : la Disparition de la femme qui l’a mis au monde. C’est Pages raconte son « devoir de bonheur » : une longue lutte, acharnée est difficile, contre le chagrin. Demeurer inconsolable trahirait sa mère, dans cette femme lumineuse et tendre lui a donné le goût de la vie, la passion des arts, le sens de l’humour, le culte de la joie.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

lartiste

L’Artiste de Antonin Varenne

2001. Les nuits parisiennes voient naître un nouveau monstre. Un serial tiller s’en prend aux artistes, transformant chacune de ses scènes de crime en oeuvre mêlant esthétisme et barbarie. L’inspecteur Heckmann, flic vedette du moment, se retrouve en charge de cette très médiatique affaire et se lance dans la traque. Mais bientôt il lui semble que tous ces crimes ne sont qu’un moyen pour le tueur de jouer avec lui…

3. Que vais-je lire ensuite

loin

Loin de Alexis Michalik

« Comment avoir l’audace de prétendre être en vie si l’on vit sans oser ? »
Tout commence par quelques mots griffonnés au dos d’une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime ». Ils sont signés de Charles, le père d’Antoine, parti vingt ans plus tôt sans laisser d’adresse. Avec son meilleur ami, Laurent, apprenti journaliste, et Anna, sa jeune sœur complètement déjantée, Antoine part sur les traces de ce père fantôme. C’est l’affaire d’une semaine, pense-t-il… De l’ex-Allemagne de l’Est à la Turquie d’Atatürk, de la Géorgie de Staline à l’Autriche nazie, de rebondissements en coups de théâtre, les voici partis pour un road movie généalogique et chaotique à la recherche de leurs origines insoupçonnées. Alexis Michalik a décidément le goût de l’aventure : après le succès phénoménal d’Edmond, le comédien, metteur en scène et dramaturge couronné par cinq Molières, nous embarque à bord d’un premier roman virevoltant, drôle et exaltant.

benzos

Benzos de Noël Boudou

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

Voilà pour moi ! Et vous que lisez-vous de beau en ce moment ?

Je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

 

# 120 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour les amis,

Comme chaque mardi, je partage avec vous un extrait de ma lecture du moment.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

journal d'un amour perdu

Une tombe.
– Qu’est-ce qu’une tombe ?
Une trappe qui ne conduit nulle part. Une porte qui ne s’ouvre sur rien. Une surface qui veut nous persuader de sa profondeur. Un leurre.

Les tombent constituent les étiquettes que laissent sur terre les disparus.
Pour éviter que ces étiquettes ne s’envolent, on les fabrique en pierre.
Et les cimetières sont des champs d’étiquettes.

Une étiquette cesse d’assurer sa fonction si personne ne la lit.
Je me recueillerai sur ta tombe pour témoigner de ta présence.

# 145 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour tout le monde,

J’espère que malgré le temps plus que maussade vous avez réussi à passer un bon weekend. Pour moi, il fut plutôt bon, un peu de sport, une très bonne soirée chez des amis et un dimanche tranquille à cuisiner pour la semaine. Maintenant, il est temps de faire le point avec vous sur mes lectures du moment.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane, puis dorénavant par Camille du blog I Believe In Pixie Dust.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

l'ours

L’ours de Claire Cameron

Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu’ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu’elle et Stick sont désormais seuls, et que c’est à elle, la « grande », qu’il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance…

Ma chronique ici

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

journal d'un amour perdu

Journal d’un amour perdu de Éric-Emmanuel Schmitt

« Maman est morte ce matin et c’est la première fois qu’elle me fait de la peine. » Pendant deux ans, Éric Emmanuel Schmitt tente d’apprivoiser l’inacceptable : la Disparition de la femme qui l’a mis au monde. C’est Pages raconte son « devoir de bonheur » : une longue lutte, acharnée est difficile, contre le chagrin. Demeurer inconsolable trahirait sa mère, dans cette femme lumineuse et tendre lui a donné le goût de la vie, la passion des arts, le sens de l’humour, le culte de la joie

3. Que vais-je lire ensuite ?

loin

Loin de Alexis Michalik

« Comment avoir l’audace de prétendre être en vie si l’on vit sans oser ? »
Tout commence par quelques mots griffonnés au dos d’une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime ». Ils sont signés de Charles, le père d’Antoine, parti vingt ans plus tôt sans laisser d’adresse. Avec son meilleur ami, Laurent, apprenti journaliste, et Anna, sa jeune sœur complètement déjantée, Antoine part sur les traces de ce père fantôme. C’est l’affaire d’une semaine, pense-t-il… De l’ex-Allemagne de l’Est à la Turquie d’Atatürk, de la Géorgie de Staline à l’Autriche nazie, de rebondissements en coups de théâtre, les voici partis pour un road movie généalogique et chaotique à la recherche de leurs origines insoupçonnées. Alexis Michalik a décidément le goût de l’aventure : après le succès phénoménal d’Edmond, le comédien, metteur en scène et dramaturge couronné par cinq Molières, nous embarque à bord d’un premier roman virevoltant, drôle et exaltant.

benzos

Benzos de Noël Boudou

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

Je ne sais pas vraiment dans quel ordre, mais ce devrait être mes prochaines lectures.

Et vous que lisez-vous de beau cette semaine ?

Je vous souhaite à tous une très belle semaine livresque !

# 37 – C’est lundi que lisez-vous ?

ludi

Bonjour à tous,

Enfin, le soleil est de retour et cela fait vraiment du bien au moral même si une nouvelle semaine commence. J’espère que le weekend s’est bien passé pour tout le monde. Je pense que certain d’entre vous sont allez au salon du livre de Paris, moi c’est un de mes objectifs pour l’année prochaine.

