Archives pour la catégorie éditions harper collins

Sous le compost

OIP1L610I1N

Auteur : Nicolas Maleski

Titre : Sous le compost

Genre : Roman

Editions : Harper Collins Poche

Quatrième de couverture :

Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s’est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques soiffards, cyclistes tout-terrain ou misanthropes à mi-temps comme lui, Franck Van Penitas peut se targuer de mener une existence conforme à son tempérament : ritualisée et quasi solitaire. Son potager en est la preuve, où aucun nuisible susceptible d’entraver ce rêve d’autarcie ne survit bien longtemps. Franck traque la météo et transperce à coups de bêche les bestioles aventureuses.
Jusqu’à ce jour où une lettre anonyme lui parvient, révélant l’infidélité de sa femme.
Face à un événement aussi cataclysmique que banal, n’est pas Van Penitas qui veut. Accablement ? Coup de sang ? Répartition des blâmes ? Très peu pour lui. Franck a beau être un garçon régulier, il n’en est pas moins tout à fait surprenant et modifier son bel équilibre n’entre guère dans ses vues. Son immersion en territoire adultérin, le temps d’un été, prendra l’allure d’un étrange et drolatique roman noir conjugal.

L’auteur, en quelques mots :

Nicolas Maleski est auteur d’un premier roman, « Sous le compost » (2017), le 3e des 5 finalistes du Grand Prix RTL-Lire 2017.

Il signe avec « La science de l’esquive » (2020), un roman qui ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Ma chronique :

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Harper Collins et tout particulièrement Mélusine qui dans le cadre du partenariat qu’elle a proposé à Anthony, m’a non seulement permis de participer à l’aventure, mais m’a en plus offert ce premier roman de Nicolas Maleski, Sous le compost.

Anthony et moi avons déjà lu La science de l’esquive, et vous avions fait partager nos impressions via nos chroniques ici et là.

Me revoici donc parmi vous  avec le premier roman de cet auteur, Sous le compost.

Je souris à la première phrase qui me viens à l’esprit pour commencer ma chronique… « un prêter pour un rendu » … !! En effet, Franck Van Penitas, écrivain raté, apprend par le biais d’une lettre anonyme que sa femme Gisèle, qui travaille dans une clinique vétérinaire de campagne, lui est infidèle. Elle couche avec son associé ! Franck comprend mieux les heures supp, la paperasse en retard du samedi matin et les urgences du dimanche…

Bah oui hein… « si ma femme n’avait pas commencé à me tromper, je n’aurais probablement jamais versé dans l’extra-conjugalité » !!! Oui c’est sûr… entre le dialogue et un « y a pas de mal à se faire du bien », Franck n’a pas mis longtemps à faire son choix !

Ce que vous devez savoir, c’est que dans cette famille, les rôles sont inversés: Gisèle travaille, Franck est à la maison avec leurs trois filles à éduquer, les machines à laver hebdomadaires, les courses, et sont potager qu’il travaille avec patience et passion.

Autant vous dire donc que la lettre anonyme a eu l’effet d’un choc électrique pour lui… sa femme se paye du bon temps pendant que lui rame à la maison. La vilaine….

L’histoire ne tourne pas uniquement autour de parties de jambes en l’air même s’il y en a un peu trop à mon goût- et que l’auteur ma foi les écrit sacrément bien !  Non, l’histoire est écrite sur un fond de questionnement personnel de Franck: sa vie de couple, son travail raté, ses filles, sa vie à lui.

Comme d’habitude, je ne vous dirai rien de l’histoire, mais tout au long de ma lecture, j’ai suivi Franck dans sa vie de tous les jours et il m’a beaucoup plus. Son côté agora-claustrophobe et chiant, pas toujours drôle voire parfois limite rabas joie m’a séduit. Je me suis reconnue en lui (excepté l’adultère hein, je vous vois venir !!), avec ce côté chat sauvage, allergique aux soirées « politico-correctes ». Peu enclin aux mondanités, aux discussions de courtoisie, il se sent mieux chez lui dans son potager qu’il chéri autant qu’il chérirait sa femme, qu’en ville entouré de monde.

L’écriture quant à elle est à la fois drôle mais fine, cynique, crue parfois. Pas de chichis, on va droit au but.

Ne vous attendez pas à un meurtre sanglant et à des suspects en pagaille, vous seriez déçus. Par contre, une histoire toute en finesse, avec une touche de cynisme, narrée par un personnage ronchon et atypique, je vous dis jackpot!!

Sous le compost, c’est un roman inclassable pour moi, je n’avais jamais rien lu de tel, mais je me suis laissée happée par les premières lignes, et j’en suis ravie ! En fait, j’ai eu comme l’impression de vivre moi-même l’histoire au fil de ma lecture !

Ma note :

8/10

 

Préférer l’hiver

préférer l'hiver

Titre : Préférer l’hiver

Auteur : Aurélie Jeannin

Editions : Harper Collins

Genre : Contemporain

Quatrième de couverture :

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

L’auteure en quelques mots :

Aurélie Jeannin est née en 1982. Elle vit avec son mari et ses enfants en forêt, quelque part en France.

Ma chronique :

Je tiens dans un premier temps à remercier chaleureusement Mélusine et les Editions Harper Collins pour leur gentillesse et leur confiance. A travers cette collection nouvellement créée, ils m’ont permis de découvrir une nouvelle auteure, et ce fut un réel plaisir ! Préférer l’hiver partage d’ailleurs la scène avec un autre roman, La science de l’esquive, de Nicolas Maleski, qu’Anthony et moi vous avons récemment présenté; nos chroniques ici et .

Revenons à notre roman.                                                                                                               Une mère et sa fille, qui ont dû faire face à un drame qui n’est pas dans l’ordre des choses, à savoir la perte d’un enfant, ont pris la décision radicale d’aller vivre- survivre-  seules, recluses et isolées, dans une cabane quelque part- en France ?- en forêt.

Nous ne connaissons et ne connaîtrons rien d’elles, si ce n’est ces drames. Pas de prénom, pas d’âge, pas de description physique, rien de tout cela. Nous les suivons hors du temps dans leur survie et leur introspection. Je dis « hors du temps » en choisissant bien ces mots, car là aussi, nous n’en avons aucune notion : quand ont-elles vécu ces drames? Depuis combien de temps sont-elles parties? Combien de temps s’est-il écoulé entre le début et la fin de leur histoire?                                                                                                    Nous partageons leurs peines, leurs peurs, leurs angoisses avec la même pudeur qu’a la narratrice en nous racontant leurs vies. C’est un peu déroutant au début, mais on s’y fait très facilement, et ça n’a en rien gêné ma lecture.

Préférer l’hiver est un très beau roman: une histoire poignante, un thème brutal. La narratrice se livre à nous au travers de son introspection, dans un huit clos glacial.

Ne vous attendez pas à une histoire pleine de rebondissements ! Vous ne trouverez pas votre bonheur ! L’auteure a choisi l’analyse et la psychologie dans un soliloque livré par cette femme pour nous raconter une histoire très contemplative. Et j’ai adoré !

Ma note :

9/10