# 127 – Le mardi sur son 31

mardi-31

Bonjour tout le monde,

Ce matin, comme chaque mardi, je viens partager avec vous un extrait de ma lecture en cours. Comme vous le savez, je suis sur le dernier Karine Giebel, c’est le premier roman de cette autrice que je li et je dois dire que pour le moment je suis vraiment fan, j’ai trop de mal à le lâcher. Je vous souhaite une belle journée.

J’ai découvert un petit rendez-vous bien sympathique sur le blog Les bavardages de Sophie que je vais reprendre sur mon blog.

Le principe est simple, il suffit de proposer chaque mardi, une citation tirée de la page 31 de sa lecture en cours.

ce que tu as fait de moi

– Graminsky, c’est mon nom de jeune fille, expliqua Laëtitia. Je l’ai accolé à celui d’Amaury. Je m’appelle Laëtitia Graminsky-Duvivier.

– Ok, poursuivez.

– Mon arrière-grand-père et mon grand-père étaient ouvriers dans la fourrure. Mon père a suivi le même chemin et a décidé de se mettre à son compte. Il est parti de rien, mais il a réussi. Et je crois qu’il aurait voulu que je prenne la suite. Sauf que, le jour de mes 10 ans, je lui ai balancé que jamais je ne me rendrais complice de cet ignoble commerce ! Je lui ai dit qu’il était un assassin, un tueur. J’ai reçu une gifle mémorable et nous n’en avons plus jamais parlé …

– Je vois, fit Delaporte. Il vous en veut de ne pas avoir repris les rênes de l’entreprise, de dénigrer sa réussite, de vous êtres mariée trop jeune à un homme plus vieux que vous et trop pauvre …

– C’est à peu près ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s