L’empathie

l'empathie

Auteur: Antoine Renand

Editions: La Bête Noire

Genre: Thriller psychologique

Titre: L’empathie

Quatrième de couverture:

Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfi n à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »
Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.
Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».
Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets.

L’auteur, en quelques mots:

Antoine Renand est un romancier, scénariste et réalisateur.

Après sa scolarité jusqu’au bac dans sa ville natale, il a poursuivi des études de cinéma à Paris.

Auteur et réalisateur de trois courts-métrages, primés en festivals et diffusés à la télévision, il a aussi travaillé comme scénariste de longs-métrages avec des sociétés de production.

Son premier roman, « L’Empathie » (2019), un thriller, finaliste du prix Maison de la presse 2019 et lauréat du Prix Sang d’Encre-Prix des lecteurs 2019, est suivi de « Fermer les yeux » (2020).

Twitter : https://twitter.com/antoinerenand?lang=fr

Ma chronique:

Bluffant et bluffée …. littéralement !

J’ai des frissons en écrivant ma chronique, imaginez l’état dans lequel j’étais pendant ma lecture ! Là encore, j’avais lu beaucoup de très bonnes critiques autour de ce roman, je me suis donc laissée tenter, et je ne regrette vraiment pas.

L’empathie, c’est l’histoire d’Alpha, un monstre, qui viole des femmes en toute impunité et que rien n’arrête, pas même une façade de plusieurs étages, et de deux flics, Marion et Antony, dit « la poire ».

L’intrigue, c’est l’enquête menée avec brio par la brigade des viols dont font partie Marion et Anthony, mais ce sont eux aussi, car chacun d’entre eux  a un lourd passé caché, que l’auteur nous révèle petit à petit.

C’est une chronique compliquée car si je vais trop loin, je vais tout vous …. »divulgâcher » ! Et ça ne se fait pas …

Tout est dans le titre: l’empathie. C’est un terme lourd de signification, mais je peux vous assurer qu’il prend tout son sens avec ce roman. L’auteur n’oublie personne, du violeur aux victimes, en passant par les enquêteurs. Antoine Renand signe là son premier thriller, et croyez-moi, il a mis la barre très, très haute.

Sa plume est d’une incroyable justesse, précise, ses mots sont choisis. C’est un roman addictif, qui nous malmène et qui nous plonge dans une ambiance malsaine a bien des égards. La casquette de metteur en scène/réalisateur de l’auteur ajoute à son talent d’écrivain.

Je n’ai pas eu l’impression d’avoir à faire à deux clans, à savoir les gentils d’un côté, et les méchants de l’autre.
Je ne pense pas que l’auteur ait voulu écrire un livre sur le viol, je pense plutôt qu’il a  voulu aborder les émotions de tout à  chacun dans cette épreuve terrible, et ce, quel que soit le rôle qu’il y ait joué.

D’où ce superbe titre, l’empathie.

Parce qu’au court de ma lecture, addictive, violente, noire, et malsaine, je n’ai pas arrêté de réfléchir à notre nature même en tant qu’être humain. Qu’est ce qui fait de nous les adultes que nous sommes aujourd’hui?

Ma réponse? Notre passé. Notre histoire. Avec son lot d’évènements heureux mais aussi avec de coups durs, voire très durs. Alors bien qu’Alpha soit véritablement un monstre, au fur et à mesure qu’on avance dans le roman, on apprend à le connaître et on « comprend » , même si ça n’excuse rien.
Et il en va de même avec Anthony, qui est très pudique, sur la réserve et qui s’empêche d’aller vers les femmes, parce qu’il ne peut pas…. Pourquoi? Une fois qu’on le sait, croyez-moi …. on continue de réfléchir.

Antoine Renand m’a fait sortir de mes aprioris, m’a poussée dans une réflexion sur le genre humain… Certaines choses sont moralement inacceptables, mais…  mais, il n’y a pas que le bien et le mal…

Deux choses pour terminer cette chronique:
Premièrement: wouahou !!!
Deuxièmement: lancez-vous corps et âmes dans ce roman qui ne peut que vous toucher en plein cœur.

Ma note:

10/10

sans-titre

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s