Demain les chats

demain les chats

Auteur: Bernard Werber

Editions: Le livre de poche

Genre: Fiction

Titre: Demain les chats

Quatrième de couverture:

Pour nous une seule histoire existait : celle de l’Humanité. Mais il y a eu LA rencontre.
Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée.

L’auteur en quelques mots:

Bernard Werber est un écrivain français. Il est principalement connu pour sa trilogie des Fourmis.

Son œuvre, traduite dans une trentaine de langues, fait se rencontrer spiritualité, science-fiction, polar, biologie, mythologie, etc. L’auteur qualifie parfois son style de « philosophie-fiction ».

Ma chronique:

Me voilà bien… partagée. Je n’étonnerai pas Anthony si j’avoue avoir acheté ce livre pour 2 (bonnes) raisons ! La première parce qu’on parle de chats, la deuxième, parce que j’ai craqué pour cette superbe couverture !! Alors je me suis lancée dans cette lecture, qui m’a vraiment beaucoup plue, au début.

On  y fait la connaissance de Bastet, la narratrice, une jeune chatte qui vit dans un appartement à Paris avec sa « servante », car c’est ainsi qu’elle voit Nathalie, sa maîtresse, qui n’est là que pour la caresser, la nourrir et changer sa litière.

On y rencontre également Pythagore, un chat siamois, voisin de Bastet, qui par un miracle technologique est doté d’un troisième œil sur le dessus de la tête.

Et nous suivons leurs dialogues, leurs aventures, leurs combats, leurs ébats (bah oui, quand même, ils restent des chats, troisième œil ou pas… !), et je me perds en milieu de lecture en fait. Non pas que l’histoire en elle-même ne soit pas intéressante. Mais les cours d’histoire dispensés par Pythagore à Bastet m’ont parus, à la longue, indigestes.

Mais il ne faut pas simplement voir une histoire de chats qui tentent de sauver leur peau sous la menace d’immondes rats infectés par la peste. Ce livre nous parle de communication en tout premier lieu (de terrorisme, en second lieu, mais toutefois omniprésent ). Oui, oui, communication, vous m’avez bien lue !

Bastet passe ces 300 pages à tenter de communiquer avec les êtres vivants, quels qu’ils soient. Sa première approche avec une souris n’a d’ailleurs pas été une franche réussite. Parallèlement, Pythagore, lui, peut les comprendre grâce à son troisième œil, qui lui permet en plus de se connecter à internet.

Bref, en fait, Bernard Werber s’est glissé dans la tête d’un chat pour essayer de voir notre monde à travers leurs yeux, d’où le fait que la narratrice soit une chatte, et je pense qu’il a bien dû s’amuser ! Certains passages sont d’ailleurs drôles à souhait ! Allé, une petite citation histoire de rire:

« Nathalie se lève, rejoint la cuisine, mange une soupe verte, d’autres aliments jaunes, roses et blancs, boit du liquide rouge, met son assiette dans le lave-vaisselle,.. s’épile les poils de la moustache avec une pince (ça c’est un comportement que je ne comprendrai jamais. Déjà qu’elle n’a pas un très bon équilibre, si elle s’enlève les poils du museau elle va chuter encore plus souvent et sera incapable de percevoir les ondes extérieures) … ».

Alors en qualité de fan inconditionnelle des chats, j’ai beaucoup aimé ce livre, et en toute honnêteté, je ne les regarderai plus de la même manière dorénavant, et j’éviterai surtout de laisser les portes fermées… ! Cependant, en tant que lectrice et en poussant un peu ma réflexion, j’avoue humblement que ce fut une lecture longue, et un peu lourde à mon goût.

Et ça me frustre…

Ma note:

6/10

 

2 réflexions sur « Demain les chats »

  1. Ça fait longtemps que j’ai arrêté de lire Bernard Werber, malheureusement. Je crois que c’est un auteur talentueux mais il écrit trop…
    Mais ton billet me donne envie de donner 2 conseils (même si on ne me les a pas demandé 😉
    D’abord, « les thanatonautes » du même Bernard Werber, à ses débuts. Vraiment génial. Il imagine comment les humains pourraient devenir des aventuriers de l’au-delà (et revenir sur terre après leur passage dans les différentes strates de la mort).
    Et puis « demain, les chiens » de Clifford D. Simak. Roman d’anticipation sur ce que pourrait devenir notre monde si les chiens prenaient le pouvoir. Très très bien traité. Vu le titre, je ne peux pas l’émetteur de penser que Werber s’en est inspiré pour son propre ouvrage mais avec moins d’inspiration apparemment…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s