Sarasqueta

Auteur : Chaïm Helka

Édition : La Manufacture de Livres

Genre : Contemporain

Titre : Sarasqueta

Quatrième de couverture :

1939. Ce devait être pour l’homme quelques heures de solitude au cœur de paysages rudes et escarpés, une parenthèse de fin de journée, une partie de chasse sous le soleil écrasant d’Espagne. Mais l’inconnu en noir apparût au loin, mystérieux et implacable, son fusil à la main. Et l’homme comprit que la cible, c’était lui. Commença alors une curieuse traque, de celle à laquelle on ne peut se soustraire, une poursuite sans issue. Restait à l’homme à comprendre pourquoi, et si un jour, il n’avait pas lui-même, sans le savoir, ouvert cette porte qui menait aux enfers.
Sarasqueta est le récit d’une chute, des secrets enfin révélés et des comptes que l’on doit rendre un jour. Avec ce roman, poétique, hypnotique, Chaïm Helka nous conte l’histoire d’un face à face inexorable avec la mort et des dettes que l’on finit toujours par payer.

Quelques mots sur l’auteur :

Passionné de boxe anglaise et de rap, Chaïm Helka est né en 1975 d’un père algérien et d’une mère espagnole et  a passé une partie de son enfance à l’étranger. Aujourd’hui, il vit et travaille à Dijon.  Ses influences littéraires vont de Louis-Ferdinand Céline à Charles Bukowski et il cite parmi les livres qui l’ont le plus marqué Phèdre de Racine et Madame Bovary de Gustave Flaubert. 

Ma chronique :

Sarasqueta est tout à fait le genre de roman que je n’aurais pas lu si je ne l’avais reçu. Merci beaucoup à La Manufacture de Livres pour cet envoi inattendu.

Sarasqueta c’est également et surtout le nom d’un fusil de chasse. Et dans ce roman, c’est de chasse qu’il est question, de chasse à l’homme même. Dans une nature hostile espagnol, tel un huis clos, ce roman envoutant et captivant est construit d’une manière à ne pas pouvoir le lâcher avant de l’avoir fini.

C’est un roman très court, mais qui suffit à nous entrainer dans une grande noirceur. L’homme en noir est particulièrement flippant à tout le temps saluer. Chaïm Helka, met plein de poésie dans son écriture et c’est un peu tout le paradoxe de ce roman. Une grande noirceur servie par une plume douce.

De plus, la fin est excellente, elle fait se poser des questions, c’est top.

Ma note : 09/10

Une réflexion sur « Sarasqueta »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s