Le dernier baiser

Le dernier baiser

Auteur : James Crumley

Édition : Gallmeister

Genre : Policier

Titre : Le dernier baiser

Quatrième de couverture :

Sughrue, détective privé, doit retrouver Trahearne, un écrivain parti écluser les bars en délaissant ex-épouse, femme et mère. Il finit par le dégoter dans un bistrot. S’étant découvert le même penchant pour l’alcool, les deux hommes repartent à la recherche de Betty Sue, la fille de la patronne, qui n’a pas réapparu depuis dix ans. Ils emmènent dans leur périple Fireball, un bouledogue amateur de bières. Ils mènent la belle vie, mais toujours point de Betty Sue, qui semble avoir mal tourné…

Quelques mots sur l’auteur :

James Crumley est né à Three Rivers au Texas en 1939. Il sert deux ans dans l’armée, aux Philippines, puis continue ses études et sort diplômé de l’Université de l’Iowa. Au milieu des années 1960, il part vivre et enseigner dans le Montana, un État qu’il ne quittera plus et où il côtoiera notamment Richard Hugo et James Lee Burke. Peu après son arrivée à Missoula, en 1969, il écrit son premier roman, Un pour marquer la cadence, avec comme toile de fond la guerre du Viêt Nam.

Ma chronique :

Je tiens encore une fois à remercier les éditions Gallmeister pour me permettre de découvrir, de lire et de chroniquer leurs publications. Voilà donc un nouveau Totem, un James Crumley, mettant en scène un nouveau détective, C.W. Sughrue. Alors après, Fausse piste et La danse de l’ours deux aventures de Milo Milodragovitch, j’ai fait la connaissance de ce Sughrue.

Dans Le dernier baiser, nous partons donc à l’aventure sur les traces d’un écrivain alcoolique puis à la recherche de la fille d’une tenante d’un bar disparue depuis dix ans. Alors même si Sughrue est du même style de détective privé que Milodragovitch, complètement à la ramasse, totalement looser et fatalement alcoolique. Il enchaîne les bières et les whiskys autant et aussi vite que nous nous avalons nos livres.

Alors en ce qui concerne l’intrigue, j’ai trouvé que c’était plutôt bien ficelé, vraiment dans la veine des autres romans de Crumley. Dans celui-ci par contre, plusieurs fois je me suis dis que voilà tout était résolu … Mais non, Crumley, nous entraîne encore un peu plus loin dans son imagination un peu folle. Alors oui, par moment j’ai trouvé que c’était un peu téléphoné, qu’il additionnait tous les ingrédients des films policier américains un peu bateau tel que un gang mafieux, une communauté hippie, une entreprise de films porno à très petit budget … Mais Crumley avec sa plume acérée arrive à rendre cela palpitant et bien rythmé. Et franchement, partir dans une sorte de road trip avec un vieil écrivain en manque d’inspiration, un détective à la ramasse et un gros pitbull en sachant que tous les trois sont plus alcooliques les uns que les autres, même le chien, vous m’avez bien lu 😉 c’est grave le pied, le nombre de fois où je me suis mis à rire pendant ma lecture …

Quant à Sughrue, j’adore ce type de personnage, complètement ravagé par la vie, ancien combattant de la guerre du Vietnam, accro à la drogue, à l’alcool et aux femmes. C’est lui qui est le narrateur de ce roman ce qui est un vrai plus. Mais j’avoue que j’ai une préférence pour Milodragovitch qui est pour moi encore plus fracassé et qui va encore plus loin dans la folie.

Voici encore un très bon polar nord américain que nous offre Gallmeister, alors si vous aimez le genre ou si vous aimez James Crumley, il ne faut pas hésiter à dévorer ce roman.

Ma note : 08 / 10

2 réflexions sur « Le dernier baiser »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s