L’enfer de Church Street

church street

Auteur : Jake Hinkson

Genre : Policier

Édition : Gallmeister

Titre : L’enfer de Church Street

Quatrième de couverture :

Geoffrey Webb est en train de se faire braquer sur un parking. Et cette situation lui convient bien, il en redemanderait même. À son agresseur, il propose un marché : empocher les trois mille dollars qui se trouvent dans son portefeuille, le dépouiller de tout s’il le faut, en échange de cinq heures de voiture jusqu’à Little Rock, en Arkansas. Webb a besoin de se confesser. Ce braquage et ce pistolet pointé sur lui, il les mérite. Et il est prêt à expliquer pourquoi.

Quelques mots sur l’auteur :

Jake Hinkson est originaire de l’Arkansas. Né en 1975, ce fils de prêcheur baptiste a commencé à boire à l’âge de trente ans. Il vit aujourd’hui à Chicago avec sa femme et un chat qui le regarde écrire.

Ma chronique :

Me voilà donc avec ma dernière lecture du mois de mai consacré à la maison d’éditions Gallmeister. J’en suis d’autant plus content que ayant comme vous avez pu le constater pas vraiment accroché à Sukkwan Island, j’ai eu un petit coup de coeur pour celui-ci.

Jake Hinkson nous offre avec ce roman, une confession, celle d’un homme hanté par son passé et par les actes horribles qu’il a commis. Un homme qui a fait de la manipulation et des machinations des arts pervers en outils pour faire de sa vie quelque chose de plus que celle qui lui était selon lui destinée.

Jake Hinkson fait le choix avec ce récit d’une narration à la première personne, j’ai totalement adhéré à ce parti prix, car dans le livre, Geoffrey Webb, notre « héros » se confesse à son agresseur, mais en réalité, son agresseur s’est nous le lecteur, nous somme l’épaule sur laquelle se penche cet homme et sur laquelle il va dévoiler toute sa vie et la noirceur de ses pensées.

C’est un roman court et intense dans lequel l’action est présente jusqu’à la fin. Fin qui je trouve correspond à un jugement, celui que le lecteur va avoir sur cet homme, celui que l’agresseur va porter sur lui.

J’ai également beaucoup aimé me plonger dans une petite ville américaine typique comme on peut se les imaginer avec leurs églises, leurs pasteurs, les réunions des paroissiens et toutes les manipulations et les non-dits qui caractérisent ces milieux religieux. J’ai apprécié la manière qu’a l’auteur à mine de rien caricaturer la religion et les religieux.

Voilà, j’ai eu un petit coup de coeur pour ce roman et pour le côté très irrévérencieux de la plume de l’auteur et cela dès les premières lignes. Je n’ai pas trop l’habitude, mais je vous laisse avec un extrait que je trouve très représentatif de l’ensemble du roman.

En même temps, la troisième vérité fondamentale de l’existence est la suivante: pour 99,9 pour cent du monde, vous n’existez pas. Je ne suis pas dans l’auto-apitoiement, là, puisque c’est de vous que je parle. Vous n’existez pas pour la plupart du reste du monde. Combien de personnes savent même que vous existez ? Et parmi ceux-là, combien s’en préoccupent ? Ne faites pas le compte si vous êtes facilement déprimé.

Ma note : 10/10

coup-de-coeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s