Dans la forêt

dans la foret

Auteur : Jean Hegland

Genre : Contemporain

Edition : Gallmeister

Titre : Dans la forêt

Quatrième de couverture :

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses. Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

Quelques mots sur l’auteur :

Jean Hegland est née en 1956 dans l’Etat de Washington. Après avoir accumulé les petits boulots, elle devient professeur et se lance dans l’écriture. Son premier roman, Dans la forêt, paraît en 1996 et rencontre un succès éblouissant. Elle vit aujourd’hui au milieu des forêts de Caroline du Nord et partage son temps entre l’apiculture et l’écriture.

Ma chronique :

Me voilà à chronique, un nouveau roman de la maison d’éditions Gallmeister, et encore une fois, je suis tombé sous le charme d’une autre de leur parution. En même temps, il est pour moi impensable de ne pas apprécier ce roman de Jean Hegland.

C’est un roman post-apocalyptique, ce qui pourrait être le thème principal de ce livre, mais en fin de compte pas du tout, cela plante juste le décor, et peu à peu on oubli ce thème, on oubli le pourquoi et le comment et on oubli le monde. Oui, on oubli le monde, la société, les gens, pour se concentrer sur trois personnages, Nell et Eva, deux sœurs orphelines, et la Forêt, avec un F majuscule, car dans ce roman, pour le clin d’œil à Nell, ce n’est pas comme le cite notre encyclopédie, Wikipédia, une étendue boisée relativement grande, constituée d’un ou plusieurs peuplements d’arbres, arbustes et arbrisseaux, et aussi d’autres plantes indigènes associées, mais un personnage, qui va par moment, être attachant, par d’autres angoissant, on va l’aimer comme la détester pour en fin de compte se rendre compte qu’elle est là et que c’est le plus important.

Ce roman, est raconté par Nell, à la manière d’un journal intime, mais il n’y a aucun reperds temporel, et nous suivons les pensées, les souvenirs, les peurs et les joies de la jeune fille, ainsi que celles de sa sœur à travers son regard. C’est l’histoire de deux sœurs qui s’aiment d’un amour inconditionnel, ce qui ne va pas les empêcher de ne pas toujours être d’accord et d’entrer dans de violents conflits, mais en fin de compte, l’amour fraternel est plus fort que tout et elles se retrouvent indubitablement.

C’est un roman bouleversant, qui a selon moi tout pour devenir, un chef d’oeuvre, un incontournable de la littérature, qui peu et qui doit être lu par tous, car il est une vrai leçon de vie. Il est également un rappel de ce que peu provoquer notre monde capitaliste et notre société de consommation. Car, ce livre a beau être écrit en 1996, et sans que l’auteur nous explique vraiment pourquoi, le monde est dans un état post-apocalyptique, sans électricité, sans internet, sans essence … , elle nous donne quand même plusieurs explications possibles, les guerres, les catastrophes naturelles, les maladies … Si l’on ne porte pas tous des œillères, et que l’on regarde notre monde dans l’état qu’il est actuellement, on peut se poser la question : Est-ce que ce qui est décrit dans ce livre peut se produire pour de vrai ?

L’énorme point fort de ce roman, est donc le lien qu’entretiennent Nell et Eva avec la Forêt, et la Nature, j’adore le côté Nature-Writing de ce livre et le changement dans la façon de vivre des deux sœurs, grâce à ce que la Forêt offre … mais attention ce qu’elle offre, elle peut aussi le reprendre …

Dans tous les cas, encore un coup de cœur pour moi, encore un grand Gallmeister. Je vous encourage tous à lire ce fabuleux roman qui sans aucun doute ne vous laissera pas insensible et vous marquera, comme moi, pour longtemps.

Ma note : 10/10

coup-de-coeur

Publicités

2 réflexions sur « Dans la forêt »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s