La science de l’esquive

la science de l'esquive

Auteur : Nicolas Maleski

Édition : Harper Collins

Genre : Contemporain

Titre : La science de l’esquive

Quatrième de couverture :

Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.
Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Quelques mots sur l’auteur :

Nicolas Maleski est auteur d’un premier roman, « Sous le compost » (2017), le 3e des 5 finalistes du Grand Prix RTL-Lire 2017.
Il signe avec « La science de l’esquive » (2020), un roman qui ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Ma chronique :

Voilà, c’est à mon tour de vous proposer mon avis sur ce roman. La science de l’esquive est le deuxième roman de Nicolas Maleski et le premier roman qui vient de paraître dans la toute nouvelle collection de Harper Collins, la collection Traversée. Vous pouvez découvrir ce qu’en pense Ann’Gaëlle par ici . Je tiens à remercier sincèrement les éditions Harper Collins pour leur confiance et pour ce partenariat.

J’ai été happé assez rapidement par ce roman, le mystère entourant Kamel et par la vie dans le village de campagne dans lequel il s’est enterré. Mais tout s’est assez vite essoufflé … J’ai trouvé justement que ce mystère et les non-dits autour de Kamel, le peu d’indices dévoilés par l’auteur et le rythme de cette histoire m’ont petit à petit ennuyés. J’ai eu par moment l’impression que rien ne se passait vraiment et que cela tournait un peu en rond.

Pourtant, il y a de belles choses dans ce roman, j’ai apprécié l’attraction que provoque Kamel. C’est un inconnu qui débarque dans un village, qui devait être seulement une étape dans sa fuite, voulant être le plus discret possible. Mais voilà, qu’il attire plein de monde autour de lui, et des personnages très différents, un assureur un peu paumé, une bande de jeunes écolos, une gendarme ainsi qu’une voisine également assez discrète. Les échanges entre Kamel et toutes ces personnes sont pour moi le gros point positif de ce roman, il y a quelque chose de très naturel dans ces échanges et j’ai trouvé cela très plaisant à lire.

Après, hormis ce point positif, je dois dire que j’ai été un peu déçu. Nicolas Maleski joue avec nous une bonne partie de son roman concernant ce qu’aurait poussé Kamel à venir s’enterrer dans ce village, mais une fois la révolution dévoilée et bien, j’ai eu l’impression de m’être un peu fait floué. Je m’attendais à quelque chose d’époustouflant et au final j’ai eu une petite déception.

Je pense que je n’ai pas compris le but de ce roman et que je n’était pas en phase avec l’auteur. Pourtant j’ai trouvé sa plume vraiment agréable et je pense que si j’en ai l’occasion je re tenterai l’expérience.

Ma note : 05 / 10

dc3a9ception

4 réflexions sur « La science de l’esquive »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s