C’est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books, et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

les-petites-filles

Les Petites Filles de Julie Ewa

Bénévole dans une association qui s’occupe d’enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions d’enfants (principalement des petites filles) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d’espionne sur place où elle découvre vite les ravages de la politique de l’enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village. Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle comprend que le piège est en train de se refermer sur elle…
Réseaux d’adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d’organes, prostitution… oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant, remarquablement documenté, qui nous conduit au cœur d’une Chine cynique et corrompue où la vie d’une petite fille ne vaut que par ce qu’elle peut rapporter.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

le-ver-a-soie

Le Ver à Soie de Robert Galbraith

Quand l’écrivain Owen Quine disparaît dans la nature, sa femme décide de faire appel au détective privé Cormoran Strike. Au début, pensant qu’il est simplement parti s’isoler quelques jours comme cela lui est déjà arrivé par le passé, elle ne demande à Strike qu’une seule chose : qu’il le retrouve et le lui ramène. Mais, sitôt lancée l’enquête, Strike comprend que la disparition de Quine est bien plus inquiétante que ne le suppose sa femme.
Le romancier vient en effet d’achever un manuscrit dans lequel il dresse le portrait au vitriol de presque toutes ses connaissances. Si ce texte venait à être publié, il ruinerait des vies entières. Nombreux sont ceux qui préféreraient voir Quine réduit au silence. Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances, la course contre la montre est lancée. Pour mettre la main sur le meurtrier un tueur impitoyable, tel qu’il n’en a encore jamais rencontré dans sa carrière, Strike va devoir d’abord percer à jour ses motivations profondes.

3. Que vais-je lire ensuite ?

Je ne sais pas encore, je n’ai pas fait ma pile à lire pour le mois d’avril, je vous présenterais mes prochaines lectures dans mon bilan mensuel.

Et vous alors qu’êtes vous en train de lire de beau ?

Récapitulatif de la semaine

Voilà, je vous souhaites à tous une très belle semaine !

Les Petites Filles

les-petites-filles

Auteur : Julie Ewa

Genre : Thriller, contemporain

Edition : Albin Michel

Titre : Les Petites Filles

Quatrième de couverture :

Bénévole dans une association qui s’occupe d’enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions d’enfants (principalement des petites filles) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d’espionne sur place où elle découvre vite les ravages de la politique de l’enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village. Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle comprend que le piège est en train de se refermer sur elle…
Réseaux d’adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d’organes, prostitution… oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant, remarquablement documenté, qui nous conduit au cœur d’une Chine cynique et corrompue où la vie d’une petite fille ne vaut que par ce qu’elle peut rapporter.

Quelques mots sur l’auteur :

Née le 16 juin 1991 à Altkirch, Julie Ewa est originaire d’un petit village en Alsace. Après son baccalauréat, elle passe cinq années à étudier la philosophie, à la faculté de Strasbourg. Si elle écrit depuis l’enfance, son roman Les petites filles voit le jour en trois ans, et est paru chez Albin Michel en janvier 2016.

Ma chronique :

J’ai découvert ce livre lors de la préparation pour la visite du salon InterPol’Art de Reims 2016. J’avais donc mis sur ma liste des auteurs à rencontrer et des livres à acheter, Les Petites Filles de Julie Ewa. J’ai donc été ravi de pouvoir échanger quelques mots avec cette auteure et de repartir avec son livre dédicacé. Depuis son livre restait bien au chaud dans ma bibliothèque jusqu’en début du mois où je l’en ai sorti pour le mettre dans ma PAL mensuelle.

Bien m’en a pris, j’ai vraiment apprécié cette lecture et la façon dont ce livre est écrit. L’histoire se déroule dans un petit village de la campagne chinoise mais à deux époques distinctes, en 1991 et en 2013. Pour aller droit au but, ce roman traite de la loi de l’enfant unique, du traitement des femmes dans la société chinoise et du trafic d’enfants. Autant de thèmes sérieux et qui font froid dans le dos.

C’est bien se sentiment qui m’a tenu tout le long de ma lecture, une certaine épouvante avec limite la peur d’avancer dans l’histoire car plus les pages se tournaient, plus je ressentais où Julie Ewa voulait m’emmener. Mais bon, chacun d’entre vous connais bien cette petite chose qui pousse chaque lecteur que nous sommes à continuer notre lecture, nous avons tous un petit côté sadique quand même, non ?

Donc, Julie Ewa, nous plonge dans ce petit village en 1991 quand à lieu la disparition d’une petite fille et quelques jours plus tard de sa mère. Puis en 2013, quand une ONG, mise au courant de ses disparitions vient sous couvert d’une jeune étudiante française enquêter sur ces drames.

La lecture est facilité par de nombreux chapitres très courts et chose que j’ai apprécié le fait de naviguer à chaque chapitres aux deux époques. C’est un livre qui a du demander à l’auteure énormément de documentation car franchement, Julie Ewa maîtrise son sujet  de bout en bout et du fait nous propose une image véridique de la Chine et des évolutions qu’il y a pu y avoir ou non en plus de vingt ans.

Voilà, c’est vraiment un très bon roman, que je conseil à condition d’avoir le cœur bien accroché et attention, nous sommes presque dans de la docu-fiction, pas d’histoire d’amour ou de jolie fin avec ce roman poignant qui va me rester longtemps en tête et qui me donne envie d’en savoir un peu plus sur la Chine.

Ma note : 8.5 / 10